Navigation – Plan du site

Olivier Galland et Anne Muxel, La tentation radicale. Enquête auprès des lycéens

Nicolas Guillet
La tentation radicale
Olivier Galland, Anne Muxel (dir.), La tentation radicale. Enquête auprès des lycéens, Paris, PUF, 2018, 460 p., ISBN : 9782130799573.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage sort alors qu’est également publié un autre travail d’enquête auprès de 133 jeunes poursu (...)

1Mesurer et rendre compte du degré de « radicalité » au sein d’une partie de la jeunesse française, ainsi que de leur degré d’acceptation de la violence, voilà le projet que se sont assigné Olivier Galland, Anne Muxel et leurs collègues dans une enquête de grande ampleur menée suite aux attentats commis en France en 2015. Ce travail, réalisé auprès de quelques 7 000 lycéens, scolarisés en classe de seconde, venant de différents lycées (d’enseignement général, technique et professionnel) de quatre académies, est inédit par son approche quantitative et par la possibilité qu’il offre « de mesurer l’impact des idées radicales sur un large échantillon et de tenter d’identifier […] les principaux facteurs qui peuvent lui être associés » (p. 8)1. Suite à la mise en place du dispositif (choix des établissements, rencontres avec les différents responsables de l’Éducation nationale…), ce sont presque 100 questions, couvrant de nombreux domaines (rapport à l’école, à la famille, valeurs, sentiments d’appartenance, positionnement politique, formes d’engagement, etc.), qui ont été rédigées à l’intention des enquêtés. Après une phase de test avant l’été 2016, les enquêteurs sont intervenus dans les vingt-trois établissements ciblés de la rentrée scolaire aux vacances d’automne 2016.

  • 2 MM. Jean Baubérot, Olivier Roy et Sébastian Roché ; respectivement : Médiapart, 10 avril 2018 (http (...)
  • 3 Ainsi, M. Baubérot relève que le travail préparatoire de l’enquête a accordé une large place aux pr (...)

2Ce qui intéresse particulièrement l’équipe de recherche, c’est la « disposition » des jeunes à l’égard de la radicalité (p. 36). Comme le dit Olivier Galland dans le chapitre 2 consacré à la radicalité religieuse, l’enquête cherche « à identifier les facteurs prédictifs de la radicalité » (p. 96). L’accent y est mis sur le cas des lycéens de confession ou de culture musulmane : l’enquête « surreprésente les jeunes d’origine populaire, les jeunes d’origine étrangère et les jeunes de confession musulmane » (p. 74), ce qui semble clairement lié à l’appel à projets du CNRS « attentats-recherche » lancé fin 2015 au lendemain des attentats du 13 novembre (p. 7 et 17). Cette approche, qui vise à comparer les populations se réclamant de croyances diverses et à analyser en particulier le cas des musulmans (p. 84), a été critiquée par plusieurs universitaires2, leurs critiques portant sur la méthodologie de l’enquête, ses prémisses et ses conclusions3.

3Après un « Carnet de terrain » en guise de prologue, les six chapitres permettent de présenter les diverses facettes de la radicalité sans qu’il en ressorte une logique particulière d’organisation. Nous entendons en rendre compte successivement, car chacun adopte un point de vue spécifique et qu’ils ne se recoupent que très rarement.

  • 4 Voir par exemple notre article : « Figures de l’extrême droite en droit français : l’impossible ban (...)

4Dans « La radicalité en questions » (Chapitre 1), Olivier Galland et Anne Muxel fixent le cadre général de l’enquête. En guise de définition, ils écrivent que « la radicalité suppose un ensemble d’attitudes ou d’actes marquant une volonté de rupture avec le système politique, social et culturel, et plus largement avec les normes et les mœurs en vigueur dans la société » (p. 9 et 36). Elle « suppose une posture de contestation profonde […] et autorise la transgression, jusqu’à l’ultime recours à la violence et sa justification » (p. 38) – le terrorisme étant considéré comme « le point extrême de la radicalité » (Chap. 2, p. 82 et 94). Les auteurs distinguent cependant – avec justesse du point de vue juridique4 – « radicalité d’opinion » et « radicalité en actes » (p. 38), expliquant que « [a]voir des idées radicales ne suppose […] pas d’adopter des comportements radicaux ni d’être radicalisés dans le registre de l’action » (p. 39). Ils incluent dans la radicalité des phénomènes de « protestation, y compris dans le cadre de la politique conventionnelle » (p. 47). Le « halo de radicalité » (p. 79), notion forgée par référence à celle de « halo du chômage », donne l’impression d’une notion finalement très (trop  ?) large, ce dont les auteurs se font d’ailleurs l’écho à travers une présentation de l’état de l’art, mais qu’ils vont essayer d’affiner au gré des chapitres.

  • 5 Les auteurs de l’enquête utilisent la méthode de la régression logistique.

5L’« absolutisme religieux », distinct du « fondamentalisme », est l’étalon de mesure de la « radicalité religieuse », notion au cœur du chapitre 2 écrit par Olivier Galland. Il est doublement caractérisé par un « antirelativisme radical et une domination des croyances religieuses sur les croyances séculières et la rationalité scientifique » (p. 97). L’enquête fait état d’un « effet islam » (p. 106), qui tend à montrer que les jeunes lycéens musulmans seraient plus « radicaux » que les autres jeunes croyants. L’auteur met l’accent (p. 110) sur les facteurs prédictifs d’absolutisme religieux, qui apparaissent principalement liés à la religion et non à des facteurs extrareligieux (exclusion économique, discrimination, malaise identitaire…)5, ce qui est présenté comme « un résultat important » de l’enquête (Postface, p. 366). En ce sens, les facteurs socio-économiques, de même que les « discriminations ressenties » (p. 127), ne sont guère décisifs pour expliquer la tentation radicale religieuse. Sans surprise, les garçons sont plus tolérants que les filles à la violence et à la déviance (p. 117).

6Le chapitre 3 fait état de la réaction des lycéens suite aux attaques terroristes de janvier et novembre 2015. L’enquête montre des résultats contrastés : d’un côté, un lien semble s’établir entre jeunes autour d’un traumatisme commun et le partage d’« émotions collectives » (p. 197)  ; de l’autre, une faible fraction des lycéens ne condamne pas « totalement » les auteurs des attaques. Un aspect intéressant de l’enquête réside dans les motifs qui fondent cette position, en particulier concernant l’attentat visant les journalistes de Charlie hebdo : ces jeunes oscillent entre un respect intuitif de la liberté d’expression et blessure identitaire (suite aux caricatures de Mahomet), et semblent pris dans une contradiction morale insurmontable (p. 174-179).

  • 6 Cette distinction peut surprendre puisque la radicalité a été précisément définie comme une « volon (...)
  • 7 La figure 12 (p. 262) n’éclaire pas véritablement l’utilité de la notion du fait que l’ « extrémism (...)

7Dans le chapitre 4, Anne Muxel aborde la « radicalité politique » qu’elle décline en deux formes : une « radicalité de protestation » et une « radicalité de rupture », lesquelles « relèvent d’univers culturels assez clivés » (p. 203)6. La première se rattache à des formes assez classiques d’expression politique (comme la manifestation ou le vote pour des formations politiques qui critiquent le « système ») tout en étant marquée par le libéralisme culturel. La seconde relève plutôt d’attitudes autoritaires, opposées au libéralisme culturel, ainsi que d’une propension à justifier, voire pratiquer, la violence politique. Cette distinction est complétée par la notion d’« extrémisme politique », qui « suppose une extrémisation des opinions comme des comportements, au sens d’une forme de “jusqu’au-boutisme” » (p. 238), mais qui nous paraît brouiller la catégorisation opérée au sein de la radicalité politique7. L’extrémisme politique est ici associé à l’idée d’« action révolutionnaire », tout en y associant quelques caractéristiques telles que l’autoritarisme, l’antilibéralisme culturel et la remise en cause des principes de l’ordre démocratique (p. 244), et l’on peine alors à comprendre pourquoi et comment les lycéens sympathisants de Jean-Luc Mélenchon sont associés à ceux de Marine Le Pen.

  • 8 Gérard Mauger, L’émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Bellecombe-en-Bauges, Ed. du (...)
  • 9 Chez Honneth, le concept de reconnaissance permet de penser les conditions par lesquelles une « val (...)

8Le chapitre 5 consacré aux « Frustration, discrimination et radicalité » nous a paru particulièrement fécond, car il est questionne la violence sourde du monde social comme facteur déclencheur de la radicalité (au sens large) des jeunes lycéens. D’abord, Laurent Lardeux montre que, quel que soit l’établissement scolaire, les jeunes sont ambitieux, souhaitant largement poursuivre leurs études après le bac et pensant que leur situation future sera meilleure que celle de leurs parents. Autrement dit, ils accordent un crédit certain à la fonction intégratrice de l’école publique (p. 281-285). Dans le même temps, ils estiment être victimes d’injustices, à raison de leurs origines, et notamment en matière d’orientation scolaire (p. 289) ou dans leurs relations avec la police (p. 306-311). L’auteur recourt alors au concept de radicalité ou révolte « protopolitique » de Gérard Mauger8 pour décrire le paradoxe d’une position critique de l’ordre des choses sans perspective de transformation politique ou sociale (p. 305-306). Il ouvre ainsi le champ de la reconnaissance sociale (notion développée par le théoricien de l’école de Francfort Axel Honneth9) des jeunes.

9Enfin, le chapitre 6 montre qu’une minorité de lycéens est sensible à la « radicalité informationnelle » définie comme « une posture qui associe quatre éléments : distance par rapport aux médias traditionnels, adhésion à des vérités alternatives, perméabilité aux théories du complot et participation à la diffusion de vidéos de Daech » (p. 322). Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre décrivent des jeunes lycéens qui font une place réelle à leurs « idées personnelles », forts d’une culture critique (p. 332), mais qui sont surtout sensibles aux théories du complot (la moitié d’entre eux). Ici les résultats recoupent certaines analyses avancées dans d’autres chapitres : ainsi, plus l’absolutisme religieux et/ou l’extrémisme politique sont avérés, plus la radicalité informationnelle est forte (p. 358).

  • 10 Selon la Cour européenne des droits de l’homme, dans son arrêt du 7 décembre 1976, Handyside c/ Roy (...)

10Pour conclure, l’ouvrage de Galland et Muxel présente un grand mérite : celui de livrer un instantané contemporain de la jeunesse lycéenne. Toutefois, la « disposition » d’une fraction de celle-ci à l’égard de la radicalité ne doit pas conduire à des conclusions hâtives. En premier lieu, il serait inapproprié de retenir de l’étude le seul chapitre sur la « radicalité religieuse » (certes le plus long) et, en particulier, l’analyse de l’« effet islam ». En effet, bien que divisé par thème, le livre doit être lu dans son entier, pour comprendre l’étendue de l’enquête, ses enseignements et ses limites (que ne nient pas les auteurs). De même, il convient de rappeler que toute société démocratique se caractérise par la liberté d’opinion et celle d’expression, laquelle « vaut non seulement pour les informations et idées accueillies avec faveur ou considérées comme inoffensives, indifférentes, mais aussi pour celles qui heurtent, choquent ou inquiètent l’État ou une fraction quelconque de la population. Ainsi le veulent le pluralisme, la tolérance et l’esprit d’ouverture sans lesquels il n’est pas de société démocratique »10. En second lieu, il n’est guère nouveau que la démocratie représentative, les sociétés occidentales et leurs populations sont durablement confrontées à de nombreuses difficultés, politiques, sociales et écologiques – face auxquels le « système » n’offre guère de perspectives. Dès lors, la tentation des jeunes pour la « radicalité », c’est-à-dire pour la « rupture avec le système », n’est-elle pas au fond le signe qu’ils s’interrogent et cherchent à imaginer un autre monde possible  ?

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage sort alors qu’est également publié un autre travail d’enquête auprès de 133 jeunes poursuivis pour des affaires de terrorisme ou signalés pour « radicalisation » : Laurent Bonelli et Fabien Carrie, Radicalité engagée, Radicalités révoltées – Une enquête sur les mineurs suivis par la protection judiciaire de la jeunesse, Paris, La Documentation française, mars 2018. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/184000167.pdf

2 MM. Jean Baubérot, Olivier Roy et Sébastian Roché ; respectivement : Médiapart, 10 avril 2018 (https://blogs.mediapart.fr/jean-bauberot/blog/100418/l-ouvrage-la-tentation-radicale-d-o-galland-et-d-muxel-une-enquete-defectueuse) ; L’Obs du 10 avril 2018 (https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20180409.OBS4844/les-auteurs-de-la-tentation-radicale-ne-comprennent-rien-a-la-religion.html) ; L’Obs., 15 avril 2018 (https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20180406.OBS4765/on-peut-eprouver-de-la-sympathie-pour-la-cause-de-ben-laden-sans-imaginer-poser-une-bombe.html). Pour un entretien croisé et sans concession entre les auteurs et Olivier Roy : Le Nouveau Magazine Littéraire, 2 mai 2018 (http://www.nouveau-magazine-litteraire.com/idees/tentation-radicale-monde-academique)

3 Ainsi, M. Baubérot relève que le travail préparatoire de l’enquête a accordé une large place aux proviseurs et à leurs inquiétudes quant à la laïcité, les questions posées ne relevant pas d’une problématisation (telle que celle sur l’existence d’une « vraie religion » - une réponse positive étant alors signe d’absolutisme religieux).

4 Voir par exemple notre article : « Figures de l’extrême droite en droit français : l’impossible banalisation », in N. Guillet et N. Afiouni, Les tentatives de banalisation de l’extrême droite en Europe, Bruxelles, Édition de l’université de Bruxelles, coll. « Science politique », 2016 (p. 73-94).

5 Les auteurs de l’enquête utilisent la méthode de la régression logistique.

6 Cette distinction peut surprendre puisque la radicalité a été précisément définie comme une « volonté de rupture » (cf. Chapitre 1), ce qui tendrait à exclure, par hypothèse, la « radicalité de protestation ».

7 La figure 12 (p. 262) n’éclaire pas véritablement l’utilité de la notion du fait que l’ « extrémisme politique » y est situé entre les deux types de radicalité (« de protestation » / « de rupture ») et que les flèches qui les relient sont, pour certaines, en pointillé et, pour d’autres, en trait continu. L’auteure reconnaît également que « L’extrémisme politique tel que nous l’avons mesuré n’apparaît que faiblement corrélé aux deux dimensions de la radicalité. » (p. 263).

8 Gérard Mauger, L’émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Bellecombe-en-Bauges, Ed. du Croquant, 2006.

9 Chez Honneth, le concept de reconnaissance permet de penser les conditions par lesquelles une « valeur sociale » peut être donnée aux personnes « invisibles » dans la société. Voir notamment : Axel Honneth, Un monde de déchirement. Théorie critique, psychanalyse, sociologie, Paris, La Découverte, coll. « Théorie critique », 2013 ; La société du mépris. Vers une nouvelle théorie critique, Paris, La Découverte, coll. « Poche », 2008.

10 Selon la Cour européenne des droits de l’homme, dans son arrêt du 7 décembre 1976, Handyside c/ Royaume-Uni (§49).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Guillet, « Olivier Galland et Anne Muxel, La tentation radicale. Enquête auprès des lycéens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 30 mai 2018, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24743

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Guillet

Maître de conférences de droit public (HDR), Université Le Havre Normandie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page