Navigation – Plan du site

Florence Bouillon, Jérôme Monnet (dir.), « L’observation et ses angles », Espaces et sociétés, n° 164-165

Lionel Francou
L'observation et ses angles
Florence Bouillon, Jérôme Monnet (dir.), « L'observation et ses angles », Espaces et sociétés, n° 164-165, 2016, Toulouse, Erès.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les nombreuses publications importantes traitant de ces questions, en langue française, reten (...)
  • 2 Barthèlemy Tiphaine, Combessie Philippe, Fournier Laurent Sébastien et Monjaret Anne (dir.), Ethnog (...)

1Alors que tant a déjà été écrit sur l’enquête de terrain et le recours, par le chercheur, à l’observation directe ou à l’ethnographie1 pour éclairer des phénomènes sociaux ou socio-spatiaux, ce numéro de la revue Espaces et sociétés entend à nouveau se pencher sur les « angles » de cette méthode aux formes « plurielles2 » qu’est l’observation. Si le sujet semble avoir déjà été traité sous tous les angles possibles et imaginables, et qu’il peut paraître à priori peu original d’encore y consacrer un dossier thématique peu spécialisé, la lecture de quelques textes suffit à rappeler la nécessité d’une mise à plat des différentes bifurcations de l’enquête ainsi que des situations, logiques et mécanismes auxquels elle permet d’accéder.

  • 3 Les coordinateurs de l’ouvrage renvoient à l’article d’Encarnación Gutiérrez Rodríguez, « Traduire (...)
  • 4 Delporte Antoine, Francou Lionel, « Faire de la sociologie. Entre investissement relationnel, contr (...)

2Dans ce numéro résolument pluridisciplinaire, dirigé par la socio-anthropologue Florence Bouillon et le géographe Jérôme Monnet, les auteurs ont été invités à se pencher sur les conditions concrètes de leurs enquêtes portant sur une multitude d’espaces divers et variés (des logements, des bains-douches, des rues ou des plages), mais aussi, pour certaines, sur des phénomènes approchés en combinant plusieurs échelles. Sociologues, géographes, anthropologues ou architectes, les auteurs partagent des « préoccupations communes » (p. 13) malgré leurs différences d’approches et d’intérêts. Inhérente à l’activité de recherche, la « position, tant physique que psychologique et sociale » (p. 12) du chercheur qui recourt à l’observation doit absolument faire l’objet d’une réflexion. Bouillon et Monnet soulignent ainsi l’intérêt de se pencher sur sa « positionnalité3 ». En effet, il est bon de rappeler que, présent au milieu d’une situation qu’il observe, en y participant ou non, à des degrés divers, le chercheur porte en lui, voire sur lui « une discipline scientifique, un outillage technique et théorique, un bagage culturel et une histoire biographique, des aptitudes physiques, un sexe, un âge, un statut social et professionnel… » (p. 13). S’il l’ignore souvent (ou feint de l’ignorer, ou n’en rend pas compte), dans certains cas extrêmes ces éléments attachés au chercheur – dont on peut discuter de l’influence sur les choix de recherches menées4 –surgissent véritablement, de telle sorte qu’il devient impossible de ne pas les prendre en compte. C’est par exemple le cas pour Carolyne Grimard qui a été « submergée par des affects qui semblaient l’enfermer dans sa propre biographie » (p. 27) lors d’une recherche qu’elle menait sur le sans-abrisme. En effet, une série de ses enquêtés étant alcooliques, comme son propre père, elle a dû faire preuve d’une « vigilance réflexive » (p. 28) supplémentaire, qui a montré tout son intérêt heuristique.

  • 5 Broqua Christophe, « L’ethnographie comme engagement : enquêter en terrain militant », Genèses, n°  (...)

3Dans leur article, les sociologues Dahlia Namian et Carolyne Grimard se penchent ainsi sur ce qu’elles nomment les « zones grises » de la pratique de l’observation, où « la saisie de la réalité se fait rarement en ligne droite, en fonction de modèles ou de schèmes analytiques préalables, mais prend forme au contraire au travers des tâtonnements et de démentis » (p. 20). Leur typologie identifie « trois types de troubles ou d’enjeux qui en découlent : la délimitation, la distanciation, l’identification ». Si l’enjeu de l’« identification », abordé ci-dessus à partir de la confrontation à l’alcoolisme, invite à une « exigence de réflexivité et de transparence, qui permet de convertir explicitement nos expériences et nos ignorances en ressources » (p. 15), la « distanciation » conduit à un travail similaire, en tant qu’elle pose également la question du juste engagement et de ses effets, qui vont de pair avec une série de difficultés qui peuvent être rencontrées dans la quête de cet équilibre5. L’engagement pose toujours, y compris lorsqu’il se fait plus distant, les questions « de la légitimité à être là » et « des limites que fixent les observateurs à leur propre liberté d’observer » (p. 129), comme le souligne Claire Lévy-Vroelant à partir d’observations menées par ses étudiants. En optant pour « une posture d’observatrice impliquée » (p. 144), Tristana Pimor a quant à elle partagé les moments de vie de ses enquêtés, de jeunes « zonards », dans les espaces communs de leur squat, ce qui a conduit à un glissement progressif vers une approche qu’elle qualifie d’« ethnographie collaborative », du fait de la « forte implication » (p. 149) des squatteurs, ceux-ci partageant avec elle leurs regards sur son enquête, laissant ainsi apparaître « des rationalités et des logiques zonardes » (p. 150).

  • 6 Venkatesh Sudhir, Floating city. Hustlers, strivers, dealers, call girls and others lives in illici (...)
  • 7 Marcus George E., « Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography », (...)

4Quant à la troisième « zone grise » identifiée par Namian et Grimard, la « délimitation », elle porte sur la circonscription de ce qui fait l’unité d’observation, traditionnellement réalisée « en fonction d’un site ou d’une institution spécifique » (p. 21), que ce soit un quartier italo-américain ou une banlieue française, une usine ou un hôpital psychiatrique. Ainsi, comme l’a conceptualisé Sudir Venkatesh6, un certain nombre de chercheurs sont désormais amenés à « flotter » dans leurs observations, passant d’un espace à l’autre, pour favoriser une compréhension plus fine d’une série de phénomènes sociaux, « plutôt que de s’ancrer sur un territoire fixe » (p. 23). Quant à l’« ethnographie multi-située7 », elle « permet de faire tenir ensemble des terrains habituellement dissociés tant par la recherche que par les politiques sociales » (p. 24) et apporte une solution à ce que Christophe Serra Mallol, dans son étude de l’espace social alimentaire polynésien, dénonce comme une « illusion topocentrique », qui « apparaît lorsque l’observation se limite à une “scène sociale” donnée », où l’observateur « risque » de cantonner les personnes qu’il observe « à une scène spatialisée et à un rôle typifié » (p. 94).

5En plus de donner de la matière pour s’interroger sur ces « zones grises » et leurs effets sur les pratiques de l’observation, ce numéro embrasse une pluralité de méthodologies qui complètent l’observation ou sont complétées par elle : entretiens et récits de vie, cartographies, observation auditive « qui consiste à être attentif, recueillir puis retranscrire l’environnement sonore » (p. 36), mais aussi photographie et relevés précisés à l’aide du dessin. La question de ce qui est (ou non) vu, dimension centrale de l’observation, mais pas toujours suffisamment thématisée en tant que telle, fait ici l’objet de développements intéressants, notamment du fait de Christian Guinchard qui s’est penché sur « le décor urbain de nos activités quotidiennes [qui] est transparent et transitif. Rarement regardé pour lui-même, il est invisibilisé par nos préoccupations et traversé par nos pratiques » (p. 68). L’enquêteur peut alors utiliser son appareil photo pour en faire un « instrument de rupture avec nos pré/visions (formes visuelles des “prénotions” ?) » (p. 70). Quant à Marion Ink, elle s’interroge sur les effets de sa condition de « malvoyante », non visible pour une tierce personne, sur sa pratique ethnographique, décrivant ce qui lui est ou non accessible et témoignant d’une attention renforcée portée à une série d’« indices plus diffus » (p. 107) qui « sont d’ordinaire tenus pour allant de soi » et insuffisamment considérés, alors que « ce sont bien eux qui constituent la situation » (p. 108).

6Au final, si ce dossier d’Espaces et sociétés sur « L’observation et ses angles » s’interroge sur la méthode de l’observation en tant que telle, il le fait à partir de la présentation des résultats de plusieurs recherches qui l’ont mobilisée. Les auteurs rendent compte de leurs résultats sur des thématiques et terrains variés en expliquant comment ils ont largement bénéficié des spécificités du dispositif d’enquête mis en place. Si ce résultat peut sembler anodin, il faut le souligner, dans un contexte où, d’une part, nombre de recherches mobilisant cette méthode tendent à ne pas expliciter les détails de sa mise en œuvre concrète, tandis que, d’autre part, de nombreux ouvrages sont consacrés à son utilisation ou à son épistémologie, sans être toujours suffisamment connectés aux objets qu’elle permet d’étudier.

Haut de page

Notes

1 Parmi les nombreuses publications importantes traitant de ces questions, en langue française, retenons notamment Cefaï Daniel, L’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 2003 ; Olivier de Sardan Jean-Pierre, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2008 ; Cefaï Daniel, L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010 ; Arborio Anne-Marie, Fournier Pierre, L’observation directe, Paris, Armand Colin, 2015.

2 Barthèlemy Tiphaine, Combessie Philippe, Fournier Laurent Sébastien et Monjaret Anne (dir.), Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines, Paris, CHTS, 2014.

3 Les coordinateurs de l’ouvrage renvoient à l’article d’Encarnación Gutiérrez Rodríguez, « Traduire la positionnalité. Sur les conjonctures post-coloniales et la compréhension transversale », Transversal, EIPCP multilingual webjournal. En ligne. URL : http://eipcp.net/transversal/0606/gutierrez-rodriguez/fr.

4 Delporte Antoine, Francou Lionel, « Faire de la sociologie. Entre investissement relationnel, contraintes professionnelles et utilité sociale », Nouvelles perspectives en sciences sociales, vol. 13, n° 1, 2017, p. 271-322

5 Broqua Christophe, « L’ethnographie comme engagement : enquêter en terrain militant », Genèses, n° 75, 2009, p. 109-124 ; Havard-Duclos Bénédicte, « Les coûts subjectifs de l’enquête ethnographique. Enquêter comme militante dans l’association Droit Au Logement (DAL) à la fin des années 1990 », SociologieS, 2007.

6 Venkatesh Sudhir, Floating city. Hustlers, strivers, dealers, call girls and others lives in illicit New York, Londres, Allen Lane, 2013.

7 Marcus George E., « Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography », Annual Review of Anthropology, vol. 24, 1995, p. 95-117 ; Hannerz Ulf, « Being there… and there… and there! Reflections on multi-site ethnography », Ethnography, vol. 4, n° 2, 2003, p. 201-216.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Florence Bouillon, Jérôme Monnet (dir.), « L’observation et ses angles », Espaces et sociétés, n° 164-165 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 04 juin 2018, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24768

Haut de page

Rédacteur

Lionel Francou

Doctorant en sociologie à l’Université catholique de Louvain. Membre du CRIDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité) et du Metrolab.Brussels. Boursier Anticipate (Innoviris).04/06/2018

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page