Navigation – Plan du site

Des instants et des jours : une réponse à Sophie Maunier

Benoît Haug, Gwendoline Torterat et Isabelle Jabiot
Des instants et des jours
Benoît Haug, Gwendoline Torterat, Isabelle Jabiot (dir.), Des instants et des jours. Observer et décrire l’existence, Paris, Editions Pétra, coll. « Anthropologiques », 2017, 428 p., ISBN : 978-2-84743-155-1.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

« […] cette fois encore, on est pris de vertige, on ne comprend pas comment ces lignes construites à partir de pointes d’étoiles peuvent mener vers l’infini alors que l’espace mis à leur disposition est si réduit, et cela nous amène à penser qu’ici, dans l’Alhambra, une vérité jusqu’ici inconnue nous est révélée, à savoir que l’infini peut exister à l’intérieur d’un espace fini, délimité, mais comment est-ce possible ? Car ici, ces minuscules infinis semblent à la fois indépendants et reliés entre eux, comme nous semblaient l’être, à première vue, les salles de l’Alhambra au début de notre visite […] »

  • 1 László Krasznahorkai, Seiobo est descendue sur terre, Paris, Cambourakis, 2018, p. 282.

László Krasznahorkai, Seiobo est descendue sur terre1

1« La défense d’une méthodologie détailliste nous paraît aporétique tant il est impossible d’épuiser l’individu dans les moindres détails », avance Sophie Maunier au terme de sa lecture de notre ouvrage collectif Des instants et des jours – Observer et décrire l’existence ; et notre recenseuse d’invoquer Durkheim pour rappeler que « tout individu est un infini ». Or, à y regarder de plus près, il semblerait que cet « infini » se déploie bien en une unité que des contours permettent de distinguer d’autres unités – le monde. L’impossibilité d’épuiser dans ses moindres détails cette unité qu’est l’individu va évidemment de soi. Mais en quoi cela conduirait-il à renoncer à une méthodologie rivée sur ces détails ? Autrement dit, n’y aurait-il pas quelque chose à faire de ces derniers qui, bout à bout, tissent les fils de vie et épaississent les situations observées ? Par ailleurs, est-on en droit de se demander si ce n’est pas dans ces détails que les individus se singularisent, nonobstant les structures, dispositions et trajectoires sociologiques – celles qui rendent Pierre et Paul interchangeables ?

2C’est précisément pour ne pas s’en tenir au sentiment d’aporie, à la perplexité, à l’indifférence ou tout simplement au doute, qui traversent explicitement le compte rendu de Sophie Maunier, que sept jeunes anthropologues et sociologues ont travaillé collectivement pendant plus de deux ans, sous la forme d’un atelier mensuel, portés par les propositions phénoménographiques d’Albert Piette. En présence de ce dernier, et sans que cette présence empêche de fécondes divergences – bien au contraire –, chaque contributrice et contributeur a su investir le projet commun tout en avançant « singulièrement » avec les préoccupations qui étaient les siennes. Dès lors, s’il est logique et plutôt opportun de présenter cet ouvrage en allant chercher dans les six chapitres ce qui permet d’illustrer la préface d’Albert Piette, cela revient néanmoins à résumer un dîner en famille à son menu ou à ce que son ambiance générale doit à la verve de tel oncle, sans s’intéresser aux autres échanges ou à ce qui, du menu, a été effectivement apprécié – sans parler de ce qui a été laissé dans les assiettes de chacun.

3En complément au parcours méthodologique que propose Sophie Maunier, il paraît donc essentiel d’insister sur la portée expérimentale et critique de la démarche restituée dans Des instants et des jours, avec ce que cela implique en termes de réflexion, d’accomplissements, d’innovation, de tâtonnements, de frustration, de remises en question, de liberté et de prises de risque. D’autre part, il faut rappeler que l’on ne consacre pas deux années à un chapitre de cinquante à cent pages – ce qu’ont fait chacun·e des six auteur·es – sans une proposition forte, conduisant à emprunter des directions multiples. S’il est naturellement difficile de synthétiser ces dernières à l’échelle d’un compte rendu, peut-on vraiment conclure à l’aporie lorsque l’on a contourné le cœur de chacune des propositions ?

4Quid des modalités de l’engagement individuel dans l’interaction, dont traite Gwendoline Torterat à la faveur d’un dispositif méthodologique bâti ad hoc, nourri notamment de psychologie cognitive ? Quid de l’articulation entre sociologie pragmatique et phénoménographie qui permet à Maëlle Meigniez d’élucider les « appuis » sur lesquels un individu s’adosse durant sa journée de travail ? Quid de la dimension incarnée de l’expérience individuelle – qui mène évidemment à autrui –, que l’on semble atteindre avec Marine Kneubühler à la faveur d’une vidéophénoménographie ? Quid de l’équitabilité chien/homme, qui est la raison d’être du travail de shadowing restitué par Marion Vicart et de l’analyse qui s’ensuit ? Quid du modèle de description et d’analyse dont le chapitre de Benoît Haug est l’objet, travaillé à partir d’une analogie musicologique avec l’idée de « contrepoint » ? Quid enfin de la compréhension, permise à Anna Dessertine notamment grâce à la phénoménographie, de ce dont est faite l’attente partagée, voire le « ne rien faire » ? Sans parler de ce que l’on apprend – dans le même ordre – au sujet de la relation pédagogique, du travail d’une assistante sociale, du processus créateur d’un rappeur, de l’existence canine, de la coordination musicale, ou encore de l’expérience migratoire. Nous ne pouvons donc qu’inviter les lecteurs à approcher le projet phénoménographique non pas in abstracto, mais à l’aune de ce qu’il fertilise.

5Le « droit de réponse » ne porte jamais aussi bien son nom que lorsqu’il s’exerce face à des questions plutôt que face à une élaboration critique. De fait, c’est simplement par une série de quatre questions que Sophie Maunier choisit de commenter Des instants et des jours après en avoir résumé certains aspects au prisme de la préface : « À quoi bon passer autant de temps à suivre les individus, à décrire leurs moindres gestes ? […] En quoi [l]e relâchement serait-il plus singulier que l’engagement ? De plus, comment départir le singulier du collectif ? Peut-on imaginer un individu hors du monde social sans qu’il en soit imprégné ? ». Les six chapitres se donnant à lire comme des réponses à la première question (« À quoi bon ? »), s’intéresser à leurs propos respectifs devrait permettre de se hisser hors du sentiment de déception. La seconde question demande quant à elle de lever un malentendu : ce n’est pas parce qu’il singulariserait à lui seul l’individu que le relâchement mérite toute notre attention, mais bien parce qu’il le fait au moins autant que l’engagement et, surtout, conjointement avec lui. Par conséquent, si l’engagement des individus a généralement le monopole de l’attention scientifique, nos six chapitres prennent au contraire le temps d’éprouver l’hypothèse selon laquelle la singularité de nos fils d’existence tiendrait bien aux modes de déploiement et d’articulation de nos relâchements et engagements.

6S’agissant des troisième et quatrième questions, rassurons enfin nos lecteurs et lectrices : s’il est effectivement question de nettement « départir le singulier du collectif » pour mieux les articuler – opération durkheimienne s’il en est –, il ne s’agit évidemment pas de postuler un individu « hors du monde social ». Les auteur·es de Des instants et des jours s’essaient simplement à des modes de description et d’analyse qui, hors de nos habitudes sociologiques, permettent à l’anthropologie de s’intéresser aux humains qui font le monde social. Et, en retour, de redécouvrir ce monde dont les cartographies habituelles mettent rarement en valeur les reliefs humains.

Haut de page

Notes

1 László Krasznahorkai, Seiobo est descendue sur terre, Paris, Cambourakis, 2018, p. 282.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Haug, Gwendoline Torterat et Isabelle Jabiot, « Des instants et des jours : une réponse à Sophie Maunier », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 04 juin 2018, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24769

Haut de page

Rédacteurs

Benoît Haug

Gwendoline Torterat

Diplômée en archéologie et doctorante en anthropologie au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative de Nanterre.

Articles du même rédacteur

Isabelle Jabiot

ATER, Université de Toulouse Jean Jaurès, LISST, CAS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page