Navegación – Mapa del sitio

Romain Delès, Quand on n’a « que » le diplôme… Les jeunes diplômés et l’insertion professionnelle

Timothée Mucchiutti
Quand on n'a « que » le diplôme...
Romain Delès, Quand on n'a « que » le diplôme... Les jeunes diplômés et l'insertion professionnelle, Paris, Presses universitaires de France, col. « Education et société », 2018, 241 p., préface de François Dubet, ISBN : 978-2-13-078694-8.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Chiffres de l’INSEE cités par Dumay Jean-Michel, « Les lycées professionnels, parents pauvres de l’ (...)
  • 2 En 1985, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Pierre Chevènement, formulait le vœu de porter (...)

1Si les actifs français diplômés de l’enseignement supérieur sont deux fois moins au chômage que ceux uniquement diplômés du baccalauréat et trois fois moins que ceux qui n’ont aucun diplôme1, le sociologue Romain Delès rappelle que les diplômés de l’enseignement supérieur sont également plus contraints qu’autrefois au chômage d’insertion. Cette situation s’expliquerait par la croissance à des rythmes différents des emplois qualifiés et du nombre de diplômés. Dès lors, tandis que le nombre de diplômés du baccalauréat et de l’enseignement supérieurs augmente2, les positions sociales tendent à être de moins en moins décidées par l’école et de plus en plus par le marché du travail.

2À partir des résultats d’une série d’observations effectuées au sein d’une association d’aide à l’insertion professionnelle des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur et d’entretiens semi-directifs conduits auprès d’une soixantaine d’entre eux, Romain Delès propose une typologie des rapports à l’insertion professionnelle, tout en précisant que « les types idéaux, par définition, sont des abstractions et [qu’]aucune réalité individuelle n’y correspond parfaitement […] l’analyse typologique [ayant] précisément pour but de styliser la réalité pour la rendre intelligible » (p. 45). L’ouvrage est découpé en trois parties ; reprenant les trois types de rapports à l’insertion professionnelle dégagés par l’auteur : l’insertion « prévisible », l’insertion « entravée » et l’insertion « refusée ».L’insertion professionnelle paraît imminente pour les individus du premier type, qui ont acquis les codes de la recherche d’emploi, A contrario, les individus du deuxième type sont en train d’acquérir ces codes, et ce processus d’acquisition entrave temporairement leur insertion. Les individus du troisième type, quant à eux, refusent d’acquérir ces codes. Le sociologue précise d’emblée que ni l’origine sociale, ni l’âge, ni le sexe des individus ne semblent être des variables déterminantes en matière de primo-insertion professionnelle des diplômés de l’enseignement supérieur.

3Les individus dont l’insertion est de type « prévisible » se caractérisent par l’homogénéité de leur parcours d’apprentissage, plus modeste que celui des diplômés des deux autres types. Ils sont ainsi majoritairement issus des filières de l’enseignement supérieur dites « courtes » (sections de techniciens supérieurs et instituts universitaires technologiques, c’est-à-dire des formations délivrant un diplôme deux années d’étude après le baccalauréat). Optimistes quant à leur insertion professionnelle, ils tirent un sentiment de « revanche » sur la culture scolaire puisque leur taux d’insertion professionnelle est plus élevé que celui de leurs camarades des filières générales de l’enseignement supérieur dont l’insertion professionnelle est entravée ou refusée diplômés quant à eux. Pour eux, l’insertion professionnelle est un moment « normal » de la vie, qui n’induit ni rupture identitaire, ni rupture de liens sociaux, ni rupture temporelle, contrairement aux individus dont l’insertion est de type « entravée ». Ainsi, « parce qu’ils ne sont pas familiers du mode de vie étudiant, parce qu’il existe aussi une certaine forme de continuité entre leurs habitus scolaires et les habitus professionnels, la recherche d’emploi des jeunes de l’insertion prévisible n’est pas perçue comme déclassante » (p. 64).

4Les diplômés dont l’insertion est de type « entravée » sont quant à eux issus des formations générales de l’enseignement supérieur, le plus souvent des filières littéraires de l’université. Ayant pour la plupart effectué un parcours scolaire exemplaire, ils sont moralement attachés au diplôme, mais ils n’ont pas anticipé cette « épreuve sociale » qu’est désormais l’insertion professionnelle. Ces anciens étudiants subissent alors à une crise statutaire et vivent le resserrement des perspectives d’emploi comme une trahison de l’école, que celle-ci n’a su ni prévoir ni prévenir. Contrairement aux diplômés du premier type, ils ne possèdent pas d’habitus professionnel et ils n’envisagent pas de valoriser une activité autre que l’exercice d’un emploi, à l’instar des personnes dont l’insertion est considérée comme « refusée ». Les premiers temps de leur insertion professionnelle « sont consacrés à un “recalage” des aspirations professionnelles sur les possibilités d’emploi réellement accessibles » (p. 156). Puis, démarre pour ces individus un travail de recherche d’emploi dont l’enjeu est de les rapprocher des normes de l’insertion professionnelle. Enfin si « l’entrée dans l’emploi est durablement retardée, des formes de “travail pour patienter” prennent le relais, permettant de concilier formellement leur adhésion toujours forte aux logiques de l’insertion professionnelle » (p. 157) : pour eux, le succès à l’école comme dans leur insertion professionnelle nécessite des efforts. En définitive, ces jeunes doivent faire face à un triple décalage : entre leur niveau d’aspiration professionnelle, directement lié à leur niveau d’étude, et les réelles possibilités d’emploi ; entre leurs habitus scolaires et les attentes de la recherche d’emploi ; et, enfin, entre leur « mode de pensée méritocratique et leur impuissance à le réaliser professionnellement » (p. 156).

5Les individus dont l’insertion est de type « refusée », pour partie issus des filières artistiques de l’enseignement supérieur, se caractérisent par leur refus, voire leur « aversion » (p. 180) de l’insertion professionnelle classique et de la démarche associée, cette dernière étant jugée inefficace et artificielle. De ce fait, ces jeunes entretiennent beaucoup moins de contacts avec les institutions d’aide à l’insertion professionnelle que les deux autres types de diplômés. S’ils s’excluent d’eux-mêmes de l’insertion, ces jeunes ne refusent pas la situation d’employé : un certain nombre d’entre eux occupent un emploi. Mais ils revendiquent cet engagement dans l’emploi comme « pas sérieux » (p. 182), a contrario des primo-insérants des autres types qui envisagent la plus petite expérience professionnelle comme une expérience importante à faire valoir dans leur démarche d’insertion sur le marché de l’emploi. Cette absence d’engagement professionnel « sérieux » leur permet, selon l’auteur, de préserver leur indépendance morale et intellectuelle. En définitive, les primo-insérants de ce type manifestent un « désir de différemment » (p. 185), c’est-à-dire un désir de faire durer un mode de vie intermédiaire marqué par le refus de l’engagement, professionnel notamment. Leur posture de rejet vis-à-vis de l’insertion professionnelle classique peut également être comprise comme une adhésion à l’organisation économique du marché de l’emploi de la culture qui valorise la singularité. L’exercice d’un petit boulot alimentaire est pourtant plus désirable pour eux que la précarité professionnelle dans le domaine de la culture, du fait de leur fort sentiment d’exploitation le niveau des responsabilités professionnelles qu’ils endossent ne correspond pas à leur niveau de diplôme. Par conséquent, le refus d’une insertion professionnelle classique bascule parfois dans l’évitement de celle-ci dans les domaines qui les intéressent, car il s’agit dès lors de se protéger d’un échec pressenti lors d’un entretien, par exemple. Ainsi, l’insertion refusée peut constituer l’étape d’une carrière vers l’insertion entravée.

6L’analyse des trois types d’insertion professionnelle fait ressortir le constat  que le temps des études et celui de l’emploi sont fortement cloisonnés en France. De ce fait, le « moment » de l’insertion professionnelle est particulièrement anxiogène pour les jeunes diplômés, et défavorable à l’acquisition de l’autonomie. D’autres pays articulent différemment le temps des études et celui de l’emploi, favorisant « probablement une forme d’acquisition de l’autonomie des jeunes plus progressive et peut-être aussi plus harmonieuse » (p. 222). Le travail de Romain Delès a le mérite de s’intéresser à l’insertion professionnelle de tous les diplômés, et pas seulement à celle des diplômés des grandes écoles qui font souvent la Une des médias. Au regard de mon expérience personnelle de jeune diplômé de l’enseignement supérieur et de celle de mon entourage, les types idéaux dégagés dans cet ouvrage me paraissent pertinents.

Inicio de página

Notas

1 Chiffres de l’INSEE cités par Dumay Jean-Michel, « Les lycées professionnels, parents pauvres de l’éducation », Le Monde diplomatique, n° 768, mars  2018, p. 4-5.

2 En 1985, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Pierre Chevènement, formulait le vœu de porter 80 % d’une classe d’âge au niveau du baccalauréat, que la loi d’orientation sur l’éducation n° 89-486 du 10 juillet 1989 a officialisé dans son article 3. En 2013, la loi n° 2013-660 du 22 juillet 2013 relative à l'enseignement supérieur et à la recherche formulait à son tour le vœu de voir 50 % d’une classe d’âge diplômée de l’enseignement supérieur.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Timothée Mucchiutti, « Romain Delès, Quand on n’a « que » le diplôme… Les jeunes diplômés et l’insertion professionnelle », Lectures [En línea], Reseñas, 2018, Publicado el 05 junio 2018, consultado el 23 octubre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24776

Inicio de página

Redactor

Timothée Mucchiutti

Diplômé de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página