Navigation – Plan du site

Alexandre Mathieu-Fritz, Les huissiers de justice

Yann Faure
Les huissiers de justice
Alexandre Mathieu-Fritz, Les huissiers de justice, PUF, coll. « Sciences sociales et sociétés », 2005, 248 p., EAN : 9782130548218.
Haut de page

Texte intégral

1De l'analyse des cartes de vœux à l'étude des lecteurs de mangas, il n'y a pas en sociologie d'objet illégitime car les sujets en apparence les plus dérisoires peuvent, en fonction de la manière dont ils sont traités et une fois dépliés, exposer globalement le fonctionnement de notre société. Les huissiers de justice évoquent a priori dans l'imaginaire collectif, des personnages ternes et ennuyeux, un brin antipathiques, qu'on est peu désireux d'approcher de trop près pour les connaître mieux - A. Mathieu-Fritz revient d'ailleurs sur les fondements de l'image négative portée par cette profession. Car il s'agit bien d'une profession au sens sociologique, jouissant d'un monopole, contrôlant le recrutement de ses membres, dotée de pouvoirs exceptionnels par l'Etat et bénéficiant d'une large autonomie. L'auteur affiche l'intention de nous instruire sur celle-ci, avec objectivité et « en dépassant les lieux communs ». Mais qui s'intéresse aux huissiers ? Peu importe, puisqu'on sait que regarder travailler les balayeurs municipaux, les caissières de supermarchés, suivre les postiers dans leurs tournées, s'intéresser à toutes sortes de métiers anodins conduit à découvrir l'intensification des processus productifs, la rationalisation de l'activité de service, la délégation du « sale boulot », l'apparition des conflits et leur régulation, les intersections des sphères domestiques et laborieuses, la domination des hommes sur les femmes, l'incorporation des hiérarchies de légitimité, l'expression de la violence symbolique, les nouvelles formes d'aliénation, la souffrance au travail, etc. Bien souvent, éclairer les interstices d'une activité professionnelle permet de comprendre la nature des relations sociales entre les individus. C'est pourquoi, choisir de décrire et de décortiquer un métier ou une profession est un moyen bien adapté pour rendre visible un processus de socialisation, mesurer des rapports de forces, illustrer un changement dans la distribution des pouvoirs. A partir de ces groupes préconstitués et identifiables dont se servent les sociologues pour tester une hypothèse, la connaissance du social se construit pas à pas. A. Mathieu-Fritz porte le projet inverse : se servir des instruments sociologiques pour saisir et comprendre une profession. Il le réalise parfaitement, avec minutie, rigueur, sobriété.

2L'auteur défend d'ailleurs l'intérêt sociologique d'une telle étude... Nous sommes en présence d'une profession ancienne, dotée de structures exceptionnelles, en proie à de notables transformations depuis les années 70 : féminisation, élévation du diplôme requis, modification du recrutement social de ses membres, passage d'une régulation patrimoniale à une régulation marchande. D'ailleurs, les mutations de cette profession sont le produit, ou tout du moins accompagnent de plus vastes changements sociaux, tels l'accélération de l'urbanisation et l'avènement d'une société de consommation et de crédit. En témoignent les rapports des huissiers des champs avec les huissiers des villes et la montée du recouvrement.

3La première partie de l'ouvrage vise à mettre en lumière la morphologie sociale et professionnelle du groupe investigué. Démarche qui permet déjà d'en discerner la segmentation. L'auteur a magistralement construit ses données quantitatives et il les mobilise pour rendre compte des évolutions démographiques : évolution des effectifs, répartition géographique, accroissement de la présence des femmes dans la profession, types de diplômes détenus par classes d'âges, répartition des huissiers de justice par origine sociale. On bénéficie ensuite de comparaisons particulièrement bien choisies qui nous permettent notamment d'observer que la profession est relativement fermée (tendance à l'auto-reproduction), mais beaucoup moins que celles de notaires ou de commissaires priseurs - en particulier elle draine nettement moins d'enfants des professions libérales et laisse une chance non négligeable à des candidats issus des classes moyennes et populaires. Il est dommage que le constat de ce recrutement moins élitaire soit totalement déconnecté des arguments avancés dans la seconde partie du livre : la question des revenus, qui explique modérément les écarts d'origines sociales ou les conceptions qui prévalent des différentes perspectives professionnelles ouvertes aux étudiants en droit - huissier serait perçu comme une activité de sous juriste. L'auteur ne relie pas non plus la composition sociale de la profession à la remarque rapportée beaucoup plus tard d'une de ses enquêtées déclarant qu'elle avait choisi ce métier parce qu'elle manquait d'éloquence - l'aisance oratoire n'étant pas une qualité sociale équitablement distribuée.

4Le chapitre consacré à la place des femmes parmi les huissiers de justice retient l'attention. L'objectivation statistique permet de mesurer des différences de taille dans le recrutement professionnel selon le genre : les femmes paient symboliquement un droit d'entrée majoré : qualifications supérieures, origines sociales plus élevées mais moins souvent issues de famille d'huissiers, filles de chefs d'entreprise pour une large proportion d'entre elles. Encore très minoritaires, elles sont reléguées aux petites études, confinées en milieu rural, exercent là où on réalise le moins d'actes, conséquemment là où les revenus sont plus faibles. A l'entrée, elles peinent davantage à obtenir un stage professionnel qualifiant. A l'installation, elles se heurtent au refus des hommes de s'associer avec elles. Au cours de leur exercice quotidien, elles subissent le scepticisme de leurs concurrents masculins qui jugent que cette activité requiert une autorité naturelle et oblige à une débauche d'énergie physique lors des interventions sur le terrain, bref nécessite des qualités d'hommes.

5Dans la seconde partie de la présentation de l'étude d'A. Mathieu-Fritz, les chiffres cèdent la place à de nombreux extraits d'entretiens destinés à rendre compte des parcours des huissiers qu'il a rencontrés. L'auteur se propose d'analyser à la fois les trajectoires et les identités professionnelles, c'est-à-dire de donner voix aux impressions subjectivement vécues car, affirme-t-il, « c'est bien en fonction de celles-là qu'ils s'orientent dans leur vie professionnelle et sociale ». Différents types de carrières se dessinent ainsi selon l'âge d'entrée dans la profession, le diplôme détenu, l'origine sociale des intéressés, le souhait de s'installer en ville ou à la campagne. On apprend que ce métier ne suscite pratiquement aucune vocation précoce, qu'il est généralement retenu après élimination des autres perspectives offertes (avocat, juge notaire), qu'il attire principalement des postulants ayant déjà expérimenté une autre activité professionnelle. Bien qu'il autorise des espérances de revenus de l'ordre de 100 000 euros annuellement et en moyenne. Faut-il y voir le poids de la mauvaise réputation du métier, sa relative invisibilité ? Les hypothèses proposées par l'auteur laissent planer une ambiguïté : est-il si logique ou si naturel que les perceptions du public et celles des membres des professions adjacentes se rejoignent ? A. Mathieu-Fritz voit dans les moqueries des profanes « une forme de vengeance symbolique face à des professionnels considérés comme les garants des valeurs bourgeoises, voire d'une injustice sociale ». Certes, mais les étudiants en droit n'intériorisent-ils pas plus profondément les valeurs de leurs pairs que celles de leurs concitoyens, en général ? Or l'auteur cite des causes probablement plus effectives du relatif dédain des « héritiers des professions libérales » pour la charge d'huissier : dans le monde juridique et judiciaire, exécuter le droit est moins prestigieux que le dire. Historiquement, les huissiers ne sont que des subalternes chargés de garder les portes des tribunaux. Symboliquement, ils n'ont pas de territoire. Enfin, ils sont en prise directe avec la récupération de l'argent dans un univers social où la première des valeurs postulées est le désintérêt. Dès lors, l'organisation collective de cette profession et l'élévation du diplôme requis pour y entrer peuvent se comprendre comme une entreprise symbolique, en grande partie, destinée à atténuer le stigmate...

6L'exposé, via des témoignages de parcours individuels, permet à A. Mathieu-Fritz de montrer comment les huissiers tentent de se dégager des représentations négatives qui les affectent. Les récits de trajectoires sont aussi mobilisés très à propos pour objectiver le poids des ressources économiques et sociales dans la constitution des carrières. Enfin, les passages consacrés au retour des enquêtés sur leurs origines sociales et leur devenir propre est édifiant : on y lit en filigrane chez les huissiers d'origine populaire la volonté de rester simple au moins par l'apparence vestimentaire pour ne pas trahir, la culpabilité d'avoir à se saisir du bien des plus modestes, et d'autres choses encore qu'on aurait bien voulu voir développer... Globalement, on reste justement en attente d'une conclusion qui expliciterait de quelle vision du monde social les huissiers sont porteurs. Mais également, leurs rapports, leur place et leur rôle dans l'économie morale de la société et vis-à-vis d'une morale de l'économie.

7Finalement, dans cette étude claire, argumentée et extrêmement bien documentée, réalisée par A. Mathieu-Fritz, rien ne manque. On sort de cette lecture enrichi d'un savoir spécialisé conséquent. Il faut inévitablement patienter jusqu'à la seconde partie pour accéder enfin à la chair du sujet mais la présentation académique des données quantitatives s'avère un socle solide pour baser la réflexion. Enfin, au lecteur sociologue qui se sentirait un peu frustré eu égard à certaines questions méthodologiques comme le statut des entretiens, le rapport de l'auteur à son sujet, les moyens mis en œuvre pour neutraliser l'effet d'auto-justification des discours récoltés ou encore les implications de la situation d'observateur participant, on peut conseiller de se plonger dans les travaux universitaires d'A. Mathieu-Fritz dont ce livre est issu. Car on apprend déjà beaucoup ici et l'ouvrage constitue un modèle pour qui veut se lancer dans l'étude exhaustive d'une profession.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Faure, « Alexandre Mathieu-Fritz, Les huissiers de justice », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 10 janvier 2006, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/248

Haut de page

Rédacteur

Yann Faure

Yann Faure est ATER en sociologie à l'Ecole centrale de Lyon et doctorant au GRS (Groupe de recherche sur la socialisation, CNRS, Lyon-2, ENS-LSH).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page