Navigation – Plan du site

« Total Football. Une arme de diversion massive », Quel Sport ?, n° 33-34, mai 2018

Hassan Quarouch
Total Football
« Total Football. Une arme de diversion massive », Quel Sport ?, n° 33-34, mai 2018, 272 p., Alboussière, QS? éditions, ISBN : 978-2-490070-03-9.
Haut de page

Texte intégral

1Ce nouveau numéro de Quel Sport ? marque la onzième année d’une revue qui persiste dans sa volonté de comprendre et dénoncer – en même temps, dans un même geste – le phénomène sportif mondialisé. Sans éditeur, sans attaches institutionnelles, en toute indépendance, autogérée et engagée, cette revue poursuit inlassablement un travail d’analyse du sport-spectacle de compétition, de déconstruction des discours de légitimation et de défense du sport (qu’il soit « populaire », « amateur », « professionnel » ou même « alternatif »), de ses diverses pratiques physiques affiliées et de ses autres pratiques obscures, silencieuses, illicites, frauduleuses, voire maffieuses.

  • 1 Le football total est un principe de jeu introduit et mis en place par l’entraîneur néerlandais Rin (...)

2À l’instar des livraisons précédentes, ce numéro, qui envisage le football comme « une arme de diversion massive », vient relancer le débat public (aujourd’hui de plus en plus rare) sur le développement du spectacle sportif, ses emprises économiques et sociales, ses effets politiques et psychologiques de masse, et son utilisation par les pouvoirs à des fins de propagande. Alors même que se prépare la prochaine Coupe du monde de football en Russie, le dossier s’interroge sur les tendances totalitaires du football, sur son « totalitarisme doux » et même sa matrice idéologique fascistoïde. Le titre « Total football » porte une allusion ironique au « football total » mis en œuvre par l’équipe de l’Ajax Amsterdam dans les années 19701, mais fait surtout un clin d’œil au film Total Recall de Paul Verhoeven (1990), où l’aliénation individuelle et collective des populations ainsi que le « reconditionnement mental » des individus par le spectacle et la réalité virtuelle font irrévocablement penser au « conformisme des automates » (pour reprendre une formule du psychanalyste Erich Fromm) qui s’empare des « amoureux » et autres « fous de foot », dont la conscience se noie dans des océans d’irrationalités avant, pendant et après les matchs.

  • 2 Fédération internationale de football association ; Union des associations européennes de football  (...)

3Le numéro s’ouvre sur une dénonciation de la collaboration passée et présente des instances du football mondial et national (FIFA, UEFA, FFF en particulier2) avec les régimes antidémocratiques. Les arguments avancés par la rédaction sont clairs et radicaux : « Pour nous, l’objectif de Poutine reste limpide : la guerre des stades préfigure le stade des guerres à venir. Il escompte bien à nouveau aveugler l’opinion publique par le spectacle des mercenaires du crampon, manipuler les nations sélectionnées pour le Mondial et réduire au silence l’opposition démocratique en Russie au nom du football » (p. 10). S’en suit un appel au boycott du Mondial poutinien, accompagné d’un petit « mode d’emploi » pour qui voudrait s’engager dans cette voie.

4Ainsi éclairés, les lecteurs peuvent ensuite aborder les dossiers principaux de ce numéro en connaissance de cause. La rédaction définit le football avant tout comme une « image parfaite de la compétition de tous contre tous » et comme un « mode de production du modèle de compétiteur le plus efficace et le plus impitoyable auquel l’être humain devrait s’identifier » (p. 13). Elle l’appréhende de surcroît comme le « principal vecteur de massification émotionnelle » et « d’unification des individus en foules rivales » (p. 13). Plusieurs questions orientent dès lors les différents intervenants pour élucider « Le système d’oppression du football » et « La massification totalitaire du football ». Ces questions sont lourdes d’implications politiques et vont à contre-courant de toutes les problématiques actuelles sur l’universalité enchanteresse du ballon rond. Appréhender le football comme un phénomène totalitaire semble justifié par le fait qu’il procède comme « une politique permanente d’enrégimentement idéologique de toutes les classes sociales, encouragées à s’engloutir dans une sorte de corporation footballistique dépolitisée, quasi-mystique ou quasi-religieuse, prête aux plus grands sacrifices ». Ce sport de masse omniprésent n’est-il pas devenu « l’un des principaux agents de répression des tendances pulsionnelles, culturelles et politiques qui dans l’homme visent à le libérer des pouvoirs autoritaires, des institutions hétéronomes, des techno-bureaucraties kafkaïennes ? » (p. 13).

5Face à ce vaste champ de réflexion, des professeurs de philosophie comme Christian Godin, Robert Redeker ou Daniel Salvatore Schiffer, des professeurs de sociologie comme Claude Javeau ou Jean-Marie Brohm, des étudiants titulaires de masters en sociologie politique ou en philosophie comme Matthieu Douérin ou Jean Naimard-Kédébu (on soupçonne le pseudonyme potache…) développent des analyses qui sondent les profondeurs politiques du football jamais élucidées dans les recherches contemporaines. Dans une très fine étude de la « Misère de l’aficionado », Christian Godin explique par exemple que le sport est une pratique fondée sur une discrimination des joueurs « en fonction de leur âge, de leur sexe, de leur validité ou invalidité, de leurs places dans le classement, de leurs victoires ou de leurs défaites », que ne justifie « ni l’intelligence ni la morale ». Observant que le sport légitime un « impitoyable système économique » qui « donne tout, ou presque, au vainqueur et rien, ou presque, aux vaincus », il déplore la bêtise de l’identification sportive qui « porte sur un objet stupide en soi » et surtout refuse de le mettre en question (p. 151-152).

  • 3 Umberto Eco, Reconnaitre le fascisme, Paris, Grasset, 2017.

6D’autres textes analysent le pouvoir d’emprise du foot et du spectacle sportif, les accès de violences inhérents à la logique de la compétition, les phénomènes de massification et les germes totalitaires du phénomène footballistique (Jean-Marie Brohm, Fabien Ollier, Robert Redeker, Matthieu Douérin, Daniel Salvatore Schiffer). « L’Ur-fascisme » du football, ce que Umberto Eco qualifie de « fascisme primitif et éternel » dans son magnifique essai Reconnaître le fascisme3, est notamment traqué puis révélé sans complaisance par Fabien Ollier et Jean-Marie Brohm, à l’encontre de tous les discours ou bavardages sur « le vivre-ensemble » du football, l’« imaginaire démocratique du foot », la « magie du ballon rond », « la passion populaire » du football ou sa prétendue « culture universelle ».

7De l’addiction populiste au spectacle footballistique, on passe à la toxicomanie massive qui sévit au sein du milieu footballistique. Trois textes du grand spécialiste du dopage, le docteur Jean-Pierre de Mondenard, font le bilan des pratiques dopantes systématiques qui existent dans le football depuis déjà plusieurs dizaines d’années. Il s’efforce de déconstruire les préjugés, les sophismes et les dénis de réalité qui aujourd’hui tendent à masquer la gangrène du dopage dans ce « sport roi ». Il apporte de nombreuses preuves à l’appui de ses analyses (témoignages d’anciens dopés, comptes rendus d’affaires de dopage élucidées par la justice, bilans officiels des contrôles anti-dopage positifs, etc.). Il en appelle à ce que les instances officielles du football « arrêtent de nous “gonflerˮ en affirmant que le dopage est inefficace sur les artistes du ballon rond. À technique égale, le dopé pourra courir plus vite, aura une détente verticale supérieure, une “caisseˮ plus résistante, frappera la balle avec plus de puissance. Au final, il sera tout simplement meilleur pour jouer au foot ! » (p. 171).

8En matière de contenu, ce numéro lègue aussi une certaine tradition critique. Y sont republiés des textes, aujourd’hui introuvables, qui ont accompagné la constitution de la théorie critique du sport en France et qui donnent à penser « l’éthos » du sport. Dans la section « Corps, sport et fascisme », on trouve notamment le magnifique texte de Vladimir Jankélévitch, « Une monstrueuse apothéose » (1976), où le philosophe résistant de la première heure au nazisme conclut : « N’en doutez pas : l’exaltation du corps juvénile est dans bien des cas un mythe suspect fabriqué par le prestige du mâle triomphant. Prenez-garde au bel athlète ! » (p. 202). On peut également lire un entretien avec l’anthropologue Louis-Vincent Thomas sur « Corps individuel/corps social » (1976), une analyse du « fascisme corporel ordinaire » et des liens qui unissent « corps et pouvoir » par Jean-Marie Brohm (1976) et un texte de Jacques Ellul sur « Sport et technique » (1991) où, à l’instar de Brohm, Ellul pointe le fait que le sport est devenu « une entreprise qui rapporte […], une affaire de fric » (p. 238). Selon lui, ce qui autrefois n’était qu’un jeu est aussi devenu une immense machinerie technicienne qui ne cesse de s’accroître. Ce système technico-sportif asservit les masses au divertissement sponsorisé par les grandes firmes du techno-capitalisme que constitue l’affrontement incessant d’équipes de mercenaires robotisés. Et ce divertissement « permet d’investir des passions inemployées (dans une société qui n’a plus de valeurs) ; face à des millions d’hommes qui ne croient plus à rien, que rien n’intéresse, au moins le sport devient une raison de se passionner pour quelque chose ! » (p. 238). Voilà qui n’a pas pris une ride.

9D’une manière générale, Quel Sport ? rompt avec la logique des revues académiques. Elle innove par son style d’interpellation et de questionnement. Le contrat implicite est la liberté de pensée et de jugement de part et d’autre. Les textes adoptent des formes d’expression différentes : cela va de l’analyse sérieuse qui obéit aux canons universitaires au genre pamphlétaire en passant par l’essai, la lettre ouverte, le manifeste, le portrait satirique (voir notamment le texte de Fabien Ollier sur « Le judo : une fabrique d’armes à forme humaine »). Mais cette hétérogénéité des styles n’a rien d’une dispersion de la pensée, elle cimente au contraire les idées-forces de la théorie critique du sport par la complémentarité des regards et la diversité des modèles d’intelligence du fait sportif et de ses variations politiques.

Haut de page

Notes

1 Le football total est un principe de jeu introduit et mis en place par l’entraîneur néerlandais Rinus Michels lorsqu’il entraînait l’Ajax Amsterdam, l’équipe nationale des Pays-Bas, et le FC Barcelone durant les années 1970. Ce principe proposait un jeu offensif basé sur le mouvement et la permutation des postes durant les matchs. Ainsi, au lieu de séparer les postes de défenseurs et d’attaquants, le football total obligeait chaque joueur à participer à l’attaque et à la défense en fonction des moments du match.

2 Fédération internationale de football association ; Union des associations européennes de football ; Fédération française de football.

3 Umberto Eco, Reconnaitre le fascisme, Paris, Grasset, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hassan Quarouch, « « Total Football. Une arme de diversion massive », Quel Sport ?, n° 33-34, mai 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24838

Haut de page

Rédacteur

Hassan Quarouch

Ex-boxeur amateur, docteur en sociologie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page