Navigation – Plan du site

« La Nouvelle Afrique », Questions internationales, n° 90, 2018

Jefferson Guegan
La nouvelle Afrique
Gilles Andréani (dir.), « La nouvelle Afrique », Questions internationales, n° 90, mars-avril 2018, 130 p., Paris, La Documentation Française, ISBN : 3303331600909.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’émergence est définie ici comme étant une étape intermédiaire, caractérisée par une croissance fo (...)

1Le continent africain a longtemps renvoyé l’image d’un territoire perdu, désolé et rongé par les crises post-coloniales. Les années 1980-1990 ont été marquées par la pauvreté et par les conflits. Toutefois, cette fin de XXe siècle a connu un ajustement structurel, suivi par un cycle de croissance laissant entrevoir l’espoir d’un réel développement africain, tant économique que social. Cependant, cette embellie, sensible mais encore insuffisante, a laissé place, ces trois dernières années, à une croissance trop faible pour permettre l’émergence1 du continent. De plus, au-delà du ralentissement de ce processus de développement, il est notable que les dynamiques des différents pays africains sont de plus en plus hétérogènes.

2Partant de ce constat, la revue Questions internationales consacre un dossier aux enjeux de développement en Afrique. Consciente des mutations socio-économiques profondes connues par les sociétés africaines, la rédaction a réuni 21 universitaires d’horizons divers afin de mettre en exergue les défis majeurs auxquels le continent va être confronté dans les années à venir. Ainsi, avec un corpus de 10 articles et 8 contributions plus brèves, le dossier cherche à répondre à une problématique socio-économique centrale, à savoir la capacité des différents États africains à confirmer les progrès régionaux, certes inégaux, mais incontestables, et à appréhender les difficultés apparues avec le ralentissement de la croissance. En d’autres termes, c’est la réponse des différents gouvernements aux défis qui s’imposent au continent qui exprimera leur capacité à concrétiser les espoirs nés des deux dernières décennies.

  • 2 Dans le contexte africain, l’économie de rente est principalement basée sur l’exploitation des ress (...)

3L’objectif que poursuivent les auteur-es est ambitieux. En effet, les dynamiques des pays africains sont diverses, leurs situations hétérogènes et leurs choix de développement divergents ; ainsi, il est fort probable que la réponse qu’ils apporteront aux défis actuels ne sera pas unique. Toutefois, au-delà des différentes trajectoires possibles, le dossier fait ressortir trois grands enjeux majeurs, à partir desquels il est possible de tirer un certain nombre d’enseignements : les mutations démographiques, les problèmes liés aux économies de rente2 et les transformations sociales nées de l’urbanisation. Derrière ces trois axes, apparaît en toile de fond le rôle des puissances extérieures, notamment les nouveaux partenaires économiques venus concurrencer les anciennes puissances coloniales. L’objet d’étude étant large et les thématiques diverses, les auteur-es proposent des investigations ciblées. Ainsi, le dossier met l’accent sur l’Afrique subsaharienne, avec un focus sur le Nigéria, pays qui symbolise l’anémie des grands des États rentiers de l’Afrique de l’Ouest et australe, et sur l’Éthiopie et le Kenya, tous deux censés représenter le dynamisme des pays de l’Afrique de l’Est. Le rôle des puissances extérieures est, quant à lui, principalement illustré par la Chine et, dans une moindre mesure, par l’Inde, devenus les premiers partenaires commerciaux du continent, en particulier à l’est.

4Le premier enjeu que fait ressortir le dossier est celui de la croissance démographique. L’accroissement de la jeunesse est souvent présenté comme un atout, puisque cette classe est perçue comme un foyer possible de futurs consommateurs. Toutefois, Jean-Pierre Guengant fait remarquer que, depuis les années 1950, la croissance démographique n’a jamais favorisé la croissance économique. En effet, même si les facteurs de la stagnation économique africaine sont nombreux, il est notable que plus la population augmente, plus la croissance doit être importante pour échapper au mal-développement. De plus, l’explosion démographique accroît la pression sur un territoire où le rapport population/ressources est, d’ores et déjà, source de dysfonctionnements majeurs (stress hydrique, crises alimentaires). Jean-Pierre Guengant défend ainsi le concept de « dividende démographique », à savoir l’idée que la croissance économique d’un territoire n’est possible que dans le cadre d’une transition démographique. La promotion de la contraception et de la famille réduite permettrait de diminuer le poids de la jeunesse à charge, donc les coûts, notamment d’éducation, afin d’augmenter la part relative des actifs et de libérer des moyens pour le développement économique. Le deuxième volet de cette stratégie est lié à l’apparition d’une classe de séniors qui favorise l’émergence d’activités économiques tournées vers cette tranche d’âge. Gilles Andréani et Jean-Pierre Guengant font donc de la maitrise de la fécondité un enjeu d’autant plus central que la transition démographique du continent africain risque d’être lente. En outre, le faible volume et le caractère intra-africain des migrations ne leur permettent pas de peser dans la balance démographique, raison de plus pour agir sur la baisse de la fécondité. Les deux auteurs plaident donc pour une politique volontariste de contrôle de la croissance démographique.

  • 3 La décentralisation est une politique de transfert de certaines prérogatives de l’État vers les col (...)

5Le deuxième défi auquel doivent faire face les États africains est la persistance des économies de rente. L’ensemble des contributions font apparaître de nombreuses disparités entre les pays. Ainsi, Marc-Antoine Pérouse de Montclos expose le cas du Nigéria, très dépendant de ses matières premières, qui vient s’opposer à celui de l’Éthiopie présenté par David Ambrosetti pays qui tente de diversifier son économie. Roland Pourtier met en évidence un paradoxe : plus un pays a un sous-sol riche, plus le risque de mal-développement y est fort. Le constat des auteur-es est que les économies reposant sur un système rentier sont très vulnérables et qu’elles entraînent de nombreux maux tels que la corruption, le clientélisme et la mal-gouvernance. Pour permettre au continent d’émerger sur le plan économique, la plupart des contributeurs (notamment Alain Dubresson, Marie-Emmanuelle Pommerolle et David Ambrosetti) préconisent la diversification des activités et explorent certaines pistes : énergies renouvelables, révolution numérique, mutation agricole, développement des services grâce au soutien financier des émigrés, développement et diversification des transports, économie culturelle… Cependant, aucun saut technologique, aucune industrialisation ne semblent possibles sans mise à niveau des infrastructures de réseau et sans transition démocratique. En effet, deux phénomènes demeurent favorables aux systèmes rentiers : le maintien d’autocraties contestées et les externalités de certaines décentralisations3 territoriales, par exemple dans le cas du Nigéria, selon Marc-Antoine Pérouse de Montclos, cette politique a favorisé les régionalismes ayant pour conséquences l’effritement du pouvoir politique au profit de certains dirigeants et l’exacerbation des tensions ethniques.

6Le troisième axe concerne les mutations sociales en Afrique, en lien avec l’urbanisation. D’après Dominique Darbon, s’il n’existe pas à proprement parler de véritable « classe moyenne » en Afrique, l’apparition de deux phénomènes fondamentaux, concentrés dans les espaces urbains, inaugure de nombreuses mutations sociales : d’une part, l’émergence d’une population, minoritaire, aux revenus conséquents, qui consomme des biens onéreux en quantité limitée ; d’autre part, l’expansion rapide d’un segment de « petits propriétaires » composé d’individus juste sortis de la pauvreté, qui consomment plus de biens mais de faible valeur ajoutée. Ces deux nouvelles catégories, bien qu’elles correspondent à des situations diverses et qu’elles se concentrent dans des noyaux épars, généralement urbains, commencent à avoir accès aux nouvelles technologies, à miser sur l’éducation et à s’organiser. Si elle n’est pas encore porteuse d’une conscience politique structurée, cette restructuration sociale a engendré un phénomène de contestation des pouvoirs en place et des lobbies miniers, forestiers et agro-industriels. Comme le soulignent Olivier Ninot et Élisabeth Peyroux, la révolution numérique, portée par la téléphonie mobile, a favorisé l’apparition et le renforcement de la société civile, grâce à l’espace de liberté qu’offre le web (médias en ligne, forums, réseaux sociaux), lequel permet aux citoyens d’échapper aux contrôles des gouvernements et de se saisir des enjeux de leur pays. Un autre atout de la population tient à richesse de ses traditions culturelles mais aussi au dynamisme d’une création urbaine avant-gardiste et souvent contestataire. Si les espaces d’expression, plus facilement accessibles aux urbains qu’aux ruraux, constituent un facteur d’épanouissement, la difficulté des pouvoirs locaux à gérer l’urbanisation est une source de mécontentement pour les nouvelles catégories urbaines, desquelles émergent des revendications pour une meilleure gouvernance et une transition démocratique. La démocratie représentative, couplée à une décentralisation du pouvoir, apparaît comme étant le seul moyen de pacifier les nouveaux rapports de force nés de ces mutations.

7In fine, la thèse défendue par ce dossier est que le développement africain sera très hétérogène dans la mesure où il dépendra des stratégies de chacun des États. Pour que l’Afrique parvienne à émerger, les auteur-es défendent l’idée qu’il faut que chaque pays réussisse sa transition démographique, diversifie son économie en abandonnant le système rentier, poursuive son évolution démocratique et sa décentralisation, améliore ses infrastructures de réseau et trouve une voie vers l’autonomisation face aux puissances extérieures, notamment la Chine, sachant que toutes ces questions s’entremêlent puisqu’elles sont interdépendantes.

8La force du dossier tient au fait qu’il balaie de façon assez exhaustive des défis auxquels est soumise l’Afrique. Les chercheur-es et les lecteur-trices intéressé-es par les problématiques du développement africain trouveront ici une illustration des principaux thèmes de recherche dans ce domaine, illustration enrichie de nombreuses données et références bibliographiques. Il s’agit d’un document remarquable tant pour se saisir rapidement des enjeux actuels que pour voir émerger un certain nombre de questions en suspens et à approfondir. Ce dossier est, donc un bon outil pour débuter une immersion dans cette problématique.

9Bien que le choix de se cantonner à l’Afrique subsaharienne se justifie, nous regrettons qu’il n’y ait pas une ouverture sur le Maghreb, et notamment le Maroc. En effet, le royaume chérifien, en réintégrant l’Union africaine, devrait faire bouger certaines lignes avec sa stratégie de coopération sud-sud tournée principalement vers l’Afrique de l’Ouest.

Haut de page

Notes

1 L’émergence est définie ici comme étant une étape intermédiaire, caractérisée par une croissance forte, des transitions sociales et un processus de développement durable et inclusif, dont la finalité est la convergence avec les économies les plus développées.

2 Dans le contexte africain, l’économie de rente est principalement basée sur l’exploitation des ressources naturelles, et non sur la création de valeurs.

3 La décentralisation est une politique de transfert de certaines prérogatives de l’État vers les collectivités territoriales, ayant pour but le renforcement des pratiques démocratiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jefferson Guegan, « « La Nouvelle Afrique », Questions internationales, n° 90, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24852

Haut de page

Rédacteur

Jefferson Guegan

Doctorant à l’institut national d’aménagement et d’urbanisme de Rabat, Jefferson Guegan travaille sur les problématiques de développement et de gestion des risques en Afrique et dans le monde arabo-musulman.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page