Navigation – Plan du site

Béatrice Bijon, Claire Delahaye (dir.), Suffragistes et suffragettes : la conquête du droit de vote des femmes au Royaume-Uni et aux États-Unis

Charles des Portes
Suffragistes et suffragettes : la conquête du droit de vote des femmes au Royaume-Uni et aux États-Unis
Béatrice Bijon, Claire Delahaye (dir.), Suffragistes et suffragettes : la conquête du droit de vote des femmes au Royaume-Uni et aux États-Unis, Lyon, ENS Éditions, coll. « Les fondamentaux du féminisme anglo-saxon », 2017, 378 p., ISBN : 978-2-84788-927-7.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage propose une synthèse didactique des mouvements qui, de la deuxième moitié du XIXe siècle jusqu’au début du XXe siècle, ont milité pour le droit de vote des femmes au Royaume-Uni et aux États-Unis. Il vise particulièrement à comprendre le caractère hétéroclite des organisations, des individus et des modes d’actions engagés dans cette cause. L’ouvrage est divisé en deux grandes parties. La première présente l’histoire de l’« activisme politique » et des moyens mis en œuvre par les suffragettes aux XIXe et XXe siècles pour conquérir l’espace public, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. La seconde partie est une anthologie de vingt-huit textes d’acteurs et d’actrices du mouvement, emblématiques ou moins connu.e.s. Ces deux parties sont accompagnées d’un dossier illustrant ce combat pour le droit de vote des femmes à travers des photographies et des cartes postales. L’ouvrage s’achève sur une chronologie de la conquête du droit de vote des femmes au Royaume-Uni, aux États-Unis et dans le reste du monde, de 1832 jusqu’en 2005, année où les Koweïtiennes ont obtenu ce droit.

2Dès le préambule, les autrices exposent leur objectif : montrer que les mouvements pour le droit de vote des femmes ne sont pas homogènes. Elles reviennent sur la différence terminologique entre suffragettes et suffragistes. En français, le premier terme est utilisé pour regrouper toutes les femmes luttant pour le droit de vote. Au Royaume-Uni, le terme suffragist désigne les militantes « modérées », c’est-à-dire ayant des méthodes d’action « pacifiques ». D’abord utilisé de façon péjorative par la presse, le terme de suffragette a fait l’objet d’une réappropriation par les militantes, désignant alors une frange plus radicale du mouvement, comme le Women’s Social and Political Union (WSPU). Aux États-Unis, le terme suffragist est utilisé pour désigner toutes les personnes engagées en faveur du droit de vote des femmes. Au-delà de ces nuances linguistiques, l’ouvrage pose la question de savoir s’il existe une communauté suffragiste en dehors des seuls cadres britannique et états-unien.

3L’introduction souligne l’importance de l’écriture et du discours pour les suffragettes, dans un XIXsiècle où la prise de parole en public reste un privilège masculin. En 1829, l’écrivaine britannique Frances Wright fut la première femme à briser cet interdit en donnant une conférence aux États-Unis. Cette question de l’accès à l’espace public est traitée dans la première partie, intitulée « By voice and pen ». Elle souligne la pluralité des mouvements -à plusieurs titres : leurs origines, les individus qui les composent, les discours militants et leurs modes d’accès à l’espace public.

4Analysant le développement du combat des premières activistes, les autrices reviennent sur le fondement du discours suffragiste. Aux États-Unis, au milieu du XIXe siècle, la revendication pour les droits des femmes s’inscrit dans une volonté globale de faire du pays une véritable démocratie. Au Royaume-Uni, ces revendications émergent à la fois dans le contexte de la réforme électorale de 1832 visant à élargir le droit de vote aux femmes, et dans celui du un mouvement réformateur pour les droits des femmes en général. En Grande-Bretagne, si la cause est portée principalement par le courant modéré du National Union of Women’s Suffrage Societies (NUWSS) et celui, plus radical, de la Women’s Freedom League (WFL) et de la WSPU, les actions locales ne reposent pas uniquement sur ces trois organisations. En effet, cinquante-trois sociétés pour les droits des femmes ont été recensées en 1914, comme l’union des enseignantes pour le droit de vote ou encore la ligue juive pour le droit de vote des femmes. Elles permettaient à leurs membres de tisser des liens au niveau local et régional en dépassant la querelle entre les modérées et les radicales qui s’exprimaient au niveau national. Aux États-Unis, parler des discordes nécessite de mobiliser la notion d’intersectionnalité tant les problématiques sociales et raciales sont au cœur des dissensions entre les organisations. Les autrices expliquent notamment que « des » suffragettes (sans préciser lesquelles) défendaient une vision universaliste tandis que d’autres – notamment celles de la Brooklyn Woman Suffrage Association en 1894 – alimentaient le racisme et le conflit entre classes sociales dans leur revendication de droits pour une population féminine essentiellement blanche et bourgeoise. Au début du XXe siècle, un clivage s’est alors opéré entre les militantes blanches et noires. Les différentes organisations ont cependant noué des dialogues transnationaux au-delà de l’axe entre les États-Unis et le Royaume-Uni. Le Commonwealth, au sein duquel la Nouvelle-Zélande fut la première nation à accorder le droit de vote aux femmes en 1893, était ainsi perçu comme « un espace d’échanges privilégiés » (p. 89) par les Britanniques.

  • 1 Judith Butler, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, trad. de l’américain par (...)

5Les autrices interrogent ensuite l’utilisation stratégique du genre par les féministes et les liens entre leurs actions et le capitalisme. Elles montrent alors comment les femmes accèdent à l’espace public au début du XXe siècle, en structurant leur mouvement comme un lobby politique et en adoptant les nouvelles stratégies de communication de la société de consommation émergente. Ainsi, pour gagner une audience plus large, les suffragistes utilisaient la publicité, le marketing et le divertissement. Dans ce contexte, la WSPU et la WFL (en Grande-Bretagne) et la Woman’s Political Union (WPU) (aux États-Unis) ont ouvert des magasins affichant ouvertement leur engagement en faveur du droit de vote des femmes. Ces lieux ont permis à des femmes d’entrer en contact avec cette cause tout en sortant de la sphère privée ; par exemple, les femmes pouvaient sortir du foyer grâce au « shopping » qui devenait une activité féminine et « respectable ». C’est également en jouant sur les stéréotypes de genre et sur la féminité que les femmes ont pu accéder à l’espace public et briser la mauvaise image qu’elles et leur mouvement de lutte pouvaient avoir. Ainsi, en 1908, des suffragettes britanniques lancent une mode vestimentaire associant longue robe et chapeau blanc. Mobilisant une performativité de genre1 dans un but stratégique, cette tenue permettait d’assimiler la cause du vote des femmes « à la dignité, l’élégance et la pureté de la féminité » (p. 108).

6Les autrices expliquent ensuite comment , à partir du début de la Première Guerre mondiale, des événements tels que la répression du mouvement par les forces de l’ordre ont généré de nouvelles dissensions, conduisant à l’arrêt provisoire de la lutte.

7La seconde partie de l’ouvrage rassemble vingt-huit textes issus des contextes anglais et américains et auxquels la première partie fait constamment référence par des renvois. On retrouve notamment certaines chansons comme La marche des femmes des Anglaises Cicely Hamilton et Ethel Smyth, qui témoignent des liens entre les suffragistes et la culture populaire, ainsi que des discours des femmes appartenant à la famille Pankhurst, qui regroupait des personnalités importantes du mouvement. Ces textes permettent également de sortir de l’historiographie du mouvement ,longtemps dominée par les récits des militantes radicales de la WSPU en Grande-Bretagne et par celui les militantes blanches aux États-Unis, occultant certaines voix afro-américaines comme Anna Julia Cooper, présente dans l’anthologie.

8Le livre de Béatrice Bijon et Claire Delahaye présente une synthèse riche et plurielle de l’histoire et de l’historiographie des suffragistes et suffragettes, sans tomber dans l’histoire comparative. Les deux autrices montrent bien comment la lutte s’est infiltrée dans toutes les sphères de la société, qu’elles soient politiques ou culturelles. La théâtralité de l’action des mouvements féministes est d’ailleurs décrite comme une démarche à la fois artistique et militante. L’originalité de l’ouvrage est de souligner l’articulation des divers enjeux qui ont convergé vers la conquête du droit de vote des femmes. Il réussit donc à présenter la diversité de cette conquête en s’appuyant tant sur le point de vue des acteurs et actrices que sur les répertoires d’action. La force du livre tient aussi dans le dialogue qui s’opère entre la partie historiographique et l’anthologie. Nous regrettons toutefois la place relativement mineure accordée à la question raciale, dans la première partie comme dans la seconde. Néanmoins, nous ne saurions que recommander ce livre à un large public et, a fortiori, à celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire des femmes et à ses textes fondateurs.

Haut de page

Notes

1 Judith Butler, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, trad. de l’américain par Cynthia Kraus. Paris, Éd. La Découverte, 2006. Plus que sur la théâtralité, cette notion joue sur le double sens du verbe anglais « perform », qui signifie « jouer » (interpréter) mais également « réaliser ». En adoptant l’apparence d’une féminité classique, les suffragettes deviennent respectables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles des Portes, « Béatrice Bijon, Claire Delahaye (dir.), Suffragistes et suffragettes : la conquête du droit de vote des femmes au Royaume-Uni et aux États-Unis », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 13 juin 2018, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24868

Haut de page

Rédacteur

Charles des Portes

Doctorant en science politique à partir de septembre 2018.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page