Navigation – Plan du site

Flávio dos Santos Gomes, Quilombos. Communautés d’esclaves insoumis au Brésil

Sébastien Rozeaux
Quilombos
Flávio Dos Santos Gomès, Quilombos. Communautés d'esclaves insoumis au Brésil, Paris, L'Echappée, coll. « Dans le feu de l'action », 2018, 120 p., Traduit du portugais (Brésil) par Georges Da Costa, ISBN : 978-2-37309-036-9.
Haut de page

Texte intégral

1Flávio dos Santos Gomes est l’un des meilleurs spécialistes de l’histoire de l’esclavage au Brésil. Dans ses nombreux travaux, il a toujours eu le souci de rendre voix à ces esclaves, qu’il ne faut pas voir uniquement comme les victimes du système esclavagiste mais aussi comme les acteurs de leur destinée, aussi tragique fut-elle. Voilà pourquoi Flávio dos Santos Gomes s’est intéressé tout particulièrement aux modalités multiples et complexes de la résistance et de la révolte au sein des populations esclaves. Ce livre fort bien traduit par Georges da Costa est l’édition française d’un essai publié à São Paulo en 2015. Il paraît aux éditions l’Échappée dans la collection « dans le feu de l’action », avec l’objectif affiché de mieux faire connaître au public francophone cette histoire si particulière et longtemps méconnue des communautés d’esclaves insoumis, dénommées quilombos, qui constituent un phénomène pourtant majeur dans l’histoire du Brésil (et de l’Amérique en général), depuis le XVIe siècle et jusqu’à l’abolition de l’esclavage en 1888.

2Cet essai traite en douze courts chapitres de divers aspects ou cas d’étude autour de cet objet historique que sont les quilombos. Flávio dos Santos Gomes offre ce faisant une synthèse très complète sur les acquis les plus récents d’une historiographie dont il est l’un des noms les plus reconnus. En effet, dans le vaste champ que constitue l’histoire de l’esclavage, l’étude des formes de résistance des esclaves s’est imposée comme un courant majeur. L’historiographie des quilombos a connu d’ailleurs plusieurs phases au XXe siècle : à une approche culturaliste qui, depuis les années 1930, a expliqué l’existence des quilombos comme un acte de résistance culturelle, a succédé une approche matérialiste, à partir des années 1960, laquelle explique d’abord l’origine des quilombos comme une réaction, une façon d’échapper aux châtiments et à la mort prématurée dans les plantations ou les mines. Ces deux approches ont eu aussi le mérite de rendre à nouveau visible dans l’histoire du Brésil ces milliers de quilombos dont on a pu croire qu’ils avaient disparu après 1888. Les anciens quilombos ont été oubliés, isolés voire stigmatisés au XXe siècle. Il faut attendre la fin de la dictature en 1985 pour que les descendants de ces communautés dites « rémanentes » revendiquent les terres qu’ils occupent. On estime encore aujourd’hui le nombre de ces communautés à près de 5 000, disséminées sur le territoire brésilien.

3L’histoire des quilombos au Brésil s’inscrit dans la tradition du marronnage, c’est-à-dire de la fuite des esclaves pour échapper à leur maître et à l’oppression. Les termes varient pour qualifier ces communautés de fugitifs et c’est celui de quilombo (outre celui de mocambo) qui s’est imposé au Brésil. Il s’agit d’un terme venu d’Afrique centrale utilisé par l’administration coloniale portugaise, sans que l’on sache s’il était également en usage au sein des communautés marronnes. L’histoire des quilombos est donc concomitante de l’arrivée des premiers esclaves dans le Nordeste brésilien au XVIe siècle, comme en attestent les sources. Soulignons d’ailleurs que ces esclaves venus d’Afrique ont pu cohabiter avec des fuyards indigènes qui ont eux aussi été tentés de trouver refuge au sein des « mocambos d’Indiens » ou auprès de fugitifs d’origine africaine.

4Les sources administratives et judiciaires sur lesquelles s’appuie Flávio dos Santos Gomes s’avèrent très riches puisque le marronnage a toujours préoccupé les autorités. Ces sources témoignent des torts causés aux propriétaires d’esclaves mais aussi des pillages commis par les quilombolas. Elles rendent compte de l’essor d’une économie clandestine et du risque de voir se propager au sein des communautés d’esclaves un phénomène difficile à endiguer. Les fugitifs s’installaient le plus souvent dans des régions inhabitées et étaient capables de se déplacer rapidement pour échapper aux expéditions punitives. Ces « communautés mobiles d’attaque et de défense » (p. 31) vivaient sous la menace constante des chasseurs d’esclaves. Outre la possession de quelques armes volées, les fugitifs élaboraient d’ingénieux systèmes de défense, comme en témoigne l’exemple célèbre du quilombo de Buraco do Tatu, à Bahia.

  • 1 Voir en particulier : João José Reis et Flávio dos Santos Gomes (dir.), Liberdade por um fio. Histo (...)

5L’auteur montre également qu’il existe une grande variété de quilombos, en fonction de leur organisation interne, de leur économie, de leurs échanges avec l’extérieur ou de leur composition ethnique. Si l’on image volontiers ces quilombos comme des communautés recluses dans les profondeurs de la forêt ou du sertão, reculant à mesure que le front de colonisation depuis le littoral et les fleuves avançait vers l’intérieur des terres, les sources ont montré qu’il existait en réalité de très nombreuses communautés de fugitifs aux portes des grandes villes. Certes, ces quilombos prospéraient d’abord dans les zones de frontière et de fronts pionniers, comme aux confins de l’Amérique portugaise et de la Guyane française par exemple. Mais il existait aussi des esclaves révoltés contre leur maître qui n’hésitaient pas à occuper la plantation et à négocier avec les autorités pour obtenir de meilleures conditions de vie, tout en étant prêts à fuir plus loin à la moindre alerte. C’est pourquoi, selon l’auteur, les quilombos ne constituaient pas un cadre de vie en rupture radicale, mais plutôt un espace de négociation voire de régulation caractéristique de cette société coloniale. Les quilombos n’étaient donc pas des communautés autarciques : les fugitifs échangeaient avec divers membres de la société coloniale et écoulaient ainsi leurs productions (artisanat, denrées agricoles, charbon de bois, or et métaux précieux, etc.). Si l’existence de ces communautés disséminées dans tout le Brésil traduisait ce désir partagé d’autonomie de la part des esclaves, l’autarcie n’était pas la règle mais plutôt l’exception. Les travaux de João José Reis attestent ainsi des liens existant entre les quilombos et les communautés paysannes esclaves dans les plantations de canne à sucre de Bahia1.

6Par contre, l’auteur observe que l’on sait assez peu de choses sur l’organisation interne de ces communautés, souvent dirigées par des rois, des reines ou des chefs. L’absence de sources autres que celles laissées par l’administration et les chasseurs d’esclaves fait obstacle à une meilleure compréhension du fonctionnement de ces communautés, de leur structure sociale. On connaît mieux la diversité ethnique de ces communautés qui agrégeaient des esclaves issus de différentes « nations » et, parfois, des indigènes. Si certains quilombos ont conservé des pratiques religieuses directement importées d’Afrique, d’autres ont été touchées par la christianisation ou par des formes de syncrétisme, puisque des croix ou des « maisons de prière » ont été retrouvées et détruites par le pouvoir colonial.

7Un chapitre retrace évidemment l’histoire du quilombo le plus célèbre, celui de Palmares dans l’Alagoas, au cœur du Nordeste sucrier. Ce site, dont l’existence est déjà avérée à la fin du XVIe siècle, compte des milliers d’habitants au siècle suivant et regroupe plusieurs quilombos. Les historiens ont démontré la prospérité de son économie malgré la menace constante des expéditions punitives. La guerre s’intensifie à la fin du XVIIe siècle et le pouvoir portugais lance une offensive sans précédent contre les hommes de Zumbi, le chef de Palmares, jusqu’à la complète destruction du site en 1695.

8On peut être reconnaissant à Flávio dos Santos Gomes de proposer au lecteur, avec cet ouvrage d’une centaine de pages, une pluralité de perspectives et une grande diversité de cas qui permettent de prendre la mesure de la richesse de cette histoire. Saluons aussi la présence en annexes d’une chronologie, d’un lexique et de quelques cartes qui ont le mérite de faciliter et d’accompagner opportunément la lecture de cette synthèse très riche. On regrettera toutefois le manque de références précises et systématiques aux nombreux travaux cités par l’auteur. L’absence d’un appareil de notes et la bibliographie très succincte à la fin de l’ouvrage contenteront le lecteur curieux mais laisseront sur leur faim les universitaires et les étudiants.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier : João José Reis et Flávio dos Santos Gomes (dir.), Liberdade por um fio. Historia dos quilombos no Brasil, São Paulo, Companhia das Letras, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Rozeaux, « Flávio dos Santos Gomes, Quilombos. Communautés d’esclaves insoumis au Brésil », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24936

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Rozeaux

Maitre de conférences en histoire contemporaine, Université Toulouse Jean Jaurès – FRAMESPA.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page