Navigation – Plan du site

Claudie Haxaire, Baptiste Moutaud et Cyril Farnarier (dir.), L’innovation en santé. Technologie, organisations, changements

Paul-Arthur Tortosa
L'innovation en santé
Claudie Haxaire, Baptiste Moutaud, Cyril Farnarier (dir.), L'innovation en santé. Technologies, organisations, changements, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2018, 218 p., postf. Anne-Marie Moulin, ISBN : 978-2-7535-6633-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour (dir.), Sociologie de la traduction : textes fondat (...)
  • 2 Ce concept a initialement été présenté dans Margaret Lock, Encounters with Aging: Mythologies of Me (...)

1Cet ouvrage collectif se consacre à la notion d’innovation en santé, dans une perspective anthropologique. Profondément inspirés par la sociologie des sciences, particulièrement par la théorie de l’acteur-réseau1, les coordinateur-trices de ce livre distinguent l’innovation de la simple invention technique ou de la découverte scientifique pour insister sur « le processus social qui mène à son usage (ou son rejet) » (p. 7). Ce récit de la coproduction des sociétés et des techniques vise à contredire le modèle linéaire de l’innovation comme « résultat du rapprochement de la médecine et de la science », centré sur les progrès de la biomédecine (p. 9). Face aux prétentions universalistes de cette dernière, les auteur-es opposent par ailleurs une « biologie locale » en déconstruisant « la conception d’un organisme ou corps humain immuable à travers les espaces et le temps sur lequel la biomédecine pourrait s’appuyer uniformément » (p. 11)2. Les innovations sont donc situées, géographiquement, temporellement, socialement. Dans cette perspective, les auteurs insistent sur la « réinvention » des innovations, c’est-à-dire la réappropriation dans un contexte donné d’une innovation extérieure, ainsi que sur leur circulation.

2L’ouvrage se décompose en deux parties : la première est consacrée aux « logiques sociales et culturelles qui soutiennent la diffusion, l’appropriation ou les détournements d’usage de technologies ou de technique dans le champ de la santé » (p. 12). Elle commence par une étude de Marc Ergot, Carine Baxerres et Roch Houngnihin sur la réappropriation des moustiquaires imprégnées d’insecticide de longue durée d’action (MILD), que l’Organisation mondiale de la santé a distribuées à plus de 450 millions d’exemplaires en Afrique. En dressant la « biographie sociale » de cet objet, les auteur-es montrent que les MILD sont parfois employées selon les recommandations des professionnels de la santé, mais souvent utilisées à des fins non orthodoxes, devenant grillage de fenêtre ou corde à linge de fortune. Ce faisant, ils remettent en cause le paradigme de « l’acceptabilité » d’une innovation par les populations au détriment d’une approche focalisée sur l’expérience et le ressenti des acteurs. Ensuite, Doris Bonnet s’interroge sur l’assistance médicale à la procréation en Afrique subsaharienne. Elle souligne le fait que les innovations techniques n’ont pas ébranlé la domination du modèle familial matrimonial hétérosexuel, mais qu’elles ont remis en question le statut de la femme comme « mère sociale », en insistant sur le besoin d’une « maternité biologique ». Suit un article stimulant de Béatrice Jacques, Léo Mignot et Pascal Ragouet, portant sur la question des innovations disciplinaires. Les auteur-es montrent que le développement de la radiologie interventionnelle (RI) résulte de « la concaténation de plusieurs lignes d’innovation » et que la transgression de la frontière entre diagnostic et thérapeutique qu’elle introduit « induit une reconfiguration des rapports entre spécialités médicales » (p. 74) car, avec la RI, le radiologue devient clinicien. Charlotte Pezeril, quant à elle, dresse une « histoire à quatre temps » du VIH/SIDA afin de souligner les conséquences sociales des innovations techniques. Le premier temps est celui du « virus introuvable et [du] corps mourant » (p. 79), et se caractérise par une stigmatisation des victimes de ce mal que la science ne peut observer. Lors du second temps, la détection du virus entraîne la distinction entre VIH et SIDA et la présentation d’un corps « en guerre » contre l’ennemi fraichement identifié. Ensuite, la mise au point de traitement médicamenteux efficaces, à partir de 1996, entraîne une « normalisation » de l’épidémie dont le virus est désormais contrôlé et les corps contaminés traités. Enfin, le quatrième temps marque l’avènement d’une l’évaluation de la charge virale (CV) qui permet, par le biais d’un « management viral » (p. 91), de créer des corps « libérés » du virus, car un individu dont la CV est inférieure à un certain seuil ne peut transmettre le VIH par voie sexuelle. Dans le chapitre suivant, Véronique Duchesne met en lumière le rôle crucial joué par les téléphones portables dans « la surveillance des corps féminins » des familles africaines transnationales : les médecins contrôlent la production de gamètes par de fréquents appels téléphoniques tandis que les familles usent de ce moyen de communication pour imposer des contraintes normatives en matière de procréation. Elle souligne ainsi que « l’innovation ne réside pas seulement dans la technique mais aussi dans les relations nouvelles initiées entre humains et non-humains » (p. 112).Le dernier chapitre, de Daleb Abdoulaye Alfa, Flore Gbofan., Roch Mongbo et Marc Ergot, fait écho au premier en examinant les raisons d’un faible niveau d’adoption au Bénin d’une technologie pourtant présentée comme innovante par ses inventeurs, les filets imprégnés d’insecticides. En dépit de leur intérêt sanitaire et environnemental, ces filets sont rarement employés pour plusieurs raisons. Premièrement, leur usage nécessite des efforts supplémentaires à des heures où les travailleurs sont éreintés. Deuxièmement, une communication maladroite autour de cette technologie l’a associée de manière infondée à la culture du chou, réservée à une minorité de maraîchers car onéreuse et difficile, ce qui a entraîné un désintérêt de la part de la masse des agriculteurs dont la situation économique est souvent précaire.

  • 3 Voir Eric Hobsbawm, Terence Ranger, The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Pre (...)
  • 4 Thomas Kuhn, The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press, 1962.

3La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse aux « mouvements sociaux, [aux] structures [et aux] dispositifs de prise en charge de personnes hors du monde hospitalier en France et au Bénin » (p. 15) et adopte un ton plus directement politique. Tout d’abord, Lukinson Jean présente une unité de gérontologie clinique, opérant dans le Limousin, qui prend en charge des séniors à domicile, entre champ médical et médico-social. Il montre que la finalité de cette innovation institutionnelle est de conquérir une place importante dans le marché de la prise en charge des personnes âgées, en étendant les « territoires de compétence de la gériatrie » (p. 146). Cyril Farnarier et Aline Sarradon-Eck proposent un autre exemple de prise en charge extrahospitalière avec les équipes mobiles psychiatrie-précarité (EMPP). Ces équipes ont vu le jour en France dans les années 2000 et visent venir en aide aux sans-abris ayant besoin de soins psychiatriques. Elles marquent une double rupture : vis-à-vis des services sociaux, en s’adressant spécifiquement aux personnes souffrant de troubles psychiatriques sévères (p. 166), et vis-à-vis de la psychiatrie hospitalière, en se projetant « hors les murs », dans une logique visant à allier soins et militantisme pour les sans-abris. La contribution de Carine Baxerres, Marc Ergot, Sylvie Duquenois, Emmanuel N’Koué Sambiéni et Jean-Yves Le Hesran développe des arguments rappelant ceux de Lukinson Jean. Les auteur-es montrent comment la biomédicalisation de la grossesse au Bénin a entraîné sa marchandisation, ce qui contribue à remettre en question le récit des innovations médicales motivées par le simple souci du bien-être des patients. Enfin, Anahita Grisoni, présente son enquête sur la « santé naturelle ». Impliquant la globalité de la personne, cette approche associe l’homme et la planète dans une « bio-éco-religion » (p. 195), fondée sur de nombreuses traditions, dont certaines sont inventées3. L’auteure considère à ce titre que la santé naturelle constitue une « innovation en santé » ; à la confluence du « culte du bien-être » et du « droit à la santé », qui atteste « du recul de la légitimité juridique au profit de la légitimité sociale » (p. 189). Dans la postface, Anne-Marie Moulin plaide en faveur d’une « anthropologie innovante et engagée » qui serait fondée sur une anthropo-histoire attentive à l’ « iatrogénie », définie, d’après Ivan Illich, comme les effets « fâcheux et contre-productifs de la médecine » (p. 210). Finalement, en attribuant le discontinuisme des chercheurs de sa génération au rayonnement de Thomas Kuhn, l’auteure prône une révision du concept d’innovation, issu de la Révolution industrielle et opposant « tradition » et « modernité », qui met l’accent plus sur des transformations lentes que des ruptures étincelantes4.

4La principale critique pouvant être adressée à cet ouvrage tient à son titre, très large, qui semble annoncer un manuel ou un ouvrage généraliste, alors qu’il s’agit en réalité des actes d’un colloque de spécialistes. Une introduction riche, une postface brillante et deux revues de littérature réalisées par Charlotte Pezeril et Anahita Grisoni offrent d’intéressants contrepoints, mais la plupart des contributions restent des études empiriques pointues. De plus, le plan général de l’ouvrage semble quelque peu artificiel : si les deux thèmes annoncés sont respectés par les auteur-e-s, ils sont loin de couvrir à eux seuls l’ensemble des thématiques du sujet l’innovation en santé. De même, il est surprenant que la seconde partie ne propose pas une réflexion plus détaillée sur l’histoire de l’institution hospitalière et sur le concept de médicalisation. En effet, cette partie repose sur l’idée implicite que le cadre normal de la médecine est l’hôpital, ce qui confère d’emblée aux pratiques sortant de ce cadre institutionnel et territorial un caractère innovants. Or, le « monopole du soin légitime », pour parler comme Max Weber, dont dispose l’institution hospitalière est le fruit d’une longue histoire dont cet ouvrage écrit la dernière ligne ; une courte introduction en rappelant les étapes précédentes aurait été utile, particulièrement dans un ouvrage dont la postface appelle de ses vœux une « anthropologie historique » (p. 205).

5En revanche, cet ouvrage est très utile pour les spécialistes. Tout d’abord, la bibliographie, moderne et récente, offre d’intéressantes perspectives. Ensuite, l’ouvrage introduit et discute un grand nombre de concepts stimulants comme l’iatrogénie ou la biologie locale. Ainsi, la plus grande réussite de cet ouvrage tient au fait que ses études de cas convaincantes, ses concepts originaux et sa bibliographie fournie donneront probablement envie aux collègues de pratiquer l’anthropologie historique pour laquelle plaident les auteur-e-s.

Haut de page

Notes

1 Madeleine Akrich, Michel Callon et Bruno Latour (dir.), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Presses des Mines, coll. « Sciences sociales », 2006.

2 Ce concept a initialement été présenté dans Margaret Lock, Encounters with Aging: Mythologies of Menopause in Japan and North America, Berkeley, University of California Press, 1993.

3 Voir Eric Hobsbawm, Terence Ranger, The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press 1983.

4 Thomas Kuhn, The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press, 1962.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul-Arthur Tortosa, « Claudie Haxaire, Baptiste Moutaud et Cyril Farnarier (dir.), L’innovation en santé. Technologie, organisations, changements », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 18 juin 2018, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24971

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page