Navigation – Plan du site

Daniel Bizeul, Martial, La rage de l’humilié

Sébastien Zerilli
Martial, la rage de l’humilié
Daniel Bizeul, Martial, la rage de l’humilié, Marseille, Agone, coll. « L'ordre des choses », 2018, 368 p., ISBN : 2789347890670.
Haut de page

Texte intégral

1« De prime abord, c’est une vie énigmatique et sans attrait dont ce livre offre le récit » (p. 10). Celle de Martial, qui fut l’ami et l’amant de l’auteur pendant près de vingt ans, jusqu’à son décès prématuré à cause du Sida en août 2010. Une vie dont les courts moments de répit ne semblent être que les brèves parenthèses d’une errance entre épreuve de la rue et passage en prison, hébergement en foyer et hospitalisations, prostitution, petits boulots et stages de formation… Les nombreuses pages du journal intime que Daniel Bizeul l’a encouragé à écrire en témoignent. Ce document, couplé à des entretiens avec sa famille et des proches et les propres souvenirs du sociologue, lui fournit le principal matériau d’une analyse entreprise pour tenter de comprendre les nombreuses manifestations de rage et de colère de cet homme. Pourquoi Martial a-t-il été si souvent violent envers les dépositaires institutionnels de l’autorité (policiers, employeurs, soignants), comme envers son entourage ?

2Une telle enquête est-elle seulement possible se demande pourtant l’auteur, alors qu’il se penche ici sur une vie dont les cahots se déploient « entre rage sociale et folie » (chapitre 2) ? L’extrême agressivité dont Martial fit régulièrement preuve, au point de proférer plusieurs fois des menaces de mort, n’est-elle pas simplement l’expression dramatique de troubles mentaux irréductibles à toute réflexion sociologique ? Suivre cette piste impliquerait cependant de privilégier un « registre d’analyse » qui, en la médicalisant, désocialise en quelque sorte une trajectoire individuelle… Daniel Bizeul s’y refuse et défend que « rien ne saurait par principe restreindre le territoire d’observation et d’intelligibilité du sociologue dès qu’il est question de l’être humain » (p. 13). Pas même, donc, le déclenchement de crises de violence, dont il documente rigoureusement dans ces pages le déroulement et les conséquences microsociologiques.

3Martial était intérieurement tiraillé, plusieurs des éléments constitutifs de sa personnalité s’entrechoquaient : un « clivage identitaire » polymorphe le caractérisait. Il était le dernier des neuf enfants métis d’un père martiniquais, qu’il disait violent, et d’une mère métropolitaine. Il était bisexuel. Aussi se trouvait-il « d’une certaine façon balloté des deux côtés de la frontière des sexes et des races » (p. 204), frontière dont le franchissement était surdéterminé par les statuts sociaux de ses partenaires. Il était un macho viril avec ses différentes compagnes. Individu d’origine plutôt favorisée mais déclassé, il se comportait en éphèbe efféminé avec les hommes blancs au profil bourgeois qu’il fréquentait. L’auteur et son compagnon, avec qui Martial vécut, en faisaient partie. Et Daniel Bizeul de pointer finement comment couleur de peau, rémanences impalpables de la domination coloniale, marginalité sociale, précarité économique et identités sexuelles mouvantes s’entremêlaient et entretenaient le mal-être existentiel de son ami.

  • 1 Voir Lahire Bernard, Pour la sociologie, Paris, La Découverte, 2016 ; notre compte rendu pour Lectu (...)

4Réductionnisme sociologique diront certains, en lisant que l’auteur cherche à cerner dans cette trajectoire les « répercussions intimes des violences collectives » (p. 10) ; coupable entretien d’une « culture de l’excuse »1 que cette démarche cherchant à « rendre manifeste la violence d’origine sociale » (p. 36) dans une vie, ajouteront-ils. D’ailleurs, la profondeur des liens unissant les deux hommes n’invalide-t-elle pas tout simplement la pertinence des analyses du sociologue ? Daniel Bizeul répond clairement à cette dernière objection en développant tout au long de son texte une analyse réflexive sur la place qu’il occupa dans la vie de Martial et sur les conséquences de cette relation dans son travail de recherche et d’écriture. Les remarques à propos des hésitations relatives au choix du titre (p. 326) en témoignent pertinemment. Y mentionner l’homosexualité, la séropositivité ou bien encore les troubles psychologiques de Martial aurait ainsi réduit et fixé l’identité d’un homme dont l’auteur cherche à révéler la spécificité. Forcément imparfait, inévitablement limité, cet exercice d’auto-analyse caractérise pourtant, et certifie en quelque sorte, la démarche ici entreprise. Et puis, s’il cherche à savoir pourquoi son ami fut rongé par une colère et une rage dévastatrices, il n’excuse en aucune façon ses déchaînements de violences.

5Quant à l’accusation de sociologisme, comprendre de réflexion grossièrement holiste, manichéenne et réductrice, l’auteur la renverse remarquablement en mobilisant une méthode convaincante sur laquelle il revient dans la conclusion. Sa démarche cherche à dépasser les fausses évidences du « récit en causalité » qui fait d’un facteur, d’une raison ou d’un motif des clés qui verrouillent définitivement une trajectoire individuelle. À la question « peut-on atteindre la cause originelle d’une vie malheureuse ? » (p. 139), sorte de blessure initiale qui déterminerait tous les détours d’une existence, il répond par la négative. Origine et trajectoire, dispositions et contextes, habitus et situations se mêlent inextricablement, entretenant toute une gamme d’effets de contraste et de renforcement. L’auteur favorise ici une analyse interactionniste assimilant « l’individu […] au rouage d’un ensemble […] qui se modifie en permanence » (p. 104), en fonction d’une succession d’évènements microsociologiques déterminés par un éventail d’échanges interpersonnels. À cette approche fait écho la reproduction des grands repères biographiques de la vie de Martial en annexe de l’ouvrage. Daniel Bizeul tente de « restituer les ressorts intimes d’une existence, tels qu’ils se dégagent de son cours ordinaire et de divers épisodes cruciaux » (p. 39). Il veille aussi à l’inscrire « dans le cadre socio-historique qui est le sien » (idem), mais sans l’y réduire. Dans cette perspective, l’enfance douloureuse de Martial n’écrase pas de sa force interprétative les significations sociales de sa vie en couple avec des hommes blancs aisés et plus âgés. Pas plus que sa condition de métis n’éclipse les conséquences microsociologiques du déclenchement d’une violente dispute avec ceux qui l’ont côtoyé. Tous ces aspects s’enchevêtrent, de sorte qu’il paraît bien impossible à l’auteur de révéler une sorte de fatale destinée sociologique.

  • 2 Foucault Michel, « La vie des hommes infâmes », in Dits et écrits, t. II, 1976-1988, Paris, Gallima (...)

6Surtout, à défaut de pouvoir en épuiser le sens ou d’en fournir la clé, l’auteur restitue dans ces pages toute la singularité de la vie de son ami. Si elle s’étend méticuleusement sur des moments de crise et s’attarde sur des séquences dramatiques, l’analyse de Daniel Bizeul brosse aussi le portait d’un homme sensible à l’écriture, intéressé par la musique et apaisé par une foi religieuse. Réduit au stéréotype du marginal, à la figure du déclassé, à l’image de l’assisté et finalement au statut de malade devant mourir à cause du Sida, Martial faisait partie de ceux qu’on ne regarde qu’au miroir de « ce par quoi on a voulu les accabler »2. « Aussi contraints soient-ils cependant, offrant l’image de la dépendance à autrui, de l’inutilité sociale, de la déviance non amendable, ils donnent sens à leur passage sur la terre. » (p. 16).

Haut de page

Notes

1 Voir Lahire Bernard, Pour la sociologie, Paris, La Découverte, 2016 ; notre compte rendu pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/20101.

2 Foucault Michel, « La vie des hommes infâmes », in Dits et écrits, t. II, 1976-1988, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2001, p. 243.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Daniel Bizeul, Martial, La rage de l’humilié », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 21 juin 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25060

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page