Navigation – Plan du site

Alain Ehrenberg, La mécanique des passions. Cerveau, comportement, société

Marc Loriol
La mécanique des passions
Alain Ehrenberg, La mécanique des passions. Cerveau, comportement, société, Paris, Editions Odile Jacob, 2018, 334 p., ISBN : 978-2-7381-4149-1.
Haut de page

Texte intégral

1Après avoir exploré dans ses premiers ouvrages les transformations sociales provoquées par l’injonction à l’autonomie dans les sociétés modernes, le sociologue Alain Ehrenberg s’est ensuite intéressé à la façon dont la santé mentale était pensée et traitée lors de la transition de sociétés régies par des normes collectives fortes à des régimes de plus grande liberté individuelle. Dans ce nouveau livre, il poursuit sa réflexion en se centrant cette fois-ci sur le développement récent (depuis la fin des années 1970) des neurosciences cognitives, lié aux progrès de l’imagerie médicale et de la neurobiologie, et sur la conception de la santé mentale que ces sciences induisent dans notre société. Pour cela, il appuie son analyse sur une lecture critique des écrits et interventions publiques des principaux neuroscientifiques.

2Selon Alain Ehrenberg, l’ambition des recherches neurobiologiques serait de mettre au jour, dans le cerveau, les marqueurs somatiques de la pensée, des émotions et, au final, des comportements humains. Ainsi, ces recherches tentent de rattacher les troubles mentaux à des dysfonctionnements cérébraux observables (plutôt qu’à des conflits psychiques liés à la psychodynamique propre à chaque personne). Ce changement de perspective se manifeste particulièrement dans la compréhension actuelle de l’autisme, depuis l’abandon des explications psychanalytiques. La nouvelle approche postule que, lorsque certaines aires du cerveau sont détruites, ou quand les connexions entre les différentes zones cérébrales sont défectueuses, des pathologies et des comportements inadaptés peuvent se manifester. Pour Alain Ehrenberg, cette conception de la santé mentale marque un bouleversement important : l’on passe d’une approche en termes de syndromes, c’est-à-dire de regroupements de symptômes en des ensembles relativement stables et cohérents, à une analyse fondée sur la comparaison entre des cerveaux sains et des cerveaux pathologiques.

3Avec la notion de « plasticité cérébrale », rappelle Alain Ehrenberg, ces mêmes recherches développent l’idée selon laquelle des dysfonctionnements cérébraux localisés pourraient être compensés par la mobilisation et le développement d’autres circuits neuronaux et l’activation d’autres zones du cerveau. Ainsi, des techniques d’apprentissage appropriées peuvent amener les patients à dépasser leurs problèmes pour en faire des forces et des atouts ; à passer de la position d’handicapé à celle d’« handicapable », pour reprendre le néologisme d’un patient cité par Alain Ehrenberg. C’est par exemple le cas d’autistes dits « de haut niveau » qui, grâce à des thérapies cognitivo-comportementales et une prise en compte de leurs forces (capacité de concentration) et faiblesses (peur du changement ou des relations sociales), peuvent faire de belles carrière.

4Si l’idée de « plasticité cérébrale » peut sembler séduisante pour les sociologues dans la mesure où elle permettrait d’expliquer comment l’expérience et l’histoire des personnes –et donc finalement le social – s’incorporent, au sens propre du terme, au cœur des individus, Alain Ehrenberg estime que c’est un tout autre usage qui en est fait par les neuroscientifiques et les utilisateurs de leurs travaux. En réduisant les comportements sociaux et les choix individuels à des impulsions cérébrales, c’est l’idée même de social qui s’en trouverait dissoute. « Deux cerveaux ne sont jamais identiques » déclare Mountcastle, un célèbre neuroscientifique (cité par Alain Ehrenberg, p. 145). Donc, tous les comportements, pathologiques ou non, seraient nécessairement singuliers et personnels, et non explicables sociologiquement par des mécanismes collectifs ou par l’appartenance à telle ou telle catégorie sociale. La détection précoce d’anomalies, grâce à l’informatique médicale et au traitement sophistiqué de grandes bases de données, devrait permettre alors d’isoler les individus « à risque » afin de les écarter des situations ou emplois les plus difficiles (par exemple les métiers stressants) et de les traiter au plus tôt (thérapies précoces).

5De plus, l’hypothèse implicite de nombreux neurophysiologistes selon laquelle tout viendrait du cerveau mais qu’un travail personnel peut aider à corriger ou dépasser les problèmes tend, selon Alain Ehrenberg, à valoriser les thérapies cognitivo-comportementales. En effet, ces thérapies se fondent sur l’idée que l’apprentissage systématique de nouvelles réponses comportementales et le changement des représentations peuvent remédier aux troubles et difficultés d’un individu, sans que celui-ci doive modifier son environnement ou ses relations sociales. C’est pourquoi l’autorité morale et scientifique de la neurophysiologie cérébrale serait considérablement renforcée dans une société qui fait de l’autonomie, de l’adaptation individuelle, de la capacité personnelle à trouver sa place dans des organisations sociales complexes et évolutives des valeurs suprêmes. L’auteur en vient même à considérer, dans sa conclusion, que la récupération en sociologie des notions de neurosciences – par exemple quand les travaux d’Antonio Damasio sont cités pour étayer l’analyse des comportements sociaux – risque de renforcer l’individualisme méthodologique, courant selon lequel tous les phénomènes sociaux ne seraient au final que l’agrégation de choix et de décisions rationnels (en finalité ou en valeur) des individus.

6Les analyses d’Alain Ehrenberg – dont nous n’avons pas pu rendre ici toute la richesse et la diversité – permettent de mieux comprendre les transformations de la psychiatrie et leurs enjeux pour l’étude de la santé mentale. Toutefois, sa thèse d’un renforcement réciproque entre les progrès récents de l’individualisme dans une société ouverte et démocratique, d’une part, et le développement de l’étude du cerveau comme moyen de comprendre et d’améliorer les humains, d’autre part, semble plus affirmée que démontrée. L’auteur tend en effet à minimiser les recherches qui ne vont pas dans ce sens.

  • 1 D’après Guillaume Lecoeur, De la gestion des maux au travail des mots, thèse de doctorat dirigée pa (...)

7Tout d’abord, on peut objecter que le projet scientiste qui vise à réduire la pensée et les émotions au à des impulsions ou réactions physiologiques est plus ancien que l’individualisme contemporain. Il trouve sa source dans l’école mécaniste d’analyse du vivant, dont René Descartes (1596-1650) est un précurseur. De La Mettrie, en 1747, explique que le corps pourrait être étudié comme des « ressorts » et qu’il serait doué, en lui-même, de la capacité de se remonter. Même la pensée peut être définie comme une propriété physico-chimique, telle l'électricité. Pour Du Bois Reymond, la physiologie consiste à ramener « les apparences naturelles aux principes mathématiques de causalité », isolant par conséquent de ses études tous les éléments qui ne seraient pas visibles ou réductibles à des faits physico-chimiques1.

8Ensuite, même dans la période récente, l’individualisation et l’atomisation des relations sociales ne sont pas des phénomènes homogènes et universels. Des relations plus communautaires, fondées sur des normes sociales partagées, continuent de coexister avec des formes plus concurrentielles et ouvertes. Selon nous, il n’est pas évident que l’intérêt et l’extension des neurosciences ne concernent que ces dernières.

  • 2 Par exemple, Katherine Woollett et Eleanor A. Maguire, « Acquiring “the Knowledge” of London's Layo (...)
  • 3 Jean-Michel Besnier, Francis Brunelle, Florence Gazeau, Un cerveau très prometteur, Éditions Pommie (...)
  • 4 Voir par exemple : Didier Cohen-Salmon et Françoise Galland, « Les bébés ne sont pas des chats », S (...)

9Par ailleurs, il nous apparaît qu’une partie des recherches actuelles en neurobiologie et en psychologie cognitive a pu contribuer à remettre en cause l’idée d’un homo-économicus rationnel. Ces recherches ont aussi permis d’expliquer par la biologie les effets de l’environnement social, en montrant que des individus qui avaient partagé pendants de nombreuses années une même activité (par exemple chauffeur de taxi ou pianiste) pouvaient développer des fonctionnements cérébraux similaires2. De même, des recherches sur les « neurones miroirs » ou la « synchronisation des cerveaux » ont montré que ces phénomènes – tout comme l’empathie – sont d’autant plus puissants qu’ils concernent des individus qui se sentaient proches et ont construit une confiance réciproque3. Enfin, les émotions partagées collectivement jouent un rôle particulièrement fort dans la constitution de la mémoire affective, si importante dans la prise de décision intuitive4. Les neurosciences ne renforcent donc pas automatiquement une vision individualiste d’un cerveau fonctionnant de façon isolée. En revanche, dans une société libérale et individualiste comme les États-Unis, il est vrai que les usages et les tentatives d’application pratiques des neurosciences semblent aller dans ce sens individualiste, et souvent même bien au-delà de ce que ces sciences peuvent effectivement prouver.

10Finalement, il nous semble que le principal problème et défi posé par l’application de la neurophysiologie aux comportements sociaux n’est pas tant un supposé impérialisme disciplinaire, qui viserait à réduire l’étude de l’humain à celle du fonctionnement interne de son cerveau, qu’une incompatibilité épistémologique et méthodologique entre les disciplines. Pour les neurosciences, toute forme de subjectivité doit être écartée à travers des expérimentations contrôlées en laboratoire et l’usage d’outils de mesure standardisés. À l’inverse, pour la sociologie, extrapoler des résultats obtenus en laboratoire ou lors d’expérimentations simplifiées à une vie sociale complexe et imbriquée dans des interdépendances étendues ne peut conduire qu’à des biais et des mauvaises interprétations. C’est sans donc plutôt dans ce décalage qu’il faut chercher les obstacles à la production de savoirs communs entre sciences de la vie et sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 D’après Guillaume Lecoeur, De la gestion des maux au travail des mots, thèse de doctorat dirigée par Michel Lallement, CNAM, 2018.

2 Par exemple, Katherine Woollett et Eleanor A. Maguire, « Acquiring “the Knowledge” of London's Layout Drives Structural Brain Changes », Current Biology, vol. 21, n° 24, 2011, p. 2109-2114,

3 Jean-Michel Besnier, Francis Brunelle, Florence Gazeau, Un cerveau très prometteur, Éditions Pommier, col. « Essais et documents », 2015.

4 Voir par exemple : Didier Cohen-Salmon et Françoise Galland, « Les bébés ne sont pas des chats », Spirale, n° 30, 2004, p. 113-116.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Loriol, « Alain Ehrenberg, La mécanique des passions. Cerveau, comportement, société », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25080

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page