Navigation – Plan du site

Gérard Bras, Les voies du peuple. Éléments d’une histoire conceptuelle

Élise Escalle
Les voies du peuple
Gérard Bras, Les voies du peuple. Éléments d'une histoire conceptuelle, Paris, Amsterdam Editions, 2018, 354 p., préfacie d'Étienne Balibar, ISBN : 978-2-35480-167-0.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet essai, Gérard Bras propose de considérer le mot « peuple » comme un objet théorique, à travers une « histoire conceptuelle » des usages polysémiques, antagonistes et parfois contradictoires du terme dans la modernité occidentale. Dans ce cadre, le philosophe effectue une généalogie de l’assomption du « peuple » en politique comme « fiction performative » (p. 21), inséparable d’une « force matérielle et physique, qui se manifeste en un lieu et en un temps » situés (p. 23). « Peuple » se donne alors comme le nom de la « reprise réflexive des expériences insurgentes » qui ont marqué l’histoire politique depuis la Révolution française jusqu’au « printemps arabe » et aux mouvements des places qui ont marqué l’actualité contemporaine (p. 354). Gérard Bras s’attache ainsi dans ce livre à rendre « conceptuellement sensible », pour reprendre les termes d’Étienne Balibar en préface (p. 12), le « peuple » comme constitutif de l’histoire du présent politique, ce qui lui permet de poser à nouveaux frais la question du « populisme ».

  • 1 Voir notamment Sophie Wahnich, La longue patience du peuple. 1792, Naissance de la République, Pari (...)
  • 2 Michèle Riot-Sarcey, Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe siècle en France, Pa (...)
  • 3 Judith Butler, Rassemblement. Pluralité, performativité et politique, Fayard, Paris, 2016.
  • 4 Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste. Vers une politique démocratiqu (...)
  • 5 Paulo Virno, Grammaire de la multitude. Pour une analyse des formes de vie contemporaines, Paris Éd (...)
  • 6 Michael Hardt et Antonio Negri, Empire, Paris, Exils, 2000.
  • 7 Jacques Rancière, La Haine de la démocratie, Paris, La Fabrique, 2005.

2En s’appuyant sur les travaux de Sophie Wahnich sur la Révolution française1 et de Michèle Riot-Sarcey sur les discontinuités qui ont marqué les luttes sociales et politiques au XIXe siècle2, le philosophe tente en effet de démontrer l’importance du signifiant « peuple » pour penser l’émancipation dans notre conjoncture post-soviétique et post-coloniale. Ouvrant de façon spectaculaire sa réflexion par une série de déplacements – « Qu’est-ce que le peuple ? Je n’en sais rien. Existe-t-il ? Il m’est impossible de répondre à cette question » (p. 17) –, l’auteur centre son propos sur une cartographie critique qui cherche à renouer les fils d’un dialogue entre la performativité des corps rassemblés telle que l’expose Judith Butler3, l’hégémonie populiste comme stratégie politique selon Chantal Mouffe et Ernesto Laclau4, et la « puissance de la multitude » décrite par les analyses de Paulo Virno5, Antonio Negri et Michael Hardt6. Un tel rapprochement est rendu possible par la distinction fondamentale entre quatre sens du mot « peuple » qui renvoient à autant de projets politiques de la modernité. Tout d’abord, le concept juridique de « peuple » (le populus latin) désigne l’ensemble des citoyens susceptibles de prendre part à la délibération publique ; il se trouve au cœur de la pensée politique moderne et du projet démocratique républicain. Ensuite, le « peuple » comme principe d’assignation à une position d’infériorité sociale (la plebs), évoque les mouvements d’émancipation et les revendications d’autonomie venues « d’en bas » contre une domination imposée « d’en haut » par les gouvernants. Troisièmement, le « peuple » comme identité culturelle ou ethnique (l’ethnos grec ou le Volk allemand) renvoie à l’idée d’un destin national partagé, en lien avec une éventuelle origine commune. Enfin, le « peuple » comme masse ou grand nombre (plethos en grec ou « multitude ») hante les trois significations précédentes et vient nommer les corps agissant par et pour le politique. Si « la démocratie n’est pas réductible à la loi du nombre […], elle n’est [cependant] rien sans le nombre » qui est la condition matérielle de possibilité de son énoncé (p.  22). Par-delà l’amphibologie des discours dominants qui rêveraient, selon le mot de Brecht, de « dissoudre le peuple [pour] en élire un autre » (p. 20), « peuple » nomme donc à un niveau plus fondamental cette « question que la politique moderne se pose à elle-même » (p. 28), ce « scandale»7 de la reconfiguration permanente d’une catégorie à laquelle tou·te·s peuvent également prétendre et qui se trouve sans cesse remise en jeu à partir de ses propres limites.

3Dans la première séquence de son livre, Gérard Bras relit ainsi Rousseau comme le moment de constitution théorique d’un dispositif conflictuel de prise en compte « de la dimension politique du social et de la dimension sociale du politique » qui se trouve au cœur des discours et pratiques politiques de la Révolution française, au point que même Thermidor et la Restauration devront ensuite en prendre acte (p. 148). Une analyse fine des débats publics entre Sieyès et Mirabeau à l’Assemblée permet de problématiser dans ce cadre la représentation du « peuple souverain » comme médiation des voix multiples et nombreuses d’un peuple dont les actions, plaidoyers, plaintes et cris scandent la vie politique révolutionnaire. Le retour sur deux groupes de textes d’Hegel, à Iéna d’une part et à Berlin d’autre part, permet alors à Gérard Bras de montrer comment le pacte social, dans l’inversion sémantique des hiérarchies entre petits et grands, caractéristique de l’Ancien Régime, devient une dimension constitutive du politique. On ne peut plus faire l’impasse sur le « peuple », y compris lorsque l’appel à l’unité nationale paraît susceptible de donner à la représentation populaire un tour autoritaire et censitaire. Assignée à une échelle d’action pré-politique par le pouvoir de police des représentants, l’inquiétante « populace » apparaît cependant chez Hegel comme étant à tout moment susceptible d’agir pour refuser un pouvoir inégalitaire qui nierait effectivement ses droits, que ce soit par la lutte des classes ou par la purification violente et intrinsèque du peuple, dans une défense presque organique de la société contre sa propre dépolitisation.

  • 8 Gilles Deleuze, L’Image-Temps, Paris, Éditions de Minuit, 1985.
  • 9 Sidi Mohamed Barkat, Le Corps d’Exception. Les artifices du pouvoir colonial et la destruction de l (...)

4La seconde séquence du livre de Gérard Bras nous confronte au devenir d’un tel imaginaire collectif près d’un siècle plus tard, à travers une lecture attentive des discours et Mémoires du général de Gaulle. L’invocation par ce dernier du « peuple français » comme peuple absent appelé à se constituer au moment de la Résistance contre l’ennemi nazi cède en effet la place, lors de la guerre d’Algérie, à une définition exclusive du « peuple », qui bute sur les limites racialisantes que l’État-nation assigne quant aux individus susceptibles d’effectuer le travail sur soi que requiert l’adhésion à un destin national français. L’unification « du local au global » que Michelet inventait dans le témoignage « de la réalité de cet imaginaire ou de cette utopie qui se nomme “peuple” » (p. 181) un siècle plus tôt échoue alors dans le conservatisme d’un ordre social où « la figure nationale du peuple » s’oppose à celle d’un « peuple manquant » au sens deleuzien8. Le refus du général de Gaulle de reconnaître aux colonisé·e·s et à leur luttes en cours pour l’autodétermination le nom même de « peuple » renvoie par conséquent à ce même mécanisme « d’inclusion exclusive » déjà mis en évidence chez Hegel, par lequel l’assignation au « peuple » discipline et opère la régulation de ses propres limites incarnées – ce corps d’exception décrit de façon si marquante par Sidi Mohamed Barkat dans son ouvrage éponyme9.

  • 10 Wendy Brown, Undoing the Demos. Neoliberalism’s Stealth Revolution, New York, Zone Books, 2015.
  • 11 Partha Chatterjee, Politique des gouvernés. Réflexions sur la politique populaire dans la majeure p (...)

5Le livre de Gérard Bras se conclut par une dernière séquence qui reprend les résultats de l’enquête historienne à la lumière des débats en philosophie contemporaine. L’auteur renvoie alors dos à dos l’hypothèse néo-populiste du mot « peuple » comme « signifiant vide », toujours déjà disponible pour exprimer la vocation hégémonique d’articulation des luttes locales, et l’analyse d’inspiration spinoziste d’une puissance globale de la « multitude » comme nouvelle horde nomade brisant les résistances affectives impériales et néo-libérales. Il leur oppose une syntaxe politique qui distribue (de façon différenciée) les noms du peuple, afin de mettre en évidence les torts politiques et sensibles désignés par l’emploi de ce terme. On peut cependant regretter que l’auteur ne se soit pas arrêté sur les critiques féministes et postcoloniales de politistes comme Wendy Brown10 ou Partha Chatterjee11, qui auraient sans doute permis de donner davantage corps à son invitation, en revenant sur les pratiques d’égalité et d’émancipation dans les pays du Sud, et en s’intéressant aux luttes des personnes racisées, des femmes et des minorités de genre dans les pays du Nord, qui sont ici presque entièrement laissées de côté. L’enquête de Gérard Bras, par sa richesse et sa subtilité analytique et documentaire, n’en demeure pas moins un apport majeur pour les philosophes et historien·ne·s du politique, et un outil de travail indispensable, pour les perspectives qu’il ouvre dans les archives des peuples au cœur des enjeux démocratiques actuels.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Sophie Wahnich, La longue patience du peuple. 1792, Naissance de la République, Paris, Payot, 2008, dont Gérard Bras reprend le titre comme concept dans son analyse.

2 Michèle Riot-Sarcey, Le procès de la liberté. Une histoire souterraine du XIXe siècle en France, Paris, la Découverte, 2012 ; compte rendu de Thibault Scohier pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/20415.

3 Judith Butler, Rassemblement. Pluralité, performativité et politique, Fayard, Paris, 2016.

4 Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, Hégémonie et stratégie socialiste. Vers une politique démocratique radicale, Besançon, Les Solitaires intempestifs, 2009.

5 Paulo Virno, Grammaire de la multitude. Pour une analyse des formes de vie contemporaines, Paris Éditions de l’Éclat, 2002.

6 Michael Hardt et Antonio Negri, Empire, Paris, Exils, 2000.

7 Jacques Rancière, La Haine de la démocratie, Paris, La Fabrique, 2005.

8 Gilles Deleuze, L’Image-Temps, Paris, Éditions de Minuit, 1985.

9 Sidi Mohamed Barkat, Le Corps d’Exception. Les artifices du pouvoir colonial et la destruction de la vie, Paris, Éditions Amsterdam, 2005.

10 Wendy Brown, Undoing the Demos. Neoliberalism’s Stealth Revolution, New York, Zone Books, 2015.

11 Partha Chatterjee, Politique des gouvernés. Réflexions sur la politique populaire dans la majeure partie du monde, Paris, Éditions Amsterdam, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Escalle, « Gérard Bras, Les voies du peuple. Éléments d’une histoire conceptuelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25092

Haut de page

Rédacteur

Élise Escalle

Doctorante en philosophie, Histoire des arts et des représentations (HAR, ED 138), Université Paris Nanterre.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page