Navigation – Plan du site

Thibault Le Texier, Histoire d’un mensonge. Enquête sur l’expérience de Stanford

Virginie Althaus
Histoire d'un mensonge
Thibault Le Texier, Histoire d'un mensonge. Enquête sur l'expérience de Stanford, Paris, Zones, 2018, 296 p., ISBN : 9782355221200.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Haney Craig, Banks Curtis, Zimbardo Philip, « Interpersonal Dynamics in a Simulated Prison », Inter (...)
  • 2 Le lecteur peut notamment écouter la présentation faite par Philip Zimbardo en 1972, sur une archiv (...)

1Dans cet ouvrage, Thibault Le Texier, docteur en économie et chercheur en sciences sociales, enquête sur « l’expérience de Stanford », menée par Philip G. Zimbardo en 1971. Cette expérience visait à étudier le comportement de deux groupes de sujets volontaires (des étudiants), assignés de façon aléatoire à endosser le rôle de « gardien » ou celui de « prisonnier » dans un environnement carcéral simulé (un sous-sol de l’université de Stanford). L’expérience devait durer deux semaines mais a été écourtée après six jours, en raison des comportements agressifs et déshumanisants des gardiens envers les prisonniers. Ces derniers se seraient complétement identifiés à leur rôle de gardien dans la prison, au point d’occulter leur identité personnelle1. L’expérience de Stanford est devenue incontournable en psychologie sociale, du fait des conclusions que Philip Zimbardo a mises en lumière : il suffirait de placer des individus dans certaines situations pour qu’ils « fassent le mal » (p. 189). Histoire d’un mensonge livre pourtant de cette expérience une vision fort éloignée de celle présentée par Philip Zimbardo. Dans une démarche analogue à celle d’un historien, Thibault Le Texier a mené son enquête en étudiant les archives du chercheur américain (documents, photos, enregistrements...), conservées dans les universités de Stanford et d’Akron ou mises en ligne2. Minutieusement recensées, ces diverses sources et références sont présentées à la fin de l’ouvrage. Ce travail sur les sources a été complété par des entretiens téléphoniques et des échanges par courrier électronique avec les participants de l’expérience et avec d’autres chercheurs.

2Un chapitre préliminaire expose la démarche de l’auteur. Thibault Le Texier souhaitait initialement réaliser un court-métrage portant sur l’expérience menée par Zimbardo dans les sous-sols de l’université de Stanford. Faute de financement pour son documentaire, il a révisé son projet pour produire un ouvrage critique sur cette expérience.

  • 3 Zimbardo Philip, The Lucifer Effect. Understanding How Good People Turn Evil, New York, Random Hous (...)

3Le chapitre 1 revient sur la diffusion médiatique et académique de cette expérience, notamment dans les manuels de psychologie et psychologie sociale qui la présentent « souvent en longueur et de façon élogieuse » (p. 17). La publication, en 2004, des photos des sévices de la prison d’Abu Ghraib en Irak a favorisé l’invitation de Philip Zimbardo dans les médias, où ce dernier a su redonner à son expérience « une actualité, une présence, une pertinence et une dimension universelle » (p. 16). Le regain d’intérêt des médias pour son expérience l’a d’ailleurs encouragé à publier The Lucifer Effect: Understanding How Good People Turn Evil3 en 2007. Dans cet ouvrage, Zimbardo établit de nombreux parallèles entre les résultats de l’expérience et les abus commis à Abu Ghraib. Le chapitre 2 dresse ensuite le contexte politique de l’expérience de Stanford, qui est celui de la guerre du Vietnam. Fort de la réputation de la prestigieuse université de Stanford, Philip Zimbardo a pu bénéficier d’un financement de l’institution militaire pour la recherche qu’il menait alors, intitulée « Facteurs techniques et personnels pouvant perturber le comportement des recrues militaires » (p. 46).

  • 4 Une comparaison détaillée des règlements des deux expériences est proposée page 61.
  • 5 Comme nous pouvons par exemple le lire sur le site http://www.prisonexp.org/guards.

4Les chapitres 3 et 4 reviennent sur la conception et la mise en œuvre de l’expérience de Stanford, à l’aide de documents d’archives détaillés. L’on apprend que Philip Zimbardo « ne conna[ssait] rien aux prisons » (p. 59-60) avant de commencer son expérimentation. Démentant les « récits officiels » (p. 54), Le Texier montre que l’expérience de Stanford trouve son origine dans les travaux d’un étudiant, David Jaffe, présentés à l’occasion des séminaires organisés par Philip Zimbardo. L’expérience mise au point par David Jaffe – décrite dans un dossier intitulé « A simulated prison » retrouvé par Thibault Le Texier – s’est déroulée en mai 1971 dans une résidence universitaire du campus de Stanford. L’auteur pointe de nombreuses similitudes entre le règlement utilisé par Zimbardo en août 1971 au cours de son expérience et celui élaboré par David Jaffe (qui deviendra d’ailleurs l’assistant de son professeur)4. Ce constat s’avère d’autant plus intéressant que Philip Zimbardo a écrit à plusieurs reprises que les gardiens avaient inventé eux-mêmes les règles de la prison « expérimentale »5. Thibault Le Texier éclaire ainsi les nombreux écarts existant entre, d’une part, les déclarations et les publications de Philip Zimbardo et, d’autre part, les éléments factuels consignés dans les archives. L’intervention des expérimentateurs (c’est-à-dire, de Philip Zimbardo et de son équipe) est souvent « minimisée » dans les écrits du chercheur, alors même que les gardiens ont reçu « un véritable mode d’emploi leur indiquant comment fabriquer de toutes pièces cet environnement social pathogène » (p. 71).

  • 6 David Eshleman, l’un des participants (gardien), déclara par exemple lors d’une interview être « to (...)

5Le chapitre 5 analyse ensuite les biais liés à la méthode expérimentale et à l’influence potentielle des chercheurs sur le comportement des participants. L’auteur pointe notamment le problème posé par les « exigences de la situation expérimentale ». En effet, même si les chercheurs n’informent pas les participants des hypothèses de leur étude, ces derniers ont tendance à se conformer à ce qu’ils imaginent qu’il est attendu d’eux (à travers un ensemble de « signaux » qu’ils décodent). Divers arguments sont avancés afin de soutenir qu’il est impossible, dans le cas de l’expérience de Stanford, de distinguer les exigences qui relèvent d’une situation carcérale et celles qui dépendent de la situation expérimentale, car elles sont « inextricablement mêlées » (p. 107). Dans ce chapitre, Le Texier critique également le point de vue de Zimbardo qui considérait que les participants étaient interchangeables, alors même qu’il s’agissait ici d’étudiants, sous l’autorité d’un professeur/expérimentateur. Il est en effet fort probable que ces étudiants aient « davantage réagi aux exigences de la situation expérimentale qu’aux exigences de la situation carcérale » (p. 111)6.

  • 7 Les critiques de l’auteur font écho à des questionnements bien connus concernant le statut de l’exp (...)

6L’auteur poursuit l’examen des différentes limites de l’expérience dans le chapitre 6, en se centrant cette fois-ci sur sa validité écologique7. Pour traiter la question du « réalisme expérimental » (p. 144) d’abord, l’auteur s’appuie notamment sur les entretiens de « débriefing » réalisés avec les participants et sur les échanges téléphoniques ou par courrier électronique qu’il a pu avoir avec ceux-ci en 2017, soit 46 ans après l’expérience. Ces différents témoignages remettent en cause le réalisme de la prison expérimentale, en soulignant qu’elle « sonnait faux » (p. 131) et qu’elle n’était pas forcément prise au sérieux. L’auteur décrit ainsi l’expérience comme un « entre-deux, à mi-chemin entre fiction et réalité » (p. 136). Au-delà du réalisme expérimental, la situation construite par Philip Zimbardo ne reflétait que peu la réalité de la vie carcérale, y compris dans sa diversité. Entre autres causes, Thibault Le Texier l’attribue à une connaissance superficielle de la réalité carcérale, du fait d’une non-prise en compte des travaux de l’époque sur celle-ci, alors même que leurs auteurs s’avéraient eux-mêmes « sensibles à la thèse situationnelle » (p. 141), qui insiste sur l’influence des circonstances, de la situation sur les comportements. En effet, les travaux de sociologues tels que Daniel Glaser ou Donald Clemmer soulignaient déjà la complexité et l’ambivalence des relations entre les prisonniers et les gardiens ainsi que les règles informelles de la vie en prison, « loin de la caricature imaginée par Zimbardo » (p. 139).

7Le chapitre 7 détaille le parcours de certains sujets de l’expérience, qui ont participé à cette étude en étant motivés « par l’argent à se faire » (p. 154). L’auteur cherche ainsi à mettre en évidence la « singularité biographique » des participants, toutefois qualifiés de « gens normaux » par Philip Zimbardo (p. 157). Une fois de plus, l’enquête de Thibault Le Texier révèle d’importants écarts entre les récits officiels et le déroulement de l’expérience ; les archives font état de « différences de comportement » (p. 159) frappantes d’un participant à l’autre, mais ces éléments, qui contredisent la thèse du professeur (à savoir, que les gardiens et les prisonniers constituaient « deux groupes profondément antagoniques », p. 160), apparaissent peu dans ses écrits. Le Texier montre que ce sont les variabilités inter-individuelle et intra-individuelle qui ont été excessivement estompées, lissées par Philip Zimbardo. Il considère le chercheur en psychologie comme un « behavioriste », s’intéressant moins aux raisons d’agir des participants, qu’à « leur manière de réagir aux stimuli de leur environnement factice » (p. 162).

8La dernière partie de l’ouvrage (chapitres 8 et 9) tente d’expliquer la réception favorable et la postérité dont a bénéficié l’expérience de Stanford. Ce succès repose sur une démarche « exploratoire audacieuse » et sur le « culte positiviste » qui entoure l’expérimentation, laquelle présente ainsi « les signes extérieurs de la scientificité » d’une recherche en psychologie (identification de variables, assignation aléatoire…) (p. 205-206).

9En conclusion, l’expérience de Stanford est présentée comme « un cas d’école », représentatif plus qu’un autre des limites épistémologiques de l’expérimentation en sciences humaines et sociales. Une ambiguïté persiste cependant à la lecture de l’ouvrage ; il est parfois difficile de distinguer les critiques adressées à l’expérimentation en tant que méthode de celles qui s’appliquent spécifiquement à l’expérience de Stanford. Une chose est sûre, ce sont moins les limites de cette dernière que le « déluge d’exagérations » et les « déformation[s] optimiste[s] » (p. 214) de Philip Zimbardo qui ont incité Thibault Le Texier à publier l’Histoire d’un mensonge. Un tel ouvrage ne peut qu’être salutaire pour la psychologie car, en revisitant l’expérience de Stanford, Thibault Le Texier en questionne les normes épistémologiques. Il invite également à plus de réflexivité des chercheur-euses dans le contexte actuel de la course aux résultats spectaculaires et significatifs, dont les revues scientifiques sont demandeuses, mais qui met à mal l’éthique et la fiabilité des recherches en psychologie. Bien que Philip Zimbardo se situe dans une certaine forme d’orthodoxie (le « fétichisme du laboratoire et des chiffres », p. 205), celle-ci n’a pu être garante de la valeur scientifique de son expérience. La démarche de Thibault Le Texier amène ainsi – de manière peut être quelque peu paradoxale – à considérer avec davantage de prudence les résultats de la science « basée sur les faits » et la « preuve ».

Haut de page

Notes

1 Haney Craig, Banks Curtis, Zimbardo Philip, « Interpersonal Dynamics in a Simulated Prison », International Journal of Criminology and Penology, vol. 1, n° 1, 1973, p. 69-97.

2 Le lecteur peut notamment écouter la présentation faite par Philip Zimbardo en 1972, sur une archive sonore de l’université : https://purl.stanford.edu/nx359zx3949.

3 Zimbardo Philip, The Lucifer Effect. Understanding How Good People Turn Evil, New York, Random House, 2007.

4 Une comparaison détaillée des règlements des deux expériences est proposée page 61.

5 Comme nous pouvons par exemple le lire sur le site http://www.prisonexp.org/guards.

6 David Eshleman, l’un des participants (gardien), déclara par exemple lors d’une interview être « tout le temps conscient que c’était une expérience » et avoir « cru, pour que l’expérience produise des résultats » devoir « être plutôt radical » (p. 108-109).

7 Les critiques de l’auteur font écho à des questionnements bien connus concernant le statut de l’expérimentation en sciences humaines et sociales et la validité, en dehors du contexte expérimental, des résultats obtenus. On pourra par exemple mentionner ceux de Canguilhem : « Les normes fonctionnelles du vivant examiné au laboratoire ne prennent sens qu’à l’intérieur des normes opératoires du savant » (Canguilhem Georges, Le normal et le pathologique, Paris, PUF, 2013 [1966], p. 122) ; ou encore de Parot et Richelle (Parot Françoise, Richelle Marc, Introduction à la psychologie. Histoire et méthodes, Paris, PUF, 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Althaus, « Thibault Le Texier, Histoire d’un mensonge. Enquête sur l’expérience de Stanford », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 27 juin 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25127

Haut de page

Rédacteur

Virginie Althaus

Maître de conférences en psychologie du travail à l’université de Rouen Normandie (laboratoire CRFDP).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page