Navigation – Plan du site

Pablo Jensen, Pourquoi la société ne se laisse pas mettre en équations

Igor Martinache
Pourquoi la société ne se laisse pas mettre en équations
Pablo Jensen, Pourquoi la société ne se laisse pas mettre en équations, Paris, Seuil, coll. « Science ouverte », 2018, 336 p., ISBN : 978-2-02-138010-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pablo Jensen, Entrer en matière, Paris, Seuil, 2001 ; rebaptisé Des atomes dans mon café crème pour (...)
  • 2 Voir également son site personnel : http://perso.ens-lyon.fr/pablo.jensen/pop.php.
  • 3 Voir le site de l’IXXI : www.ixxi.fr.
  • 4 Sur ce dernier, voir notamment Gérard de Vries, Bruno Latour. Une introduction, Paris, La Découvert (...)

1N’en déplaise aux promoteurs des big data – comme à leurs contempteurs –, ce n’est sans doute pas demain la veille que nous saurons programmer des algorithmes capables de prévoir nos moindres faits et gestes individuels avec l’exactitude d’une montre suisse. Telle est la thèse défendue avec force pédagogie par Pablo Jensen dans ce petit ouvrage, qui use de nombreux exemples concrets pour en faire la démonstration. Il faut dire que l’auteur, directeur de recherche au CNRS affilié au laboratoire de physique de l’École normale supérieure de Lyon, ne dénigre pas l’interdisciplinarité et la vulgarisation scientifique, contrairement à nombre de ses confrères. En témoignent son engagement au sein du Café des sciences lyonnais ainsi que son précédent ouvrage1, dont le présent constitue en quelque sorte la suite logique2. Il a d’ailleurs délaissé depuis quelques années la physique fondamentale pour s’investir des « recherches au carrefour des disciplines qui répondent aux grands enjeux de notre temps » (notamment la science des réseaux et l'impact de la révolution numérique sur l'économie ou l'organisation sociale)3 au sein de l’Institut rhônalpin des systèmes complexes (IXXI). Après s’être employé à déconstruire le mythe d’un monde physique constitué de particules atomiques élémentaires, Pablo Jensen tente ici de mettre en cause la vision d’un monde social qui ne serait que l’agrégation de comportements individuels. À l’instar d’un Bruno Latour4, il rompt d’emblée avec une épistémologie métaphysique aussi tenace que fausse suivant laquelle les scientifiques « découvriraient » progressivement le monde réel. Il développe ensuite son propos en une vingtaine de courts chapitres sans notes de bas de page (mais assortis chacun d’une bibliographie commentée), organisés en cinq grandes parties.

2Intitulée « Comment les sciences naturelles construisent un savoir fiable ? », la première partie corrige une représentation commune des sciences comme décryptant un fonctionnement caché de la nature qui serait écrit en langage mathématique. En réalité, explique Pablo Jensen, le travail des scientifiques consiste avant tout à se doter d’instruments et de conventions de mesure communes qui leur permettent de mettre en évidence des relations stables dans le référentiel constitué par ces outils, mais non dans l’absolu. L’auteur prend ainsi l’exemple des expériences de Galilée à propos de la chute des corps en expliquant que celui-ci n’a en réalité pas « découvert » sa « loi » régissant la chute des corps, faute de totalement comprendre les variations qu’il mesurait en faisant glisser des boules sur un plan incliné à différents degrés. C’est davantage en inaugurant la démarche du détour par l’expérimentation en laboratoire afin de construire une connaissance partagée, qu’il a apporté une contribution décisive au progrès scientifique. Revenant sur le sujet de son précédent ouvrage, l’auteur explique ensuite pourquoi connaître les atomes qui composent les matériaux ne suffit pas pour en déduire leurs propriétés physiques, contrairement à une croyance tenace. En effet des interactions très complexes, et imprévisibles, entre les noyaux et électrons de ces atomes entrent en jeu, comme c’est le cas lors de la transformation du graphite en diamant. Pablo Jensen explique ensuite comment un fastidieux travail de collecte de données a permis de constituer progressivement des modèles de prévision du climat. Cependant, ces modèles sont mis à mal par l’évolution chaotique que connait actuellement le climat, et les prévisions ne peuvent se fonder que sur des tendances statistiques moyennes.

  • 5 Schelling Thomas C., La tyrannie des petites décisions, Paris, PUF, 1980.

3La deuxième partie est ensuite consacrée aux modèles de simulation de la société qui abondent dans les sciences sociales, notamment en économie, et aux limites de ces modèles. Pablo Jensen expose ainsi le fameux modèle à la base de la thèse de la « tyrannie des petites décisions » de Thomas Schelling5. Celui-ci montre comment le fait que la majorité des individus puisse préférer résider dans un voisinage mixte (c’est-à-dire constitué pour moitié par les membres des deux groupes principaux qui constitueraient la population) aboutit paradoxalement à produire une ségrégation résidentielle forte. D’un point de vue heuristique, l’auteur considère ce modèle comme à la fois « utile et dangereux ». Pablo Jensen se montre plus dur et ironique à propos d’un modèle mathématique qui prétend rendre compte du fait que certaines élections récentes ont eu une issue particulièrement serrée, à partir d’hypothèses particulièrement absurdes sur la manière dont les électeurs feraient leurs choix. Il s’inscrit également en faux contre le célèbre modèle d’Hotelling encore largement enseigné dans les facultés d’économie, qui est censé rendre compte de la localisation de firmes concurrentes, à partir d’une situation simplifiée présentant deux vendeurs de glaces qui exercent sur une plage linéaire : tous deux auraient intérêt à se positionner au milieu de la plage au risque autrement de perdre des parts de marché contre leur concurrent. Or, s’il arrive que des commerces du même type soient concentrés dans une rue ou un quartier, les facteurs de leur localisation sont néanmoins beaucoup plus complexes.

4Pablo Jensen détaille ensuite d’autres modèles qui visent par exemple à rendre compte de la coordination des fourmis dans l’édification de leur fourmilière ou de la progression des piétons dans les lieux publics, modèles qui trouvent davantage de grâce à ses yeux, tant parce que leurs concepteurs les ont calibrés sur des données empiriques abondantes que parce qu’ils prennent en compte les interactions entre individus. Comme il l’expliquait déjà dans son ouvrage précédent, Jensen considère que les sciences sociales gagneraient à s’inspirer du magnétisme, dans la mesure où le mimétisme semble jouer un rôle majeur dans les comportements, comme d’autres l’ont souligné, à commencer par Keynes à propos des marchés financiers… À partir de la présentation d’autres exemples (les tentatives de modélisation des épidémies sanitaires, les modèles de prévision économique et les usages des big data par les entreprises œuvrant sur Internet), l’auteur met en évidence les proximités entre les façons dont les sciences sociales et les sciences physiques complexifient leurs modèles, tout en expliquant que les premières se confrontent à quatre facteurs essentiels qui rendent leurs simulations moins robustes Ces quatre facteurs sont l’hétérogénéité des humains comparés aux atomes, le manque de stabilité des relations sociales, le très grand nombre d’interactions à prendre en compte, tant spatialement que temporellement, et enfin la réflexivité des humains, qui les conduit à réagir aux tentatives de modélisation de leurs activités. Ces fragilités ne condamnent pas pour autant se toute velléité de modélisation en sciences sociales, mais invitent plutôt à « envisager [les modèles] comme des éléments de décision parmi d’autres, des outils contribuant à la discussion collective » (p. 166), et non comme des instances de véridiction.

5La troisième partie, intitulée « Analyser la société », est inspirée notamment des travaux d’Alain Desrosières. Elle revient sur le développement de la sociologie durkheimienne animée par l’espoir de bâtir une « physique du social » à l’aide d’outils mathématiques supposés permettre de démêler l’écheveau des causes d’un phénomène considéré. Les big data prolongent en quelque sorte une telle approche de « la société » envisagée comme un ensemble de relations robustes à « découvrir ». En réalité, explique l’auteur, si elles bouleversent nos sociétés contemporaines, c’est moins en termes de connaissance que par l’organisation des actions humaines qu’elles permettent. La véritable question réside dans la voie que nous « choisirons » collectivement entre le renforcement de pouvoirs centraux planificateurs ou le développement d’outils permettant la coordination d’intelligences décentralisées. On saisit ainsi mieux ce qui se joue derrière la réglementation de l’accès et l’utilisation des données numériques.

6La quatrième partie s’intitule « Quantifier la société » : l’auteur y présente tout d’abord un modèle qu’il a contribué à développer en vue de prédire les meilleurs emplacements pour installer un commerce d’un type donné, en mesurant ses affinités et ses incompatibilités vis-à-vis d’autres types de commerces. Ainsi, les boulangeries ont tendance à s’installer à distance d’autres boulangeries mais à proximité d’une boucherie. Puis Pablo Jensen revient sur l’histoire de « l’invention » laborieuse du thermomètre, émaillée de nombreux essais et erreurs, avant de présenter un certain nombre de tentatives similaires, visant cette fois la mesure de phénomènes économiques et sociaux : du Produit intérieur brut (PIB) aux classements des universités et des chercheurs, en passant par les évaluations en termes de coûts et bénéfices des projets d’aménagement publics tels que l’aéroport avorté de Notre-Dame-des-Landes. Pour Jensen, ces indicateurs ne sont pas parfaits et posent particulièrement problèmes lorsqu’ils sont utilisés pour fixer des objectifs d’activité aux populations concernées. S’ils ont le mérite d’être utiles pour orienter les actions collectives, ils gagneraient à être considérés comme des « faitiches », suivant le concept proposé là encore par Bruno Latour, c’est-à-dire « des êtres que nous construisons, que nous inventons mais que nous respectons parce qu’ils nous dépassent » (p. 255) ; autrement dit, des outils dotés d’une puissance propre permettant de canaliser croyances et actions, toutes en se révélant imparfaits, artificiels et incapables d’agir seuls.

  • 6 Bruno Latour, Pablo Jensen, Tommaso Venturini et al., « “Le tout est toujours plus petit que ses pa (...)

7Dans la dernière partie, Pablo Jensen s’emploie enfin à esquisser une vision du social qui cesserait de considérer la société comme une agrégation d’atomes autonomes. S’inspirant à la fois de Bernard Lahire, d’Ivan Illich, de Gilbert Simondon et de Leibniz, l’auteur invite ainsi à considérer les individus comme des « monades », c’est-à-dire des entités complexes qui ne sont pas simplement en interaction les uns avec les autres, mais s’interpénètrent et « se possèdent » les unes les autres. Une telle approche, qui résonne donc fortement avec celle de de Bruno Latour, peut être résumée par la formule « le tout est plus petit que la somme des parties »6. Cette vision du monde social présente aussi une forte dimension politique sur laquelle ouvre l’auteur, à savoir que « le monde commun n’est pas à découvrir, dans les laboratoires de sciences ou d’économie, par une élite. Il doit être composé, péniblement, par tous » ; et « à l’âge numérique, les méthodes formelles ont un rôle à jouer pour favoriser cette coordination par la base » (p. 314). Bref, derrière les apparences d’un petit ouvrage de vulgarisation divertissant, c’est bien à un véritable manifeste scientifico-politique que l’on a affaire, ce qui lui confère d’autant plus d’intérêt !

Haut de page

Notes

1 Pablo Jensen, Entrer en matière, Paris, Seuil, 2001 ; rebaptisé Des atomes dans mon café crème pour sa réédition en poche.

2 Voir également son site personnel : http://perso.ens-lyon.fr/pablo.jensen/pop.php.

3 Voir le site de l’IXXI : www.ixxi.fr.

4 Sur ce dernier, voir notamment Gérard de Vries, Bruno Latour. Une introduction, Paris, La Découverte, 2018.

5 Schelling Thomas C., La tyrannie des petites décisions, Paris, PUF, 1980.

6 Bruno Latour, Pablo Jensen, Tommaso Venturini et al., « “Le tout est toujours plus petit que ses parties”. Une expérimentation numérique des monades de Gabriel Tarde », Réseaux, n° 177, 2013, p. 197-232. DOI : 10.3917/res.177.0197 ; disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-reseaux-2013-1-page-197.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Pablo Jensen, Pourquoi la société ne se laisse pas mettre en équations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 28 juin 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25155

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page