Navegación – Mapa del sitio

Ingreet Juliet Cano Castellanos, Marlène Degrémont, Arthur Laurent (dir.), « Enjeux environnementaux transnationaux. Politiques et acteurs sociaux », Émulations, n° 20, 2016

Ronan Crézé
Enjeux environnementaux transnationaux
Ingreet Juliet Cano Castellanos, Marlène Degrémont, Arthur Laurent (dir.), « Enjeux environnementaux transnationaux. Politiques et acteurs sociaux », Émulations, n° 20, 2016, 113 p., Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, ISBN : 9782875586155.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 La revue semestrielle Émulations éditée par les Presses universitaires de Louvain a pour vocation d (...)

1Dans ce numéro de la revue Émulations1, les auteurs réunis examinent les conséquences locales des problèmes environnementaux (liés en particulier au changement climatique), dont l’étendue dépasse le cadre territorial des États. Ils s’interrogent sur la notion de gouvernance et ont pour ambition de comprendre comment des chaines d’acteurs locaux (les populations, les gouvernements, les entreprises) et transnationaux (les organisations internationales et les ONG) sont impliquées dans des projets visant à lutter contre les effets du changement climatique. L’objectif est de saisir combien la mise en application de ces actions est un processus complexe, impliquant une pluralité d’acteurs qui interviennent à différents niveaux d’échelle (du local à l’international). L’ensemble de ces contributions s’inscrit dans le cadre de la socioanthropologie et adopte une posture critique face aux concrétisations locales de projets portés dans un contexte international favorable à la lutte contre le changement climatique.

  • 2 « L’essor du concept CTSC s’explique d’abord par l’émergence progressive d’un régime du changement (...)
  • 3 En France, le projet est porté par l’entreprise Veolia et vise à implanter un démonstrateur auprès (...)
  • 4 Cette configuration a conduit à l’abandon des deux projets en 2010.

2Dans un premier article, Rebecca O’Neill s’intéresse au captage, au transport et au stockage du CO2 (opérations regroupées sous le sigle CTSC) comme moyens de lutter contre le réchauffement climatique. Promue par les institutions internationales (notamment l’Union européenne), cette technique n’est pas encore éprouvée et doit être testée in situ par la mise en place de « démonstrateurs industriels » qui sont des installations permettant de recueillir le CO2 et de le renfermer au sein de cavités présentes dans le sous-sol. Au-delà de la contribution au perfectionnement de cette technique, ces expérimentations visent également à sensibiliser la population aux intérêts de ce procédé, alors que l’urgence climatique est devenue une thématique importante à l’échelle internationale2. Or, elles peuvent donner lieu à des mobilisations locales ; deux d’entre elles sont étudiées dans cet article (l’une en France à Claye-Souilly et l’autre aux Pays-Bas dans la raffinerie de Pernis3). Ces contestations ne manifestent pas seulement un refus ou une dénonciation des risques locaux induits par cette technologie. Les opposants parviennent aussi à monter en généralité pour dépasser le débat technique local et proposer des solutions alternatives, comme le renoncement aux énergies fossiles. Aux Pays-Bas par exemple, une opposition s’est structurée autour d’habitants et d’élus locaux opposés au CTSC qui ont été soutenus par des ONG telles que Greenpeace. Elle met en avant la non-pertinence du site choisi (inséré dans un tissu urbain dense) mais dénonce aussi la politique énergétique du gouvernement qui soutient la construction de nouvelles centrales polluantes. Dans les deux situations présentées, non seulement les démonstrations industrielles n’ont pas convaincu les opposants du bienfondé de la technologie mais elles sont devenues les vecteurs de politisation des échelons locaux, qui sont parvenus à contester les choix de politique énergétique réalisés à l’échelle nationale et internationale4.

  • 5 Un plan national existe mais, depuis la loi de décentralisation de 1996 qui organise le transfert d (...)
  • 6 Les habitants de certains quartiers critiquent le clientélisme du responsable du Comité de gestion (...)
  • 7 Selon l’expression utilisée par Jean-Pierre Olivier de Sardan dans « The Eight modes of local gover (...)
  • 8 L’informalisation, définie comme un processus qui rend informel, est une notion qui provient des ét (...)

3Dans un autre article, Eric Komlavi Hahonou et Caroline Schaer étudient la ville de Pikine (dans la banlieue de Dakar au Sénégal), qui fait partie des territoires urbains confrontés à des inondations de plus en plus intenses depuis les années 1950, à cause de la mauvaise gestion foncière et de l’étalement urbain. Les institutions municipales peinent à faire face à cette situation, faute de moyens suffisants pour mener à bien les opérations de nettoyage et de curage des canaux d’évacuation des eaux de pluie, par exemple5. La situation devient ingérable durant les mois d’hiver, ce qui génère des risques physiques et sanitaires importants pour les populations. De plus, le budget alloué au Comité de gestion des inondations semble mal géré, si l’on en croit les accusations de clientélisme relayées par une partie de la population6. Dans ce contexte, une « gouvernance palliative »7 se met en place grâce à la population qui s’organise pour remédier au déficit de services publics efficaces. Le contournement de l’action publique « donne lieu à des formes de bricolage institutionnel et de coproduction des services » (p. 43), par exemple lorsqu’on propose aux pompiers des « motivations » (argent liquide, repas, etc.) ou que l’on fait appel à des prestataires privés tels que des associations ou des réseaux de connaissances. Ainsi, les habitants s’investissent dans « la coproduction et l’informalisation des services publics »8 (p. 47), créant une nouvelle forme de citoyenneté lorsque l’action publique des populations locales s’institutionnalise progressivement pour se substituer à des services publics défaillants ou inopérants.

  • 9 Les actions de sensibilisation (qui constituent la majeure partie des actions menées) doivent désor (...)
  • 10 Peu d’exemples de réalisations sont présentés dans cet article. Il est surtout fait référence à des (...)

4Damien Vallot a réalisé une enquête de terrain auprès d’acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux, locaux et étrangers, dans deux États insulaires du Pacifique (Tuvalu et Kiribati) directement impactés par la hausse du niveau des océans. La vulnérabilité de ces territoires a fait d’eux les cibles prioritaires de politiques publiques à dimension transnationale. Or, la forte médiatisation à l’échelle internationale permet la levée de fonds importants (principalement destinés au financement de missions de sensibilisation et d’information à destination des populations locales) mais engendre aussi des effets pervers sur le terrain. D’une part, un sentiment de « saturation » se développe dans la population face aux multiples demandes d’entretiens (provenant des journalistes ainsi que des consultants d’ONG ou d’institutions internationales) et aux nombreux projets mis en œuvre9. D’autre part, les actions se ressemblent et leur reproduction par diverses organisations internationales s’avère inefficace parce que redondante. Ensuite, la présence de journalistes sur des périodes courtes ne facilite pas leur bonne entente avec la population locale. La faible durée de leurs séjours les contraint à privilégier la mise en scène d’images sensationnelles plutôt que la compréhension réelle de la vie des populations locales. Enfin, les habitants critiquent le fait que l’essentiel des moyens semble dépensé pour produire des rapports à destinations des donateurs (États, ONG, etc.) plutôt que des actions concrètes, qu’ils peinent à voir se réaliser10. Ainsi, les communautés des atolls sont favorables à la mise à l’agenda international de leurs problématiques locales car cela leur permet de bénéficier d’un soutien important. Mais le manque d’implication de long terme des intervenants (par exemple des journalistes ou consultants, qui restent rarement plus de deux semaines sur place) et l’ineffectivité des engagements renforcent l’incompréhension et le désenchantement des populations locales.

  • 11 Les organisations forestières adoptent une posture de défense de la valeur culturelle des territoir (...)

5La contribution d’Émilie Dupuits concerne la place qu’occupe la biodiversité dans les discours portés par les producteurs et les peuples des forêts d’Amérique latine impliqués au sein d’une institution transnationale de défense de leurs intérêts (l’Alliance mésoaméricaine des peuples et forêts, AMPB). Elle décrypte les discours de deux familles d’organisations dont les intérêts sont a priori divergents : celles des peuples indigènes et celles des sylviculteurs. Les premières plaident la défense des territoires ancestraux et les secondes revendiquent leur droit d’exploiter la ressource forestière. Ces organisations opposent deux visions de la conservation de la forêt (sa valeur culturelle est prônée par les peuples autochtones tandis que sa valeur économique est défendue par les sylviculteurs) et de la biodiversité (les organisations autochtones défendent des droits territoriaux sur un territoire culturel alors que les organisations de foresterie communautaire soutiennent l’idée de droits communautaires pour exploiter leur ressource). Toutefois, la coopération au sein de l’AMPB conduit à une convergence des points de vue puisque les discours des acteurs s’influencent mutuellement afin de poursuivre l’objectif commun que constitue la préservation de la forêt11. C’est la prise en compte de la biodiversité par les différents acteurs à l’échelle transnationale qui a permis de dépasser les clivages initiaux pour constituer un discours et des pratiques communs.

  • 12 Les habitants appartiennent à des clans distincts qui peuvent s’opposer pour l’attribution de parce (...)

6Axel Decourneau, Abdou Ka et Mehdi Saqalli travaillent quant à eux sur le projet panafricain de Grande Muraille verte (GMV), impliquant 11 États qui font face au défi de la désertification croissante du Sahel. Ce projet transnational fait intervenir plusieurs niveaux d’échelle (de l’international au local) et une diversité d’acteurs non étatiques (acteurs privés, ONG, société civile, etc.), dont des chercheurs travaillant de longue date sur cette problématique. L’objectif partagé par les États et les institutions internationales est de favoriser une reforestation du Sahel en dessinant les contours de plusieurs zones de reboisement cohérentes d’un point de vue environnemental. Cependant, la mise en œuvre subit de fréquents réajustements qui éloignent le projet de ses objectifs initiaux à cause des relations parfois conflictuelles entre les habitants des différents villages12. Ainsi, l’ambition de faire participer la population locale est souvent délaissée par les exécutants locaux lorsqu’ils déterminent les parcelles de terre qui sont destinées ou non au reboisement. Ils préfèrent éviter les conflits et préserver la paix sociale puisque le reboisement nécessite de clôturer et d’entretenir des surfaces de terre qui ne peuvent plus être empruntées par les habitants ou utilisées pour le bétail. Dans ce contexte, les relations interindividuelles complexes que nécessite la mise en œuvre du projet sont à l’origine des tracés qui modifient les ambitions initiales de la Grande Muraille verte. Les auteurs parlent ainsi de « panarchie » pour décrire cet ordre local qui résulte de la « coexistence de plusieurs systèmes politiques » (p. 91). En somme, le projet transnational visant à réduire la désertification du Sahel est négocié par les populations cibles qui opèrent des ajustements d’objectifs en fonction du contexte local.

7Le dossier met bien en lumière la diversité des réponses à des problématiques environnementales transnationales. Il montre que la visée écologique d’un projet transnational peut parfois être délaissée ou reconfigurée par les intervenants au sein des chaines d’acteurs qui ajustent les objectifs idéaux en fonction de logiques sociales locales. On regrette cependant que l’ensemble du dossier souffre d’un manque de cohérence dans les approches, les définitions et les méthodes d’investigation utilisées par les différents auteurs. Cette mise en commun de contributions universitaires rappelle toutefois que la richesse des travaux en sciences sociales est utile pour comprendre quelles sont les échelles d’action et les modalités de mise en œuvre pertinentes des projets répondant à des enjeux environnementaux transnationaux.

Inicio de página

Notas

1 La revue semestrielle Émulations éditée par les Presses universitaires de Louvain a pour vocation de promouvoir les travaux de jeunes chercheur·es en sciences sociales, de Belgique et d’ailleurs

2 « L’essor du concept CTSC s’explique d’abord par l’émergence progressive d’un régime du changement climatique [qui] consacre les technologies en général » comme solutions (p. 22), permettant par exemple l’utilisation des sous-sols comme lieu de stockage du CO2.

3 En France, le projet est porté par l’entreprise Veolia et vise à implanter un démonstrateur auprès de sa centrale de biogaz, sur le site de Claye-Souilly en Île-de-France. Dans un autre contexte, au cœur d’une zone industrielle des Pays-Bas dédiée à l’activité pétrolifère à proximité de la ville de Barendrecht (45  000 habitants), un autre projet de démonstrateur est porté par l’entreprise Shell.

4 Cette configuration a conduit à l’abandon des deux projets en 2010.

5 Un plan national existe mais, depuis la loi de décentralisation de 1996 qui organise le transfert de la compétence de gestion des risques liés aux catastrophes naturelles de l’État vers les communes, ce sont les municipalités qui ont à charge de le mettre en œuvre. Or, elles manquent de moyens financiers, matériels et humains pour le faire.

6 Les habitants de certains quartiers critiquent le clientélisme du responsable du Comité de gestion des inondations, qui est par ailleurs président de l’un des quartiers touchés. Il privilégierait à ce titre ses proches et son voisinage plutôt que le reste des habitants situés dans d’autres quartiers.

7 Selon l’expression utilisée par Jean-Pierre Olivier de Sardan dans « The Eight modes of local governance in West Africa », IDS Bulletin-Institute of Development Studies, vol. 42, n° 2, 2011, p. 22-31.

8 L’informalisation, définie comme un processus qui rend informel, est une notion qui provient des études sur la bureaucratie africaine, notamment : Giorgio Blundo, « Dealing with the local State: the informal privatization of street-level bureaucracies in Senegal », Development and Change, vol. 37, n° 4, 2006, p. 799-819.

9 Les actions de sensibilisation (qui constituent la majeure partie des actions menées) doivent désormais être accompagnées de compensations financières afin d’attirer un nombre suffisant de participants, lesquels se lassent de ces sollicitations multiples.

10 Peu d’exemples de réalisations sont présentés dans cet article. Il est surtout fait référence à des réunions d’information en direction des habitants, alors que les programmes d’adaptation (dont les contenus ne sont pas explicités) semblent quasiment inexistants.

11 Les organisations forestières adoptent une posture de défense de la valeur culturelle des territoires en plaidant pour la « reconnaissance juridique des terres et des savoirs traditionnels » (p. 78) alors que les organisations autochtones intègrent petit à petit les modes de gestion et d’exploitation forestière comme une condition de la préservation de leur territoire.

12 Les habitants appartiennent à des clans distincts qui peuvent s’opposer pour l’attribution de parcelles reboisées. Par exemple, à propos d’une zone d’étude, les auteurs indiquent que ce sont « en partie les conflits locaux entre les clans peuls Bissinaabe et Bacarnaabe et leurs liens avec les agents de l’État qui expliquent l’implantation géographique du projet GMV, un clan ayant été privilégié dans l’attribution des parcelles. Les habitants du secteur S7 (Bissinaabe) n’ont pas obtenu de parcelles alors que ceux du secteur S1 (Bacarnaabe) ont obtenu un grand nombre de parcelles dans la première phase du projet » (p. 88-89).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Ronan Crézé, « Ingreet Juliet Cano Castellanos, Marlène Degrémont, Arthur Laurent (dir.), « Enjeux environnementaux transnationaux. Politiques et acteurs sociaux », Émulations, n° 20, 2016 », Lectures [En línea], Reseñas, 2018, Publicado el 28 junio 2018, consultado el 21 noviembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25166

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página