Skip to navigation – Site map

Margaret Maruani (dir.), Je travaille, donc je suis. Perspectives féministes

Corinne Delmas
Je travaille donc je suis
Margaret Maruani (dir.), Je travaille donc je suis. Perspectives féministes, Paris, La Découverte, series: « Recherches », 2018, 280 p., ISBN : 9782707199706.
Top of page

Full text

1Central dans tous les processus sociaux, le travail ne saurait aujourd’hui être étudié indépendamment des relations de genre. Cette perspective, fondatrice du réseau de recherche Marché du travail et genre (Mage) et de la revue Travail, genre et société, est au cœur de cet ouvrage collectif issu d’un colloque international ayant marqué le vingtième anniversaire de ce réseau. Constitué d’une vingtaine de textes, il est, souligne sa coordinatrice, Margaret Maruani, porteur d’un triple message ; outre la démonstration des vertus heuristiques d’une lecture sexuée du monde social, il vise à remettre en cause l’idée reçue d’une pente naturelle vers l’égalité : « c’est l’inégalité qui demeure l’évidence ». Enfin, l’ouvrage est un plaidoyer contre la « ringardisation » contemporaine du travail. Deux idées différentes mais indissociables sont ainsi défendues : « la pertinence durable du concept de genre pour l’analyse du monde du travail, d’une part ; la centralité du travail dans les sciences humaines et sociales, en particulier dans les études de genre, d’autre part » (p. 10-11). Précédées d’un prologue d’Angela Davies particulièrement éclairant sur l’apport d’une approche en termes d’« intersectionnalité » dans l’analyse de diverses formes d’inégalités, trois parties portent respectivement sur la persistance de ces dernières, le renouvellement des thématiques de recherche et, enfin, les liens entre travail, genre et féminismes. L’ouvrage se clôt par un épilogue que Michèle Perrot consacre à l’histoire du travail des femmes.

  • 1 Notion proposée par Danièle Kergoat, à l’origine comme alternative à celle d’intersectionnalité jug (...)

2La première partie de l’ouvrage, coordonnée par Danièle Meulder et Rachel Silvera, traite de la résistance d’inégalités « d’autant plus inflexibles qu’elles traversent les pays et les continents » (p. 26-27). Thomas Amossé montre, statistiques à l’appui, le grand écart existant entre l’accès des femmes aux postes qualifiés et aux salaires élevés, et le maintien de celles confrontées à un risque accru de pauvreté, les inégalités de genre perdurant surtout « en bas de l’échelle sociale ». S’agissant du haut, Sophie Pochic nuance pour sa part les progrès en matière d’égalité professionnelle au sein des grandes entreprises, montrant combien ceux-ci sont accaparés par quelques femmes cadres souvent constituées en réseaux, au sein d’un « féminisme de marché », i.e. d’une nébuleuse transnationale valorisant le marché, l’entrepreneuriat et les capacités individuelles comme des moyens d’améliorer la condition féminine. Les objectifs de ces femmes, qui répondent à une approche managériale de gestion des hauts potentiels féminins, sont ainsi très éloignés des projets de lutte contre toutes les inégalités. Comprendre ces rapports contrastés au travail et à l’existence nécessite de s’intéresser au processus de reconnaissance des droits individuels ; Marie-Thérèse Lanquetin montre ainsi qu’en France, la conception formelle et universaliste de l’égalité est désormais renversée par le droit international et celui de l’Union européenne. De multiples facteurs expliquent donc la persistance d’inégalités entre les hommes et les femmes, qui ne peuvent être pensées indépendamment d’autres disparités. Helena Hirata mobilise des approches en termes d’intersectionnalité ou de consubstantialité1 pour penser la complexité du travail du care au Brésil, en France et au Japon. Investi majoritairement par les femmes les plus pauvres et les moins qualifiées des classes subalternes, ainsi que par des migrantes (au Brésil), le travail du care se situe en effet au croisement des rapports sociaux de classe, de sexe et de race. Un constat analogue peut être fait à propos des États-Unis où les inégalités entre hommes et femmes perdurent alors que ce pays est aux avant-postes de la création de perspectives professionnelles pour les femmes et de l’élaboration d’un arsenal législatif pour lutter contre les discriminations de genre. Selon Laura Frader, la progression des taux d’activité des femmes et l’élévation de leur niveau de qualification ne suffisent pourtant pas à elles seules à surmonter les inégalités, les femmes demeurant concentrées dans les spécialités les moins rémunérées, même dans les professions où leur présence s’est renforcée – par exemple dans le domaine juridique où elles sont très présentes en droit de la famille, moins rémunérateur. Plusieurs facteurs, conjoncturels et structurels, expliquent cette situation : force de réseaux professionnels continuant à favoriser l’avancement des hommes, en particulier des hommes blancs, poids des préjugés sur le sexe des métiers, orientation politique de la justice, absence de politique sociale favorable à la famille… Des carences en matière de politique familiale sont également perceptibles au Brésil où le poids considérable du travail domestique, rémunéré et précaire, se nourrit de l’insuffisance de crèches. C’est ce que rappelle Bila Sorj, dans son texte qui retrace la généralisation de la perspective intersectionnelle dans ce pays. Carlos Prieto montre que ces carences marquent également l’Espagne, où la famille constitue le principal pourvoyeur des services de care en raison de la rareté des mesures étatiques destinées à socialiser ce travail.

3L’intensification de la mondialisation néolibérale depuis la fin du XXe siècle a contribué à modifier les modalités d’organisation du travail et à produire des effets singuliers sur ces rapports de genre. La deuxième partie de l’ouvrage, coordonnée par Catherine Achin et Catherine Marry, éclaire ces mutations et les horizons nouveaux qui, par voie de conséquence, s’ouvrent aux recherches sur le genre et le travail. Celles-ci portent désormais davantage sur les inégalités entre les femmes elles-mêmes. C’est ce que soulignent Cécile Guillaume et Gilles Kirton, dans le cadre de leur enquête sur les effets du New Public Management sur la population très féminisée des salariés de l’administration pénitentiaire britannique : perte de sens du travail et précarisation, aggravation des inégalités entre les plus qualifiées qui, chargées du suivi des condamnés à haut risque, restent dans le public, et les autres, dont les activités sont sous-traitées. L’articulation entre violence, emploi et travail est également au cœur de plusieurs recherches ; Iman Karzabi et Séverine Lemière traitent ainsi des violences faites aux femmes sans emploi. Les multiples effets de cette mondialisation néolibérale sont perceptibles dans diverses configurations nationales, telle la Chine, passée à une économie de marché dans les années 1980. L’enquête de Tang Xiaojing sur plusieurs générations d’ouvrières d’une usine de Shanghai relativise toutefois les bienfaits du Grand Bond en avant sur l’émancipation professionnelle et familiale des femmes, puisqu’elle révèle que la première génération, « libérée » dans les années 1950, a connu une forte précarité, en tant qu’employées temporaires sous-traitées par les entreprises d’État, aux niveaux de rémunération très faibles, sans protection sociale et passant pour la plupart de l’usine au foyer en fonction de la conjoncture. Inversement, Rebecca Rogers montre que des travaux d’aiguille et de couture, perçus comme emblématiques de l’enfermement des femmes dans un rôle de ménagère, peuvent pourtant offrir à des filles de familles pauvres d’Alger des opportunités dans une société où le marché du travail reste fermé. Cette contribution atteste aussi de la rencontre fertile entre les études du travail et les approches intersectionnelles et postcoloniales. Les enquêtes d’Amélie Le Renard sur les salariés d’entreprises de Ryad et Dubaï illustrent l’intérêt d’un tel croisement pour comprendre les rapports de genre et la division du travail dans des villes globales ou dans des multinationales qui attirent le capital et les migrants. Alors même qu’elle tend à être mobilisée pour étudier les seules personnes « subalternisées », l’approche féministe postcoloniale articulant genre, classe, race, sexualité et nation permet ainsi de mettre en lumière des « avantages structurels » qui contribuent à construire la position des groupes relativement dominants – l’auteure mentionne par exemple la nationalité comme élément central de différenciation des salaires et des carrières au profit des personnes titulaires d’un « passeport occidental ». L’articulation entre genre, travail et migrations est également au cœur de la contribution d’Audrey Lenoël et Ariane Pailhé qui évoquent l’émergence d’un champ nouveau d’investigation : celui des effets de l’émigration sur les femmes restées au pays, qui ont longtemps pâti d’un manque de visibilité dans les recherches sur les migrations. Parmi les renouvellements, il faut également évoquer l’essor des réflexions sociologiques sur le genre dans le domaine artistique et culturel, abordé dans la contribution de Hyacinthe Ravet.

4La troisième et dernière partie de l’ouvrage, coordonnée par Isabelle Clair et Jacqueline Laufer, ouvre à la discussion des concepts qui font partie du répertoire contemporain de la recherche féministe française. Ainsi, souligne Danièle Kergoat, le concept de travail « demeure un enjeu central pour les systèmes de domination » et « un opérateur puissant pour penser le problème du pouvoir » (p. 252). Les concepts de division sexuelle du travail et d’« espace de la cause des femmes » sont avancés par Laure Bereni, qui revient sur l’importance de l’historiographie du féminisme pour rompre avec les visions normatives et essentialisées de l’objet. Le concept d’empowerment, permettant de renouveler la perception ethnocentrée de « la femme du Tiers Monde », est mobilisé par Kamala Marius à propos de l’activité féminine en Inde du sud. Christelle Avril, quant à elle, critique les usages du concept de care pour l’étude sociologique du travail, cette notion à succès ne permettant de caractériser qu’une dimension parmi d’autres du travail. Par ailleurs, certains thèmes constituent une entrée privilégiée pour appréhender et comprendre la production des inégalités et des normes de genre en lien avec les activités professionnelles. Nathalie Lapeyre évoque ainsi l’intérêt de l’analyse des corps et montre que la sexualisation des femmes dans les relations de travail peut contribuer à leur exclusion ; Michel Lallement éclaire pour sa part les effets genrés de la « révolution numérique » qui a des impacts non seulement sur les conditions de travail et les statuts d’emploi mais aussi sur les identités et l’action collective… Cette troisième partie de l’ouvrage ciblant les façons conceptuelles et thématiques de penser la production du genre au et par le travail montre à la fois la centralité de ce dernier pour comprendre les hiérarchies de genre et la dimension politique de son analyse genrée.

5L’ouvrage se conclut par un texte de Nicky Le Feuvre sur « les reconfigurations des enjeux de l’égalité dans les sociétés contemporaines » marquées par le passage du contrat social fordiste à la promotion de l’individualisme, par le déplacement des injonctions normatives et par une généralisation des politiques de promotion de l’égalité. L’auteure rappelle que « l’émancipation accrue des femmes qui arrivent à tirer leur épingle du jeu des nouvelles incertitudes laborieuses n’est pas la cause de la vulnérabilité accrue de celles qui subissent de plein fouet la diminution des protections sociales et la flexibilisation des conditions d’emploi » (p. 274). Ce sont les évolutions structurelles du marché du travail qui influencent les expériences des femmes, de manière contrastée selon les milieux sociaux. Bâtir un programme de recherche ajusté implique donc d’« admettre que la valorisation de l’autonomie des femmes et de l’égalité des sexes qui émerge dans les sociétés de l’individualisme est foncièrement ambivalente » (p. 275).

6Cet ouvrage offre un vaste et stimulant panorama des études sur l’emploi et le travail au féminin et au masculin. Il rend visible la richesse et le renouvellement des débats ainsi que la variété des questions traitées. Cette somme, composée de contributions émanant de sociologues, d’historien-ne-s, d’économistes, de géographes et de politistes, invite au décloisonnement disciplinaire. Elle convainc également de la nécessité de poursuivre l’analyse du rôle du travail dans les rapports de genre et celle du fonctionnement sexué du marché du travail et de l’emploi, dans un contexte de crise économique et de reproduction des inégalités sociales.

Top of page

Notes

1 Notion proposée par Danièle Kergoat, à l’origine comme alternative à celle d’intersectionnalité jugée trop « géométrique », tendant à « figer les catégories, les naturaliser » (p. 65). Voir Danièle Kergoat, « Dynamiques et consubstantialité des rapports sociaux », in E. Dorlin (dir.), Sexe, Race, Classe. Pour une épidémiologie de la domination, Paris, PUF, 2009, p. 117. L’auteure utilise ici ces deux dénominations comme synonymes.

Top of page

References

Electronic reference

Corinne Delmas, « Margaret Maruani (dir.), Je travaille, donc je suis. Perspectives féministes », Lectures [Online], Reviews, 2018, Online since 28 June 2018, connection on 19 July 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25182

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page