Navigation – Plan du site

Benoît Epron et Marcello Vitali-Rosati, L’édition à l’ère numérique

Ingrid Mayeur
L'édition à l'ère numérique
Benoît Epron, Marcello Vitali-Rosati, L'édition à l'ère numérique, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2018, 128 p., ISBN : 978-2-7071-9935-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Mounier et Marin Dacos, L’édition électronique, Paris, La Découverte, 2010.
  • 2 Marcello Vitali-Rosati et Michael E. Sinatra (dir.), Pratiques de l’édition numérique, Montréal, Pr (...)

1Les possibilités offertes par le numérique, en termes de circulation des contenus autant que d’opérativité du texte, transforment à de nombreux égards la chaîne éditoriale et les formats de publication. Au premier chef, parce que, dans l’environnement numérique, « presque tout devient édition » (p. 28) : livres et articles bien entendu, mais encore logements, restaurants, individus mêmes se trouvent éditorialisés en tant qu’ils sont rendus visibles et structurés au sein d’un espace numérique qui leur attribue une place dans un réseau de relations. Huit ans après l’ouvrage de Marin Dacos et Pierre Mounier sur L’édition électronique1, les éditions La Découverte publient, sous la plume de Benoit Epron et de Marcello Vitali-Rosati (déjà co-auteur, pour sa part, de Pratiques de l’édition numérique2), un livret qui entend effectuer une synthèse de ce que devient l’édition à l’ère numérique. En effet, ce n’est pas d’édition numérique au sens strict qu’il est question, puisqu’« il n’y a plus aucun contenu qui ne soit pas touché par les technologies informatiques » (p. 3). L’idée n’est donc pas d’envisager l’édition numérique comme un « champ distinct » (p. 5), mais bien d’interroger le sens même que prennent désormais les processus éditoriaux dans un espace connecté.

2Le livre se conçoit comme une « réflexion destinée à tous les lecteurs qui souhaitent mieux comprendre comment l’ensemble des connaissances, du savoir et des contenus en général sont produits, diffusés et validés à notre époque » (p. 3). D’entrée de jeu, les auteurs dénoncent très justement l’imaginaire de la désintermédiation qui entoure la circulation des contenus sur le web, et souhaitent montrer que « la fonction éditoriale n’a jamais été aussi présente et aussi centrale qu’aujourd’hui » (p. 3). Pour ce faire, ils articulent leur propos autour de quatre chapitres : le premier est réservé à une approche définitionnelle de la notion d’édition, « processus de médiation qui permet à un contenu d’exister et d’être accessible » (p. 5), tandis que les suivants portent sur les fonctions éditoriales que sont la production, la légitimation et la diffusion des contenus.

  • 3 Pour une synthèse, on consultera utilement l’article suivant : Marcello Vitali Rosati, « Qu’est-ce (...)
  • 4 Acronyme désignant les grands acteurs du web : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

3Pour définir l’édition telle qu’elle se présente dans l’environnement numérique, Benoit Epron et Marcello Vitali-Rosati réinvestissent le concept d’éditorialisation3 pour en faire, au sens large, « l’ensemble des dynamiques – soit les interactions des actions individuelles et collectives avec un environnement numérique particulier – qui produisent et structurent l’espace numérique. Cette définition s’appuie sur une hypothèse préalable : le fait qu’il existe une hybridation entre l’espace numérique et l’espace non numérique. Structurer l’espace numérique signifie donc structurer l’espace en général » (p. 28). Si une telle approche a le mérite de mettre l’accent sur le caractère central de l’édition pour les contenus numériques, ainsi que sur sa nature processuelle qui la rend susceptible d’augmentations continues, la dernière affirmation nous semble peut-être trop puissante en l’état : elle aurait à tout le moins mérité une discussion plus ample, difficilement réalisable dans un livre synthétique et à portée relativement généraliste. La grille de lecture de l’éditorialisation se révèle au demeurant tout à fait pertinente pour comprendre comment évolue le sens donné à la démarche éditoriale à l’ère numérique, et la permanence des fonctions associées. Tout d’abord, au niveau de la production des contenus, les outils agissent sur les formats et les objets et, par conséquent, sur notre rapport au savoir : à cet égard, le numérique modifie d’une façon particulière les formes ([micro]blogging, wikis, etc.) et les usages (fonctionnalités de manipulation, de recherche, d’annotations, etc.) de l’écrit, tout comme les modèles économiques de l’édition. Ensuite, au niveau du processus de légitimation, si l’on assiste bien à une « crise de l’auteur » (p. 76) dans son sens classique, la fonction auctoriale évolue alors qu’émergent par ailleurs des modes de validation collectifs ou algorithmiques. Enfin, au niveau des opérations de diffusion, de nouveaux acteurs comme les plateformes (celles des GAFAM4, entre autres) déterminent désormais la manière dont les contenus circulent, concurrençant les bibliothèques dans leur rôle de classification des objets culturels et de distribution de contenus édités auprès du public. Sur ce dernier point, on aurait peut-être aimé en apprendre davantage concernant les enjeux de conservation patrimoniale des productions numériques éditées (dépôt légal, archivage des contenus, etc.), qui nous paraissent constituer un pendant logique aux questions éditoriales.

4Ceci mis à part, l’ouvrage offre un aperçu très complet du sujet traité, ponctué de notes informatives (sur les évolutions du droit d’auteur, par exemple) et illustré de tableaux de synthèse (sur les moteurs de recherche, l’historique du web, etc.). Les auteurs veillent à expliciter certains fondamentaux, comme ce qu’implique une opération de numérisation des contenus en termes d’étapes, de choix matériels, etc. (p. 48 sqq.). Ils mettent ainsi en visibilité les enjeux éditoriaux qui sont au cœur des opérations techniques, souvent opacifiées : « chaque forme de numérisation porte des valeurs, des interprétations de ce qu’est le contenu, de son sens, de son contexte, de la manière dont il doit être lu et compris, de ses possibilités de circulation et de réception... » (p. 52). Un autre exemple, celui des procédés de validation algorithmiques créateurs d’autorité sur le web, ouvre un questionnement sur la production d’autorité qui en résulte (p. 85 sqq.). L’imbrication des enjeux économiques et symboliques liés aux aspects techniques est ainsi très bien explicitée, ce qui contribue à outiller le lecteur dans le développement d’un regard critique sur les processus éditoriaux de l’environnement numérique.

5Le livre remplit parfaitement sa fonction au regard du public visé et de l’objectif de synthèse poursuivi : rigoureux, bien structuré et jamais jargonnant, il prend soin d’accompagner les propos théoriques par la présentation de cas concrets. Les auteurs n’abusent ni des notes infrapaginales, ni des références bibliographiques, mais s’appuient sur une documentation solide et des recherches récentes, qui nourrissent la dimension réflexive du propos. On signalera enfin la disponibilité du texte dans le dépôt institutionnel des presses de l’Université de Montréal5, illustrant par l’exemple, s’il était nécessaire, la complémentarité des formats de diffusion éditoriaux à l’ère numérique.

Haut de page

Notes

1 Pierre Mounier et Marin Dacos, L’édition électronique, Paris, La Découverte, 2010.

2 Marcello Vitali-Rosati et Michael E. Sinatra (dir.), Pratiques de l’édition numérique, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Parcours numérique », 2014. En ligne : http://books.openedition.org/pum/306.

3 Pour une synthèse, on consultera utilement l’article suivant : Marcello Vitali Rosati, « Qu’est-ce que l’éditorialisation ? », Sens Public, 18 mars 2016, en ligne : http://www.sens-public.org/article1184.html.

4 Acronyme désignant les grands acteurs du web : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft.

5 On peut télécharger le fichier preprint sous le lien suivant : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/20642.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ingrid Mayeur, « Benoît Epron et Marcello Vitali-Rosati, L’édition à l’ère numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 28 juin 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25195

Haut de page

Rédacteur

Ingrid Mayeur

Ingrid Mayeur est licenciée en langues et littératures romanes (Université libre de Bruxelles, 2004) et doctorante à l’Université de Liège depuis 2016 (dir. B.-O. Dozo et F. Provenzano). Ses travaux portent sur la transformation des formats de communication de la recherche en humanités dans l’environnement numérique, et plus particulièrement sur le discours scientifique des carnets de recherche en sciences humaines et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page