Navigation – Plan du site
Pourquoi la torture ne marche pas

Pourquoi la torture ne marche pas

Shane O'Mara, Pourquoi la torture ne marche pas, Genève, Éditions Markus Haller, coll. « Condition humaine », 2018, 362 p., traduit de l'anglais par Margaret Rigaud, ISBN : 9782940427352.
Notice publiée le 03 juillet 2018

Présentation de l'éditeur

Alors que la torture est proscrite parce qu'elle est cruelle et inhumaine, l'idée qu'elle peut fonctionner ressurgit régulièrement, pas seulement dans la tête de certains politiciens, officiers et policiers. Dans la culture populaire, telle qu'elle est véhiculée par de nombreux films et romans, la torture est régulièrement présentée comme une nécessité de dernier recours pour arracher aux personnes interrogées des secrets, souvent pour sauver des vies.
Les agents de la CIA et autres interrogateurs se justifient ainsi quand ils recourent à la cruauté pour faire parler les suspects. Mais l'idée est fausse. Le cerveau sous stress ne fonctionne pas comme les tortureurs le supposent. Les résultats des neurosciences concernant nos réactions cérébrales face à la peur, aux températures extrêmes, à la privation de nourriture, d'eau ou de sommeil, et aux nombreux autres outils de torture sont bien établis.
Ces stresseurs affectent la mémoire, l'humeur et la pensée au point de priver l'information obtenue de toute fiabilité. Les capacités cognitives de la personne torturée se trouvent si sévèrement réduites qu'elle ne peut même plus restituer ce qu'elle sait. O'Mara nous guide à travers les neurosciences de la souffrance et montre en détail qu'aucun argument en faveur de la torture ne résiste à l'examen scientifique.
Pour qu'un interrogatoire soit efficace, il faut tenir compte du fonctionnement du cerveau et opter pour des techniques non-violentes proposées par les psychologues et neuroscientifiques.

Haut de page

Auteur

Shane O'Mara

Shane O'Mara est professeur de neurosciences au Trinity College, Dublin

Haut de page