Navigation – Plan du site

Yann Renisio, Camila Orozco Espinel, « Faire Science », Revue d'histoire des sciences humaines, n° 31, 2017

Laure Mouchard
Faire science
Camila Orozco Espinel, Yann Renisio (dir.), « Faire science », Revue d'histoire des sciences humaines, n° 31, 2017, 266 p., Paris, Editions de la Sorbonne, ISBN : 979-10-351-0024-7.
Haut de page

Texte intégral

1Issu pour partie des réflexions menées lors du séminaire « Discipline et Scientificité » qui s’est tenu à l’EHESS en 2015-2016, ce numéro de la Revue d’Histoire des Sciences Humaines a pour pièce maîtresse un dossier dirigé par Yann Renisio et Camille Orozco Espinel, intitulé « Faire science » et consacré à l’étude des « usages de l’argument de la scientificité » (p. 8). Dans une optique non-normative, qui ne tend pas à définir des critères précis de « ce qui serait ou ne serait pas scientifique » (p. 7), cette livraison prend comme objets d’étude les mobilisations de la science et de la scientificité, en tant qu’elles jouent un rôle dans la légitimation des domaines disciplinaires et en tant qu’elles constituent des enjeux pour les acteurs qui les manient. Sont analysés différentes manières de « faire science » à travers l’étude de cas circonstanciés empruntés à des domaines spécifiques dont la lecture conjointe permet d’appréhender des thèmes plus généraux de l’histoire, voire de la sociologie des sciences. Le dossier rend compte ainsi de l’équivocité du terme « scientificité » et souligne en creux la pluralité des sciences sociales. Il suggère en effet de forts contrastes intra- et interdisciplinaires en même temps qu’il révèle la disparité des contextes géographiques

2La contribution de Lucile Dumont, consacrée aux études littéraires en France entre 1960 et 1972, en mettant en lumière notamment les parcours de Roland Barthes, de Julia Kristeva, de Tzvetan Todorov, et en soulignant l’hétérogénéité des études littéraires d’alors (espaces universitaires, espaces de la critique, espaces de la littérature, trajectoires militantes), montre que le « faire théorie » s’élabore tout à la fois dans une distanciation avec le domaine de la littérature et dans une reformulation de la définition de ce qui constitue la science. Car si en effet, différentes conceptions de l’étude de la littérature se succèdent, deux d’entre elles (la sémiologie comme science des signes de Barthes et la poétique chez Todorov et Kristeva) ont en commun de refuser une ligne stricte délimitant les domaines proprement scientifique et littéraire. C’est ce que Lucile Dumont relève lorsqu’elle précise notamment à propos de Todorov que « la continuité entre les deux est soulignée [...], pour mieux mettre en avant la transformation de l’avant-garde littéraire en avant-garde scientifique » (p. 22). L’auteure précise que ce « primat du ‟faire théorie” sur le ‟faire science” » (p. 37) renvoie peut-être en dernière instance à un « évitement » de l’injonction à la scientificité d’alors, éprouvée tant dans le domaine des études littéraires que dans le cadre plus général de cette seconde moitié du XXe siècle.

3La contribution de Yann Renisio rend compte de la nécessité (notamment financière), pour les sciences sociales états-uniennes dans l’après-Seconde Guerre Mondiale d’être définies et reconnues comme sciences. L’auteur en effet décrit la difficile intégration des sciences sociales dans le giron de la National Science Foundation (NSF), organisation finançant des recherches scientifiques. En soulignant l’écart entre la création de l’organisation (1945-1950) et l’intégration effective de ces disciplines en son sein (1957), il rend manifeste le caractère travaillé et donc non-évident de leur définition en tant que sciences dans le contexte de l’époque. L’auteur souligne que les sciences sociales et leurs représentants durent même, à l’occasion d’une conférence financée par la NSF, justifier de leur propre utilité en précisant dans quelle mesure leurs recherches seraient utiles à la science (« How can research in this field be of aid to science ? », p. 55), question qui souligne en creux leur excommunication du monde des sciences, tel que défini à cette période. Yann Renisio montre comment, en répondant à différentes logiques hétéronomes, notamment celles des sciences dites dures ou exactes, les sciences sociales purent prendre place dans cette organisation, grâce à une convergence d’objet ou de méthode rendue sinon obligatoire, du moins nécessaire, pour l’obtention de financements. Ainsi, comme l’auteur en rend compte, une partie non négligeable des projets de sciences sociales financés par la NSF prirent pour objet d’étude les « ‟vraies” sciences » elles-mêmes (p. 45, c’est-à-dire sciences exactes et naturelles).

4C’est un autre souci qui, à la même époque, inquiète le groupe professionnel des économistes américains présenté par Camila Orozco Espinel. Plus qu’une revendication du statut de science, il est question dans cette contribution d’une interrogation connexe : la définition de critères précis pour circonscrire le métier d’économiste et s’assurer du monopole de l’expertise dans ce domaine en même temps que le respect des canons scientifiques que trop d’économistes non certifiés venaient ternir selon certains représentants de l’American Economic Association. Le rapport Bowden, que cette dernière commande en 1949, suggère de circonscrire ce groupe professionnel en standardisant le parcours doctoral, par un « noyau commun » tant théorique que méthodologique. Cette homogénéisation selon le rapport serait garante d’une part de la démarcation de l’économie avec les opinions profanes, d’autre part de la « tendance de la discipline à se mettre du côté de la science » (p. 82). Décrivant cette homogénéisation (passant notamment par une très forte intégration des mathématiques au domaine), Camila Orozco Espinel précise que le « faire science » est concomitant, dans ce cas précis, d’un « faire consensus », qui s’éprouve encore aujourd’hui par les éconimistes. L’auteure rend évident que la « définition de ce qu’est la théorie d’une discipline a une importante dimension pratique » (p. 81).

5Dans l’espace de l’économie toujours, Marine Dhermy-Mairal propose une contribution davantage biographique, traitant du parcours de Edgard Milhaud et particulièrement du travail qu’il mena dans les années 1920-1925 au sein du Bureau International du Travail (BIT). Elle expose, notamment grâce à une analyse de sa correspondance, les conditions de réalisation de l’Enquête sur la production dont il fut chargé par Albert Thomas, alors directeur du BIT. Les divergences de vue entre les deux hommes, telles qu’elles se donnent à lire dans leurs échanges épistolaires, soulignent leurs logiques différenciées du travail de l’enquête scientifique. L’étude que Milhaud mène pour le compte du BIT se confronte à des logiques impropres à ce qu’il considère être l’idéal des sciences, a fortiori des sciences sociales : l’envergure de l’enquête paraît démesurée aux yeux de Albert Thomas, les représentants patronaux du Conseil d’Administration de l’organisation commanditaire récusent les conclusions auxquelles parvient l’économiste, et l’autonomie qu’il exige, garantes selon lui de la scientificité et de la justesse de son étude, s’opposent aux logiques institutionnelles.

6Sébastien Plutniak clôt le dossier en présentant les trajectoires de deux archéologues français, Georges Laplace et Jean-Claude Gardin. De prime abord biographique et centrée sur les deux hommes, l’étude renvoie plus largement aux conditions de possibilité des innovations scientifiques, méthodologiques comme théoriques, et de leur réception. En effet, en plaidant dès les années 1950 pour une mathématisation de l’archéologie, le développement d’une formalisation et d’une typologisation qui pourrait être appliquée universellement, ces deux scientifiques se sont confrontés aux réseaux et institutions déjà en place ainsi qu’aux résistances, tant épistémologiques qu’extra-scientifiques, d’une archéologie française peu encline à substituer à la variabilité des singularités locales, des méthodes documentaires et analytiques universelles et générales.

7Si le dossier offre aux lecteurs des analyses d’espaces scientifiques très divers, des points de fuite communs sont clairement décelables. Tout d’abord, une prise en compte des logiques particulières et hétérogènes qui fondent de l’intérieur les sciences et leurs activités : ce sont des histoires qui mêlent des événements, des trajectoires biographiques, des constructions théoriques ou méthodologiques au long cours, qui enchevêtrent différents types d’institutions (sociétés savantes, espaces universitaires, fondations, organismes de financement), différentes rencontres (fortuites ou de longues durées), mais aussi des préoccupations d’ordre divers (politiques, personnelles, collectives, et bien sûr scientifiques). Ces logiques et objets variés soulignent la nécessité d’études chaque fois localisées et situées. Ensuite, le caractère incertain de ces revendications ou usages du « faire science » : rien n’est moins sûr, finalement, que la réussite de chacune de ses entreprises. Si peu de place est faite à des disciplines ou des « faire science » véritablement en échec, cas heuristiquement très riches, les focus de ce dossier permettent d’appréhender le caractère sinon indéterminé, du moins en partie dû au hasard de rencontres et de réseaux, des activités entreprises dans ces espaces. Enfin, l’importance d’un usage circonstancié et non-normatif du couple notionnel hétéronomie/autonomie, dont le dossier réaffirme qu’il ne peut être utilisé pour évaluer le caractère scientifique des espaces que l’on étudie. Ces notions doivent toujours faire l’objet d’un examen précis de leurs usages : si la prétention à l’autonomie (des disciplines entres elles ou du monde scientifique à l’égard du monde politique ou de l’entreprise) peut effectivement s’accompagner d’un désir de scientificité revendiqué (le cas de Edgard Milhaud par exemple), elle n’en est pas pour autant un étalon de mesure de ce qui « fait science » ou est « fait science » (l’étude des sciences sociales aux États-Unis par Yann Renisio est à ce titre exemplaire).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Mouchard, « Yann Renisio, Camila Orozco Espinel, « Faire Science », Revue d'histoire des sciences humaines, n° 31, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25521

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page