Navigation – Plan du site

Fabien Ollier, Idéologies nouvelles du corps. Le corps mystifié

Audrey Arnoult
Idéologies nouvelles du corps
Fabien Ollier, Idéologies nouvelles du corps. Le corps mystifié, Alboussière, QS? éditions, coll. « Horizon critique », 2017, 272 p., préf. Jean-Marie Brohm, ISBN : 978-2-490070-00-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives.

1L'auteur de cet ouvrage est enseignant en éducation physique et sportive, titulaire d'un master 2 de philosophie et directeur de publication de la revue Quel sport ?. L'objectif de son livre est explicité dans le prélude et l'ouverture : le marché du corps est en pleine expansion depuis une quarantaine d'années. Le corps est devenu un capital mais fait aussi l'objet d'une exploitation épistémologique que dénonce l'auteur. En effet, il entend « élucider les différentes formes dominantes d'idéologisation du corps en sciences humaines » (p. 34), et plus spécifiquement en STAPS1. Il inscrit sa réflexion dans l'héritage marxiste, les théories de l'école de Francfort (T. Adorno, M. Horkheimer, H. Marcuse), la phénoménologie de la vie (M. Henry), les écrits anthropologiques de C. Castoriadis, la critique de la technique (J. Ellul) ou encore la philosophie morale de V. Jankélévitch. Les références mobilisées sont nombreuses et rendent parfois la lecture de l'ouvrage difficile, si le lecteur n'est pas familier de ces courants de pensée. L'auteur revendique une approche révolutionnaire, s'opposant aux « auto-entrepreneurs de leur corps » (p. 25), aux industries capitalistes qui font du corps leur source de profit et aux « corpologues » (p. 41), les chercheurs universitaires qui étudient le corps.

2L'ouvrage se compose de trois parties qui, si elles traitent du corps sous des aspects différents, sont théoriquement construites de la même façon. Dans chacune, Fabien Ollier met en regard les auteurs qui fondent sa pensée et les chercheurs en sciences humaines et sociales qui proposent des réflexions contemporaines sur le corps, afin de montrer l'absence de fécondité de leurs pensées. D'un côté, il défend l'idée de lutte des classes (le corps étant pensé comme une arme dans cette lutte), de la résistance à l'aliénation (notamment sportive) ; de l'autre, il analyse des extraits d'écrits de « corpologues » pour montrer que leurs réflexions se font au détriment de la subjectivité corporelle (les perceptions, les sensations…) et de la dimension politique. Il considère le sport comme un appareil de domination et d'aliénation du corps, ce qui n'est pas questionné par ces chercheurs. Ils seraient, en outre, à l'origine d'une « nouvelle corpologie acritique » (p. 44), leurs travaux s'inscrivant dans les institutions capitalistes qui réifient le corps.

  • 2 Quidu Matthieu (Dir.), Epistémologie du corps savant. Le chercheur et la description scientifique d (...)
  • 3 Brohm Jean-Marie, Sociologie politique du sport (1976), Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 199 (...)

3Ainsi, dans la première partie consacrée au « corps mystifié » par les « épistémologues du corps », l'auteur commence par critiquer l'ouvrage de Y. Vanpoull, directeur de l'Ufrstaps de Lyon. Son Epistémologie du corps en Staps serait « une longue succession de méprises sur la corporéité vivante », autrement dit l'immanence qui permet de se trouver en possession d'un savoir (le toucher, le mouvement, etc.) (p. 67). Selon Fabien Ollier, l'erreur serait de poser comme première la conduite motrice et non le corps subjectif. Outre les critiques épistémologiques, c'est aussi la manière de s'exprimer qui est pointée du doigt : « une langue qui dispense de penser et empêche même ses utilisateurs de penser » (p. 75). Les critiques à propos de l'épistémologie contemporaine du corps se poursuivent dans une seconde sous-partie. Plusieurs recherches font l'objet de remarques à la fois théorique, méthodologique et linguistique. Par exemple, l'objectif de la synthèse de M. Quidu sur le corps2 est considéré comme « aussi vierge et neutre qu'un angelot tombé du ciel », notamment parce qu'il n'applique pas à sa propre recherche, les principes de l'ethnopsychanalyse qu'il énonce (p. 86). Pour asseoir ses remarques, Fabien Ollier rappelle les thèses de V. Jankélévitch, M. Henry et J.-M. Brohm. L'idée principale est que le corps subjectif ne peut être entièrement étudié par les disciplines scientifiques telles qu'elles le font aujourd'hui. Toute étude sur le corps semble, de fait, vouée à l'échec. En outre, le corps est pensé comme une « arme idéologique de stabilisation/renforcement/reproduction des rapports sociaux de production existants » (p. 97), son étude impliquant - de la part du chercheur - une réflexion sur ses appartenances institutionnelles. Sans cette dimension politique, toute recherche sur le corps est considérée comme vaine. Vient ensuite la critique des chercheurs qui prônent l'immersion corporelle dans leur terrain (D. Le Breton, P. Liotard, etc.). Là encore cette posture n'est pas heuristique mais constitue « un bluff, une imposture sociologique » (p. 104), au sens où elle n'apporte pas de connaissances scientifiques pertinentes sur le corps en lui-même par manque de réflexivité sur les implications idéologiques et politiques du chercheur. Le seul intellectuel qui pense le corps de façon adéquate pour l'auteur est J.-M. Brohm, pionnier de la théorie critique du sport3. Ce dernier considère les sports comme des appareils politiques de domination et d'aliénation des corps subjectifs. Il inclut donc une dimension politique à ses analyses, essentielle à toute réflexion sur le corps.

4La seconde partie de l'ouvrage s'intéresse au « corps fragmenté », qualifié de « corpologie postmoderne de l'homme en pièces détachées ». Il est ici question de la « bioéconomie ». Notre société contemporaine nous pousse à modifier notre corps, ou des parties de celui-ci, ce qui pour l'auteur constitue une façon d'acheter la paix sociale, une « diversion politique massive » (p. 116). Pour ce faire, il procède à une revue de littérature sur les modifications corporelles (tatouages, corps hybride, cyborg, etc.) qui le conduit à écrire que le champ du corps est aujourd'hui dominé par un style de pensée qui étouffe les autres perspectives de recherche (d'où l'idée d'une « nouvelle corpologie acritique »). Parmi les auteurs spécialisés sur l'hybridation du corps, les écrits de B. Andrieu retiennent l'attention de Fabien Ollier qui critique la bio-compatibilité des humains et des machines, laquelle ne prendrait pas en compte les ancrages identitaires, les déterminations sociales ou encore les ontologies politiques. Au-delà de la question de l'hybridité, l'auteur s'attarde sur le sport de haut niveau ; ce que les exigences de performance font au corps et comment les chercheurs qui s'y intéressent passent à côté d'une analyse heuristique sur le corps. En effet, ils adoptent une « contemplation "compréhensive" de tels phénomènes plutôt que [...] l'analyse critique impliquée » (p. 141). Le corps sportif est un corps augmenté qui témoigne, pour l'auteur, d'une exploitation illimitée de la force de travail vivante. Le sport ne serait plus qu'un mode de production de corps augmentés qui consiste à extraire des records, autrement dit des plus-values, dans notre société capitaliste. Par conséquent, l'ensemble des chercheurs favorables à cette évolution du sport sont critiqués par Fabien Ollier. Pour l’auteur, « le sportif ne sert quasiment à rien. Bien sûr, il a des fonctions idéologiques cruciales pour maintenir le niveau d'aliénation et de dépolitisation des masses » ( p. 159).

  • 4 Ellul Jacques, La technique ou l'enjeu du siècle (1954), Paris, Economica, 2008, p. 348.
  • 5 Carrier Claire, « Vive la douleur ! », Le Monde, 27 août 2004.

5La dernière partie du livre dénonce le rôle de la psychanalyse dans la légitimation de la performance et du rendement corporel ainsi que les dérives du sport (violences dans les stades, dopage hormonal des sportives en Allemagne de l'Est, etc.). Les propos de J. Ellul sont cités pour renforcer la démonstration : le sport est mécanisé au même titre que le travail « de façon qu'à aucun moment cet homme ne soit indépendant des techniques »4 (p. 188). Il est pris dans la masse et discipliné. Les psychanalystes qui accompagnent aujourd'hui les sportifs de haut niveau font un travail en surface, cette discipline étant instrumentalisée à « des fins idéologiques de légitimation de l'abrutissement sportif » (p. 200). Une autre caractéristique de la psychanalyse du sport que critique l'auteur réside dans le rôle qu'elle donne à la douleur. Dans le sport de haut niveau, avoir mal n'est pas considéré comme du masochisme mais bel et bien comme « "un baromètre de l'éveil global du corps" »5 (p. 210).

6La conclusion de l'ouvrage résume la posture de l'auteur qui veut que les chercheurs contemporains sur le corps produisent des analyses qui procèdent d'une « inversion de la téléologie de la vie » (p. 225). En effet, pour lui, le corps ne peut être pensé qu'en « tant que construction politique et institutionnelle [...] dans le cadre d'une lutte effective, théorique et militante, contre l'idéologie mortifère du corps-objet pour l'émancipation réelle des individus ». Par conséquent, et quel que soit le chercheur dont il est question, ses réflexions donnent systématiquement lieu à une critique qui n'aboutit pas réellement, étant donné le caractère univoque de l'orientation idéologique de l'auteur. Chaque nouvelle réflexion sur le corps est étudiée à l'aune de ses ancrages théoriques. Les références mobilisées donnent l'impression d'une critique immuable face à des travaux de recherche aux perspectives et méthodologies différentes. Pour l'auteur, une pensée qui n'intègre pas la question du politique n'a pas lieu d'être. De même, si la subjectivité corporelle n'est pas évoquée, la réflexion est vaine. Toutefois, cette subjectivité semble insaisissable scientifiquement et laisse le lecteur dans une impasse : est-il possible de penser le corps de façon heuristique sans forcément recourir aux concepts que l'auteur fait siens ?

Haut de page

Notes

1 Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives.

2 Quidu Matthieu (Dir.), Epistémologie du corps savant. Le chercheur et la description scientifique du réel, Paris, L'Harmattan, 2014.

3 Brohm Jean-Marie, Sociologie politique du sport (1976), Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1992.

4 Ellul Jacques, La technique ou l'enjeu du siècle (1954), Paris, Economica, 2008, p. 348.

5 Carrier Claire, « Vive la douleur ! », Le Monde, 27 août 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Arnoult, « Fabien Ollier, Idéologies nouvelles du corps. Le corps mystifié », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 17 juillet 2018, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25527

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page