Navigation – Plan du site

Thomas Barnay, Florence Jusot, Travail et santé

Thomas Chabert
Travail et santé
Thomas Barnay, Florence Jusot, Travail et santé, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Sécuriser l'emploi », 2018, 116 p., ISBN : 978-2-7246-2205-8.
Haut de page

Texte intégral

1À l’occasion de la quinzaine « Semaine de la qualité de vie au travail » en juin dernier, l’agence Santé publique France rappelait que l’amélioration de la prévention des risques professionnels nécessitait de se doter d’outils et de méthodes de mesure permettant d’évaluer précisément les relations entre santé et travail. C’est précisément à cette étude des relations causales et réciproques entre santé et situation sur le marché du travail que s’intéressent Thomas Barnay et Florence Jusot dans cet ouvrage. Après avoir mis en évidence le passage progressif d’une logique de compensation ex post à une logique de prévention dans la prise en compte des relations entre santé et travail, les auteurs présentent de manière exhaustive et détaillée les principaux résultats de la littérature française et internationale sur le sujet. Ouvrage dense, Travail et santé offre un structure claire et accessible, présentant les différents canaux de la relation état de santé/trajectoire professionnelle, ainsi que les politiques publiques de sécurisation des parcours professionnels face au risque santé.

2Inspirée de la théorie du capital humain de Gary Becker, la notion de « capital santé » introduite par Grossman en 19721 est un des premiers modèles permettant de comprendre l’effet protecteur de l’emploi sur la santé, en prédisant un cercle vertueux entre niveau de revenu et état de santé : « un bon état de santé permet d’obtenir un emploi et donc des revenus du travail, ces derniers permettant en retour de maintenir l’état de santé » (p. 13). Cet effet causal du revenu sur la santé passe par plusieurs canaux de transmission mis en évidence par des études empiriques : un meilleur accès aux soins (grâce aux revenus du travail et l’accès à une assurance santé), de meilleures conditions matérielles de vie, et un meilleur statut social. Toutefois, si le travail semble de prime abord globalement bénéfique pour la santé, la prise en compte de la pénibilité de certaines conditions de travail et de leur effet sur la santé complique l’analyse de cette relation. En France, la mesure des conditions de travail repose sur l’auto-déclaration des salariés (enquête « Conditions de travail » de la DARES2) et l’expertise des médecins du travail (enquête « Surveillance Médicale des Expositions des Salariés aux Risques Professionnels »3) depuis les années 1980 : détaillant l’état actuel et l’évolution des conditions de travail sur la base de ces enquêtes, les auteurs en concluent que « depuis une vingtaine d’années en France, le travail se densifie, les rythmes s’accélèrent, l’autonomie se réduit » (p. 30). Or, un environnement de travail hostile, la charge physique et une faible latitude décisionnelle ont un impact négatif sur la santé auto-déclarée et le niveau de bien-être. Les auteurs montrent ensuite l’effet du chômage et des formes récurrentes de non-emploi sur la santé : du fait de la diminution des revenus, de la perte -totale ou partielle- de l’assurance santé et des coûts psychologiques du chômage, « de nombreuses études concluent à l’effet négatif du chômage sur la santé » (p. 37). Partant de ce constat, les auteurs élargissent leur propos à une réflexion plus macroéconomique sur les liens entre santé et cycle économique en soulevant la question suivante : faut-il en déduire que les périodes de récession sont néfastes pour la santé ? En se basant sur des études portant par exemple sur la crise de 1929, on observe en fait une relation négative entre taux de chômage et mortalité. A priori contre intuitif, cet effet bénéfique des récessions sur la santé s’explique notamment par une moindre exposition des conditions de travail dangereuses, une diminution du trafic automobile, etc. en période de récession.

3Le second chapitre traite de l’influence de la santé sur les parcours professionnels. Faute de données de panel représentatives recueillant suffisamment d’informations sur l’état de santé et les itinéraires professionnels, les études sur le sujet sont longtemps restées inexistantes en France. L’exploitation d’enquêtes plus récentes -notamment les enquêtes Santé soins médicaux et Emploi de l’INSEE- permet toutefois d’affiner l’analyse de la relation de causalité entre la santé et l’emploi. Si son intensité varie selon l’âge, le niveau de qualification, le genre, etc., les études menées mettent toutes en évidence l’effet négatif des problèmes de santé sur l’offre de travail : des problèmes de santé chroniques et/ou un mauvais état de santé perçu se traduisent par un risque accru de sortie précoce du marché de l’emploi, sous la forme de chômage ou d’inactivité. Enfin, les auteurs s’attachent à étudier l’effet sur l’emploi de problèmes de santé particuliers, tels que le cancer, le handicap et l’obésité. Là encore, l’impact de l’état de santé sur les chances de maintien en emploi dépendent de critères variés tels que le niveau de qualification, le genre, le statut d’occupation au moment où la maladie est détectée, etc.

4Le troisième et dernier chapitre étudie les dispositifs de sécurisation des parcours professionnels qui ont progressivement été mis en place par les pouvoirs publics. Après avoir présenté les défaillances et la complexité qui caractérisent le marché de l’assurance santé, les auteurs passent rapidement en revue les différents modes de régulation de ce marché, de la fourniture d’une assurance publique obligatoire à l’encadrement du prix des contrats proposés, en passant par la non-prise en charge des dépassements d’honoraires au-delà d’un certain plafond. Dans le cas français, il faut attendre les lois de 1928 et 1930 pour voir les prémices d’une assurance maladie obligatoire financées par des cotisations patronales et salariales. Comme le rappellent les auteurs, les ordonnances de 1945 généralisent ce système en optant pour un système bismarckien couvrant l’ensemble des salariés. En plus de ce « premier pilier » de la protection sociale, l’implication des employeurs dans le financement des soins passe également, en France, par leur contribution au paiement des assurances complémentaires. Rappelant que la part de la population non couverte par une assurance complémentaire est passée de 70 % en 1960 à 5 % en 2014 (p. 74), T. Barnay et F. Jusot expliquent ce développement par la croissance des « restes à charge » laissés par la sécurité sociale (du fait du développement du ticket modérateur et des franchises sur un certain nombre de soins) ; l’offre de complémentaires d’entreprises par un nombre grandissant d’employeurs (encouragée par l’État par le biais d’exonérations fiscales) ; et la mise en place de la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C)en 2000. Plus récemment, l’Accord National Interprofessionnel (ANI) de 2013 a réaffirmé le rôle de l’employeur dans le financement des complémentaires santé. Les auteurs évoquent également la participation des employeurs à la prévoyance d’entreprise, offrant à leurs salariés une indemnisation complémentaire à celle de la sécurité sociale en cas d’invalidité, d’incapacité temporaire ou d’absence pour arrêt-maladie. Enfin, depuis 2003, les réformes successives du système de retraites français se sont accompagnées de dispositifs visant à compenser l’effet de la pénibilité des conditions de travail sur la santé : ainsi, le « compte professionnel de prévention » (C2P) issu de la loi du 20 janvier 2014 et de l’ordonnance du 22 septembre 2017 permet aux salariés exposés à certaines formes de pénibilité d’accumuler des points leur donnant par la suite droit à des formations professionnelles, à un passage à temps partiel sans baisse de rémunération ou encore à un départ anticipé à la retraite. Notons, pour finir, le développement de Plans santé au travail par les pouvoirs publics français, qui - à défaut d’être véritablement coercitifs- marquent selon les auteurs un « infléchissement majeur en faveur de la prévention et privilégie la prévention par rapport à la prévention » (p. 88).

5Cette présentation exhaustive (19 pages de bibliographie !) offre une excellente « porte d’entrée » au lecteur qui souhaiterait approfondir ce sujet. Elle rend par ailleurs délicat d’extraire des conclusions générales sur chacune des problématiques abordées, tant les résultats des études présentées sont dépendants de la méthodologie retenue, de la population étudiée, etc. Enfin, comme le soulignent les auteurs en conclusion, l’un des intérêts du livre est de synthétiser les justifications apportées par la littérature économique à la mise en place de dispositifs de sécurisation des parcours professionnels. On peut toutefois regretter que certains points ne soient pas davantage développés dans le troisième chapitre, notamment sur la transformation du « compte personnel de prévention de la pénibilité » en « compte professionnel de prévention » par les « Ordonnances Pénicaud »4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Chabert, « Thomas Barnay, Florence Jusot, Travail et santé », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 18 juillet 2018, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25533

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page