Navigation – Plan du site

Jean-Marie Brohm, Théorie critique du sport. Essais sur une diversion politique

Guy Burgel
Théorie critique du sport
Jean-Marie Brohm, Théorie critique du sport. Essais sur une diversion politique, Alboussière, QS? éditions, coll. « Horizon critique », 2017, 386 p., ISBN : 978-2-490070-01-5.
Haut de page

Texte intégral

1Pourquoi faut-il donc, au seuil de ces lignes, ne pas avouer un certain malaise devant l’extrémisme de la thèse défendue par Jean-Marie Brohm. Certes, on ne s’attendait pas à trouver sous sa plume un éloge du sport et des performances de la compétitivité physique. Et on veut bien admettre, sans nécessairement partager ce point de vue, que l’auteur soit radicalement contre tout type de sport, y compris amateur, assimilé à une forme d’asservissement de l’individu aux forces du marché capitaliste : flatterie des instincts belliqueux et des intérêts nationalistes, corruptions en tous genres, tromperies sur les performances.

2Mais demander à faire la recension d’un ouvrage n’est jamais exempt de proximité intellectuelle, ni d’engagement déontologique, non seulement d’absence de parti pris, mais même toujours d’empathie a l’égard de l’auteur. Le présent compte rendu ne déroge pas à cette règle de l’intérêt, moins par la spécialité de son rédacteur, que parce que le séminaire « Analyse et politique de la ville », qui se poursuit depuis des décennies, avait mis au programme de sa session de juin 2018 un thème sportif (« Villes et jeux Olympiques : effets sociaux et conséquences urbanistiques »).

3En fait, c’est le ton d’imprécateur, qui surprend chez ce professeur émérite de sociologie de l’Université de Montpellier. Et pourtant, on n’est pas suspect ici d’être de ceux qui demandent du chercheur un discours édulcoré et désengagé : mais le recours à la démesure – l’ubris des anciens Grecs – surprendra toujours. Que l’on juge de la violence verbale de notre auteur à l’égard des « laquais staliniens de la pensée asservie », « des bateleurs de l’humanisme socialiste », ou du « crétinisme bureaucratique ». Et peu trouvent grâce à ses yeux. Ni Daniel Cohn-Bendit, « contestataire assagi, devenu notable de la politique libérale bourgeoise, représentant l’idéal-type de la sportolâtrie ». Ni le « hiérarque socialiste Jean Glavany », qui a osé parler de « l’école gauchiste de Jean-Marie Brohm ». Ni même Pierre Bourdieu, auquel est emprunté beaucoup de la problématique de la reproduction sociale. Plus surprenant encore, notre collègue, professeur en esthétique à Nanterre, Marc Perelman, à qui il est arrivé parfois de se voir reprocher des outrances, et avec qui l’auteur a partagé quelques publications, semble affublé pour son ouvrage Sport barbare. Critique d’un fléau mondial, de « sous-traitance », de « paraphrase épigonale » ou de « critique vulgaire ». On fait mieux en termes d’amabilités collégiales.

4Pour couronner ces impressions de réserves formelles, l’écriture de l’ouvrage est souvent peu engageante : séries de pages denses sans aération, très rares intertitres permettant de suivre la progression du raisonnement. Et la sensation continue d’un long plaidoyer pro domo sur un itinéraire de vie autant que de pensée, peut finir par décourager le lecteur de s’intéresser au fond d’une thèse radicale, plutôt qu’aux mémoires autobiographiques d’un militant endurci. Ne fallait-il pas choisir entre les deux genres ?

5Pourtant, quelques arguments fondamentaux sauvent le livre. D’abord justement le parcours professionnel de Jean-Marie Brohm. Élève de l’ENSEP (Ecole normale supérieure d’éducation physique), sportif universitaire de haut niveau, engagé très tôt à l’extrême gauche, professeur dans le secondaire, avant d’opter pour une carrière académique, l’auteur représente un exemple remarquable de promotion sociale et intellectuelle par la recherche publique. Ensuite, sa direction spirituelle ne peut pas laisser insensible : après avoir été récusée par François Chatelet, qui trouve déjà la thèse trop risquée pour l’avenir institutionnel de l’impétrant, la direction du doctorat d’État de Jean-Marie Brohm est acceptée par Pierre Fougeyrollas : coïncidence et connivence, il fut, bien avant, le professeur de philosophie et l’initiateur en marxisme au lycée Montaigne de Bordeaux de l’auteur de ce compte rendu ! Sympathie évidente. Enfin et surtout, malgré ses exagérations verbales, notre pourfendeur de bonnes causes garde une certaine lucidité sur son œuvre, qu’il assume, « fragmentaire, partielle, (et) partiale », faisant sienne la profession de foi d’Edgard Morin qu’il n’y a pas de « science sociale neutre ». Si l’on ajoute un penchant certain pour la pluridisciplinarité à la Marcel Mauss (sociologie, anthropologie, philosophie, histoire, économie politique, psychologie sociale, psychanalyse, tour à tour mobilisées autour du sport, « fait social total »), le sens de la formule, non dépourvue de rhétorique, qui peut faire mouche (la critique d’«une opinion dominante qui n’est jamais que la domination de l’opinion »), le livre peut mériter le détour.

6Que dit-il ? Que le sport contemporain est un processus social englobant, et pas une simple activité ludique, qu’il est historiquement daté avec la montée et la suprématie du capitalisme, et donc qu’il ne s’inscrit pas dans une longue tradition d’exercices physiques du corps qui se prolongerait depuis l’Antiquité et la naissance des jeux Olympiques. Au contraire aujourd’hui, il s’accompagne inexorablement de corruption, de consommation de drogues, de violences et de médiatisations abêtissantes. Ces dérives, qui seraient inévitables, proviendraient de la conjonction de trois composantes autonomes, mais liées : la compétition et l’esprit de performance qui anime tous les niveaux de la société, la confrontation sportive dans les clubs, qui pervertit dès le plus jeune âge les valeurs éthiques universelles, l’organisation capitaliste des rencontres qui contamine l’esprit de saine émulation. Thèse radicale, défendue avec la violence que l’on sait. On peut être d’accord ou opposé. Elle mérite au moins d’être connue. Ne serait-ce que par curiosité !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Burgel, « Jean-Marie Brohm, Théorie critique du sport. Essais sur une diversion politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 18 juillet 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25541

Haut de page

Rédacteur

Guy Burgel

Normalien, agrégé de géographie, après un doctorat d’Etat consacré à la croissance d’Athènes (1974), Guy Burgel fait toute sa carrière académique à l’Université de Paris Nanterre, où il fonde le Laboratoire de Géographie Urbaine, crée avec Galia Burgel la collection Villes en Parallèle, et anime une formation d’urbanistes-aménageurs.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page