Navigation – Plan du site

Frederick Wiseman, Ex Libris: The New York Public Library

Paul Bacharach
Ex Libris:
Frederick Wiseman, Ex Libris: The New York Public Library, Paris, Blaq Out, 2018, EAN : 3700782603631.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Citation de Frederick Wiseman issue d’un entretien autour du film (voir Quentin Mével et Séverine R (...)

1Avec Ex Libris: The New York Public Library, Frederick Wiseman poursuit son exploration des institutions américaines, commencée avec Titicut Follies (1967), mais également celle des plus importantes institutions culturelles, après La Comédie-Française ou L’Amour joué (1996) et National Gallery (2014). Institution publique très largement financée par des fonds privés, la New York Public Library (NYPL) est selon le documentariste la plus importante des institutions culturelles de la ville : une « illustration de la démocratie "engagée" au quotidien »1 où il a décidé de poser sa caméra, quelques mois avant l’élection de Donald Trump.

2Durant plus de trois heures, le film célèbre le vivier culturel que constitue cette bibliothèque, fondée en 1895 et comptant aujourd’hui quelques dix-sept millions de visiteurs par an et une collection de quarante-six millions de documents. En plus de la bibliothèque centrale, elle possède près de quatre-vingt-dix annexes – dont dix-sept ont été filmées, et treize conservées au montage. Le film fait ainsi alterner une quarantaine de séquences assez longues, avec des plans à l’intérieur des différents lieux de la bibliothèque, mais aussi des plans extérieurs : selfies de visiteurs devant la bibliothèque aux lions, activités sur la pelouse attenante et trafic ininterrompu de jour comme de nuit, été comme hiver. Presque trente ans après avoir filmé le poumon vert de la ville dans Central Park (1990), Wiseman opte pour un montage qui fait de la NYPL le poumon intellectuel de la ville.

3Il reste conforme à son idéal d’un strict documentarisme sans voix off, ni interview, ni musique, et où l’art du montage donne aux séquences proposées tout leur sens. Avant chacune d’elles, la signalétique permet de comprendre où nous sommes, et la prise de parole des employés et des conférenciers qui s’ensuit est soigneusement condensée au montage, pour toujours permettre au spectateur d’en comprendre le sujet.

4Les premières séquences abordent de front les aspects les plus attendus de la vie d’une bibliothèque : salles de lecture, recherches généalogiques, bibliothécaires et standardistes renseignant les lecteurs, etc. Mais peu à peu, ces scènes se mêlent à des scènes beaucoup plus surprenantes, dont le contraste permet au film de conserver son intensité sur toute sa durée : les cours de braille, de danse pour seniors, les concerts, ou encore l’atelier de codage informatique pour enfants, s’enchaînent et font de cette bibliothèque un lieu de la vie quotidienne où se rencontrent une très grande diversité de New-Yorkais.

  • 2 Qui correspondrait en français à l’idée de « ténèbres numériques », métaphore d’une situation d’exc (...)
  • 3 Toutes les citations issues du film ont été retranscrites en français par le rédacteur de ce compte (...)

5Au détour d’une scène de réunion de la direction de la bibliothèque ou d’une conférence à l’attention des mécènes, Wiseman montre que ce souci du public émane de décisionnaires qui mettent en place des stratégies de connexion avec tous les publics. Le spectateur apprend alors que trois millions de New-Yorkais et soixante-dix millions d’Américains vivent sans accès à internet. Faire sortir une partie de la population du « digital dark »2 est par conséquent un des grands objectifs affichés : plusieurs scènes montrent les prêts de hotspots 4G et les consignes à destination des familles, qui peuvent ainsi profiter d’un accès (limité) à internet à domicile. En la matière, l’ambition de la NYPL se traduit aussi par l’éducation aux pratiques numériques (pour les enfants comme pour les immigrés), par des achats d’E-Books parfois onéreux, ou encore par la numérisation des contenus – qu’un des directeurs estime être « le Graal du XXIe siècle »3.

  • 4 Tels qu’énoncés dans un manifeste sur la bibliothèque publique rédigé en 1994 en collaboration avec (...)
  • 5 Voir notamment Lucie Daudin (dir.), Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité e (...)

6Le documentaire montre que si cette bibliothèque métropolitaine se caractérise par l’immense diversité de ses activités, l’objectif est toujours d’optimiser l’accès à l’information pour le plus grand nombre. En réunion, la direction inclut dans ses réflexions les « left behind », qu’une bibliothèque publique se doit d’accueillir, selon les préceptes de l’UNESCO4. Les sans domicile fixe, qu’on voit venir chercher un peu de chaleur en hiver, ne sont pas oubliés, de même que les publics migrants, auxquels la NYPL se propose de fournir une assistance avec la documentation juridique. Il est d’ailleurs fréquent que les bibliothèques nord-américaines constituent une référence en matière d’accueil des immigrés5. La NYPL jouerait donc un rôle associatif – non seulement en palliant ce manque de services étatiques, mais également auprès des publics aux « besoins spéciaux », dans une ville où 11% de la population est touchée par un handicap. La séquence d’enregistrement d’un livre audio à destination du public aveugle ou malvoyant permet en effet de montrer la concrétisation du discours des dirigeants. Et dans cette même veine, le devoir social prôné par la direction passe aussi par la mise en place d’un service de soutien extra-scolaire assuré par les bibliothécaires – qui veillent à ce que les élèves perçoivent la bibliothèque comme un lieu plus libre que l’école, et où il est toujours possible de travailler lorsque ce n’est pas le cas chez soi.

  • 6 Propos de Frederick Wiseman recueillis par Laetita Mikles en 2001 (voir Frederick Wiseman et Laetit (...)

7La bibliothèque semble réellement investie, tant par ses employés que par ses lecteurs, dans des séquences où l’institution fait communauté. Ce sont alors de véritables personnages qui naissent devant la caméra de Wiseman, incarnant avec force l’esprit de générosité de cette bibliothèque. Dans le Bruno Walter Auditorium, un jeune homme afro-américain déclame en entier un de ses textes poétiques devant un public attentif à l’expression libre et presque musicale de ses idées, illustrant l'appel du poète à une « intelligence qui n’a pas besoin d’être élitiste ». Lors d’une séance d’un book club, une lectrice plutôt âgée expose sa brillante lecture de L’Amour au temps du choléra de Gabriel Garcia Márquez, et parvient à convaincre son audience par son charisme. Le public est réellement impliqué, et apparaît pleinement comme un acteur qui fait vivre cet espace. Au Dorothy and Lewis B. Cullman Center for Scholars and Writers, qui abrite la Bibliothèque des arts du spectacle, une interprète traduit en langue des signes deux lectures de la Déclaration d’indépendance qu’effectuent des volontaires du public. La NYPL se révèle comme un lieu de solidarité et d’ouverture, où peuvent librement s’exprimer les émotions, dimension mise en valeur par de longues séquences qui donneraient presque l’impression qu’il n’y a pas eu de coupe, alors même que les semaines de tournage ont donné lieu à quelques cent-soixante heures de rushes. De fait, Wiseman revendique cette technique qui « place les spectateurs au cœur de l’évènement » et « donne une impression d’immédiateté »6.

  • 7 Quentin Mével et Séverine Rocaboy, « Entretien avec Frederick Wiseman », in Météore Films, Dossier (...)

8En assistant à une interview d’Elvis Costello, de Patti Smith, ou encore à une conférence sur le delicatessen en tant que lieu de la vie new-yorkaise, le public interroge son rapport à l’histoire et à la culture, de même qu’au politique. La NYPL constitue en effet le vivier d’une tradition démocratique que le réalisateur estime toujours vivace en Amérique7. Le film s’attache à célébrer cet esprit, qui s’incarne notamment dans le combat des Afro-Américains pour un accès égal à la citoyenneté. Lors d’une conférence, l’écrivain Ta-Nehisi Coates revient sur l’histoire de la servitude, tandis que sont lus en conseil d’administration des poèmes de Phillis Wheatley – esclave et première poétesse noire américaine. Au quatre-vingt-dixième anniversaire du Schomburg Center for Research in Black Culture, son directeur cite Toni Morrison : « les bibliothèques sont les piliers de nos démocraties ». Plus tard, ce même directeur est filmé dans une annexe du Bronx, apportant son soutien à un groupe de parole autour du thème de la propagation du racisme ; et l’anecdote de manuels d’histoire taisant la souffrance des esclaves rappelle alors que les livres peuvent mentir. Faut-il après coup s’étonner de voir si peu de livres dans Ex Libris ? « Les bibliothèques ne sont pas dédiées aux livres […], les bibliothèques sont dédiées aux gens qui veulent accéder au savoir », déclare une bibliothécaire en s’adressant à ses collègues, énonçant là l’une des clefs du film.

9Rares sont les images montrant des archives ou des livres consultés, et s’il a filmé les réserves, Wiseman ne garde au montage que le réseau mécanisé de circulation des ouvrages – rapide tapis roulant où sont jetés les livres. Cette scène de l’automatisation du travail des employés, presque tous de couleur, de même que celle qui montre la pression subie par le personnel en charge des dîners de gala des mécènes – tous blancs quant à eux – constituent l’une des rares dimensions proprement critiques du film. Avec une ironie subtile mais grinçante, Wiseman rapproche ces séquences d’une conférence sur l’histoire de l’esclavage qui rappelle un des grands arguments antiabolitionnistes : la servitude des uns permettrait la liberté politique des autres.

10La grande diversité du film permet à Wiseman de rendre compte de la complexité d’un réel qu’il ne subsume sous aucune grande théorie unificatrice. Il cherche plutôt à faire ressentir « l’architecture émotionnelle » de la NYPL, selon les mots du poète Yusef Komunyakaa dans le film. C’est de cette manière que la bibliothèque apparaît comme l'emblème d'une culture partagée et diverse, où le savoir se vit, mais ne se fige jamais.

Haut de page

Notes

1 Citation de Frederick Wiseman issue d’un entretien autour du film (voir Quentin Mével et Séverine Rocaboy, « Entretien avec Frederick Wiseman », in Météore Films, Dossier de presse du film Ex Libris: The New York Public Library, Paris, Météore Films, p. 8 (disponible en ligne : https://www.meteore-films.fr/ressources/_files/1/4758117-47-DP-ExLibris-BD.pdf)).

2 Qui correspondrait en français à l’idée de « ténèbres numériques », métaphore d’une situation d’exclusion de l’espace numérique.

3 Toutes les citations issues du film ont été retranscrites en français par le rédacteur de ce compte rendu.

4 Tels qu’énoncés dans un manifeste sur la bibliothèque publique rédigé en 1994 en collaboration avec l’IFLA (version française de 2004 disponible en ligne : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/40695-manifeste-de-l-ilfaunesco-sur-la-bibliotheque-publique.pdf).

5 Voir notamment Lucie Daudin (dir.), Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque, Villeurbanne, Presses de l'enssib, 2017, p. 10 (compte rendu de Julie Couffignal pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/24514?lang=fr).

6 Propos de Frederick Wiseman recueillis par Laetita Mikles en 2001 (voir Frederick Wiseman et Laetita Mikles, « Filmer la mise en scène du quotidien », L'Homme & la société, vol. 142, n° 4, 2001, p. 155).

7 Quentin Mével et Séverine Rocaboy, « Entretien avec Frederick Wiseman », in Météore Films, Dossier de presse du film Ex Libris: The New York Public Library, op. cit., p. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bacharach, « Frederick Wiseman, Ex Libris: The New York Public Library », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 01 août 2018, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25548

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page