Navigation – Plan du site

Dorothy Smith, L’ethnographie institutionnelle. Une sociologie pour les gens

Sophie Maunier
L'ethnographie institutionnelle
Dorothy Smith, L'ethnographie institutionnelle. Une sociologie pour les gens, Paris, Economica, coll. « Études sociologiques », 2018, 300 p., trad. Fabienne Malbois, Michel Barthélémy et Julia Hedström, ISBN : 978-2-7178-7019-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dorothy Smith (ss.dir.), Institutional ethnography, Rowman & Littlefield publishers Inc., 2006.

1On ne peut que se réjouir de la traduction en français du dernier ouvrage, paru en 2005, de la sociologue canadienne Dorothy Smith, qui, espérons-le, permettra aux francophones de mieux connaître l’approche qu’elle a initiée : l’ethnographie institutionnelle. Cet ouvrage vise à clarifier cette approche et à ce titre, Smith, sur un ton pédagogique et quitte à être redondante, déroule son argumentaire avec des précisions théoriques et terminologiques constantes et des exemples à profusion. Concomitamment à sa sortie en anglais, cet opus était accompagné d’un livre collectif, non encore traduit, regroupant des contributions d’autres chercheurs en ethnographie institutionnelle qui en sont autant d’illustrations sur des objets de recherche variés1.

  • 2 Cf. Maria Puig de la Bellacasa, Politiques féministes et construction des savoirs. Paris, L'Harmatt (...)

2L’ethnographie institutionnelle est une méthode d’investigation du social, qui prend comme point de départ l’expérience quotidienne des personnes, y compris celle du chercheur. Smith revient sur la genèse de sa démarche, les ancrages théoriques, les assises ontologiques et les implications épistémologiques, et défend la subjectivité comme pouvant conduire à la production d’un savoir sur le social, tout en montrant comment l’ethnographie institutionnelle évite l’essentialisation, souvent reprochée à l’encontre des tenants de la théorie du « point de vue »2.

3Dans les années 1960, son implication dans les mouvements des femmes a conduit Dorothy Smith à porter un regard critique sur son travail académique en partant de sa position de femme et de mère. La sociologue a pris conscience de la disjonction entre sa vie de femme, mère et être sexué, ancrée sur le corporel et dans le local, et celle d’universitaire, translocale, acorporelle et marquée par « la mascarade de l’universalité » (p. 72). Elle souligne qu’alors « la sociologie n’avait presque rien à dire à propos [du] travail [domestique et maternel] » (p. 60) et « de l’existence aliénée d’une femme s’occupant de son foyer et de ses enfants » (p. 72).

4Outre son expérience, Smith se nourrit de plusieurs sources théoriques qu’elle cite abondamment. De « l’Idéologie allemande », de Marx et Engels, elle retient l’idée de l’aliénation et de la domination, mais aussi celle de « fonder les sciences sociales dans les activités des individus réels, saisies dans leurs conditions matérielles » (p. 107) et l’ontologie sociale suivante : « l’histoire et la société n’existent que dans les activités des gens, et dans les formes de ‘coopération’ qui se sont développées entre eux » (Ibid.). L’ethnographie institutionnelle a également des affinités avec l’ethnométhodologie de Garfinkel, que ce soit sur le plan méthodologique ou ontologique. Et Smith s’appuie sur des linguistes tels que Bakhtine pour élaborer son approche, comme nous allons le voir.

5Avec l’ethnographie institutionnelle, il s’agit de « redescendre au niveau de l’organisation quotidienne des faits et gestes » (p. 221) en reliant les différentes activités, entendues comme savoir pratique. Il en découle une « [cartographie] de l’ensemble de relations sociales » (p. 222), obtenue à partir des expériences quotidiennes des gens. Dorothy Smith développe ainsi une sociologie concurrente à la sociologie qualifiée de conventionnelle, en prenant en compte le « point de vue » des femmes (et non féministe) quand elle initie sa démarche, puis celui des gens. Ce qui différencie l’ethnographie institutionnelle de la sociologie conventionnelle est que la première est une sociologie de et pour les gens et non une sociologie sur les gens comme la seconde.

6Pour Smith, la notion de « point de vue » ne s’identifie pas à une position occupée dans la société, en fonction du genre, de la « race » ou de la classe sociale. Mais renvoie à « une position du sujet à partir de laquelle développer la méthode d’enquête propre à l’ethnographie institutionnelle » (p. 58) et donc produire du savoir : « le savoir sur la société s’énonce toujours à partir d’une position occupée en son sein » (p. 56). C’est à ce titre que l’ethnographe institutionnelle peut s’appuyer sur sa propre expérience pour « investiguer la manière dont les individus sont pris dans les relations institutionnelles, ou y prennent part » (p. 265). Dorothy Smith donne l’exemple de son propre vécu de mère comme point de départ à sa recherche, avec Alison Griffith, sur le rôle des mères dans l’éducation scolaire. Les ethnographes institutionnels ont également recours à des entrevues avec « des personnes dont les expériences quotidiennes permettent d’instaurer le point de vue et l’orientation qui structureront la direction de l’enquête » (p. 266). Cet ancrage dans le monde des expériences quotidiennes, loin d’être un obstacle, est « un point d’entrée pour découvrir le social » (p. 59), sans le soumettre aux catégories objectivées développées par la sociologie conventionnelle, qui dépossède les personnes en occultant les trames de pouvoir dans lesquelles elles sont mêlées.

7Ainsi, l’ethnographie institutionnelle part de l’expérience située des gens afin de « découvrir la façon dont les relations de régulation reposent sur les activités quotidiennes des personnes et les déterminent » (p. 97). Par « relations de régulation » (ruling relation), Smith désigne les « formes objectivées de conscience et d’organisation » externes aux personnes et aux situations concrètes ici et maintenant, et qui organisent et coordonne la vie quotidienne des gens. Pour ce faire l’ethnographie institutionnelle utilise les entrevues et les textes. Dorothy Smith détaille dans son ouvrage l’utilisation faite de ces deux sources, sans omettre des considérations méthodologiques et épistémologiques à leur propos.

8Smith analyse le statut des entrevues et de leur utilisation dans le cadre d’une ethnographie institutionnelle. Après avoir rappelé que la traduction de l’expérience en connaissance passe par le discours qui l’exprime, l’auteure, en s’appuyant sur la théorie développée par Bakhtine, énonce que l’expérience n’émerge que dans le dialogue entre un locuteur et un auditeur. Cette expérience n’en demeure pas moins une donnée dans la mesure où l’ethnographie institutionnelle s’attache aux modes institutionnels de coordination des personnes, à partir de ce que ces dernières peuvent en dire. Smith distingue deux niveaux d’expérience dialogique. Le premier, qui permet l’émergence de l’expérience, est réalisé lors de l’entrevue entre le participant, considéré comme celui qui sait, et le chercheur, qui a tout à apprendre de cet échange. Le deuxième est constitué par le dialogue que le chercheur effectue entre le matériau issu du niveau précédent et les données issues d’autres sources. L’expérience retranscrite est transformée en texte, que le chercheur analyse et questionne. L’ethnographe institutionnel ne cherche pas à élaborer de théorie, mais « à trouver les articulations entre les différents récits et à les assembler » (p. 201). À l’instar de l’ethnométhodologie ou de la sociologie phénoménologique, pour ne citer que ces deux approches, le savoir « profane » n’est pas perçu comme inférieur à celui du chercheur. Au contraire : l’ethnographe institutionnel cherche non seulement à apprendre, mais aussi à être transformé et à se défaire de ses idées préconçues en étant à l’écoute des personnes interrogées. Pour Dorothy Smith, cette confrontation entre la conceptualisation de l’organisation sociale élaborée par le chercheur et les relations de régulation présentes dans le compte rendu expérientiel donne lieu à une vérification de ses analyses, garante de la validité scientifique de cette démarche.

9Mais c’est par les textes que sont coordonnées, dans le temps et dans l’espace, les activités entre personnes qui ne se connaissent pas. L’ethnographie institutionnelle appréhende les textes en action au sein des situations strictement locales dans lesquelles se déroulent les activités des personnes et sort de ce cadre pour envisager l’organisation des pouvoirs au niveau macrosocial. De nombreux exemples sont donnés notamment celui de la recherche de George Smith qui montre comment les policiers observent des homosexuels dans un sauna et consignent dans un rapport leurs observations ajustées en fonction des catégories de la loi. Le rapport policier « coordonne le travail ultérieur impliqué par le processus judiciaire » (p. 271). L’« expérience quotidienne des gens est assujettie à l’action institutionnelle » (p. 258) par l’utilisation des textes règlementaires tels que les formulaires, fiches, etc., même si, comme le note Smith, les processus institutionnels ne se réduisent pas aux textes. Dorothy Smith insiste lourdement et à plusieurs reprises dans l’ouvrage sur le fait que les textes participent à une organisation institutionnelle par leur rôle de connecteurs et de médiateurs dans les relations de régulation et revient, dans sa conclusion, sur la nécessité d’explorer cette médiatisation pour saisir le niveau macrosocial. Toutefois, le poids accordé aux textes peut sembler excessif tant ils peuvent rester lettre morte, être transformés ou utilisés différemment que prévu, comme le rappellent Fabienne Malbois et Michel Barthélémy dans la préface.

10Deux petits bémols sur les choix de traduction restent à exprimer, qui n’enlèvent rien à l’intérêt de l’ouvrage. Le premier concerne l’adoption de l’écriture inclusive, qui pourra réjouir ou agacer les lecteurs, voire surprendre les lecteurs francophones hors de France. Le deuxième porte sur la traduction de ruling relations (expression calquée sur celle de ruling class) par « relations de régulation », qui nous semble atténuer la préoccupation de Smith envers les relations de domination, de pouvoir et d’aliénation. Ces remarques ne doivent en rien empêcher la lecture de ce livre, longuement et utilement préfacé par Fabienne Malbois et Michel Barthélémy. L’ethnographie institutionnelle démontre qu’une sociologie au plus près des gens peut nous permettre de comprendre les relations de pouvoir et de domination sociale. À ce titre, elle mérite un détour et cet ouvrage en est une bonne entrée.

Haut de page

Notes

1 Dorothy Smith (ss.dir.), Institutional ethnography, Rowman & Littlefield publishers Inc., 2006.

2 Cf. Maria Puig de la Bellacasa, Politiques féministes et construction des savoirs. Paris, L'Harmattan, 2013, notamment la partie 3 pour une comparaison des théories du point de vue. Compte rendu par Damien Simonin, « Maria Puig de la Bellacasa, Politiques féministes et construction des savoirs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 30 avril 2013. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11397.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Maunier, « Dorothy Smith, L’ethnographie institutionnelle. Une sociologie pour les gens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 16 août 2018, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25569

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page