Navigation – Plan du site

Christian Langeois, Georges Seguy, Syndicaliste du XXe siècle

Annabelle Bonnet
Georges Séguy, syndicaliste du XXe siècle (1927-2016)
Christian Langeois, Georges Séguy, syndicaliste du XXe siècle (1927-2016), Ivry-sur-Seine, Éditions de l'Atelier, 2018, 286 p., ISBN : 978-2-7082-4534-1.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hobsbawm, Éric, L’âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle, Paris, Complexe/Le Monde diplomat (...)
  • 2 Séguy, George, Ce que la vie m’a appris, Ivry-Sur-Seine, Éditions de l'Atelier, 2017, 206 p. et Ség (...)
  • 3 Martinache, Igor, « Christian Langeois, Henri Krasucki - 1924-2003 », Lectures [En ligne], Les comp (...)

1L’ouvrage de Christian Langeois invite à (re)découvrir le parcours d’une figure incontournable des luttes sociales en France, Georges Séguy (1927-2016) et retrace, à travers lui, les principaux conflits politiques et sociaux du « court XXe siècle »1. Outre une retranscription d’entretiens biographiques publiée sous le nom Ce que la vie m’a appris et ses propres mémoires intitulées Résister, de Mauthausen à Mai 682, aucune étude ne lui avait été consacrée jusqu’à présent. Langeois, autodidacte de formation passionné d’histoire et collaborateur au Maitron, vient ainsi combler un vide dans l’histoire sociale française à propos de celui qui a été pourtant été durant 22 ans secrétaire général de la plus importante centrale syndicale française, la Confédération Générale du Travail et eut un rôle déterminant au sein de l’un des partis politiques majeur du XXe siècle en Europe Occidentale, le PCF. Comme pour ses précédents livres sur Marguerite Buffard-Flavien, Suzanne Cointe ou Henri Krasucki3, l’auteur choisit d’approfondir le thème de l’engagement au XXe siècle grâce à l’approche biographique. Archives, ouvrages d’histoire sociale, mais aussi livres, écrits et entretiens de Georges Séguy, renforcés de témoignages sont autant de sources mobilisées pour reconstituer son parcours.

  • 4 Camus, Albert, « L’artiste et son temps », Conférence prononcée en Suède le 14 décembre 1957, dispo (...)
  • 5 Sur l’importance du syndicalisme cheminot en France, voir par ailleurs Chevandier, Christian, Chemi (...)

2À travers le récit de sa jeunesse, l’évidence s’impose que George Séguy est, pour reprendre le mot d’Albert Camus, un « embarqué »4 dans l’histoire collective. Né durant l’entre-deux guerres, sa conscience politique se forme dès son plus jeune âge durant une période agitée par le combat antifasciste, le Front Populaire, la guerre d’Espagne puis la Résistance et la déportation. Mais c’est d’abord à travers la figure de son père, André Séguy, militant CGT cheminot5 et communiste de la première heure, que Séguy forge ses positions. La profonde affection du fils pour ce père de famille modeste, son humanisme et sens de la justice auront en effet une influence fondamentale. De même, l’ambiance familiale et le réseau militant de Toulouse, auquel la famille appartient, contribuent à le sensibiliser aux problèmes sociaux. Surtout, son rôle de résistant à l’âge de 13 ans chez un imprimeur, puis son arrestation après l’infiltration du réseau par un traitre, Georges Carton, marquent profondément le jeune Séguy. Il fait l’expérience de la barbarie dans les camps de concentration, mais aussi de la capacité des réseaux de résistance, notamment espagnols, à s’organiser au sein du camp, solidarité qui lui a permis de survivre. Profondément pacifiste, Séguy racontera son internement dans différentes écoles. À son retour au pays, il bénéficie du prestige d’être un des plus jeunes résistants déportés de France et s’engage dans la Fédération des cheminots dont il devient rapidement permanent.

3Ce court passé tout comme le respect qui en découle orientent le parcours de vie de Séguy et lui ouvrent le chemin de l’ascension comme dirigeant syndical et politique jusqu’aux années 1970. Il est ainsi élu au secrétariat fédéral puis comme secrétaire général de la Fédération CGT de cheminots, mais aussi au Comité Central du PC puis au Bureau Politique. En 1970, il devient secrétaire national de la CGT. Mais malgré l’assise populaire tant syndicale que politique de ces organisations, les difficultés sont doubles, entre, d’une part, les discriminations et répressions liées à l’instauration du Plan Marshall et à la Guerre Froide et, d’autre part, les révélations des crimes de Staline. Il faut rappeler, pour restituer le climat de l’époque en France, que depuis 1954, le défilé du 1er mai est interdit. Mais c’est bien les différentes prises de position et orientations de Séguy à cette période qui cristallisent l’image qui lui est jusqu’aujourd’hui associée : celle d’un esprit démocratique. Les révélations de 1956 le marquent en effet profondément et seront le point de départ de réflexions sur « la manière dont il fallait envisager la vie militante, le rôle de chaque individu par rapport à ses convictions » (p. 102). Après 1956, Séguy ouvre alors la CGT vers d’autres organisations, se rapproche de la CFDT, seconde organisation syndicale française, dans une tentative de créer un mouvement syndical unitaire capable d’affronter la connivence croissante entre l’État et le patronat. De plus, il oriente aussi l’organisation syndicale à renouveler son fonctionnement et exprime sa volonté d’en faire ce qu’il appelle une « grande école de démocratie » (p. 170). Enfin, son rôle est central dans l’interprétation des changements sociétaux des années 1960, ainsi que dans les grèves et les accords de Grenelle de 1968.

  • 6 Bressol Eliane, Pigenet, Michel (dir.), Histoire de La CGT, Ivry-Sur-Seine, Éditions de l’Atelier, (...)
  • 7 La charte complète se trouve en ligne. URL : http://www.ihs.cgt.fr/IMG/pdf_Charte_d_amiens.pdf
  • 8 Christofferson, Michael Scott, French Intellectuals Against the Left: The Antitotalitarian Moment o (...)
  • 9 Martinache, Igor, « Sophie Béroud, Paul Bouffartigue, Quand le travail se précarise, quelles résist (...)

4Tout au long de l’ouvrage, mais particulièrement à travers le récit des années de Georges Séguy comme secrétaire général de la CGT (1970-1992), Langeois aide le lecteur à porter un regard rétrospectif sur une particularité française de l’histoire sociale, reprise et assumée par Séguy, qui est celle de la volonté historique d’autonomie syndicale vis-à-vis des partis politiques6, affirmée dès la Charte d’Amiens de 19067 et toujours principale référence de cet espace syndical. De même, face à l’échec du programme commun, à la restructuration des bassins industriels, au chômage massif et à la progressive dissolution du bloc de l’Est, Langeois montre l’importance de Séguy pour accompagner ces transformations sociétales dont l’une des principales conséquences est justement la déstructuration des organisations collectives8. Comment maintenir l’unité du salariat ?9 L’une des nécessités que cette crise fait apparaître réside sans aucun doute pour Séguy dans la perpétuation de la mémoire syndicale française et de ses singularités. D’où la constitution, à son initiative, de l’Institut CGT d’Histoire Sociale, créé moins pour se tourner vers le passé que pour « comprendre les conditions nouvelles et innover en intégrant tout l’acquis de la classe ouvrière » (p. 240).

  • 10 George, Jocelyne, Les féministes de la CGT. Histoire du magazine Antoinette (1955-1989), Paris, Édi (...)
  • 1

5À travers cette biographie, Langeois présente au lecteur un trait majeur de l’histoire de la CGT encore assez peu étudié dans sa complexité : une organisation syndicale qui a souhaité développer très tôt une centrale soucieuse de l’expression des différentes identités du salariat en mouvement. Le monde ouvrier et celui des fonctionnaires, des employés, des intellectuels, mais aussi les colonies, les femmes, les nouveaux métiers de cadres et d’ingénieurs et les jeunes sont autant de composantes spécifiques que Séguy entend faire tenir ensemble. Il faut noter que la CGT prend sans hésiter position pour l’indépendance de l’Algérie et que Séguy, dès 1955, propose aux militants de « combattre au sein de la classe ouvrière, et jusque dans nos propres rangs, l’idéologie colonialiste » (p. 100). Concernant les femmes salariées, l’aspect avant-gardiste de la CGT, souvent méconnu, est effleuré dans le livre. Mais la lecture des travaux de l’historienne Jocelyne Georges10, qui a montré l’existence dès la fin de la seconde guerre mondiale d’un féminisme syndical au sein de la confédération, complétera utilement cette dimension11. De même, Séguy donne de l’espace aux militants CGT liés à d’autres organisations politiques que le PCF ou sans engagement politique, étant d’abord, comme Langeois entend le montrer, un syndicaliste. Enfin, l’auteur surprend, en contant l’importance que Séguy donne aux jeunes : dès 1967, il anticipe des changements et projette un grand rassemblement des jeunes pour… mai 68. Il sera, suite aux événements, remplacé par des rencontres avec les étudiants. Lorsqu’il se retire du secrétariat, son dernier mot s’adresse aux nouvelles générations : « n’hésitez pas, envahissez-nous » (p. 230). Le genre biographique privilégié par Langeois est en ce sens tout à fait adapté à la conception collective d’un tel militant, puisqu’il permet un dialogue entre la singularité d’un individu et son insertion sociale.

Haut de page

Notes

1 Hobsbawm, Éric, L’âge des extrêmes. Histoire du court XXe siècle, Paris, Complexe/Le Monde diplomatique, 1999.

2 Séguy, George, Ce que la vie m’a appris, Ivry-Sur-Seine, Éditions de l'Atelier, 2017, 206 p. et Séguy, Georges, Résister, de Mauthausen à Mai 68, Paris, 2008, Éditions de l’Archipel, 229 p.

3 Martinache, Igor, « Christian Langeois, Henri Krasucki - 1924-2003 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012. URL : http://journals.openedition.org/lectures/9652

4 Camus, Albert, « L’artiste et son temps », Conférence prononcée en Suède le 14 décembre 1957, disponible dans Camus, Albert, Discours de Suède, Paris, Gallimard, 1997, 96 p.

5 Sur l’importance du syndicalisme cheminot en France, voir par ailleurs Chevandier, Christian, Cheminots en grève ou la construction d’une identité (1848-2001), Paris, Maisonneuve et Larose, 2002.

6 Bressol Eliane, Pigenet, Michel (dir.), Histoire de La CGT, Ivry-Sur-Seine, Éditions de l’Atelier, 2015.

7 La charte complète se trouve en ligne. URL : http://www.ihs.cgt.fr/IMG/pdf_Charte_d_amiens.pdf

8 Christofferson, Michael Scott, French Intellectuals Against the Left: The Antitotalitarian Moment of the 1970's, Berghahn Books, 2004.

9 Martinache, Igor, « Sophie Béroud, Paul Bouffartigue, Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009. URL : http://journals.openedition.org/lectures/848.

10 George, Jocelyne, Les féministes de la CGT. Histoire du magazine Antoinette (1955-1989), Paris, Éditions Delga, 2011. George, Jocelyne, Caron-Leulliez, Marianne L'accouchement sans douleur. Histoire d'une révolution oubliée, Paris, Les Éditions de l'Atelier, 2004.

11Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annabelle Bonnet, « Christian Langeois, Georges Seguy, Syndicaliste du XXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 17 août 2018, consulté le 17 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25577

Haut de page

Rédacteur

Annabelle Bonnet

Doctorante en sociologie à l’EHESS, Paris. Ses domaines de recherche portent sur la sociologie des intellectuels, l’histoire des femmes et du genre, l’histoire de la philosophie, la théorie sociale et l’étude des mouvements sociaux.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page