Navigation – Plan du site

Sylvain Piron, L’occupation du monde

Léonard Amossou Katchekpele
L'Occupation du monde
Sylvain Piron, L'Occupation du monde, Bruxelles, Zones Sensibles, 2018, 237 p., ISBN : 978-2-930601-33-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Carl Schmitt écrit : « Tous les concepts prégnants de la théorie moderne de l’Etat sont des concept (...)
  • 2 Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, suivi d’autres essais, Paris, Gallimar (...)

1« Tous les concepts prégnants de la théorie économique moderne sont des concepts théologiques sécularisés »1. Cette paraphrase du fameux dit de Carl Schmitt, où l’économie est ici substituée au politique, pourrait constituer une façon utile de résumer le livre de Sylvain Piron, la comparaison s’arrêtant là. Dans une autre mesure, on pourrait le lire comme un déploiement de la thèse de l’éthique protestante de Max Weber2 (voir chap. VI) à la différence que Piron élargit l’horizon historique plus loin que le XVIe siècle, à tout le second millénaire, pour scruter, « à la lumière des conséquences climatiques de la révolution industrielle », les conséquences de l’influence de la théologie sur l’économie.

2Ces comparaisons visent à montrer que la thèse de l’ouvrage ne souffre aucune obscurité : « Il reste un impensé théologique au cœur de la raison économique ». Ce reste théologique, qu’il s’agit ici de penser, expliquerait pourquoi, en dépit de la catastrophe écologique qui se profile à l’ère de l’Anthropocène, devant un monde ruiné par nos rêves de croissance, nous n’arriverions pas à échapper au discours hégémonique de l’économie. Si la thèse est claire, les chemins empruntés pour en faire la démonstration, à force de trop longs « détours », ne laissent pas d’étonner et de questionner sur la pertinence de la démarche.

3En effet, l’ensemble du livre déploie une érudition et une culture impressionnantes. Mais le foisonnement de certains chapitres semble quelquefois éloigner du sujet ou le retarder inutilement. Ainsi du chapitre II consacré à la révolution culturelle américaine des années 1970 et à la conscience écologique qui s’y noue après que l’introduction et le chapitre premier y aient déjà sensibilisé ; du troisième chapitre qui offre une lecture croisée et inattendue d’Ivan Illich, Michel Houellebecq et Marcel Gauchet pour décrire les formes du « désir d’artifice » qui habite la modernité et interroger à nouveau, toujours sans début de réponse, s’il n’y a pas là « le fruit tardif d’une ecclésiologie cachée » (p. 94) ; du chapitre VI qui offre de très belles pages, par ailleurs très bien informées, sur la quête du Jésus historique, et sur Weber pour revenir au désir d’artifice (la « cage d’acier »)… Mais le lecteur est soulagé de constater que l’auteur le reconnaît lui-même parfois et précise en conclusion avoir écrit un livre « ornithorynque », croisant plusieurs espèces et qui ne laisse donc pas d’aise à son lecteur.

  • 3 Lynn White, Jr, « The historical roots of our ecologic crisis », Science, 10 mars 1967, p. 1203-120 (...)

4L’on pourrait toutefois lui trouver une excuse : en fait, face à la gravité des questions écologiques, c’est à un projet de refondation globale qu’il appelle et l’on peut raisonnablement imputer ces désagréments à la grandeur de l’ambition. Refondation d’abord au niveau des manières habituelles de découper l’histoire, en rapport notamment aux temps dits modernes qui auraient « surgi » à l’encablure des XVIe et XVIIsiècles. Relisant de façon critique l’article fondateur de Lynn White, Jr3, qui proposait déjà de déplacer le curseur de l’ébranlement des temps modernes au Moyen âge central, le chapitre premier justifie la prise en compte d’un temps long, notamment tout le second millénaire, pour la compréhension de notre présent.

5Lorsqu’ils évitent de sombrer dans une apocalyptique pure et simple, la majorité des essais sur la crise écologique pèchent, pour paraphraser Gramsci, par le pessimisme du diagnostic et l’optimisme de la solution : c’est à l’homme coupable des errements que l’on confie la solution des problèmes qu’il a engendrés et qu’on l’accuse de ne visiblement pas savoir affronter… L’originalité de notre auteur consiste, pour échapper à ce piège, à ouvrir des champs dans un espace qui paraît pourtant « occupé », à vaincre l’impression de fin de l’histoire, en explorant en médiéviste quelquefois doublé d’anthropologue, ces époques ou ces espaces « qui ne sont obscurs qu’en raison de notre ignorance ou de notre paresse intellectuelle » (p. 47). On l’a vu dans sa façon de décloisonner les découpages de l’histoire. Mais cette modification des repères historiques demande également une « conversion intellectuelle d’un nouveau genre », une « décolonisation mentale », pour prendre en charge une nouvelle appréhension du monde, de l’histoire et de l’homme.

  • 4 Nécessité qui commande aussi Jean-François Gossiaux, Les débris épars du progrès. Évolutionnisme vs (...)
  • 5 Dipesh Chakrabarty, Provincialiser l’Europe. La pensée postcoloniale et la différence historique, P (...)

6Aussi la démarche des chapitres IV et V consiste-t-elle, d’une part à réviser nos catégories de pensée4, mais surtout, de l’autre, pour reprendre un titre célèbre, à provincialiser l’Europe5, à montrer que « le style de pensée occidental ne constitue qu’une modalité parmi d’autres » (p. 101). Mais la dynamique postcoloniale va encore plus loin : l’auteur estime certes que l’Occident n’est qu’une modalité de la pensée et de l’habitation du monde, à côté par exemple, des maories, mais il avance aussi que, dans un sens restreint, la notion d’occident n’a elle-même jamais concerné qu’une frange de l’Occident, sur sa partie ouest, « comme ce qui se soustrait à l’empire » (p. 117). La mise en lumière de ce caractère « polycentrique » de l’Occident fonctionne donc comme une critique de fond : d’autres manières d’envisager le monde sont possibles, tant à l’extérieur de l’« empire » (les maories) qu’à l’intérieur (les communes italiennes du Moyen-âge, ou Notre-Dame des Landes). En mettant en évidence la possibilité d’autres occidents (« le décentrement n’a pas forcément besoin d’exotisme. Il peut également passer par l’examen de différences qui nous séparent de nous-mêmes », p. 8), il devient alors possible de dégager l’historicité de cet Occident qui s’est imposé à la terre entière et dont l’œuvre est résumée dans le titre comme L’occupation du monde, avant de saisir ce que celle-ci doit à la pensée théologique du long second millénaire.

7La notion d’occupation du monde est une trouvaille intéressante qui concentre l’ensemble des thèmes parcourant ce livre. Qu’il s’agisse de l’occupation militaire des terres, de leur appropriation juridique par des propriétaires (occupatio en droit romain), de l’ascèse monastique en vue du salut, ou enfin, dans une perspective métaphysique, de l’extension sans fin qui finit par buter sur ses propres limites – dans occupation, c’est l’anglais business qu’il faut entendre. L’économie ne quitte donc pas l’horizon puisqu’il s’agit de saisir comment a été dévolu à sa toute puissance, le pilotage des sociétés « sorties de la religion ».

8Jusqu’au chapitre VII, le rapport de la théologie à cette histoire n’apparaît pourtant que par touches : l’auteur évoque la notion de valeur (p. 11), l’altérité entre le monde créé et son créateur et l’altérité fondamentale que cela induit dans le rapport de l’homme à la nature (p. 38, 45), la tension entre la destinée extra-mondaine du sujet chrétien et une occupation dans l’intra-mondain (cf. Weber) qui finit par noyer l’otium dans l’occupatio, de celle du « moine égyptien, occupé à tresser jour et nuit des nattes de roseaux, jusqu’à l’addiction au travail des cadres contemporains, incapables de se déconnecter de leurs réseaux, ou au besoin d’activités qu’il faut proposer aux touristes et aux enfants pour occuper leurs loisirs » (p. 15-16).

9En ouvrant le traité De contractibus de Jean de Olivi (1248-1298), le chapitre VII commence à donner corps à ces idées disséminées ici et là dans le reste de l’ouvrage. L’essor urbain, et donc marchand, du XIIIe siècle poussant les confesseurs et, par leur intermédiaire, les théologiens à penser l’économie naissante aurait contribué à une réflexion de fond sur la moralité des contrats. Cela montre encore une fois qu’il n’y a d’économie concevable que dans un monde déjà occupé juridiquement. Ancré dans ce moment historique et mû par la conviction chez Olivi que l’appât du gain n’est pas un vice mais « une condition normale de la vie sociale dans des collectivités marquées par le péché originel » (pour des personnes qui, plus est, ne choisissent pas de suivre les conseils évangéliques à l’instar des Spirituels franciscains), le traité élabore un certain nombre de concepts qui sont destinés à une grande postérité, selon Piron. Olivi exprime, notamment, des opinions fortes sur la détermination de la valeur des biens, l’utilité, la rareté, la justification du profit, y compris du profit sur un prêt d’argent, dans le contexte d’une condamnation de l’usure, en élaborant des concepts comme le risque, l’incertitude, le « capital », etc. Mais on le voit encore ici, aucun de ces concepts n’est « directement » théologique. Qu’ils émergent de débats théologiques est encore moins certain. D’ailleurs, de l’aveu de Piron, le De contractibus serait moins un livre de théologie qu’un « ouvrage de pensée politique appliquée » et, « à l’exception de la prohibition de l’usure (…), la théologie n’est pas directement concernée par les sujets abordés » (p. 176). Le statut de la théologie dans l’hypothèse s’avère donc incertain.

  • 6 Ce point a été établi par un théologien dont les travaux on fait date en milieu anglo-saxon : John (...)

10Le dernier chapitre revient néanmoins sur la question de la valeur des biens, pour montrer que les modèles théoriques de l’équilibre des prix supposent toujours « un point de vue de surplomb, celui d’un commissaire priseur qui guide la coordination des agents vers une situation d’équilibre » et qui expliquerait que les économistes, se plaçant à ce point de vue, s’accordent une puissance quasi divine6. Cela n’était pourtant pas le point de vue des « économistes » scolastiques, convaincus que « la détermination des prix ne relèvent pas d’une science divine mais de “savoirs d’opinion”, variables, incertains… » : le retour à leur pensée pourrait donc faire office d’une possible « critique de l’économie politique ». Mais ici encore, la thèse se brouille : faut-il remonter de l’an mil pour trouver les racines de notre malaise actuel ou pour y quêter les moyens d’en découdre ? Ou les deux ? Il faut l’avouer : l’ornithorynque n’a pas livré tous ses secrets. Et sans doute faudra-t-il attendre, pour lever certains énigmes, le second volume annoncé par de nombreux renvois, et pour lequel celui-ci peut paraître comme une (trop) longue introduction.

Haut de page

Notes

1 Carl Schmitt écrit : « Tous les concepts prégnants de la théorie moderne de l’Etat sont des concepts théologiques sécularisés », Théologie politique, trad. JL Schlegel, Paris, Gallimard, 1988, p. 46.

2 Max Weber, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, suivi d’autres essais, Paris, Gallimard, 2003.

3 Lynn White, Jr, « The historical roots of our ecologic crisis », Science, 10 mars 1967, p. 1203-1207.

4 Nécessité qui commande aussi Jean-François Gossiaux, Les débris épars du progrès. Évolutionnisme vs anthropologie, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, 2016. Voir sur Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/20968.

5 Dipesh Chakrabarty, Provincialiser l’Europe. La pensée postcoloniale et la différence historique, Paris, Amsterdam, 2009. Sylvain Piron l’évoque pour indiquer sa propre démarche (p. 8).

6 Ce point a été établi par un théologien dont les travaux on fait date en milieu anglo-saxon : John Milbank, Theology and Social Theory, Londres, Blackwell, 1990, chap. 2. Il y soutient que la théorie de la « main invisible », par exemple, est une sécularisation de l’idée chrétienne de Providence. Pourtant, en théologien, il s’est permis d’ajouter que, si cela relevait de la théologie, il ne pouvait s’agir que d’une théologie hérétique. Ce qui est un jugement de valeur que ne peut se permettre l’historien. Mais alors, c’est le statut de la « théologie » qui devient, chez ce dernier, indiscernable. Il en existe une traduction française : Théologie et théorie sociale, Paris-Genève, Cerf-Ad Solem, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léonard Amossou Katchekpele, « Sylvain Piron, L’occupation du monde », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 20 août 2018, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25599

Haut de page

Rédacteur

Léonard Amossou Katchekpele

Docteur en théologie catholique de l’Université de Strasbourg. Ses recherches, selon une perspective de théologie systématique, portent la théologie politique et sur les enjeux de la théologie en condition postmoderne et postcoloniale.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page