Navigation – Plan du site

Christian Langeois, Georges Séguy, syndicaliste du XXe siècle (1927-2016)

Sophie Devineau
Georges Séguy, syndicaliste du XXe siècle (1927-2016)
Christian Langeois, Georges Séguy, syndicaliste du XXe siècle (1927-2016), Ivry-sur-Seine, Éditions de l'Atelier, 2018, 286 p., ISBN : 978-2-7082-4534-1.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Christian Langeois, Marguerite : Margueritte Buffard-Flavien, Cherche Midi, 2009 ; Henri Krasucki, (...)

1« Georges Séguy » est le nouvel opus de la série de biographies de résistants et résistantes que nous offre à lire depuis plusieurs années Christian Langeois1. Bien plus que de simples récits personnels romancés, ces ouvrages s’intéressent à une histoire très précisément documentée ouvrant sur la grande histoire, nationale et internationale avec comme point commun une mine d’informations précises et concrètes donnant chaire aux événements les plus difficiles à concevoir comme la guerre et la déportation.

2Mais la vie de Georges Séguy traverse le siècle et va ainsi être empreinte de nombreux moments marquants, qu’i s’agisse de Mai 1968 ou encore de l’accès au pouvoir de la gauche, jalonnée aussi par les nombreuses grèves qui racontent les luttes incessantes du mouvement ouvrier pour défendre de meilleures conditions de travail et l’assurance de droits sociaux inscrits dans le programme national de la résistance.

3La ligne de fond qui court à travers les différents ouvrages, quatre au total, suit la question de l’engagement. On est ainsi touché par la force de ces parcours exemplaires qui pourtant se donnent à voir dans une très grande simplicité. Il faut y entendre sans doute la pudeur des expériences extrêmes et cette nouvelle figure du paysage syndical et politique français ne déroge pas à cette qualité.

4S’il était une leçon que l’on pourrait tirer de ces lectures et de celle-ci en particulier, elle porterait certainement sur la puissance des utopies qui l’emporte à chaque occasion sur la petitesse des sentiments fatalistes et résignés. Ces hommes et ces femmes nous parlent d’un monde à construire lorsque tout paraît impossible et perdu dans la guerre ou dans l’adversité patronale. Ils et elles se dressent et opposent un Non, fier et décidé à la soumission à l’ordre établi du pouvoir de l’argent ; l’antidote est efficace.

5Ce qui est édifiant par dessus tout, c’est le collectif, sa puissance d’organisation et finalement sa capacité à produire de l’engagement individuel autant que de la résistance collective. Dans ces vies, et dans celle de Georges Séguy bien sûr, on rencontre toujours un groupe, un syndicat, un parti, l’ensemble balisant ces destins hors normes. De ce point de vue, l’auteur articule habilement le souci historiographique à celui plus sociologique des conditions d’une action. L’analyse fine des dispositions à l’action syndicale et politique au sens bourdieusien court tout au long de ces biographies où la famille mais encore le syndicat, le parti constituent le creuset sociologique de solides convictions et d’un habitus de classe dont la marque de fabrique est la solidarité. Précisément pour Georges Séguy, outre le parti communiste et la CGT, le modèle paternel d’engagement va jouer fortement et durablement.

6Dans cet ensemble, la vie de Georges Séguy en fait un personnage de roman dont la singularité réside dans sa précocité : il a toujours incarné le plus jeune, résistant, responsable syndical et politique, dirigeant syndical de la CGT. Il est en phase avec cette jeunesse qui justement symbolisera le mouvement de Mai 68 puis l’avènement d’une société nouvelle.

7En somme c’est l’histoire de la CGT et du parti communiste français que restitue l’auteur en relatant les moments clés d’une vie de dirigeant syndical affrontant des périodes politiques de rupture ou réactivant des idéaux en termes de salaire ou de temps de travail qui diffusent largement dans la société tout entière. Les rapports de force propres à chacun des moments relatés sont un guide utile pour juger des avancées sociales chèrement conquises. En effet, de manière vivante on a le sentiment d’assister à la dynamique sociale et ses négociations au plus haut niveau qui réservent ses suspens et ses surprises.

8L’appel des cent pour la paix et la fondation de l’institut de recherches sociales (IRS) en 1981 parachèvent cette trajectoire hors du commun qui témoigne d’une personnalité foncièrement positive et tournée vers l’action pour le progrès de l’humanité.

9Il faut saluer ici l’entreprise de l’auteur qui fait œuvre utile pour la mémoire ouvrière en évitant l’écueil de l’hagiographie plate et sans intérêt. Il n’élude pas les doutes, les contradictions ni ne minore les difficultés propres à ces degrés de responsabilités. Le relevé chronologique étayé par des sources dûment référencées en fin d’ouvrage n’est pas le moindre intérêt de ce récit historiquement solidement charpenté.

Haut de page

Notes

1 Christian Langeois, Marguerite : Margueritte Buffard-Flavien, Cherche Midi, 2009 ; Henri Krasucki, 1924-2003, Cherche midi, 2012 ; Mineurs de charbon à Auschwitz, Jawischowitz 15 août 1942-18 janvier 1945, Cherche Midi, 2014 ; Les chants d’honneur. De la chorale populaire à l’orchestre rouge. Suzanne Cointe (1905-1943), Cherche Midi, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Devineau, « Christian Langeois, Georges Séguy, syndicaliste du XXe siècle (1927-2016) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 20 août 2018, consulté le 17 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25613

Haut de page

Rédacteur

Sophie Devineau

Sociologue, DySolab, Université de Rouen Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page