Navigation – Plan du site

Arnaud Dubois, Jean-Baptiste Eczet, Adeline Grand-Clément, Charlotte Ribeyrol (dir.), Arcs-en-ciel & couleurs. Regards comparatifs

Thibault De Meyer
Arcs-en-ciel et couleurs
Arnaud Dubois, Jean-Baptiste Eczet, Adeline Grand-Clément, Charlotte Ribeyrol (dir.), Arcs-en-ciel et couleurs. Regards comparatifs, Paris, CNRS, coll. « Bibliothèque de l'anthropologie », 2018, 301 p., ISBN : 978-2-271-11942-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Julia Epstein & Mark Greenberg, “Decomposing Netwon’s Rainbow”, Journal of the history of ideas, 45 (...)

1Dans son Opticks publié en 1704, Isaac Newton (1643-1727) proposait une explication optique de l’arc-en-ciel. Les rayons de la lumière du soleil sont réfractés par les gouttelettes de pluie comme dans un prisme, un instrument dont il avait fait des démonstrations publiques dès 1672. En fonction de l’angle de réfraction, les rayons de certaines longueurs sont bloqués, ne laissant alors passer que les rayons produisant chez l’observateur la perception d’une couleur particulière. S’il donne à l’arc-en-ciel tant d’importance dans son traité destiné au grand public (publié en anglais, contrairement aux Principia), c’est probablement parce qu’il s’agit d’un objet aux connotations culturelles et religieuses qui lui conféraient une force rhétorique indéniable1. Ce sont justement les diverses significations de ce phénomène atmosphérique, dans des contextes culturels variés, qu’examinent les douze contributions de l’ouvrage Arcs-en-ciel & couleurs.

2L’explication newtonienne est présentée dans l’introduction sans faire l’objet d’un chapitre à part entière. Elle n’en constitue pas moins un point de comparaison pour la plupart des contributions. Newton figure ainsi de manière centrale dans le chapitre de Marie Parmentier qui cite la définition proposée par un dictionnaire standard japonais de l’arc-en-ciel (nisi) ; celui-ci est caractérisé comme un phénomène à « sept couleurs ». Après avoir cité les couleurs (rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet), l’auteure ajoute qu’il s’agit d’un « héritage manifeste du choix de Newton » (p. 45). Or, malgré la définition scientifique donnée à l’arc-en-ciel, le mot lui-même s’écrit en japonais avec un idéogramme se référant aux animaux. Parmentier propose, à partir de cet étonnement, un parcours historique passionnant où le statut de l’arc-en-ciel jalonne entre explications animistes (l’arc comme serpent) et explications positivistes. À l’ère meiji (1868-1912), au moment de la modernisation du Japon, les manuels scolaires critiquaient ouvertement toutes traces des « croyances populaires ». Cependant, de nos jours encore, note l’auteure, il est déconseillé de pointer un arc-en-ciel au Japon, de peur que le doigt soit mordu, ce qui montre que les aspects culturels de ce phénomène naturel ne disparaissent pas complètement avec la diffusion des explications scientifiques.

3Le chapitre d’Adeline Grand-Clément à propos de la Grèce antique part également du contraste entre le statut littéraire et le statut philosophique de l’arc-en-ciel. Elle tente notamment d’expliquer les deux passages où Homère mentionne ce météore en le décrivant de manière monochrome et en comparaison avec des serpents. Dans le deuxième passage, dans le chant XVII de l’Iliade, l’arc-en-ciel sert de comparatif au vêtement que porte Athena lorsqu’elle réveille les soldats. Dans ce passage, l’arc-en-ciel est pourpre, ce qui peut sembler curieux comme description. Cependant, comme l’indiquait déjà William Gladstone en 1858, cette couleur est surtout porteuse de signification affective, elle ne sert pas de descriptif visuel dans l’épopée homérique. En effet, le pourpre est chez les Grecs symbole de richesse et d’autorité. Par ailleurs, la méthode même pour créer le pourpre -- extraire le suc d’un coquillage et le mélanger à de la laine -- rappelait le caractère instable de l’arc-en-ciel ; avant de devenir pourpre, le suc passe par de nombreuses étapes chromatiques intermédiaires. En contraste, les philosophes, Xénophane (570-475 av. J.-C.) et Aristote (384-322 av. J.-C.) entre autres, décrivent l’arc-en-ciel comme étant tricolore. Cette opposition à la tradition littéraire était probablement ressentie et recherchée par les philosophes qui voulaient proposer une description naturelle de ce phénomène, sans faire intervenir de forces divines. Lorsqu’ils listent les couleurs de l’arc-en-ciel, les philosophes tentent de se défaire des connotations affectives attribuées à celles-ci, à l’inverse donc des poètes.

4Plusieurs autres chapitres portent sur l’arc-en-ciel dans des cultures non européennes. Sylvie Donnat explique qu’en Égypte il n’y a que très rarement des arcs-en-ciel, de là l’absence de mention de ce météore dans l’Antiquité égyptienne. L’auteure consacre une grande partie de son chapitre à mettre en doute l’interprétation de certains commentateurs qui ont vu des mentions de l’arc-en-ciel dans des passages où il est question de soleil coloré ou de ciel voûté. Donnat ajoute cependant qu’un autre phénomène atmosphérique coloré était important pour les Égyptiens, à savoir l’aube embrasée qui représentait le retour d’un nouveau jour. Dans leur contribution, Anne-Caroline Rendu Loisel et Lorenzo Verderame montrent qu’en Mésopotamie, la forme voûtée de l’arc-en-ciel était plus importante que ses couleurs. Chez les Nahuatl, explique Élodie Dupey Garcia, les représentations de l’arc-en-ciel doivent être mises en rapport à leur conception du vent, les deux phénomènes marquant respectivement le début de la saison sèche et l’arrivée des pluies saisonnières. Se basant sur un terrain ethnographique, Jean-Baptiste Eczet présente l’importance des vaches et de leurs couleurs pour les Mursi d’Éthiopie. Les individus sont nommés d’après des couleurs qui font référence aux robes bovines. Dans ce contexte, pour les Mursi, l’arc-en-ciel et ses multiples couleurs représentent la communauté, l’ensemble des couleurs-individus. La première de couverture est illustrée par la reproduction réalisée par Arnaud Dubois des dessins de l’arc-en-ciel que huit personnes du détroit de Torres, entre la Papouasie-Nouvelle-Guinée et l’Australie, ont peints à la demande de l’anthropologue britannique William Rivers (1864-1922). Dans son chapitre, Dubois analyse les considérations sur les représentations chromatiques en anthropologie au tournant du XXe siècle.

5François Jacquesson discute de l’arc-en-ciel dans l’art chrétien occidental. L’auteur montre que le choix et l’ordre des couleurs de l’arc-en-ciel, mais aussi des orbes entourant les personnages religieux, servent à marquer la proximité ou la distance de Dieu. Ce chapitre constitue une charnière entre les travaux portant sur les représentations dans une aire culturelle de l’arc-en-ciel et les quatre chapitres qui portent sur la place de l’arc-en-ciel dans les œuvres d’artistes particuliers : Charlotte Ribeyrol discute les œuvres de John Ruskin (1819-1900) et Oscar Wilde (1854-1900), Jean-Loup Korzilius interprète un tableau de John Constable (1776-1837), Ivonne Manfrini souligne l’importance des arcs-en-ciel dans les œuvres des frères Dinos et Jake Chapman (nés respectivement 1962 et 1966), Barbara Turquier analyse le clip publicitaire Rainbow Dance de Len Lye (1901-1980).

6Chaque contribution présente une manière dont des sociétés ou des artistes ont conçu l’arc-en-ciel. Malgré le réductionnisme newtonien, ce météore reste un objet convoité par les artistes et riches en constructions culturelles. En plus de la rigueur de la recherche à la base de chaque chapitre et de la rédaction impeccable de ceux-ci, le livre est accompagné de près de cinquante planches colorées qui augmentent indéniablement la qualité de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Julia Epstein & Mark Greenberg, “Decomposing Netwon’s Rainbow”, Journal of the history of ideas, 45 (1), 115-140, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault De Meyer, « Arnaud Dubois, Jean-Baptiste Eczet, Adeline Grand-Clément, Charlotte Ribeyrol (dir.), Arcs-en-ciel & couleurs. Regards comparatifs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 26 août 2018, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25629

Haut de page

Rédacteur

Thibault De Meyer

Doctorant au département de philosophie à l’Université de Liège.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page