Navigation – Plan du site

Sofia Tchouikina, Les gens d’autrefois. La noblesse russe dans la société soviétique

Stéphane Olivesi
Les gens d'autrefois
Sofia Tchouikina, Les gens d'autrefois. La noblesse russe dans la société soviétique, Paris, Belin, coll. « Contemporaines », 2017, 326 p., traduit du russe par Karine Guerre et Katia Pichugina, préface de Nicolas Werth, ISBN : 978-2-410-00552-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Édition originale : Dvorianskaia pamiat’ : « byvchie » v sovetskom gorode (Leningrad, 1920-30 gody) (...)

1L’ouvrage de Sofia Tchouikina Les gens d’autrefois1 traite d’un objet quelque peu méconnu pour ne pas dire ignoré : la noblesse russe ayant vécu (ou survécu) durant les premières décennies d’édification de la société soviétique. Loin des clichés sur les russes blancs, chauffeurs de taxi à Paris ou promeneurs sur la Côte d’Azur, l’auteure porte un éclairage précieux et précis sur le devenir de cette population composite qui ne bascula pas uniformément et mécaniquement dans une opposition frontale au processus révolutionnaire.

2La première explication esquissée réside dans l’hétérogénéité relative de cette classe sociale qui représentait avant la Grande Guerre environ 1 % de la population russe, soit 1,9 millions d’individus. À cette population de base, la propagande soviétique ajoutera ultérieurement 2 à 3 millions de personnes (fonctionnaires, militaires et grande bourgeoisie) pour désigner ces élites sous la dénomination de « gens d’autrefois ». Cette hétérogénéité résultait de différences historiques et sociales (noblesse héréditaire - princes, comtes, barons - par opposition à une noblesse « personnelle » plus récente), mais aussi de différences économiques et culturelles croissantes en raison des transformations de la société, survenues au fil de la seconde moitié du XIXe siècle. Ainsi la petite noblesse rurale se différenciait davantage par son mode de vie de l’aristocratie princière que de la paysannerie avec laquelle elle partageait une partie de son quotidien ; et, dans les villes, la noblesse urbaine, éduquée, exerçant des professions libérales, se confondait en partie avec la bourgeoisie. Un deuxième facteur réside dans les désordres de l’histoire et les aléas des trajectoires individuelles au sein d’une société déstructurée par les désastres de la Grande Guerre, puis la (ou les) Révolution de 1917 et la guerre civile. Nombreux décès survenus durant la guerre (les officiers « nobles » ne furent pas épargnés durant les premières années du conflit), émigration de familles entières quand cela était encore possible, exfiltration d’individus par des organisations de l’ancien régime, errance territoriale après 1917 pour éviter les zones de conflits, pour se dissimuler aussi, rendirent les destinées individuelles de ceux qui restèrent en Russie pour le moins chaotiques et sans véritable principe autre que celui de survivre. Enfin, face à ce chaos, certains – et il semblerait que les qualités sociales aient joué un rôle déterminant dans ce cas - perçurent dans le parti bolchévique un moyen pour limiter l’ampleur de ce même chaos et régénérer la société. Ils y apportèrent leur soutien, comme le révèlent des témoignages rapportés, mêlant pragmatisme, opportunisme et adhésion au nouveau régime.

3Mais comment « les gens d’autrefois » se sont-ils fondus dans cette nouvelle société qui les rejetait, les condamnait, les utilisait et les persécutait plus ou moins gravement selon les périodes ? Comment ont-ils survécu, participé même à l’édification d’une société socialiste qui faisait pourtant d’eux la lie de l’humanité ? Comment ont-ils aussi cherché à perpétuer certaines coutumes et, paradoxalement, à s’uniformiser pour ne pas encourir trop de risques tout en conservant une partie irréductible de leur identité déchue, tel un trésor caché ? C’est à ces questions directrices que l’ouvrage s’attèle, mobilisant de nombreux témoignages, récits de vie, généalogies de familles.

4L’intérêt de l’ouvrage ne se résume donc pas à ses seuls apports historiographiques. Il convie le lecteur à une réflexion sociologique sur les destinées collectives et individuelles de ces gens, autrefois élites, devenus parias. Le processus ne s’apparente nullement à un simple déclassement et c’est ce qui fait d’ailleurs l’intérêt de son étude. Il éclaire la violence des rapports de classe quand celle-ci n’est plus endiguée, régulée, pacifiée mais véritablement libérée par le processus révolutionnaire.

5La population étudiée, c’est-à-dire « les gens d’autrefois », apparaît dotée de ressources inégalées, y compris dans une société qui ne reconnaît aucun de ses titres et aucune de ses anciennes ressources symboliques ; ces dernières apparaissant dès lors comme des signes d’une appartenance à la classe sociale honnie. « Spécialistes bourgeois », ils vont dans un premier temps bénéficier de la mansuétude toute relative du nouveau régime qui ne pourra se dispenser totalement de leurs compétences pour l’économie vacillante et pour l’armée rouge. Une décennie après la Révolution d’Octobre, sous Staline, ces mêmes « spécialistes bourgeois », ingénieurs, scientifiques, officiers ne bénéficieront plus de la même mansuétude et beaucoup périront après avoir servi le nouveau régime. Discriminés à l’embauche et dans l’accès aux études, stigmatisés par la presse, durement persécutés de manière cyclique (notamment durant le premier plan quinquennal entre 1928-1932, puis après 1935 et, surtout, au moment des grandes répressions de 1937-1938), devant dissimuler leurs origines et travestir leur identité, les gens d’autrefois durent mobiliser non seulement les quelques ressources encore exploitables dont ils disposaient mais toute leur ingéniosité pour s’adapter et survivre.

6Parmi ces ressources, outre de discrètes solidarités mondaines, l’éducation (connaissance des langues notamment) et la capacité à se repositionner professionnellement dans un contexte de transformation du monde du travail et, en son sein, des professions leur permirent de se métamorphoser en travailleurs soviétiques. L’auteure montre qu’en dépit de pertes considérables, pertes des proches (parents et amis), pertes matérielles de tous les biens mais aussi pertes sous l’angle du niveau de vie, certains « réussirent » leur reconversion et devinrent des cadres de la société soviétique. Les gens d’autrefois parvinrent même à être prédominants dans certains secteurs de la société (culturel, artistique, scientifique) et certaines institutions, expliquant en partie la résurgence des campagnes de presse les dénonçant et les persécutions, soutenues par une partie de la population, dont certains continuèrent à être victimes.

7Sofia Tchouikina montre l’importance des catégories stigmatisantes utilisées par la propagande au moyen desquelles cette population fut à la fois construite, mise en visibilité et persécutée. La presse la présentait sous les traits de « bourges », « d’éléments oisifs », « d’issus des ci-devant » ou, plus positivement, comme « spécialistes » ou « membres de l’intelligentsia», invitant à la vigilance contre cet ennemi (de classe) de l’intérieur. Indirectement, l’ouvrage éclaire par contrecoup les difficultés du régime à créer une nouvelle élite et à fabriquer l’homme soviétique, authentique prolétaire aux compétences culturelles et professionnelles inégalées, devant supplanter ces gens d’autrefois.

8L’auteure montre aussi comment le nouveau régime parvint à dissiper progressivement la mémoire de l’ancien régime, notamment au moyen de l’école qui fit l’objet de purges aux tournants des années trente et devint un levier de l’acculturation soviétique. Outre le remplacement des enseignants jusqu’alors restés en poste par des enseignants-prolétaires souvent peu aptes à la tâche, outre la sélection et la promotion d’élèves et d’étudiants issus du prolétariat, la nécessité pour les citoyens de parler de soi dans les termes même de la propagande n’incitait guère les parents, issus de la noblesse ou des élites d’autrefois à évoquer un passé qui aurait fait courir de grands risques à eux-mêmes comme à leurs enfants. Aussi de nombreux descendants des gens d’autrefois ont-ils longtemps ignoré des pans entiers de leur propre histoire familiale, voire leurs origines nobles qui ne seront, pour certains, que redécouvertes récemment. Cela dit, les nobles dans les années 1920 et 1930, s’ils dissimulaient à leurs enfants certains éléments de leur passé, cherchaient contradictoirement à les doter de ressources leur permettant de s’adapter au nouveau régime et à conserver ce qui faisait leur supériorité de classe d’antan. Les bonnes manières étaient encore inculquées au sein d’une sphère privée réduite par les injonctions du régime (avec notamment les célèbres appartements communautaires) mais aussi partiellement reconstituée au moyen de la perpétuation de sociabilités distinctives. Leurs enfants pouvaient ainsi éprouver à la fois un sentiment d’appartenance à une sorte de communauté informelle, sans véritable existence sociale, et de distance à l’égard de la vie publique, faite d’ignorance plus que de mépris à l’égard du nouveau régime.

9Cette immersion dans un monde aujourd’hui oublié livre quelques enseignements d’une portée qui dépasse le seul objet étudié. D’abord, ce sont les rapports de classe qui sont scrutés sous l’angle de l’appartenance des agents à une classe sociale, de leur implication sur leur destinée, de leur identité individuelle et collective ; ces rapports le sont aussi sous l’angle de la domination d’un groupe sur un autre et de ce qu’implique une telle domination en temps « normal » comme dans le cadre d’un processus révolutionnaire qui consiste précisément à renverser ces mêmes rapports de classe, mettant ainsi au jour les ressorts intimes de la domination sociale. L’ouvrage éclaire également les rapports que nouent les individus aux institutions et à la société dans laquelle ils vivent, sous l’angle des transformations de soi qui sont parfois requises pour s’adapter, s’ajuster et ainsi survivre en situation d’anomie. Enfin, loin des évocations romancées de la Révolution d’Octobre et des lectures centrées sur quelques figures mythiques, l’auteure nous invite à comprendre la révolution au sens de la transformation des rapports de classes, pour une société et dans la durée, en s’émancipant de l’écume des événements, en restituant le vécu d’individus confrontés aux mutations des structures sociales, en cernant les implications de tels bouleversements sur leur vie et sur leur identité.

Haut de page

Notes

1 Édition originale : Dvorianskaia pamiat’ : « byvchie » v sovetskom gorode (Leningrad, 1920-30 gody), Sankt-Peterburg, EUSP Press 2006, 259 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Olivesi, « Sofia Tchouikina, Les gens d’autrefois. La noblesse russe dans la société soviétique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 26 août 2018, consulté le 17 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25636

Haut de page

Rédacteur

Stéphane Olivesi

Professeur Université Paris-Saclay, Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page