Navegación – Mapa del sitio

Nicolas Hossard, Magdalena Jarvin, C'est ma ville. De l'appropriation et du détournement de l'espace public

Myriam Houssay-Holzschuch
C'est ma ville
Nicolas Hossard, Magdalena Jarvin (dir.), C'est ma ville. De l'appropriation et du détournement de l'espace public, L'Harmattan, col. « Dossiers sciences humaines et », 2005, 284 p., @ean : 9782747590778.
Inicio de página

Texto completo

1Depuis quelques années, l'espace public est une notion explorée, partagée et discutée par les différentes sciences sociales, non sans certaines ambiguïtés. L'une d'entre elles a été la façon de placer le regain d'intérêt pour cette notion au cœur des débats sur les transformations de la ville contemporaine : face aux dynamiques de ségrégation, de fragmentation, de privatisation identifiant des villes « post-modernes » tournées vers le consumérisme du mall à l'américaine, l'espace public, héritier à la fois de l'agora grecque et du forum romain, incarnerait la « vraie ville ». Une ville inspirée par les analyses de Wirth et de Weber, fondatrice de la démocratie, lieu d'échange, de rencontres impromptues et de mixité sociale. L'espace public serait alors un remède à tous les maux, sociaux comme spatiaux.

2De telles apologies tombent souvent dans une seconde ambiguïté, celle de la définition même de l'espace public. En effet, les différentes disciplines intéressées par la notion lui donnent parfois des sens différents : ils vont d'un sens purement métaphorique, l'espace public habermassien comme sphère du débat public, à un sens juridique et urbanistique strict, lié à la propriété foncière et concernant alors rues, places et parcs.

3L'ouvrage dirigé par Nicolas Hossard et Magdalena Jarvin s'inscrit, lui, dans une acception explicite et pragmatique de l'espace public : c'est « l'espace à l'usage de tous », « fréquentable par l'ensemble de la population » (p. 21). Il s'agit donc de lier un espace concret et des pratiques sociales s'y déroulant, ou, selon les termes de l'introduction de l'ouvrage, de définir « le cadre physique comme un espace social » (p. 21) dans une optique héritée d'Henri Lefebvre. Pour cela, C'est ma ville ! regroupe vingt-deux études de cas, principalement axées sur des villes françaises. Quelques contributions apportent un éclairage comparatiste, en s'intéressant à des villes nord-américaines (l'inévitable Los Angeles et Mexico), européennes (Manchester et Bucarest) et africaines (Tunis, Constantine et Yaoundé). Cette richesse est complétée par une réelle multidisciplinarité : les auteurs, chercheurs confirmés ou doctorants pour la plupart, viennent de la sociologie, de la science politique, de la géographie, de l'art ou de l'histoire de l'art, de l'anthropologie, de l'histoire, de l'urbanisme et de l'architecture. La genèse de cet ouvrage aux multiples facettes ne nous est cependant pas restituée, et c'est dommage.

4L'introduction de sept pages permet d'identifier une série d'oppositions, voire de contradictions dialectiques, qui servent à explorer l'espace public. La première tourne autour de la notion même de publicité, définie donc pragmatiquement : cet espace accessible à tous est à la fois collectif et individuel. Il est soumis aux règles de l'anonymat, de l'inattention polie goffmanienne, mais également à un processus d'appropriation : par ses pratiques sociales et spatiales, le passant le fait sien. Il peut aller plus loin et détourner à des fins propres l'usage prescrit de cet espace public, notamment en lui donnant un autre sens. Cette dynamique d'appropriation ou de détournement rejoint alors une autre opposition, celle entre un espace public normatif, mais transgressé et subverti, à la fois espace de l'ordre établi et lieu de sa contestation. Plusieurs études de cas illustrent cet aspect : des conflits d'usages opposent ainsi skaters et promeneurs à Tours, SDF, forces de l'ordre et commerçants aux Halles ou, dans un contexte politique plus autoritaire, pouvoir en place et jeunes à Tunis.

5Cette série d'opposition constitue la structure même du livre : sa première partie analyse l'espace public « vu d'en haut », encadré par les pouvoirs publics, réglementé, objet de législations et de politiques publiques. La seconde partie s'intéresse aux actions et interactions individuelles ayant lieu dans l'espace public, construisant des espaces interstitiels « permettant aux simples résidants et passants de devenir des acteurs dans la ville » (p. 23). Qu'ils respectent les usages prescrits ou s'adonnent aux « braconnages » chers à de Certeau, leurs actions marquent la ville, avec une durée, une visibilité et une efficacité variables. En pratique, cette structure se brouille toutefois un peu car les études de cas montrent justement les négociations permanentes entre les différents types d'acteurs sur l'espace public : municipalité, professionnels de la danse et citadins lors de la Biennale de la danse lyonnaise ; municipalité, policiers corrompus et vendeurs informels à Yaoundé ; municipalité, associations, riverains à Nice ou à Paris.

6Dans ce cadre, les contributions s'intéressant à des interventions artistiques sont particulièrement bienvenues, même si elles souffrent du manque d'illustrations (annoncées sur http://www.consommations-societes.net/​, mais pas encore accessibles). La rue y devient un espace de résistance, portant l'empreinte des graffeurs, un espace sculpté par la lumière, entre matériel et immatériel, ou un espace détourné par des pratiques de contemplation.

7Individuel et collectif, anonyme et approprié, détourné, normatif et subversif, matériel et immatériel : l'espace public est donc cette chose essentiellement discutée et négociée que décrivait Isaac Joseph, le lieu de « dynamiques transactionnelles, conflictuelles et confrontationnelles » (p. 247). Par la diversité de ses points de vue et de ses études de cas, cet ouvrage en illustre bien la complexité et les hybridations qui en résultent. On peut cependant regretter en contrepoint l'absence de synthèse conclusive, qui viendrait redonner une cohérence à l'ensemble et faire le point sur les avances théoriques réelles permises par la précision des analyses de terrains.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Myriam Houssay-Holzschuch, « Nicolas Hossard, Magdalena Jarvin, C'est ma ville. De l'appropriation et du détournement de l'espace public », Lectures [En línea], Reseñas, 2006, Publicado el 24 enero 2006, consultado el 15 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/257

Inicio de página

Redactor

Myriam Houssay-Holzschuch

Maître de conférences en géographie à l'ENS LSH et Visiting Research Scholar à Syracuse University (USA).

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página