Skip to navigation – Site map

François Dubet, Trois jeunesses. La révolte, la galère, l’émeute

Claire Oppenchaim
Trois jeunesses
François Dubet, Trois jeunesses. La révolte, la galère, l'émeute, Lormont, Le Bord de l'eau, series: « CrescendO », 2018, 131 p., ISBN : 978-2-35687-583-9.
Top of page

Full text

1Dans cet ouvrage, François Dubet s’attache à retracer l’évolution des expériences juvéniles, en l’analysant à la fois comme le reflet des transformations économiques, politiques et sociales de la société française, et comme un des moteurs du changement social (par l’apparition de nouvelles valeurs et de la « culture juvénile »). Précisons d’emblée qu’il s’agit d’un court essai, synthétisant des travaux antérieurs de l’auteur et d’autres recherches en histoire et en sociologie. Mis à part cette synthèse, il ne propose pas de résultats nouveaux. Le lecteur déjà familier de l’état de la recherche en sciences sociales sur la jeunesse ou sur la structure sociale n’apprendra pas grand-chose, de même que le lecteur déjà familier de l’œuvre de François Dubet. L’ouvrage peut cependant constituer une entrée en matière intéressante et synthétique pour celui qui voudrait avoir un aperçu historique des principales mutations et évolutions de la jeunesse ; il y trouvera de nombreuses références et pistes d’analyse.

  • 1 « La jeunesse n’est qu’un mot », in Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Mi (...)
  • 2 Mannheim Karl, Le problème des générations, Paris, Nathan, 1990 (édition originale en 1928) ; compt (...)

2La ligne directrice de l’ouvrage est la tension entre l’autonomisation des jeunes et les contraintes sociales pesant sur leurs parcours personnels. C’est d’ailleurs cette tension qui est à la base de la définition de la jeunesse adoptée par l’auteur. Après avoir affirmé dès l’introduction que la jeunesse n’est pas qu’un mot, pour contredire la formule célèbre de Pierre Bourdieu1, François Dubet définit son objet d’étude par les « épreuves juvéniles » (la scolarisation, l’acquisition de l’autonomie, l’entrée sur le marché du travail, la décohabitation familiale, etc.), tout en soulignant que le contexte économique, social et politique de ces épreuves influence l’expérience qui en est faite. François Dubet reprend ainsi la définition des générations donnée par Karl Mannheim2, à savoir une cohorte marquée par un événement historique influençant de façon durable leur vision du monde. Ici, il en distingue trois, à savoir la génération des années 1960, celle des années 1980, et celle des années 2000.

  • 3 Il s’attache à montrer que le phénomène des blousons noirs et des bandes de jeunes constitue en Fra (...)

3Durant les années 1960 (« la révolte » du titre), dans un contexte de forte croissance et de bouleversements sociaux (apparition de la consommation de masse et modification de la structure sociale), l’autonomisation des jeunes est permise sur un plan objectif par l’extension de la scolarité secondaire, qui accompagne la croissance économique, et sur un plan subjectif par l’apparition d’une « culture juvénile » suffisamment répandue et homogène pour subsumer les différences sociales et donner l’impression d’une unité au groupe d’âge. Selon l’auteur, la génération des années 1960 se caractériserait par un optimisme profond, tant du point de vue des chances objectives, du fait de la croissance économique, que des valeurs et de la confiance dans l’avenir. La description de cet « optimisme » constitue cependant les pages les moins convaincantes de l’ouvrage, qui en comparaison du reste s’appuient assez peu sur des enquêtes précises et semblent surtout imprégnées de la nostalgie de l’auteur pour ses propres années de jeunesse (de son propre aveu). C’est durant ces années-là que « la jeunesse » se construit comme un acteur politique, moteur du changement social, notamment lors de Mai 68. Dans le même temps, l’auteur souligne que les barrières sociales ne disparaissent pas mais se déplacent, en particulier au sein de l’école où les différentes filières n’ont pas le même recrutement social. Pour les jeunes des catégories ouvrières, cette tension entre aspirations nouvelles et ressources limitées est donc particulièrement aiguë, même si l’auteur n’en donne pas de description satisfaisante3.

  • 4 Contrairement à ce que pourrait laisser supposer le titre de l’ouvrage, « l’émeute » ne caractérise (...)

4Durant les années 1970 à 1990 (la génération de « la galère » et de « l’émeute » du titre4), c’est la crise économique qui vient s’opposer aux aspirations d’émancipation de la jeunesse. Ses effets sont doubles : d’une part, les difficultés de l’accès à l’emploi l’emploi participent à la désynchronisation des étapes juvéniles. Par exemple, l’entrée sur le marché du travail ne s’accompagne pas forcément de la décohabitation familiale. Elles n’en sont pas le seul facteur, puisqu’y participent aussi la démocratisation des relations familiales, permettant une autonomie de l’enfant tout en restant dans le cadre d’une cohabitation prolongée, et l’allongement de la durée des études. Le temps de la jeunesse s’allonge donc à cette période. D’autre part, la ségrégation sociale et spatiale s’accentue, ce qui crée une nouvelle expérience sociale pour les jeunes des quartiers populaires : la « galère » conjugue l’exclusion économique et la dérégulation des relations sociales dans les quartiers ségrégués avec la désintégration des anciennes solidarités ouvrières et un affaiblissement du contrôle social exercé par les autres habitants du quartier sur les jeunes. Les différentes expériences juvéniles populaires de ces années-là (les émeutes urbaines, la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983) sont expliquées par la tension entre la demande de reconnaissance sociale alimentée par les promesses de l’école et de la politique de la ville et l’exclusion économique, sociale et politique qui constitue le quotidien des jeunes des quartiers ségrégués.

  • 5 Si les quelques pages discutant cette notion de ghetto et sa pertinence dans le cas français sont i (...)

5Les générations des années 2000 et 2010 (les générations du « marché », étrangement absentes du titre de l’ouvrage) voient s’approfondir l’autonomie de la « culture juvénile », par les réseaux sociaux et les nouveaux médias, ce qui renforce plus encore qu’auparavant le rôle du groupe des pairs comme instance de socialisation. Les contraintes sociales se font dans le même temps de plus en plus pressantes ; elles s’expriment dorénavant par l’obligation de réussite scolaire, dans un contexte de chômage de masse et de peur du déclassement social. Dans le système scolaire français où, à la différence d’autres pays développés, le diplôme initial détermine grandement la trajectoire professionnelle, la compétition scolaire encadre fortement les expériences juvéniles. La reproduction sociale passe donc désormais par la capacité des jeunes les mieux dotés culturellement à conjuguer à la fois l’excellence scolaire et l’injonction à l’autoréalisation de soi. À l’autre opposé du spectre des expériences juvéniles, les jeunes des quartiers populaires voient leur vie ponctuée par les discriminations de toutes sortes, et la relégation dans des quartiers que l’auteur qualifie de ghettos urbains5.

  • 6 Galland Olivier, Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin, 2007 ; compte-rendu de Julian Deva (...)

6En creux du récit historique effectué par François Dubet se dessinent deux évolutions de fond qui traversent ces trois générations. Premièrement, l’émergence d’une socialisation proprement juvénile, au sens où le temps de la jeunesse s’allonge (la désynchronisation des étapes de la jeunesse analysée par Olivier Galland6) et où les jeunes disposent de plus en plus de ressources sociales et culturelles en dehors de la famille : la « culture juvénile » apparue dans les années 1950 et 1960, les médias destinés au public jeune (radios, émissions télé, publications, musiques, films…), le groupe de pairs, etc. Deuxièmement et conjointement, l’individualisation : les jeunes sont de moins en moins soumis à l’injonction de reproduire les rôles et identités parentales, et de plus en plus à l’injonction d’autonomisation et d’autoréalisation (ce qui ne signifie pas la fin de la reproduction sociale, au contraire). Celle-ci se manifeste dans les relations familiales, mais aussi dans la compétition scolaire et dans la sphère professionnelle ; cette injonction marque de plus en plus les expériences juvéniles, qu’il s’agisse de ceux sur qui elle fait peser le poids de l’échec, ou de ceux qui parviennent à se maintenir aux bonnes places sociales. L’ouvrage se finit de ce fait sur un appel à un changement de politique de la jeunesse, soutenant cette autonomisation des jeunes autrement que par les aides familiales qui demeurent de puissants facteurs d’inégalités.

Top of page

Notes

1 « La jeunesse n’est qu’un mot », in Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984.

2 Mannheim Karl, Le problème des générations, Paris, Nathan, 1990 (édition originale en 1928) ; compte-rendu de Samuel Coavoux pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/6081.

3 Il s’attache à montrer que le phénomène des blousons noirs et des bandes de jeunes constitue en France un mythe plus qu’une réalité, mais ne propose pas de description alternative de l’expérience juvénile ouvrière ; plus exactement, il s’appuie alors sur deux enquêtes effectuées à la fin des années 1970 et au milieu des années 1980, qui ne paraissent que faiblement pertinentes pour illustrer son propos portant sur les années 1960.

4 Contrairement à ce que pourrait laisser supposer le titre de l’ouvrage, « l’émeute » ne caractérise pas la troisième génération étudiée, mais bien la deuxième au même titre que « la galère ».

5 Si les quelques pages discutant cette notion de ghetto et sa pertinence dans le cas français sont intéressantes, reprenant les analyses de Didier Lapeyronnie et de Jacques Donzelot, il est étonnant de ne pas voir cité Loïc Wacquant (Parias urbains. Ghetto, banlieues, État, Paris, La Découverte, 2006 ; compte-rendu de Sylvia Faure pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/299), ne serait-ce que pour en discuter les conclusions : Loïc Wacquant considère en effet, à l’opposé de François Dubet, que le terme de ghetto n’est pas pertinent pour décrire la situation française, celui-ci renvoyant à une ségrégation raciale quel que soit le milieu social tandis que la ségrégation en France s’effectue sur une base sociale.

6 Galland Olivier, Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin, 2007 ; compte-rendu de Julian Devaux pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/6043.

Top of page

References

Electronic reference

Claire Oppenchaim, « François Dubet, Trois jeunesses. La révolte, la galère, l’émeute », Lectures [Online], Reviews, 2018, Online since 29 August 2018, connection on 18 June 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/25989

Top of page

About the author

Claire Oppenchaim

Professeure agrégée de Sciences économiques et sociales. Ancienne élève de l’ENS de Lyon.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page