Navigation – Plan du site

Jean et Lucien Sève, Capitalexit ou catastrophe

David Noël
Capitalexit ou catastrophe
Jean Sève, Lucien Sève, Capitalexit ou catastrophe. Entretiens, Paris, La Dispute, 2018, 192 p., ISBN : 978-2-84303-293-6.
Haut de page

Texte intégral

1Philosophe marxiste à l’œuvre foisonnante, Lucien Sève, qui a quitté le Parti communiste français (PCF) en 2010, reste un observateur attentif de la vie politique, proche des ex-« refondateurs communistes » dont il a été longtemps le plus éminent théoricien. Ecrit dans la foulée de l’élection présidentielle de 2017, où Jean-Luc Mélenchon a obtenu près de 20 % des voix, le livre d’entretiens qu’il vient de publier avec son fils Jean Sève, agrégé d’histoire, va bien au-delà d’une réaction à l’actualité immédiate, esquissant les contours d’une force politique nouvelle capable de faire advenir le communisme du XXIe siècle que les auteurs appellent de leurs vœux. L’ouvrage de Jean et Lucien Sève se compose de sept conversations entre le père et le fils qui paraîtront sans doute au lecteur artificielles dans leur forme. D’accord sur tout, Jean et Lucien Sève se complètent plus qu’ils ne se répondent, se félicitant au passage l’un l’autre de leur lucidité respective dans leurs précédents ouvrages, ce qui ne manquera pas d’amuser – ou d’agacer – le lecteur.

2Dès leur première conversation dans laquelle ils explicitent le titre de leur ouvrage, Jean et Lucien Sève placent leur discours sous le signe de l’urgence. Capitalexit ou catastrophe est un clin d’œil à la formule de Rosa Luxemburg « socialisme ou barbarie » ; si les auteurs se revendiquent totalement de la « visée » communiste, ils regrettent que le mot de communisme soit disqualifié et c’est pour « dire dans un vocabulaire aujourd’hui audible, et […] suggestif […] la vérité neuve du propos » qu’ils emploient le néologisme de « capitalexit » (p. 24). Pour Jean et Lucien Sève, la sortie du capitalisme est une nécessité urgente, tant le système capitaliste, décrit comme à bout de souffle et en crise, conduit l’humanité à une double catastrophe, écologique et anthropologique, les travailleurs étant toujours plus pressurés, précarisés et déshumanisés. Sévères avec le Parti communiste français et la France insoumise (FI), les deux auteurs reprochent à ces formations politiques de ne pas prendre la mesure de l’agonie du capitalisme et de ne présenter qu’un catalogue de propositions réformistes incomplètes qui ne visent pas à l’édification d’une société communiste qui devrait pourtant être au cœur du projet politique des forces anticapitalistes.

3Les potentialités d’un futur alternatif sont pourtant présentes aujourd’hui dans les pays développés d’Europe occidentale où le salariat, dans sa diversité, a succédé au prolétariat ouvrier de l’époque de Marx et Engels et préfigure déjà la société sans classes sociales qui pourrait advenir une fois renversé le système capitaliste. Les auteurs citent par exemple le statut des fonctionnaires et la sécurité sociale, mise en place par le ministre communiste Ambroise Croizat, mais ils évoquent aussi le covoiturage et les SCOP comme autant de points d’appui pour sortir d’une société basée sur le marché et le taux de profit. De fait, pour Lucien Sève, « une part de demain existe dès aujourd’hui, fût-ce en négatif, ainsi avons-nous dit que la société sans classes est en un sens déjà là dans la massive généralisation du salariat, elle est l’inévitable production du capital lui-même, elle n’est donc pas à imaginer arbitrairement dans un programme, mais à repérer et à cultiver rationnellement dans une pratique » (p. 96).

4La quatrième conversation de Jean et Lucien Sève est consacrée à la question révolutionnaire. Pour les auteurs, il s’agit de faire « la révolution tout autrement ». Tous deux rejettent catégoriquement la révolution insurrectionnelle sur le modèle d’octobre 1917, qui n’a pu aboutir que dans des pays encore peu développés, dans des contextes particuliers (première guerre mondiale pour la Russie, seconde guerre mondiale pour la Chine, guerre de décolonisation pour le Vietnam…) et a donné naissance à des régimes autoritaires et répressifs. En effet, une telle façon de concevoir la révolution est totalement périmée pour les sociétés occidentales contemporaines. Pour autant, les auteurs condamnent avec vigueur le réformisme social-démocrate.

5Jean et Lucien Sève entendent promouvoir un « réformisme révolutionnaire » compris comme la conquête d’une hégémonie culturelle rendant irrésistible la mise en place de réformes de nature révolutionnaire. La loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’État, la mise en place de la Sécurité sociale à la Libération, la loi Veil sur l’interruption volontaire de grossesse ou encore la réduction du temps de travail à 35 heures sont autant d’exemples de réformes révolutionnaires qui ont pu voir le jour parce que leurs défenseurs avaient remporté la bataille idéologique.

6La cinquième conversation est consacrée à la critique en règle des organisations de la gauche française. Jean et Lucien Sève passent rapidement sur l’aile gauche du parti socialiste et ses solutions keynésiennes jugées insuffisantes ; plutôt bienveillants à l’égard des écologistes qui ont su mettre leurs préoccupations au cœur du débat public ainsi qu’envers les trotskistes auxquels ils reprochent toutefois leur incapacité à élaborer une stratégie créative, en dépit d’un positionnement politique très juste, Jean et Lucien Sève réservent l’essentiel de leurs critiques, qu’ils veulent fraternelles, au PCF et la FI. La subjectivité de Lucien Sève, marquée par son combat de trente ans pour refonder le PCF de l’intérieur, se ressent ici plus fortement qu’ailleurs lors qu’il écrit que « nul rafistolage n’est plus désormais possible […] dans ce parti en proie à la mort » (p. 123). Pour les auteurs, la forme même du parti politique est périmée pour cause de verticalité, mais celle d’un mouvement politique comme la France insoumise ne les convainc pas. Jean et Lucien Sève reprochent au mouvement de Jean-Luc Mélenchon une personnalisation excessive et une conception de la révolution comme révolution citoyenne et électoraliste, laissant de côté la question de l’appropriation des moyens de production et donc du communisme.

  • 1 Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne, créée en 1998

7Ni mouvement, ni parti, la construction politique de type nouveau que promeuvent les auteurs ressemblerait à une fédération de collectifs thématiques – sur le modèle de l’association ATTAC1 – chargés chacun dans un domaine de conquérir l’hégémonie culturelle sur la question du salaire à vie, de la sécurité emploi formation, de la création d’un pôle public bancaire, de l’extension de la gratuité des transports en commun, du contrôle citoyen des médias, de l’Europe ou encore de la paix et de la sécurité collective… Jean et Lucien Sève ont déjà un nom à proposer pour cet objet politique novateur, détaché de tout électoralisme : il pourrait s’appeler l’IC, pour Initiative communiste ou Initiative Capitalexit.

8Si les premiers chapitres de l’ouvrage peuvent globalement convaincre le lecteur quand Jean et Lucien Sève démontrent l’entrée du capitalisme dans sa phase terminale et l’urgence à formuler des propositions radicalement révolutionnaires, les pistes de campagnes pour les collectifs thématiques imaginées par les auteurs n’ont rien de neuf et figurent d’ailleurs toutes dans les programmes respectifs du Parti communiste et de la France insoumise. Dès lors, la seule nouveauté réside dans la proposition de dépasser la « forme parti » et la « forme mouvement » dans une fédération de collectifs thématiques, autrement dit un mouvement sans personnalisation autour d’un leader et sans focalisation sur les élections. Pas sûr que l’ouvrage de Jean et Lucien Sève puisse clore le débat sur cette question.

Haut de page

Notes

1 Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne, créée en 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Noël, « Jean et Lucien Sève, Capitalexit ou catastrophe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 05 septembre 2018, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26188

Haut de page

Rédacteur

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, doctorant en histoire contemporaine, centre Georges Chevrier, UMR 7366, université de Bourgogne, et membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’APHG.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page