Navigation – Plan du site
Sociologie de l'obésité

Sociologie de l'obésité

Jean-Pierre Poulain, Sociologie de l'obésité, PUF, coll. « Sciences sociales et sociétés », 2009, 360 p., EAN : 9782130553137.
Notice publiée le 21 avril 2010

Présentation de l'éditeur

Qualifiée d'" épidémie mondiale " par l'Organisation mondiale de la santé, l'obésité n'a cessé ces dernières années de mobiliser le milieu médical, de questionner les différentes instances scientifiques, d'interpeller le monde politique et de faire à intervalle régulier les grands titres des médias. Ses conséquences sont en effet multiples, tant sur le plan strictement sanitaire qu'économique ou social. Mais les dimensions sociales de l'obésité ne se réduisent pas à ses déterminants, sociaux : niveaux et modes de vie, discriminations et stigmatisations dont sont victimes les personnes en surpoids ou encore normes et modèles d'esthétique corporelle. Pour dépasser l'apparente et souvent aveuglante évidence problématique du corps obèse, il convient de prendre en compte les controverses scientifiques qui traversent cette question afin de mettre au jour les jeux de concurrence et les stratégies conflictuelles entre acteurs du système médical, de l'agroalimentaire, de l'industrie pharmaceutique, des médias et des différents ministères concernés. A travers l'obésité, ce sont bien les relations entre science, culture et société qui sont interrogées. Une fois les conditions de sa thématisation contemporaine analysées, il est possible de revenir à la question centrale de ce livre : quels peuvent être les apports des sciences sociales à la compréhension et à la prise en charge de ce sujet devenu " de société " ?

Haut de page

Notes de la rédaction

Une réponse de l'auteur

Un auteur se réjouit toujours lorsqu'un de ses livres a suscité assez d'intérêt pour qu'un collègue lui consacre le temps de le lire et d'écrire un compte rendu de lecture. Merci à Marion Blatgé pour ses commentaires et ses analyses qui contribuent à la diffusion des idées et à leur nécessaire mise en débat. Comme son texte se termine sur des questions et que le site Liens Sociaux en offre la possibilité, il me semble nécessaire d'ajouter quelques mots qui pourraient se révéler utiles à d'éventuels lecteurs.

Questionner l'ambition d'un travail et tenter de vérifier qu'il a bien atteint l'objectif qu'il s'était assigné est une démarche légitime. Elle vaut pour un livre, un article, une thèse, un compte rendu de lecture... Ce livre est marqué par une ambition, problématique et programmatique. Il tente de montrer en quoi l'obésité est une question sociale. Ce faisant, il organise des connaissances disponibles et en apporte de nouvelles produites par l'auteur dans le cadre de plusieurs programmes de recherche. Il tente aussi de problématiser la question depuis les sciences sociales. Compte tenu de l'ampleur du problème de santé publique qu'est l'obésité, -probablement une des plus grandes épreuves de modestie scientifique qu'ait à affronter la communauté médicale -. il ne peut y avoir d'ambition à l'exhaustivité, pas même programmatique, même si sur ce plan nous espérons avoir fait des avancées et suggéré des pistes de travail pour les sciences sociales.

La seconde question de Marion Blatgé : sociologie de l'expertise ou sociologie des sciences ? Il s'agit d'une sociologie des connaissances scientifiques sur l'obésité ou dans une formulation plus actuelle, d'une sociologie des sciences de l'obésité dont l'un des horizons est une réflexion sur les rôles de la sociologie et des sociologues dans la construction et l'évaluation des politiques publiques en matière de lutte contre le développement de l'obésité.

La démarche adoptée est explicitée dans la seconde partie et s'inscrit dans la perspective du "programme contextualiste modéré" défendu par Jean Michel Berthelot dans ses derniers ouvrages (notamment le livre posthume publié récemment par les PUF sous le titre L'emprise du vrai). Elle partage avec le "programme fort" de David Bloor et Barry Barnes ou avec l'Empirical Program of Relativism de Harry Collins ou encore avec l'approche de l'école Latourienne, la volonté de ne pas en rester au projet mertonien d'analyse de l'influences extérieures au monde scientifique sur le fonctionnement de la science. Elle fait le projet "d'ouvrir la boîte noire conceptuelle" des sciences de l'obésité, pour reprendre une expression de Harry Collins. Mais notre posture accorde une place importante à l'approche épistémologique et prend quelques distances avec le relativisme radical.

Ainsi la seconde partie de sociologie de l'obésité développe-t-elle une double approche. Tout d'abord une histoire de la construction des concepts qui contribuent à rendre visible et à définir le problème de l'obésité ainsi qu'à penser des solutions techniques. Puis une analyse des controverses scientifiques qui traversent ce champ scientifique : nombres de morts attribuables à l'obésité, impact économique, influence sur l'espérance de vie. Celles-ci se posent en lieu de lecture et de compréhension des enjeux économiques, sanitaires, scientifiques, politiques qui sous-tendent l'obésité. Elles donnent à voir les acteurs et leurs logiques d'action ainsi que les intérêts qui se déploient dans l'arène sociale et politique de l'obésité. Une partie du livre certes un peu technique et qui suppose une certaine fréquentation de la "culture indigène" de l'univers scientifique considéré.

Il ne s'agit donc ni d'une relativisation du problème de l'obésité, ni de sa réduction aux influences des divers lobbies qui pèsent sur sa construction et derrière lesquelles s'abritent des intérêts économiques très importants. Ce double travail est posé comme un préalable à l'analyse des politiques publiques en matière d'obésité et à la formulation des possibles contributions des sciences sociales.

Sans doute l'impasse faite par l'auteure du compte rendu de lecture sur l'analyse des controverses ne lui a pas facilité la compréhension de la suite de l'ouvrage. Ces quelques remarques n'ont d'autres buts que d'indexer ce livre sur certains de ses arrières plans théoriques et d'inviter à sa lecture.

Jean Pierre Poulain, Certop UMR 5044, Université de Toulouse 2 CNRS

Haut de page