Navigation – Plan du site

Loïc Ballarini, Céline Ségur (dir.), Devenir public. Modalités et enjeux

Timothée Mucchiutti
Devenir public
Loïc Ballarini, Céline Ségur (dir.), Devenir public. Modalités et enjeux, Paris, Mare et Martin Editions, coll. « Media critic », 2017, 192 p., ISBN : 978-2-84934-288-6.
Haut de page

Texte intégral

1La définition du concept de « public.s » relève des pratiques sociales. Cet ouvrage ambitionne de participer à la définition du « devenir public », autrement dit du processus de « publicisation », car « le “public” n’est pas un donné en soi, en antécédence ou en extériorité aux performances qui le visent : il se “publicise” à travers la “publicisation” d’un problème social ou d’une mesure politique, d’une œuvre théâtrale ou d’un programme télévisuel – en “publicisant” du coup des manifestations de plaisir et de critique, de soutien et de désaveu, de honte et d’indignation, de justification et de dénonciation. Il se “publicise” dans l’arène des multiples conflits sociaux, débats parlementaires et combats judiciaires, disputes philosophiques et controverses scientifiques, guerres de plume et batailles de mots que suscite un événement » (Cerfaï et Pasquier cités par Ballarini et Ségur, p. 11).

2Différentes disciplines sont mobilisées dans cet ouvrage pour appréhender et comprendre ce « devenir public » : anthropologie, sciences de l’information et de la communication, philosophie et sociologie, entre autres. Le livre se divise en deux parties. La première réunit des contributions théoriques et empiriques qui s’intéressent au processus de « publicisation ». La seconde partie rassemble des contributions qui étudient plus particulièrement les modes de constitution du public de différents dispositifs médiatiques (presse écrite, radio, télévision).

  • 1 Habermas Jürgen, L’espace public, Paris, Payot, 1993.
  • 2 Habermas Jürgen, Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard, 1987.

3Loïc Ballarini ouvre une « boîte noire » dans sa contribution en proposant une relecture du concept d’espace public développé par Jürgen Habermas dans deux de ses ouvrages majeurs, L’espace public1 et Théorie de l’agir communicationnel2. Le philosophe allemand propose deux définitions, incompatibles, de l’espace public dans son ouvrage éponyme. La première répond à une démarche scientifique. Elle correspond à la « sphère publique bourgeoise » des XVIIe et XVIIIe siècles, c’est-à-dire au rassemblement en un public de personnes privées qui, pour s’opposer au pouvoir en place, fait un usage public du raisonnement. La seconde résulte d’un jugement moral ou d’un modèle normatif et non d’une démarche d’investigation historique, c’est l’« idéal d’une discussion d’intérêt général fondée sur l’échange rationnel d’arguments » (p. 25), qui aurait connu son apogée au XVIIIe siècle. On ne peut de ce fait parler d’espace public au sens de Jürgen Habermas sans préciser à quelle définition on fait référence. Dans Théorie de l’agir communicationnel, Jürgen Habermas approfondit sa définition de l’espace public en assimilant l’activité humaine à une activité de communication. Ainsi, ce ne serait pas le travail mais le langage qui structurerait nos sociétés. Un langage qui serait naturellement tourné vers l’intercompréhension. Or, selon Loïc Ballarini, le langage n’est pas un instrument de communication neutre et les rapports sociaux ne sont pas des rapports pacifiés, mais au contraire des rapports de force : « la société est rapports de force, habillés de langage » (p. 32). Loïc Ballarini formule alors quatre propositions pour sortir des impasses habermassiennes : refuser toute idée d’un âge d’or de l’espace public ; considérer l’espace public comme le creuset de la formation des opinions personnelles et non d’une unique opinion publique ; admettre qu’il existe des espaces publics locaux et conversationnels plutôt qu’un espace public universel et médiatique ; envisager ces espaces publics comme les produits de l’action de sujets insérés dans des rapports sociaux et non comme un ensemble figé de règles autorisant seulement un certain type d’actions.

4Emmanuelle Simon, dans une contribution intitulée « Les échanges en ligne de femmes africaines francophones confrontées à l’infertilité », s’intéresse aux usages sociaux des forums de discussion relatifs aux questions de santé sur Internet. Pour ce faire, l’auteure analyse le fil de discussion ivoirien d’un forum réservé aux femmes enceintes. . En publicisant sur ce fil une situation d’infertilité dans leur couple, ces femmes cherchent à s’informer auprès de leurs pairs des pratiques médicales dans tel établissement de santé et à se rassurer sur leur parcours de patiente. La publicisation de ce problème aurait pour conséquence, d’une part, un rééquilibrage de la relation d’asymétrie entre la patiente et son médecin et, d’autre part, la reconfiguration des rapports matrimoniaux locaux. Le partage d’une identité et de l’objectif de maternité, vécue comme une nécessité sociale, participe au « faire public » de ces femmes africaines.

5Smaïn Laacher et Cédric Terzi rendent compte du processus de publicisation des revendications politiques des citoyens tunisiens l’occasion de la révolution de 2010-2011. Les opposants au régime de Ben Ali publicisent alors leurs protestations à travers plusieurs trois phénomènes : l’appropriation d’une identité collective (les symboles nationaux) et de l’espace urbain (les rues et les places) ; la multiplication des initiatives collectives plus ou moins instituées (la création d’associations et de partis politiques) ; l’expression et la mobilisation via les réseaux sociaux (la diffusion d’images). Néanmoins, le potentiel de publicisation ainsi ouvert a également mis en exergue, à la chute du régime du président, la profonde division de la société civile tunisienne entre deux camps irréductiblement opposés quant à la formulation des enjeux politiques du pays. Cette situation invite, selon les auteurs, « à penser le public comme un potentiel qui se réalise par l’institutionnalisation du conflit » (p. 60).Vincent Goulet étudie la façon dont certains médias de gauche révolutionnaires se sont institués en « meneur » de foules au cours des derniers siècles, en se constituant un public particulier, populaire et engagé. Il rend compte de trois expériences médiatiques françaises : celles des journaux Le Père Duchesne (XVIIIe siècle) et Le Cri du Peuple (XIXe siècle), ainsi que celle de la radio libre Lorraine Cœur d’Acier (XXe siècle). Dans la publicisation des problèmes sociaux rencontrés par les milieux populaires, ces médias ont eu recours à des techniques telles que l’usage à outrance au parler populaire (Le Père Duchesne) ou la participation des publics à la production du message (Lorraine Cœur d’Acier), qui ont favorisé la constitution d’un ethos commun, et ainsi leur succès auprès des classes populaires. Cependant, dès lors que la rédaction d’un média-meneur s’écarte de cette ligne (malversations politiques, changement d’orientation éditoriale), l’existence même du média peut s’en trouver compromise.

6Sébastien Mort, quant à lui, étudie « Le statut du public dans le dispositif des talk-shows radiophoniques conservateurs aux États-Unis ». Ces émissions sont ambivalentes quant au statut qu’elles attribuent à leurs auditeurs dont la participation semble être à première vue essentielle à ce format radiophonique. Ainsi, malgré les appels voire les injonctions à participer à l’émission, The Rush Limbaugh Show, talk-show le plus écouté des États-Unis, marginalise et contrôle la prise de parole de l’appelant-auditeur (22,4 % du temps moyen hebdomadaire de l’émission en avril 2010). En effet, la recherche a identifié deux types de talk-shows : des talk-back, centrés sur l’animateur, et des dial-in, centrés sur l’appelant. En outre, l’accès à la parole publique des auditeurs est instrumentalisé par le show, qui invite à souscrire à un modèle de l’auditeur conservateur davantage qu’il ne reflète la réalité des auditeurs. Autrement dit, pour les talk-shows radiophoniques conservateurs aux États-Unis « le [public] est une fiction qui répond aux besoins de l’émission » (Hartley cité par Mort, p. 150-151).

7Céline Ségur présente dans sa contribution l’évolution de la définition des publics de télévision, et plus particulièrement l’évolution des interactions sociales inhérentes à l’expérience téléspectatorielle à l’heure de la participation des individus via les réseaux socionumériques. Les publics de la télévision sont habituellement étudiés par la sociologie et les sciences de l’information et de la communication sous la focale des notions d’expérience et de performance. Les chaînes de télévision développent actuellement des dispositifs interactifs (live-tweet sur Twitter, par exemple) dont se saisissent particulièrement les téléspectateurs les plus jeunes, qui constituent un terrain propice à l’étude des expériences de public. La réception de la télévision comme expérience de sociabilité sort notamment renforcée par cette évolution des dispositifs télévisuels. En somme, celle-ci contribue au passage d’un paradigme de la réception à un paradigme de la participation et conduit la recherche à penser autrement la question des publics de télévision. Olivier Donnat propose ainsi de qualifier les téléspectateurs d’« usagers » : les individus n’assistent plus seulement à une prestation culturelle, ils en sont des acteurs.

8L’objectif que les auteurs visant à clarifier le concept de « public.s » à travers des approches autant théoriques qu’empiriques me semble atteint. Ce livre présente entre autres l’intérêt de préciser des concepts abondamment convoqués en lien avec celui de « public.s », concepts parfois vulgarisés sans les apports critiques de la recherche3. Cependant, le projet en ligne collaboratif et interdisciplinaire du Publictionnaire : dictionnaire encyclopédique et critique des publics4, auquel participent les auteurs, sous la responsabilité scientifique du Centre de recherche sur les médiations, fournira au lecteur matière à clarifier différents concepts en lien avec celui de « public.s », tels ceux d’audience, de masse, de téléspectateur, d’usager, d’opinion publique, seulement évoqués dans ce compte rendu.

Haut de page

Notes

1 Habermas Jürgen, L’espace public, Paris, Payot, 1993.

2 Habermas Jürgen, Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard, 1987.

3 Tel est le cas de l’espace public, personnellement découvert grâce à la vidéo Habermas – L’espace public – De Dicto #2, de la chaîne Politikon « qui présente des théories sociales en philosophie et sciences humaines ».

4 http://publictionnaire.huma-num.fr/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Timothée Mucchiutti, « Loïc Ballarini, Céline Ségur (dir.), Devenir public. Modalités et enjeux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 06 septembre 2018, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26257

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page