Navigation – Plan du site

María Puig de la Bellacasa, Matters of Care

Vanina Mozziconacci
Matters of Care
Maria Puig de la Bellacasa, Matters of Care. Speculative Ethics in More Than Human Worlds, Londres, University of Minnesota Press, 2017, 265 p., ISBN : 9781517900656.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maria Puig de la Bellacasa, Politiques féministes et construction des savoirs. « Penser nous devons (...)
  • 2 Toutes les citations tirées de l’ouvrage sont traduites par la rédactrice du compte rendu.

1Après avoir publié deux ouvrages sur les épistémologies féministes, qui comptaient parmi les premiers en français sur la question1, María Puig de la Bellacasa propose un texte (re)définissant la notion de care depuis l’exigence d’une éthique pour des mondes qui ne sont pas « seulement humains » ou qui sont « plus qu’humains » [more than human worlds]. L’ouvrage, écrit en anglais – comme le prochain de l’autrice, en préparation, intitulé The Reanimation of Soils. Transforming Human-Soil Affections Through Science, Culture and Community – s’inscrit aussi bien dans l’écoféminisme que dans les éthiques du care ou dans les épistémologies du positionnement [standpoint]. Revendiquant une ambition spéculative, la réflexion n’en reste pas à une anthropologie philosophique mais cherche à développer toute une ontologie des relations solidaires entre l’humain et le non-humain, ainsi qu’entre le vivant et le non-vivant. La réflexion porte sur tout ce que nous faisons ou devrions faire pour maintenir et réparer notre monde – suivant la définition du care livrée par Joan Tronto et Berenice Fisher –, ce dernier étant composé d’êtres humains mais également « de choses, d’objets, d’autres animaux, d’êtres vivants, d’organismes, de forces physiques, d’entités spirituelles »2 (p. 1). Le titre est ainsi un jeu de mot sur le terme « matter(s) », qui désigne à la fois la préoccupation et la matière, ces deux sens étant par la suite eux-mêmes affinés en différentes acceptions.

2La pensée spéculative qui se développe dans l’ouvrage peut se définir par la volonté de croire que « les choses pourraient être différentes » ; autrement dit, il s’agit d’« une façon de penser dévouée à encourager des visions d’autres mondes possibles » (p. 110). Le levier pour envisager ces alternatives est donc le care, mais un care que l’autrice caractérise comme « subversif » [disruptive], fait d’aspérités et traversé par des tensions irréductibles, s’opposant ainsi aux conceptions qui le réduisent à un slogan réconfortant (p. 11). La théorisation se déroule en deux temps, qui correspondent à deux grandes parties : premièrement, une démarche réflexive sur la position scientifique mêlant éthique et épistémologie ; secondement, une réflexion pratique à partir de préoccupations écologiques empiriques.

  • 3 Voir par exemple Latour Bruno, « Why Has Critique Run Out of Steam? From Matters of Fact to Matters (...)
  • 4 Il est notamment fait référence à Haraway Donna, Modest_Witness@Second_Millennium.FemaleMan©_Meets_ (...)
  • 5 Oudshoorn Nelly, « Diagnosis at a Distance: The Invisible Work of Patients and Healthcare Professio (...)
  • 6 Barad Karen, Meeting the Universe Halfway: Quantum Physics and the Entanglement of Matter and Meani (...)

3La première partie interroge la place du care dans la posture scientifique, qui cherche d’abord à connaître, penser, critiquer, avant de se soucier, de se préoccuper ou de faire attention. Le premier chapitre prolonge le geste de Bruno Latour3, qui invitait à passer des questions de faits [matters of fact] aux questions préoccupantes [matters of concern] ; il s’agit d’en arriver aux questions de soin [matters of care]. Ce souci ne se limite ni aux humains, ni même aux vivants, mais porte également sur les « choses », en l’occurrence les objets et les instruments de la production de connaissance. Ce parti-pris conduit à réévaluer la place de la critique dans la théorie, critique qui peut conduire à déconstruire sans reconstruire, à adopter par là une perspective du « point de vue de dieu » qui, dans sa distance, « n’est pas impliqué ni touché par les guerres qu’il provoque » (p. 41). Introduire du care dans les STS (Science and technology studies) constituerait une exigence éthique qui vise à trouver des moyens « pour remettre des affects dans un monde objectivé » [re-affect an objectified world] (p. 64). Le deuxième chapitre, qui reprend l’ontologie relationnelle de Donna Haraway4, part de l’idée selon laquelle les relations de pensée et de connaissance sont en elles-mêmes des relations de care qui affectent toutes les autres relations. L’autrice mobilise plus largement les théories du standpoint pour penser une connaissance située [situated knowledge], c’est-à-dire engagée depuis une position déterminée et consciente de ses implications « impures ». Dans cette perspective, l’oncosouris de Harvard [Oncomouse] (souris dont le génome a été modifié par l'introduction d’un gène qui lui confère une prédisposition aux tumeurs cancéreuses, utilisée en particulier dans les recherches sur le cancer du sein) devient une créature cyborg qui interroge l’ethos désintéressé de l’observateur et qui peut devenir objet d’un souci féministe (p. 89). Dans le troisième et dernier chapitre de la première partie, Puig de la Bellacasa examine l’intérêt d’un paradigme du toucher pour penser la relation de connaissance, paradigme qui permettrait de conjurer l’univocité et la distance charriées par le modèle plus classique de la vision : toucher, c’est être touché·e. Ce modèle permet de rendre compte du fait que les dispositifs scientifiques et techniques transforment tout autant les modes de connaissance que les modes d’interaction, comme le montre l’exemple de la chirurgie à distance que l’autrice analyse en mobilisant les travaux de Nelly Oudshoorn sur la télémédecine5 (p. 109). Ce modèle est également développé à partir des thèses de la physicienne Karen Barad6, dont la notion d’intra-activité permet de penser l’idée d’un intra-toucher venant troubler la distinction sujet/objet de connaissance (p. 114).

  • 7 Stengers Isabelle, Cosmopolitics I, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2010.

4Après avoir examiné les concepts permettant de penser les connaissances technoscientifiques, l’autrice aborde, dans la seconde partie, le care dans les relations de naturecultures, suivant le mot-valise de Donna Haraway qui entérine l’inséparabilité des deux entités. Il s’agit cette fois d’un travail qui mobilise sa propre expérience : le « terrain » des pratiques liées à la permaculture, dans le chapitre IV, et la question des relations entre la terre [soil] et l’humanité, dans le chapitre V. L’autrice montre notamment que, loin d’être une idéologie du « retour à la nature », le mouvement de la permaculture constitue une « alterbiopolitique », c’est-à-dire une pratique collective qui vise à faire prospérer des bios qui ne se réduisent pas à la communauté humaine. Le mouvement est pris comme exemple paradigmatique d’une éthique natureculturelle qui vise à « décentrer la subjectivité éthique humaine en ne considérant pas les êtres humains comme des maîtres ou comme des protecteurs mais comme des participants dans le réseau des êtres vivants de la planète Terre » (p. 129). Ce décentrement se fait aussi vis-à-vis des éthiques hégémoniques – qui sont davantage des entreprises de normalisation et de légitimation des avancées scientifiques que des engagements réflexifs sur ce qui devrait être (autrement). Cela conduit l’autrice à décrire un ethos défini par un ensemble d’obligations, ou par des « contraintes » au sens où Isabelle Stengers7 utilise le terme – à savoir ce qui rend possible des pratiques, un cadre de relations donné, une « capture réciproque » (p. 153). Le dernier chapitre conceptualise la terre [soil] comme entité vivante (et non comme simple réceptacle) à partir de travaux scientifiques qui la prennent comme objet [soil science] (p. 171). Le thème des temporalités du care permet enfin de souligner le décalage qui peut exister entre le rythme propre des relations écologiques à la terre et le pas rapide de l’innovation technoscientifique. Prendre le temps du care revient alors à mettre en question les temporalités anthropocentrées qui s’apparentent à une « fuite » vers le futur.

5Ouvrage ambitieux qui vise à (re)conceptualiser le care de façon à le rendre opératoire pour penser un projet écoféministe, Matters of Care est parfois difficile d’accès – en particulier du fait de certaines notions et références postmodernes qui peuvent être un peu obscures. Plus que dans les réseaux conceptuels qu’il tisse, et qui peuvent parfois perdre la lectrice, c’est dans ses analyses à partir d’exemples et dans ses « terrains » – dans les deux sens du terme – que le texte est le plus convaincant.

Haut de page

Notes

1 Maria Puig de la Bellacasa, Politiques féministes et construction des savoirs. « Penser nous devons » !, Paris, L’Harmattan, 2013 ; Maria Puig de la Bellacasa Science et épistémologies féministes. Les savoirs situés de Sandra Harding et Donna Haraway, Paris, L’Harmattan, 2014.

2 Toutes les citations tirées de l’ouvrage sont traduites par la rédactrice du compte rendu.

3 Voir par exemple Latour Bruno, « Why Has Critique Run Out of Steam? From Matters of Fact to Matters of Concern », Critical Inquiry, vol. 30 n° 2, 2004, p. 225-248.

4 Il est notamment fait référence à Haraway Donna, Modest_Witness@Second_Millennium.FemaleMan©_Meets_OncoMouse™: Feminism and Technoscience, New York, Routledge, 1997.

5 Oudshoorn Nelly, « Diagnosis at a Distance: The Invisible Work of Patients and Healthcare Professionals in Cardiac Telemonitoring Technology », Sociology of Health and Illness, vol. 30 n° 2, 2008, p. 272-288.

6 Barad Karen, Meeting the Universe Halfway: Quantum Physics and the Entanglement of Matter and Meaning, Durham, Duke University Press, 2007.

7 Stengers Isabelle, Cosmopolitics I, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanina Mozziconacci, « María Puig de la Bellacasa, Matters of Care », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 06 septembre 2018, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26264

Haut de page

Rédacteur

Vanina Mozziconacci

Philosophe, maîtresse de conférences à l’Université Paul Valéry Montpellier, rattachée au LIRDEF (EA 3749) et associée au laboratoire Triangle (UMR 5206).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page