Navigation – Plan du site

Benjamin Boudou, Le dilemme des frontières. Ethique et politique de l’immigration

Marie Duru-Bellat
Le dilemme des frontières
Benjamin Boudou, Le dilemme des frontières. Éthique et politique de l'immigration, Paris, EHESS, coll. « Cas de figure », 2018, 263 p., ISBN : 978-2-7132-2761-5.
Haut de page

Texte intégral

1Spécialiste de science politique, Benjamin Boudou aborde frontalement dans ce livre « le dilemme des frontières », soit la tension, confusément ressentie par nombre de citoyens mais largement taboue chez les politiques, entre la vertu protectrice des frontières et leur caractère fondamentalement excluant. Qui dit frontière dit migrations, puisqu’elles sont « le lieu où se matérialise l’opposition entre l’intérieur et l’extérieur » (p. 9), et qui dit frontière dit possibilité de la franchir. Tant la délimitation de la frontière que les règles qui permettent d’en contrôler le franchissement sont des enjeux politiques de première importance. Il en va de même des tensions éthiques qui ne manquent pas de surgir, quand notre idéal d’égalité des chances se heurte à la négation de ce principe pour quiconque n’a pas la chance d’être notre concitoyen. Le livre est consacré aux controverses que suscite la question des frontières, dont l’actualité est patente, qu’il s’agisse de définir des politiques d’accueil des réfugiés ou de cerner les critères de la citoyenneté et de l’appartenance nationales.

2Dans la première partie, Benjamin Boudou explicite tout d’abord en quoi la théorie politique est une ressource précieuse pour penser le dilemme des frontières : identifiant les mécanismes du pouvoir et de la domination, elle questionne l’arbitraire des frontières et la légitimité des États-nations. L’existence de ces derniers ne prouve pas pour autant qu’ils sont « la meilleure institution possible » (p. 66) ni que les frontières nationales sont le reflet fidèle de frontières naturelles. Pour démontrer qu’elles sont des constructions sociales et politiques, un détour par la manière dont se constituent les communautés politiques est alors nécessaire.

3Loin d’être des entités naturelles, les communautés politiques naissent des interactions volontaires entre leurs membres. La « fable contractualiste » souligne le rôle du « consentement des gouvernés » (p. 74), mais elle ne considère que des individus en interaction et masque les phénomènes de pouvoir voire de domination, ainsi que l’exclusion de certains. Dans cette représentation idéalisée, les personnes consentent à la coercition de l’État parce cela les protège et « masque la violence fondatrice qui a permis la distinction entre l’intérieur et l’extérieur de la communauté, inclusion et exclusion, membres et étrangers » (p. 82). Cette vision contractualiste est en fait circulaire : « c’est en même temps que s’opère la grande division entre citoyens et étrangers et que se décident les raisons qui permettraient de justifier cette division » (p. 80).

4Dans la seconde partie, l’auteur analyse plus précisément la notion de communauté, souvent pensée de façon assimilationniste et statique : l’existence d’une communauté originelle (première) est posée et les nouveaux venus doivent s’y assimiler, la hantise étant le passager clandestin qui profiterait de la communauté sans y faire allégeance. La communauté s’arroge en quelque sorte unilatéralement le droit de dire qui en fait partie ; elle s’estime légitime à se fermer à tout étranger pour préserver son identité. Elle définit un double standard moral « où les membres ont des droits tandis que l’on accorde des privilèges aux étrangers » (p. 99). La communauté se définit de fait largement sur du non-dit, ce qui rend quasi impossible l’assimilation de ceux qui n’en sont pas, et justifie ainsi une relative fermeture des frontières. On est là face à une forme de nationalisme, fort discutable, notamment en ce qu’il postule l’existence d’une culture consistante dont les nationaux ont le monopole, une culture figée dotée d’une valeur morale atemporelle. De fait, pour cerner et mettre en exergue cette culture, il faut constamment magnifier l’opposition entre « nous » et les autres. On a donc affaire à une conception essentialiste de la communauté.

5La conception républicaine peut-elle constituer une alternative ? La liberté et la non-domination y sont cruciales… pour les citoyens du moins. Pourtant, si on prend l’exemple du « contrat d’accueil et d’intégration » qui existe en France depuis 2005, il appert que le principe de la non-domination sur les nouveaux venus passe par le consentement de ces derniers, symbolisé par un contrat qu’il leur est nécessaire de signer (pour avoir une carte de résident notamment) et qui est donc fort dissymétrique : priorité est donnée à l’adhésion passive à ce qui est donné comme un bloc de valeurs et de principes, plutôt qu’à des échanges susceptibles d’en modifier le contenu.

6Dans toutes ces conceptions, la communauté politique est censée être homogène, dotée d’une identité ethnoculturelle et d’une souveraineté à préserver à tout prix, ce qui justifie un contrôle de ses frontières. Les limites de l’argument culturel sont pourtant patentes, notamment si on se focalise sur la langue ou la religion : comment refuser alors que les Québécois, par exemple, immigrent sans problème en France ? D’autres arguments sont couramment mobilisés tels que le fait que nous sommes attachés aux institutions que nous finançons et qui produisent des biens dont nous profitons. Mais ne faut-il pas prioriser une logique de besoin sur une logique de contribution effective ? Ne dit-on pas aussi que l’essentiel, c’est que chaque être humain bénéficie des droits élémentaires du fait de son État d’origine ? Pour Benjamin Boudou, il reste que tous ces arguments, passés au crible un à un, ne permettent pas de justifier les frontières.

7L’auteur envisage alors dans la dernière partie l’hypothèse d’un monde sans contrôle des frontières. Après avoir défendu l’actualité et le caractère impératif de la notion d’hospitalité, il démontre que toute aussi impérative est l’exigence de la liberté, liberté de mouvement au premier chef, gage de notre autonomie. D’où la défense d’une ouverture des frontières, moins utopique qu’il n’y paraît si l’on songe à la libre circulation entre les pays de l’UE, dont certains ont été en conflit il n’y a pas si longtemps. La liberté de mouvement doit être défendue comme « une liberté en soi, qui ne peut être limitée que dans des cas exceptionnels où des intérêts supérieurs sont en jeu » (p. 193). Alors que les arguments de ceux qui défendent les frontières sont la préservation de l’homogénéité culturelle, le droit de propriété et la bonne marche des institutions, la question qu’il faut se poser est de savoir si l’on est « prêt à sacrifier les intérêts fondamentaux des individus à mener leur vie librement… au nom de la protection de traditions culturelles » (p. 193). Les intérêts pour la préservation de la culture ou la bonne santé de l’économie seraient ainsi jugés supérieurs à ceux de personnes qui cherchent tout simplement à s’assurer d’une vie bonne et justifieraient la coercition, voire la violence envers des êtres humains…

8Benjamin Boudou ne s’engage pas sur la défense inconditionnelle de la libre circulation, mais il insiste sur le fait qu’on est bien là face à des intérêts qui s’affrontent. Il faut comprendre que choisir ce qui semble être nos intérêts nous conduit à renoncer à des valeurs auxquelles nous tenons… chez nous ; or, on voit mal pourquoi les principes qui chez nous régissent notre fonctionnement – en particulier le droit à la libre circulation – cesseraient d’être valides au-delà d’une frontière dont nous n’ignorons pas le caractère arbitraire. L’auteur rejoint ainsi les positions de ceux qui prônent une perspective cosmopolitique, critiquant le fait que des circonstances aussi arbitraires que le pays où l’on est né puissent engendrer de si massives inégalités, ce qui fait de la citoyenneté « un équivalent moderne du privilège féodal », soit ce contre quoi nous luttons, chez nous au nom de l’égalité des chances (p. 196). Cette perspective amène à promouvoir une « nouvelle définition de la communauté politique qui permettrait […] de rendre compte de ce qui lie les membres, sans pour autant empêcher injustement les non-membres de participer » (p. 201). Les frontières de la communauté seraient en fait modulables, selon les interactions effectives et les intérêts affectés. Avec cette dernière formulation, l’auteur se centre sur le « principe des intérêts affectés » (all-affected principle), largement discuté en philosophie politique.

  • 1 Nous nous permettons de renvoyer, pour une synthèse sur ces questions, à notre essai : Marie Duru-B (...)

9Dans ce cadre, et au-delà des débats nombreux eu égard à l’applicabilité de ce principe, il est clair que « les étrangers dont les intérêts sont affectés doivent avoir leur mot à dire quant au pouvoir qui les affecte » (p. 208). Et l’auteur de prôner de garder l’esprit du « all-affected principle » pour imaginer des solutions institutionnelles, dans les instances internationales notamment : « tandis que certains appellent à l’intégration des non-humains ou des générations futures dans nos décisions politiques… précisément parce que les intérêts de la planète, des animaux ou de nos descendants sont grandement affectés par nos décisions, il est crucial de travailler à la démocratisation des frontières en représentant le mieux possible les intérêts des non-membres ou en incluant plus systématiquement les résidents étrangers » (p. 215). On regrettera peut-être que l’auteur n’ait pas le loisir de développer cette perspective, en s’appuyant davantage sur les questions de justice qui se posent nécessairement1. Quoi qu’il en soit, Benjamin Boudou présente là un ouvrage passionnant, qui articule conceptualisation rigoureuse et engagement fort, et dont les débats actuels autour de l’immigration gagneraient considérablement à s’inspirer…

Haut de page

Notes

1 Nous nous permettons de renvoyer, pour une synthèse sur ces questions, à notre essai : Marie Duru-Bellat, Pour une planète équitable. L’urgence d’une justice globale, Paris, Presses de Sciences Po, 2014 ; compte rendu de Lionel Njeukam pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/14215.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Benjamin Boudou, Le dilemme des frontières. Ethique et politique de l’immigration », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 07 septembre 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26391

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Observatoire sociologique du changement et IREDU).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page