Navigation – Plan du site

Alexandre Rios-Bordes, Les savoirs de l’ombre. La surveillance militaire des populations aux États-Unis (1900-1941)

Alexandre Labonté-Morin
Les savoirs de l'ombre
Alexandre Rios-Bordes, Les savoirs de l'ombre. La surveillance militaire des populations aux États-Unis (1900-1941), Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2018, 348 p., ISBN : 978-2-7132-2720-2.
Haut de page

Texte intégral

1Évoquant les fantasmes des romans d’espionnage et du cinéma hollywoodien, le monde du renseignement et de la surveillance reste, pour le grand public tout aussi bien que pour les chercheurs en sciences sociales, un lieu obscur et imperméable aux regards. Face à l’impossibilité de pénétrer l’intérieur de ces institutions, Alexandre Rios-Bordes propose de faire un saut dans le passé et de nous plonger dans le quotidien de ces hommes qui, à l’aube du premier conflit mondial, ont mis en place les bases de ce qui allait devenir la surveillance militaire des populations aux États-Unis. C’est par l’étude des archives militaires, « sensibles, mais pas “interdites” » (p. 20), composées d’échanges de courriers, de notes de travail, de rapports de surveillance, etc., que l’auteur entend lever le voile sur les pratiques des agents de renseignement. Bien qu’une partie des documents les plus compromettants ait fort probablement été détruite avant leur archivage, l’intérêt du livre n’en est en rien amoindri. En effet, le pari de Rios-Bordes est de reconstituer le quotidien de ces « hommes de l’ombre » afin de montrer de quelle manière et dans quel contexte historique et social cette vaste entreprise de surveillance des populations a été instaurée. La visée première de son enquête n’est donc pas la divulgation de dossiers scandaleux ou rocambolesques, mais plutôt l’étude systématique de cette « banalité bureaucratique » qui est au cœur de la pratique du renseignement.

  • 1 Débats principalement focalisés sur les limites légitimes de la surveillance et sur le respect de l (...)

2En adoptant une perspective très proche de la sociologie pragmatique, c’est-à-dire en observant les acteurs dans leurs pratiques quotidiennes, aussi routinière et insipide soient-elles, l’auteur se prête à une véritable « ethnographie rétrospective » en nous invitant à « épier ceux qui nous épient » (p. 29), décortiquant leurs méthodes d’observation et leurs techniques de production de savoirs, mais aussi en mettant en relief leurs craintes et leurs aspirations afin de reconstruire l’univers idéologique dans lequel baignaient ces agents de renseignement. Malgré l’utilisation de l’archive comme matériau de base, cet ouvrage s’intéresse moins à la dimension historique de la surveillance qu’aux rouages internes de celle-ci. S’ancrant dans le champ des surveillance studies (p. 10), l’étude de Rios-Bordes prend un certain recul vis-à-vis des débats contemporains1 « avec pour ambition de porter le fer plus loin, d’aller voir de plus près, de manière plus systématique et sur une période plus longue, comment s’effectue cette forme particulière de surveillance d’État » (p. 18). L’auteur s’efforce ainsi de montrer comment s’est tissée une vaste toile de surveillance, autour d’un projet de défense nationale, dans l’urgence de la guerre, et comment celle-ci a rapidement cherché à se pérenniser sous l’impulsion d’une vision conservatrice de la société communément partagée par ces acteurs du renseignement. Si la surveillance d’aujourd’hui n’est évidemment plus la même qu’au début du siècle dernier, l’intuition de l’auteur est que ces principaux éléments constitutifs restent « si profondément ancrés dans son dispositif qu’ils continuent pour partie d’infléchir les actions de leurs lointains successeurs » (p. 312).

  • 2 Respectivement la division du renseignement de la Marine et celle de l’Armée de terre.
  • 3 Dans la perspective de la « guerre moderne », que l’on appelle aujourd’hui « guerre totale », on en (...)

3Afin d’illustrer sa thèse l’auteur retrace l’apparition des agences militaires de l’Office Of Naval Intelligence (ONI) et de la Military Intelligence Division (MID)2 qui ont mis sur pied, dès le début du premier conflit mondial dans le contexte de la « guerre moderne »3, des moyens techniques de lutte contre l’espionnage allemand et le sabotage industriel susceptible de ruiner l’effort de guerre. Pour la première fois, la question de la population devient véritablement une problématique militaire. Les grèves, les revendications syndicales et les mouvements ouvriers sont suivis de près par les agents de renseignement, avec toujours en tête cette arrière-pensée que ceux-ci puissent être in fine motivés par un ennemi extérieur. Alors que la signature de l’armistice de 1918 aurait dû sonner le glas de cette vaste opération de surveillance, l’auteur montre comment celle-ci s’est plutôt déplacée vers de nouveaux avatars qui allaient incarner, à tort ou à raison, une nouvelle menace intérieure. La figure de l’espion ennemi cède ainsi la place à « un ensemble mal défini d’individus ou de groupes dont les activités – et bientôt les opinions – sont contraires aux intérêts de la défense nationale » (p. 45). Minutieusement détaillée par l’auteur, l’explication de ce glissement doit être recherchée du côté du positionnement sociologique des différents acteurs.

4Effectivement, bien que ces militaires se revendiquent pour la plupart comme étant apolitiques, force est de constater qu’ils appartiennent pour l’essentiel à une « aristocratie » militaire ; « l’écrasante majorité de ces officiers adhère à des opinions politico-sociales conservatrices, qui reflètent peu ou prou celles de leurs milieux sociaux d’origine » (p. 79), c’est-à-dire « des hommes blancs, d’ascendance anglo-saxonne, protestants, éduqués, issus de milieux économiquement protégés […] adhérant dans l’ensemble à des conceptions conservatrices, nativistes, nationalistes et militaristes » (p. 80). Pour Rios-Bordes, ce positionnement sociologique et idéologique explique le fait que, seulement quelques années après sa mise en place, l’activité de renseignement a quitté la sphère purement tactique et militaire pour s’intéresser à toute « corrosion idéologique » susceptible de s’attaquer à la tétralogie des valeurs clés de la société : « famille, religion, patrie, armée » (p. 294). Dès lors, ce sont non seulement les activités susceptibles de nuire à l’industrie, mais toutes les organisations suspectées de véhiculer des valeurs ou des opinions considérées comme non patriotiques (Un-American) qui font l’objet de cette surveillance. Celle-ci cible les mouvances communistes et internationalistes, les mouvements antiségrégationnistes, les groupes féministes, mais aussi les universités, perçues comme de véritables « foyers d’infection » (p. 298), ainsi que les pacifistes qui sont, pour leur part, considérés comme de véritables « idiots utiles », manipulés à leur insu par des puissances étrangères (p. 249).

5L’une des principales forces de l’ouvrage est de montrer comment le paysage politique américain a été durablement façonné par la mise en place de ces réseaux de surveillance qui ont découragé bon nombre de militants politiques de gauche et de syndicalistes de poursuivre leurs luttes, victimes de cette répression insidieuse. En analysant dans le détail les pratiques quotidiennes de ces « hommes de l’ombre », l’auteur met en évidence qu’en dépit du caractère relativement passif de la surveillance, celle-ci s’ancre bel et bien dans la trame d’une véritable « guerre idéologique » qui se joue au sein de la société américaine. L’auteur se concentre sur les méthodes de production des savoirs, c’est-à-dire sur la manière dont on produit les rapports, dont on choisit comme cibles certaines catégories préétablies plutôt que d’autres, ou encore la manière dont on renforce les soupçons ou les spéculations par l’usage d’une phraséologie officielle et d’un ton affirmatif et conclusif. En procédant ainsi, il s’inscrit à contre-pied d’une histoire des grands événements et montre comment ces réseaux de surveillance se sont construit une logique interne d’autorenforcement et d’autovalidation qui a facilité leur expansion et leur pérennisation.

6Même s’il est impossible de faire une simple transposition des pratiques d’hier dans le contexte d’aujourd’hui, l’éclairage très circonspect que propose l’auteur montre bien que l’on peut difficilement faire l’impasse sur les origines de la surveillance si l’on veut en comprendre les enjeux actuels. En ce sens, l’ouvrage de Rios-Bordes nous invite à réfléchir l’émergence et le fonctionnement interne des services de renseignement afin de rester vigilants face leurs intentions et de ne pas accepter candidement la surveillance étatique au nom d’un désir de sécurité. Malheureusement, on ne peut que regretter l’impossibilité de compléter le tableau de ces structures opaques jusqu’à nos jours étant donné leur impénétrabilité. Ce n’est en effet qu’en guise de conclusion que l’auteur se permet des remarques un peu plus spéculatives sur les décennies qui comblent l’écart entre la Seconde Guerre et le 11 septembre 2001.

Haut de page

Notes

1 Débats principalement focalisés sur les limites légitimes de la surveillance et sur le respect de la vie privée. Voir les pages 10 à 18 pour une présentation plus détaillée.

2 Respectivement la division du renseignement de la Marine et celle de l’Armée de terre.

3 Dans la perspective de la « guerre moderne », que l’on appelle aujourd’hui « guerre totale », on envisage que la victoire ne se joue pas uniquement sur le champ de bataille, mais par la mobilisation de l’ensemble des capacités de l’État.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Labonté-Morin, « Alexandre Rios-Bordes, Les savoirs de l’ombre. La surveillance militaire des populations aux États-Unis (1900-1941) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 10 septembre 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26397

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Labonté-Morin

Étudiant à la maîtrise en sociologie à l’Université de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page