Navigation – Plan du site

Bernard Lahire, L’interprétation sociologique des rêves

Mathilde Fois-Duclerc
L'interprétation sociologique des rêves
Bernard Lahire, L'interprétation sociologique des rêves, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2018, 487 p., ISBN : 978-2-7071-9866-2.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1« Lorsque les enquêtés s’endorment, les sociologues ferment les yeux » (p. 12). Bernard Lahire, lui, travaille depuis vingt ans sur ce phénomène étrange qu’est le rêve. Fascinantes mais angoissantes, les expressions oniriques ont jusqu’ici très peu été étudiées par les sciences sociales, alors que la psychologie et les neurosciences les ont placées au cœur de leurs recherches. La démarche sociologique, stimulante et nécessaire, développée par Bernard Lahire vise à comprendre « ce que nous disent ces rêves sur la vie des individus et des sociétés dans lesquelles ils vivent » (p. 12).

2Ce volume poursuit une triple ambition : d’abord, faire du rêve un objet d’étude pour les sciences sociales en montrant qu’« il n’y a dans le rêve aucun “mystère insondable” à dévoiler, aucun “secret” à déchiffrer, ni aucun “code mystérieux” qu’on pourrait prétendre craquer, mais des préoccupations existentielles qui s’expriment sous des formes différentes de celles qu’elles prennent dans des moments socialement variés de la vie éveillée » (p. 112) ; ensuite, créer une méthodologie assez rigoureuse pour relever le défi d’un objet fugace et insaisissable ; enfin, porter une position épistémologique qui, loin du « relativisme scientifique ambiant », affirme la possibilité d’un progrès scientifique depuis une approche sociologique. C’est là le premier volet, celui du « temps expérimental de l’invention théorico-méthodologique empiriquement fondée », d’un travail qui sera complété en 2019 par un second volet, dédié à l’étude systématique de corpus empiriques déterminés.

3Le cheminement théorique débute avec un état de l’art critique de différentes approches scientifiques du rêve. On trouve d’abord, au cœur de cette exploration, les travaux de la psychanalyse freudienne. Pour le sociologue, ils sont d’un intérêt théorique majeur pour la compréhension des rêves, notamment par la mise en évidence du lien entre expériences nocturnes et expériences du passé proche (le « reste diurne ») ou lointain (« l’inconscient »), ainsi que par la mise au jour des principaux procédés de production onirique (visualisation, symbolisation, condensation, etc.). Ces travaux souffrent cependant de diverses insuffisances, telles que le triple réductionnisme infantile, sexuel et événementiel qui affaiblit grandement l’interprétation, car « plutôt que vers l’explication monocausale, ce vers quoi nous devons tendre aujourd’hui, c’est un modèle pluriel des désirs socialement constitués » (p. 133) ; insuffisante également est l’idée si chère à Freud de « contournement de la censure » par le rêve, qui se révèle très paradoxale, puisqu’elle « consiste à faire de la censure un principe puissant d’explication du rêve (de la forme qu’il revêt) en tant que travestissement d’une pensée latente qui doit échapper au contrôle de la censure, lors même que les forces de la censure sont particulièrement absentes dans ces temps de communication privée, de soi à soi » (p. 235-236).

  • 1 Halbwachs Maurice, « Le rêve et le langage inconscient dans le sommeil », Journal de psychologie no (...)

4Face à cette critique d’une approche strictement psychanalytique du rêve, le deuxième chapitre affirme, contre le « réductionnisme neurobiologique », que le rêve est « une réalité individuelle intrinsèquement sociale ». Depuis les années 1950, en effet, les neurosciences caressent l’espoir de décrypter l’activité onirique par l’étude de l’activité cérébrale. Or, relève Lahire, « la connaissance de la neurobiologie de l’activité cérébrale durant le sommeil n’apporte aucune connaissance sur le rêve lui-même, ses logiques propres, ses caractéristiques et ses significations » (p. 55). En revanche, les neurosciences ont permis, entre autres apports, de montrer comment le cerveau humain se structure et s’adapte progressivement au cours de la vie en fonction des expériences vécues, confortant ainsi un certain nombre d’éléments de la sociologie dispositionnaliste. De même, les neurosciences ont confirmé, dans les années 1980, des intuitions déjà formulées par Maurice Halbwachs1 concernant certaines conditions propres à l’activité psychique en sommeil, telles que la contrainte visuelle, qui impose au dormeur de « penser en image ».

  • 2 La sociologie dispositionnaliste-contextualiste développée par Lahire depuis bientôt trois décennie (...)

5Cet état de l’art critique, qui pointe tout au long de l’ouvrage les apports mais aussi les réductionnismes opérés d’une part par la psychanalyse, d’autre part par les neurosciences, conduit et étaye la construction d’une théorie qui permet de penser le rêve comme une forme d’expression humaine parmi d’autres (comme la rêverie éveillée, l’expression littéraire, etc.). Cette théorie, « qui s’appuie sur les acquis d’une sociologie à l’échelle individuelle, ne vaut donc qu’en tant que déclinaison singulière d’une théorie générale de la pratique et de l’expression humaine » (p. 78). Définir les rêves comme des faits sociaux implique de les considérer comme des « condensés d’expériences sociales » mis en œuvre de façon involontaire sous forme de récits imagés durant le sommeil. L’interprétation sociologique des rêves devient alors possible, à condition de complexifier la formule générale d’interprétation des pratiques proposée par la théorie dispositionnaliste-contextualiste2 et de l’adapter à l’objet-rêve ainsi qu’au cadre du sommeil dans lequel le rêve se produit.

6Au fil de l’ouvrage, se déploie alors « le processus de fabrication du rêve ». Le contenu des rêves est marqué par le jeu entre le passé incorporé de l’individu, une « problématique existentielle » (l’ensemble des préoccupations, conscientes ou non, qu’affronte l’individu et qui évoluent tout au long de la vie), et des événements déclencheurs significatifs provenant du contexte ante-rêve. Lahire émet ici une hypothèse forte : « l’espace du rêve est le lieu de traitement des problèmes en cours non résolus, mais qui font écho à des situations problématiques du passé » (p. 246). Si les « schèmes oniriques » résultant de cette articulation sont souvent indéchiffrables pour le rêveur lui-même, c’est du fait des particularités du cadre du sommeil, « caractérisé à la fois par des propriétés sociales, sémiotiques, psychiques et cérébrales » (p. 280). C’est cette situation de « langage intérieur » qui explique les relâchements moraux (obscénité, violence, etc.) qui caractérisent le rêve, en l’absence d’interlocuteur et donc de jugement moral extérieur. Ainsi, « la “déformation de rêve” n’est pas “une conséquence de la censure”, mais de la communication de soi à soi » (p. 285). De même, c’est le cadre du sommeil qui explique les relâchements formels (les implicites, les passages « du coq-à-l’âne », les apparitions, disparitions et transformations des personnages et lieux, les opérations de condensation et d’hybridation de personnages, etc.) qui rendent les rêves si déroutants au réveil ; en effet, les associations par analogie et contiguïté, « formes élémentaires de la vie psychique », y fonctionnent à plein, si bien que « les expériences du monde social qui s’organisent dans des temps et des espaces différents sont vécues par les individus comme des expériences qui communiquent, s’associent, se font écho ou se contredisent » (p. 303). Plus encore, la contrainte visuelle propre aux rêves impose un foisonnement de symboles et métaphores, lesquels conduisent souvent à des phénomènes de dramatisation et d’exagération du « problème » traité. L’entreprise théorique proposée ici permet donc à la fois de mieux comprendre pourquoi nous rêvons de ce dont nous rêvons, mais également de comprendre pourquoi nous rêvons dans des formes si étrangères à notre conscience éveillée.

7La constitution du rêve comme objet sociologique et la théorisation du processus de production onirique qui sont au cœur de l’ouvrage rendent nécessaire la construction d’une méthode ad hoc. Le rêve a en effet la particularité de n’être accessible qu’au travers des récits des rêveurs, dont le recueil présente une double difficulté pour le chercheur : d’abord, les souvenirs de rêves sont fragiles et s’évaporent rapidement au réveil ; ensuite, la mise en récit du contenu onirique est aussi une mise en cohérence de tableaux fragmentaires. Il faut donc que le rêveur prenne des notes sur le rêve, dès le réveil, de la manière la plus fidèle et la plus complète possible. Il faut aussi qu’il note, quand c’est possible, à quoi renvoie, dans son esprit, tel ou tel élément du rêve. Se constitue ainsi une série de rêves, qui autorise la comparaison entre des contenus chez un même individu, et donc la possible mise au jour d’éléments cohérents (les schèmes oniriques), grâce à « un type d’entretien inédit en sociologie » avec le chercheur, « un entretien qui, partant des récits de rêves écrits par les rêveurs, procède à des explicitations-précisions, à des associations et à des questionnements biographiques en lien avec les différents éléments du rêve » (p. 414). Avec cette boîte à outils théorico-méthodologique, l’exploration systématique de corpus de rêves devient possible. Elle fera l’objet du second volume.

8Finalement, L’Interprétation sociologique des rêves fait bien plus qu’introduire le rêve parmi les objets étudiables par la sociologie : elle poursuit une double ambition épistémologique. D’abord, l’ouvrage réaffirme la nécessité de faire dialoguer des théories concurrentes autour d’un même objet et, au-delà, de dépasser la division du travail scientifique pour parvenir à une théorie générale, ou « modèle théorique intégrateur », qui permette de comprendre et de démystifier le rêve en le replaçant dans un continuum de formes d’expression. Ensuite, en s’attaquant à un objet qui était considéré comme hors du champ de la sociologie par Emile Durkheim, Lahire reprend à son compte les plus grandes ambitions de la sociologie, en allant dévoiler les logiques sociales et les déterminismes qui se logent jusque dans les expériences individuelles les plus intimes : « l’époque où l’on reprochait à Maurice Halbwachs son “impérialisme sociologique” parce qu’il s’attaquait à des sujets qui étaient initialement traités par la “psychologie individuelle” est bel et bien révolue, et il est temps pour la sociologie de poursuivre ses travaux dans la voie tracée par l’auteur des Cadres sociaux de la mémoire » (p. 434).

Haut de page

Notes

1 Halbwachs Maurice, « Le rêve et le langage inconscient dans le sommeil », Journal de psychologie normale et pathologique, XXXIXe année, PUF, 1946, p. 11-64.

2 La sociologie dispositionnaliste-contextualiste développée par Lahire depuis bientôt trois décennies permet de penser les pratiques individuelles singulières au croisement des dispositions incorporées par les individus au cours de leurs expériences socialisatrices passées, et des contextes spécifiques d’action dans lesquels elles se déploient. Pour une synthèse, voir Felice Dassetto et Bernard Lahire, « À propos de l’ouvrage de Bernard Lahire, Dans les plis singuliers du social. Individus, institutions, socialisations et d’autres aspects de son œuvre », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 44, n° 2, 2013, p. 157-166.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Fois-Duclerc, « Bernard Lahire, L’interprétation sociologique des rêves », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 10 septembre 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26423

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page