Navigation – Plan du site

Gilbert Rist, La tragédie de la croissance. Sortir de l’impasse

Eric Keslassy
La tragédie de la croissance
Gilbert Rist, La tragédie de la croissance. Sortir de l'impasse, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2018, 180 p., ISBN : 978-2-7246-2275-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les éditions PUF ont eu la riche idée de rééditer l’article de Garrett Hardin : La tragédie des com (...)

1La décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l’accord de Paris (COP 21) en 2017 ou encore la récente démission de Nicolas Hulot sont des exemples spectaculaires qui démontrent combien les gouvernements continuent de privilégier des objectifs de court terme au détriment des impératifs écologiques. Cette idée parcourt l’ensemble de l’ouvrage de Gilbert Rist qui, astucieusement, a détourné le titre du célèbre article de Garrett Hardin : « La tragédie des communs » (1968).1 Dans ce texte, l’écologue américain explique déjà que les communs (comme un pâturage ou un banc de poissons) sont des biens économiques particuliers car ils sont non-exclusifs (il n’est pas possible d’en limiter l’accès) et rivaux (les agents en veulent le plus possible). Aussi, sans action institutionnelle, la surconsommation des communs est alors inéluctable, d’où l’idée de tragédie. Gilbert Rist élargit le propos de Garrett Hardin en considérant que la tragédie actuelle porte sur la recherche effrénée de la croissance économique. Cette quête se réalise au détriment de la préservation de notre planète : une quête dénuée de sens. Comme l’indique avec pédagogie l’auteur, il n’est pas possible d’envisager une production infinie dans un monde qui ne l’est pas… Plus encore, selon lui, chacun connait cette vérité (la planète est en danger) mais on refuserait de l’admettre pour assurer son « confort psychologique ». Si bien que le culte contemporain de la croissance économique demeure.

2Dans la première partie de l’ouvrage, Gilbert Rist dénonce le paradigme économique dominant en remontant le cours de l’histoire : cette approche libérale a créé et promu un capitalisme destructeur pour les richesses naturelles. Les classiques (Adam Smith ou David Ricardo) considèrent, sans limite, que la nature doit être transformée pour alimenter la croissance économique, source d’emplois. Occupés à analyser l’essor de l’industrie, ils s’intéressent davantage au travail qu’aux ressources naturelles. Mais en insistant sur la propriété privée, sur « l’universalisme de l’égoïsme intéressé » (p. 10) et sur l’efficience des marchés, donc sur l’importance des échanges, ils imposent les fondements de l’engouement universel pour la croissance économique. Après les classiques, les néo-classiques prolongent ce désintérêt pour la planète : le marché, à l’origine des richesses, ne doit pas être limité par des règles qui vont au-delà des forces régaliennes. Même si la période des Trente glorieuses permet un certain encadrement (plutôt sur le plan de la lutte contre les inégalités sociales), le retour au premier plan des idées libérales à la fin des années 1970 nous replonge dans une vision erronée de nos capacités, comme le démontre l’extension de la mondialisation. De fait, notre rapport à la nature provient bien de cette approche économique : nous la considérons d’abord comme gratuite et constamment disponible pour l’activité humaine.

3Dans la deuxième partie de l’ouvrage, Gilbert Rist montre combien il est urgent d’entrer dans la société de « l’après-croissance » (terme qu’il préfère désormais à celui de « décroissance » jugé inutilement polémique). La pollution de l’air, le réchauffement climatique (et la fonte des banquises), la multiplication des cyclones, l’agriculture intensive, les espèces animales menacées d’extinction sont autant de signes de cette urgence écologique. Il faut donc sortir du dogme économique de la croissance économique. D’ailleurs, il n’y a plus d’autre choix : la voie actuelle pourrait rapidement s’éteindre d’elle-même en raison de la raréfaction inéluctable des ressources (minérales et biotiques) et par les conséquences du réchauffement climatique. Aussi, pour l’auteur, la seule question qui subsiste est de savoir si l’on saura se préparer à ce changement ou si, au contraire, il aura lieu dans le chaos. Serait-il alors possible d’exclure le déclenchement de guerres pour s’approprier les dernières ressources naturelles ?.

4Gilbert Rist propose quelques solutions permettant de refonder la théorie économique et de se préparer à la société de l’après-croissance : restaurer les communs au détriment de la propriété privée (qui entraine une obligation de croissance infinie) ; sortir de la culture de la dette et du crédit pour s’affranchir de l’obsession d’un remboursement illusoire et de politiques d’austérité contreproductives ; se libérer de l’omniprésence des relations marchandes par la réciprocité et la redistribution. Ces transformations supposent un changement de modèle de société. Comment y parvenir ? Faut-il compter sur une stratégie des « petits pas » – qui finalement a lassé Nicolas Hulot ? Ne faudrait-il pas aussi transformer la démocratie de façon à ce que les acteurs susceptibles d’impulser ces changements soient davantage entendus ? Peut-on croire à un « grand soir » de l’écologie ? Gilbert Rist ne tranche pas et signale que ces démarches sont toutes estimables et ne sont pas exclusives les unes des autres. Une certitude : ménager l’avenir ne permet pas le statu quo.

5La tragédie de la croissance est un livre précieux dans la mesure où il offre une synthèse claire des enjeux écologiques actuels. Plus que pour son originalité, c’est pour sa pédagogie qu’il faut le lire. Gilbert Rist propose des citations en exergue de son ouvrage : « Nous ne croyons pas ce que nous savons » (Jean-Pierre Dupuy) et « Pourquoi, sachant ce que nous savons, ne changeons-nous pas ? » (Vaclav Havel). Cela résume bien sa démarche.

Haut de page

Notes

1 Les éditions PUF ont eu la riche idée de rééditer l’article de Garrett Hardin : La tragédie des communs, PUF, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Gilbert Rist, La tragédie de la croissance. Sortir de l’impasse », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 11 septembre 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26431

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page