Navigation – Plan du site

Jean-Michel Chapoulie, La tradition sociologique de Chicago (1892-1961)

Joseph Cacciari
La tradition sociologique de Chicago (1892-1961)
Jean-Michel Chapoulie, La tradition sociologique de Chicago (1892-1961), Paris, Seuil, 2018, 550 p., nouvelle édition revue et complétée (1re éd. 2001), ISBN : 978-2-02-139448-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entre autres choses une réécriture substantielle du deuxième chapitre à l’éclairage de nouvelles so (...)
  • 2 Notamment : Topalov Christian, « Écrire l’histoire des sociologues de Chicago », Genèses, n° 51, 20 (...)

1Depuis sa parution en 2001, cet ouvrage s’est imposé comme une référence pour qui souhaite se familiariser de manière raisonnée avec l’histoire du développement de la sociologie au sein de l’Université de Chicago. Sa réédition dans un nouveau format augmenté d’ajouts et de modifications1 permet de remettre au premier plan un texte important par sa démarche de mise en contexte et d’historicisation d’œuvres généralement regroupées sous le « label de tradition sociologique de Chicago ». Il existe déjà d’excellents comptes rendus détaillés de l’ouvrage2 et il s’agira surtout dans cette courte recension de présenter son argument principal et la structure de sa démonstration à destination des lect·rices·eurs potentiel·le·s.

2Dans ce volume, l’objectif de l’auteur est d’examiner la production sociologique au sein de l’Université de Chicago depuis la création de son département de sociologie à la fin du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle. Pour ce faire, il choisit l’examen des contextes et des contraintes de toutes sortes ayant pesé sur son développement. Cette approche est adoptée pour deux raisons principales. Elle est censée éviter une subsomption de différents travaux sous le label « tradition de Chicago », que l’auteur propose d’ailleurs de réexaminer. Elle vise ensuite à contourner l’écueil d’une lecture des recherches sous l’angle de la nouveauté pour souligner les filiations ayant permis leur développement et celui d’un certain type d’enquête sociologique à Chicago. Les matériaux sur lesquels s’appuie l’argumentation sont nombreux, offrant de multiples niveaux d’analyse à la démarche historienne : documents d’archives ; biographies d’un grand nombre de chercheurs de l’université de Chicago ; données de seconde main issues d’enquêtes historiennes, économiques ou démographiques sur la ville de Chicago ou, encore, interviews de chercheurs.

  • 3 Un texte de méthode inséré en fin de volume précise encore plus en avant certains points du travail (...)

3Deux parties structurent l’ouvrage à la suite d’une introduction cadrant la démarche de l’auteur3. La première est consacrée à l’examen de l’émergence puis du devenir du département de sociologie de l’université de Chicago sur la période considérée par l’ouvrage. Le premier chapitre s’appuie sur une démarche de mise en contexte de la pensée sociologique pour analyser la dynamique d’institutionnalisation de ce département entre 1892 et 1914. Jean-Michel Chapoulie met en exergue les liens étroits qui existent à cette période entre sciences sociales et interventions politiques ou publiques. Se faisant, il met l’accent sur la faible autonomie vis-à-vis des questions sociales dont disposent la discipline et le département de sociologie de Chicago à cette période.

  • 4 Thomas William I., Znaniecki Florian, Le paysan polonais en Europe et en Amérique : récit de vie d’ (...)
  • 5 En résumé, il s’agit d’un ensemble de manières de définir, de questionner et d’observer les objets (...)

4Le second chapitre discute le tournant que constitue la recherche de William I. Thomas et Florian Znaniecki publiée sous le titre Le paysan polonais4. Le matériau et la méthode de cette enquête sont exposés et mis en contraste avec la production de la période précédente. L’auteur montre ainsi que cet ouvrage est le jalon originel dans l’affirmation d’une première « formule de recherche »5 sociologique à Chicago en rupture, partielle, avec le raisonnement de sens commun, bien que sans coupure radicale avec les interrogations sociopolitiques de l’époque. L’approche biographique, l’analyse processuelle des faits sociaux ainsi que la notion de désorganisation sociale introduites par Le paysan polonais s’imposeront en effet comme centrales pour la sociologie chicaguienne des années suivantes.

5Le troisième chapitre analyse le travail d’organisation et de consécration du type de sociologie réalisé par Robert E. Park et Ernest Burgess au sein de l’université de Chicago. L’auteur procède en les situant précisément dans l’univers intellectuel de leur époque, dans la continuité des premiers moments du développement de la discipline à Chicago ainsi que dans les relations avec les mécènes, les communautés religieuses ou les institutions publiques ayant appuyé ou orienté leur entreprise. Cet examen permet d’introduire les principales notions (d’interaction, d’histoire naturelle, etc.) et les méthodes (observation directe, cartographie) que ces promoteurs de la « sociologie de Chicago » ont participé à rendre incontournables dans leur département pour l’étude des phénomènes sociaux et urbains. Ce troisième chapitre précise finalement comment s’est imposé le format de la sociologie enseignée et produite pour l’essentiel à Chicago dans les décennies suivantes. Celui d’une sociologie replaçant les faits observés dans le processus de leur émergence et s’appuyant principalement sur l’enquête monographique ainsi que sur une méthode qui marquera durablement cette « école » : la mise contact prolongé et direct avec l’univers investigué.

6Le quatrième et le cinquième chapitre examinent les changements intervenus pendant et après les deux guerres mondiales. Trois aspects de ces changements sont surtout détaillés. Premièrement, le tournant des années 1920 à 1930 où s’affirme la prépondérance d’une recherche financée par fonds privés, mais aussi la place accordée à certaines thématiques liées au contexte local : l’immigration, les relations entre communautés ; l’urbanisation, notamment. Sont étudiées deuxièmement les vicissitudes connues par le département de sociologie de Chicago après la seconde guerre mondiale. L’auteur aborde successivement les hypothèses du déclin, du discrédit et du changement dans les formules de recherche successives de cette institution. Tout cela prend sens dans le contexte d’une concurrence accrue aux États-Unis entre différentes orientations de recherche, notamment autour de la définition de la sociologie, de ses méthodes et objectifs légitimes. Enfin sont présentées les générations successives de chercheurs du département de sociologie de Chicago sur la période. L’auteur se concentre néanmoins autour de quelques figures (Ogburn, Bulmer, Hughes) en problématisant leurs trajectoires, leurs relations extra-académiques ainsi que les filiations concrètement entretenues avec leurs prédécesseurs et leurs successeurs.

7La patiente démonstration élaborée dans cette partie aboutie à la conclusion suivante : la tradition de Chicago est en grande partie posée a posteriori comme telle, y compris au sein même de cette université. Les œuvres qui y ont été produites sont en réalité relativement hétérogènes et la continuité entre les chercheurs, les recherches ainsi que les styles de pensée dans la succession des générations n’est pas aussi linéaire que l’idée de « tradition » pourrait le laisser entendre.

8La seconde partie réunit quatre chapitres en partie indépendants et présentés comme des essais. Ils abordent chacun un thème central (désorganisation sociale, migration, urbanisation, etc.) des recherches de cette « tradition », à travers des publications restituées en contexte et dans la trajectoire intellectuelle de leur producteur. Retraversant au prisme de ces œuvres le travail sociologique et institutionnel concret réalisé au sein du département de sociologie de Chicago, l’auteur précise les fondements communs puis les apports de cette entreprise intellectuelle en partie dispersée. On peut particulièrement noter le chapitre concernant la réhabilitation du style « Chicago » orienté vers l’enquête de terrain réalisée par Howard Becker avec la notion de carrière et la théorie de l’étiquetage (chapitre 7) ainsi que l’examen des contributions de figures qui auraient pu rester marginales si elles n’avaient été ramenées dans le giron de la « tradition » de Chicago rétrospectivement : Nels Anderson et Donald Roy (chapitre 9), autour du thème de la marginalité pour le premier et du travail concernant le second.

  • 6 L’auteur a lui-même publié des articles prolongeant l’ouvrage après sa première parution en 2001, p (...)

9La conclusion de l’ouvrage revient sur la difficulté de se référer, sans la problématiser, à une « tradition » sociologique de Chicago. L’auteur n’exclut pas pour autant une continuité à travers le temps dans les œuvres gravitant « autour de Chicago », notamment en matière d’enrichissements successifs des formules de recherche disponibles, ce qui a parfois conduit à un élargissement de la compréhension de la société américaine et des thèmes de recherches légitimes à son endroit. Il souligne enfin la nécessité de complexifier encore la compréhension des relations entretenues en France avec cette tradition largement recomposée6.

10L’ouvrage se termine par une postface propre à cette réédition. Celle-ci s’organise autour d’une question : pourquoi lire aujourd’hui les recherches des sociologues de Chicago ? L’auteur y répond doublement. Il affirme d’abord qu’il s’agit par cette re-lecture de comprendre une partie de la pensée sociologique contemporaine qui y est nécessairement liée. Il souligne ensuite que ce travail sociologique constitue un matériau de premier choix pour documenter l’essor du capitalisme et ses conséquences sociales aux États-Unis de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe. Cette postface est aussi l’occasion pour lui d’identifier des prolongements possibles à sa recherche et de prendre position sur les œuvres de cette « tradition » qui lui semblent incontournables, comme celles de William I. Thomas ou de Nels Anderson, par exemple.

11Outre qu’il remplit parfaitement son rôle d’ouvrage d’introduction à un domaine de la sociologie, ce volume s’inscrit pleinement dans le champ de l’histoire des sciences et de la sociologie de la sociologie d’un certain style de pensée, passé à la postérité. Il s’adresse ainsi à des lectorats variés. La clarté de l’écriture, le soin apporté à poser des critères de définition et de circonscription des objets discutés rendent d’ailleurs également l’ouvrage accessible à tous les publics un tant soit peu connaisseurs de sociologie.

Haut de page

Notes

1 Entre autres choses une réécriture substantielle du deuxième chapitre à l’éclairage de nouvelles sources et d’une partie des premier et troisième chapitres.

2 Notamment : Topalov Christian, « Écrire l’histoire des sociologues de Chicago », Genèses, n° 51, 2003, p. 147-159.

3 Un texte de méthode inséré en fin de volume précise encore plus en avant certains points du travail de l’auteur.

4 Thomas William I., Znaniecki Florian, Le paysan polonais en Europe et en Amérique : récit de vie d’un migrant, Paris, Nathan, 1998 [1919].

5 En résumé, il s’agit d’un ensemble de manières de définir, de questionner et d’observer les objets de la recherche en sociologie.

6 L’auteur a lui-même publié des articles prolongeant l’ouvrage après sa première parution en 2001, par exemple : Chapoulie Jean-Michel, « Un cadre d'analyse pour l'histoire des sciences sociales », Revue d'Histoire des Sciences Humaines, n° 13, 2005, p. 99-126 ; Chapoulie Jean-Michel, « Malentendus transatlantiques », L’Homme, n° 187-188, 2008, p .223-246.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Cacciari, « Jean-Michel Chapoulie, La tradition sociologique de Chicago (1892-1961) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 11 septembre 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26439

Haut de page

Rédacteur

Joseph Cacciari

Chercheur contractuel (post-doctorat) au Laboratoire Ville Mobilité Transport.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page