Navigation – Plan du site

Giorgio Griziotti, Neurocapitalisme. Pouvoirs numériques et multitudes

Marc-Antoine Pencolé
Neurocapitalisme
Giorgio Griziotti, Neurocapitalisme. Pouvoirs numériques et multitudes, Caen, C&F Editions, 2018, 316 p., traduit de l'italien par Fausto Guidice ; préface de Tiziana Terranova, ISBN : 978-2-915825-82-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Terranova Tiziana, « Free Labor: Producing Culture for the Digital Economy », Social Text, vol. 18, (...)
  • 2 Notamment Vercellone Carlo, « From the Mass-Worker To Cognitive Labour : Historical and Theoretical (...)
  • 3 L’opéraïsme est un mouvement intellectuel italien des années 1960, porté notamment par Antonio Negr (...)

1Avant d’aborder le contenu de Neurocapitalisme de Giorgio Griziotti, il convient de préciser le statut un peu particulier de l’ouvrage. Préfacé par Tiziana Terranova, auteure d’un article séminal sur le digital labour1, et situé dans le prolongement direct des théories de la multitude de Hardt et Negri et du capitalisme cognitif2, le livre exige de ses lecteurs et lectrices une certaine familiarité avec les thèses du post-opéraïsme3, qu’il suppose connues et qu’il ne prend pas la peine de justifier, ni même de vraiment présenter – sinon par quelques entrées dans le glossaire. Or, à ce lectorat déjà bien informé, l’auteur n’offre pas une étude historique ou sociologique solidement étayée, ni une analyse conceptuelle rigoureuse, mais un essai libre, évoquant une collection disparate de phénomènes dont l’unité n’est suggérée que par des « lignes de fuite », comme l’indique le sous-titre italien du livre (Mediazioni tecnologiche e linee di fuga). Ce n’est donc ni comme une introduction, ni selon les standards de la recherche universitaire qu’il faut appréhender le travail de Griziotti.

2L’ouvrage repose sur l’idée que le capitalisme serait, depuis la fin du XXe siècle, en train de se recomposer par l’extension du contrôle et de la valorisation bien au-delà du seul travail, jusqu’à saisir la vie dans son ensemble (dessinant ainsi un domaine qui va de la production sociale du savoir à la vie biologique elle-même, d’où le titre « neuro »-capitalisme), et ceci par la médiation décisive des technologies de l’information et de la communication. La première partie, « Produire », est de loin la plus riche et la plus convaincante. En effet, l’auteur, ingénieur en informatique, a suivi la trajectoire de l’opéraïsme, des événements de 1968 à aujourd’hui, en étant particulièrement attentif au développement des premiers ordinateurs ainsi qu’à leur pénétration dans la production et les échanges. Le mode d’organisation du travail propre au logiciel libre ainsi que la captation indirecte de sa valeur par le capital sont pris comme des manifestations d’un effondrement du compromis fordiste permis par les médiations numériques. Mais cette analyse classique est rapportée à des innovations techniques précises, expliquées avec beaucoup de pédagogie, dont les conséquences sociétales sont remarquablement mises en lumière. Ainsi, l’introduction des IRQ (« Interruption ReQuests »), qui a commencé dès 1956, sur un ordinateur Univac de la Nasa, permet de concevoir des machines qui ne calculent plus d’un bloc, qui ne se consacrent plus tout entières à un seul lot d’instructions, mais qui peuvent être interrompues temporairement pour interagir avec d’autres processus. L’ordinateur peut dès lors fonctionner et réagir en temps réel et communiquer à différents niveaux, sur des réseaux de machines ou avec des agents humains. Pour l’auteur, cette technique à l’intersection du calcul et de la communication est certainement une des innovations les plus déterminantes dans l’accélération démesurée des échanges financiers, via la conception d’algorithmes de trading à haute fréquence, dans la division internationale du travail numérique ou dans la généralisation du toyotisme, portée par de puissants logiciels de gestion d’entreprise. Si cette partie n’offre qu’un bref survol d’une technique abstraite et de ses conséquences les plus concrètes sur le rapport capital-travail à l’échelle du monde, elle est cohérente et stimulante.

  • 4 La blockchain est une technique de gestion de bases de données dont le stockage et l’intégrité sont (...)

3C’est sans doute moins le cas des deux parties suivantes : « Vivre » et « S’organiser ». Dans la deuxième partie, l’auteur aborde successivement la gestion des drogues par les pouvoirs publics, l’étiologie des maladies auto-immunes, l’usage du téléphone portable, les jeux vidéo, et enfin l’automatisation de la production. Il n’en ressort pas tant une image stylisée des dynamiques du capitalisme contemporain qu’une mosaïque de thèmes, souvent pertinents mais traités de manière très allusive, et regroupés dans ce chapitre « Vivre » seulement parce qu’on peut dire de chacune de ces évolutions qu’elle affecte la vie. Dans la troisième partie, l’auteur a la volonté de penser de nouvelles formes d’organisation politique, adaptées aux évolutions précédemment décrites. Il y développe d’abord une théorie de la sacralité de la technique, qui selon lui explique l’intégrisme religieux, avant de généraliser son propos et d’affirmer que l’on peut voir dans ces divers phénomènes le signe d’un tournant ontologique – rien de moins ! Ensuite, l’auteur s’attache à montrer l’ambivalence de cette transformation profonde : la coopération pair-à-pair, possibilité inscrite dans l’infrastructure même des réseaux numériques, peut déboucher aussi bien sur l’accélération démesurée des échanges financiers que sur des pratiques de solidarité non marchandes – sa discussion de la technologie de la blockchain4 est à ce titre exemplaire. De plus, même si l’on ne considère que son pendant vertueux, cette forme de coopération propre aux réseaux ne peut pas, pour Griziotti, se substituer à des forme politiques à proprement parler : il leur manque ce qu’il nomme, après Negri, une « politique constituante ». Cependant, s’il pose la question tout-à-fait légitime du passage de l’un à l’autre et de l’édification d’institutions appuyées sur ces échanges en réseau, il n’y répond que par l’exposition (brève et sans retour critique) d’une poignée de projets d’éducation populaire ou coopérativistes inspirés par l’esprit de partage horizontal entre pairs. On peine à voir le potentiel constituant de telles initiatives, si louables soient-elles.

4L’essai de Giorgio Griziotti ne manque pas d’intérêt – pour sa courte histoire de la numérisation de l’appareil productif, et plus généralement pour les connexions originales qu’il opère entre des phénomènes variés –, à condition d’y voir des hypothèses à interroger et des pistes de recherche possibles plus qu’une théorie générale très étayée.

Haut de page

Notes

1 Terranova Tiziana, « Free Labor: Producing Culture for the Digital Economy », Social Text, vol. 18, no 2, 2000, p. 33-58.

2 Notamment Vercellone Carlo, « From the Mass-Worker To Cognitive Labour : Historical and Theoretical Considerations », in Marcel van der Linden et Karl Heinz Roth (dir.), Beyond Marx: theorising the global labour relations of the twenty-first century, Leiden, Brill, 2014.

3 L’opéraïsme est un mouvement intellectuel italien des années 1960, porté notamment par Antonio Negri, Mario Tronti, et Romano Alquati, important au sein de la théorie critique, moins pour son ensemble de thèses que pour son esprit ou sa méthode (le refus d’un marxisme dogmatique, la mise en avant de l’enquête sociologique à travers la catégorie de « composition de classe », l’attention accordée au conflit et à l’autonomie des travailleurs). Le post-opéraïsme, représenté par Negri à partir des années 1980, radicalise certaines de ces intuitions pour proposer une théorie polémique selon laquelle le cœur du capitalisme se reconfigurerait autour de l’exploitation d’un travail immatériel qui échapperait à toute mesure en termes de temps de travail, ce qui entraînerait la formation d’un sujet politique nouveau, la « multitude ».

4 La blockchain est une technique de gestion de bases de données dont le stockage et l’intégrité sont assurés de manière totalement distribuée. Elle est notamment à l’origine des cryptomonnaies, dont la plus fameuse est le Bitcoin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Antoine Pencolé, « Giorgio Griziotti, Neurocapitalisme. Pouvoirs numériques et multitudes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 12 septembre 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26444

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page