Navigation – Plan du site

Daniel Sabbagh, Maud Simonet (dir.), De l’autre côté du miroir. Comparaisons franco-américaines

Nora Nafaa
De l'autre côté du miroir
Daniel Sabbagh, Maud Simonet (dir.), De l'autre côté du miroir. Comparaisons Franco-Américaines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Univers anglophones », 2018, 248 p., ISBN : 978-2-7535-7315-4.
Haut de page

Texte intégral

1La comparaison franco-américaine, entendue ici au sens de la mise en miroir de deux espaces et plus spécifiquement celle entre la France et les États-Unis, est le projet de cet ouvrage collectif, fruit d’un colloque daté de 2013 à l’initiative d’institutions françaises et états-uniennes. Au fil des quinze contributions, les auteurs font un tour de la question comparative et mêlent les approches disciplinaire et thématique.

2L’introduction des coordonnateurs de l’ouvrage, Daniel Sabbagh et Maud Simonet, propose une « comparaison des comparaisons franco-américaines » (p. 11). Elle retrace la tradition comparatiste des deux pays en distinguant dans les deux littératures scientifiques d’une part les travaux de comparaison pure, d’autre part ceux qui portent sur les transferts d’idées et de pratiques entre les deux pays et adoptent une posture critique. Si les auteurs remarquent que « le comparatisme dans les sciences sociales états-uniennes est globalement sur le déclin » (p. 15), ils énumèrent cependant plus d’une cinquantaine de travaux sur des objets variés, qui comparent les États-Unis et la France. Nombre des travaux cités proposent d’ailleurs d’autres contextes nationaux de référence : le Japon et la Grande-Bretagne sur les questions économiques et l’Allemagne sur les questions sociales. À une autre échelle, dans l’idée de comparer le comparable, la ville de Paris est mise en parallèle avec New York City ou avec Chicago (sur les thèmes de la migration, de la jeunesse, ou encore du logement).

  • 1 Lamont Michèle, Thévenot Laurent. (dir.), Rethinking Comparative Cultural Sociology. Repertories of (...)

3L’intérêt de ce texte introductif réside surtout dans sa réflexion sur la comparaison franco-américaine, observant une historiographie particulière. La fascination mutuelle entre ces deux pays a souvent amené les Français à comparer leur pays aux États-Unis plutôt qu’à l’Allemagne ou à la Grande-Bretagne, et les États-Uniens à faire de même avec la France plutôt qu’avec le Canada. L’idéal heuristique de ce cadre comparatif repose sur les caractéristiques associées à chacun des deux pays, montrés comme intrinsèquement opposés. Les auteurs mettent en garde contre le « déterminisme culturaliste » (p. 18) et invitent à se pencher vers une « sociologie culturelle comparée »1 qui fait appel à des « répertoires culturels nationaux » permettant de contextualiser les objets.

  • 2 Kirszbaum Thomas, Rénovation urbaine. Les leçons américaines, Paris, Presses universitaires de Fran (...)

4D’un point de vue historiographique, l’héritage d’Alexis de Tocqueville est structurant dans les deux littératures scientifiques. Sa singulière description de la société états-unienne, notamment sur le plan politique à travers le cas de la démocratie, a placé son œuvre comme « pièce maîtresse de la construction d’un récit identitaire qui s’apparente à un mythe national » (p. 24). Les travaux comparatifs se sont donc focalisés sur des thématiques liées notamment aux questions d’immigration et de discrimination ethno-raciale, dans la continuité de la pensée tocquevillienne. Les États-Unis ont longtemps été comme un « miroir grossissant »2 perçu comme capable de refléter des phénomènes qui apparaissent en Europe. Ce processus donne alors une dimension prophétique à la comparaison inspirée de Tocqueville. Depuis une vingtaine d’années, un renouvellement historiographique s’opère et de nouveaux objets apparaissent. Ils s’inscrivent dans deux champs principaux : celui des politiques sociales et de leurs mutations, et celui de la production scientifique et intellectuelle. Le choix des contributions de cet ouvrage s’inscrit dans cette tendance.

5Les auteurs évoquent également les différentes approches privilégiées dans les travaux comparatifs, lesquelles sont toutes présentes dans l’ouvrage et ne s’excluent pas mutuellement. Celle qui domine est l’approche différentialiste, qui met en exergue les différences et érige des modèles français et états-uniens à partir des objets et situations observés. La seconde est réflexive, davantage critique, et relativise la distinction à travers des résultats parfois contre-intuitifs. La dernière approche est transnationale et ne porte pas sur les similitudes ou les différences, mais interroge les transferts et circulations transatlantiques.

6L’ouvrage distribue les contributions en quatre parties thématiques, intitulées « La relation à l’autre », « Formes et frontières de l’État », « Mobilisations politiques » et « De la comparaison à la circulation transnationale ». L’ouvrage suit dans sa progression les tendances historiographiques, s’intéressant à de nouveaux objets, mais aborde également des questions classiques de la comparaison franco-américaine en mêlant les approches. La variété des contributions permet des allers-retours constants entre les disciplines sociologique, politique, juridique, sans qu’elles soient cloisonnées, et donc d’envisager des objets depuis différents points de vue.

7La première partie prend pour objets l’altérité et l’identité, ou plutôt leur gestion dans les deux contextes nationaux. Que l’altérité ou l’identité soient religieuses, sociales ou raciales, elles interrogent l’intersectionnalité de ces catégories d’analyse, mais également la prégnance de contextes locaux. Dans le cas des États-Unis, la question raciale ne peut se comprendre sans l’histoire de l’esclavage, tandis que dans le cas français, la question migratoire renvoie à celle de la colonisation. Le traitement de la question des représentations de l’islam dans le débat public au XIXe siècle par Nadia Marzouki s’inscrit dans cette tension. Cette première partie reprend les trois approches de la comparaison décrites plus haut et met en avant leur complémentarité dans une réflexion sur des objets similaires.

8Les auteurs de la seconde partie de l’ouvrage s’attèlent à une réflexion sur l’État, notamment à ses rapports avec la question sociale. Ils abordent des débats contemporains (le mariage et la filiation de personnes de même sexe, traités par Michael Stambolis-Ruhstorfer). Ils interrogent aussi les attributs associés aux deux pays, comme celui du « mythe de l’État européen fort » (étudié par Marc Smyrl), ou encore celui de la circulation – politique et scientifique – de pratiques et concepts économiques (Mathieu Hauchecorne), et soulignent ainsi la prégnance des questions d’échelle dans un monde de circulations.

9La troisième partie sur les mobilisations rend compte d’enquêtes de terrain et de la mise en place de dispositifs comparatifs dans deux contextes aux traditions politiques différentes. La circulation des pratiques est interrogée, tout comme les temporalités du travail scientifique. En effet, si Julien Talpin propose deux enquêtes de terrain et s’inscrit dans une démarche plus réflexive sur l’engagement militant lors des campagnes présidentielles de 2012, Éric Doidy et Paul Lichterman comparent les luttes pour le logement à Paris et à Los Angeles à partir de travaux menés respectivement par ces derniers, à une dizaine d’années d’écart. Ces deux auteurs sont donc davantage dans l’approche différentialiste.

10La dernière partie de l’ouvrage entreprend la comparaison sous l’angle de la circulation entre les deux pays au travers de trois objets bien différents. La première contribution sur le néo-tocquevillisme a une dimension épistémologique importante et interroge la pertinence de ces comparaisons (Serge Audier). La contribution d’Angèle Christin porte sur les pratiques journalistiques, tandis que celle d’Anne Monier s’intéresse aux pratiques culturelles et élitistes. Toutes deux renvoient au renouvellement historiographique des comparaisons franco-américaines ainsi qu’à la question du changement de l’échelle de comparaison.

11La conclusion proposée par l’historienne états-unienne Leora Auslander souligne l’apport scientifique de l’ouvrage et replace la question de la comparaison franco-états-unienne dans le débat scientifique. Notant l’aspect attrayant de l’approche des sciences sociales, elle regrette l’absence de contribution d’historien dans l’ouvrage et questionne la possibilité même de la comparaison stricto-sensu, selon l’approche différentialiste, dans sa discipline dont les méthodes ne rendent pas aisée la mise en parallèle de contextes si différents. Cet ouvrage sert donc plusieurs propos. Au-delà des contributions scientifiques et des terrains présentés sur une large variété d’objets et de thématiques, chacun des auteurs s’efforce de replacer son travail dans une réflexion sur la comparaison franco-américaine, par la mise en valeur des tendances classiques d’une telle comparaison, mais également par le dépassement de la simple analogie du miroir grossissant ou déformant.

Haut de page

Notes

1 Lamont Michèle, Thévenot Laurent. (dir.), Rethinking Comparative Cultural Sociology. Repertories of Evaluation in France and in the United States, Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

2 Kirszbaum Thomas, Rénovation urbaine. Les leçons américaines, Paris, Presses universitaires de France, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nora Nafaa, « Daniel Sabbagh, Maud Simonet (dir.), De l’autre côté du miroir. Comparaisons franco-américaines », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 12 septembre 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26515

Haut de page

Rédacteur

Nora Nafaa

Doctorante en géographie à l’Université de Perpignan Via Domitia au laboratoire ART-Dev UMR 5281 CNRS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page