Navigation – Plan du site

Virginie Baby-Collin, Sylvie Mazzella, Stéphane Mourlane, Céline Regnard, Pierre Sintès (dir.), Migrations et temporalités en Méditerranée. Les migrations à l’épreuve du temps

Hyppolyte Kouao
Migrations et temporalité en Méditerranée
Virginie Baby-Collin, Sylvie Mazzella, Stéphane Mourlane, Céline Régnard, Pierre Sintès (dir.), Migrations et temporalité en Méditerranée. Les migrations à l'épreuve du temps (XIXe-XXIè siècle), Paris, Karthala, coll. « L'atelier méditerranéen », 2017, 408 p., ISBN : 978-2-8111-1814-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces deux termes renvoient à la distinction opérée par Hall Edward T. (Le Langage silencieux, Seuil, (...)

1La migration peut se définir comme le déplacement d’un individu ou d’un groupe social d’un lieu à un autre, afin de s’y établir de façon temporaire ou définitive. Ainsi défini, le fait migratoire est soumis à l’influence du temps. Ce dernier a en effet un poids considérable sur les projets et expériences migratoires de telle sorte qu’il réussit à les faire varier de façon « monochrome ou polychrome »1. De même, parler de migration aujourd’hui dans les sciences sociales relève d’un procédé interdisciplinaire, car elle se retrouve être un « objet-frontière » entre diverses disciplines. Piero-D. Galloro fait cette mise au point en début d’ouvrage, montrant d’une part que les migrations sont des objets typiques de l’histoire et de la sociologie, à la fois comme processus historiques et sociaux, et que, d’autre part, les migrants ou groupes de migrants apparaissent comme de véritables acteurs qui façonnent et articulent leurs récits migratoires. Ainsi, cet ouvrage tente de comprendre comment le temps contribue à influencer les systèmes de représentation qui se nouent autour des projets migratoires et des expériences qui en découlent.

2Les contributions s’appuient sur des matériaux qualitatifs et couvrent l’ensemble de l’espace méditerranéen. Le livre est construit en cinq temps bien distincts. Chaque partie est une contextualisation du fait migratoire dans ses aspects historico-politiques, économico-professionnels, générationnels, identitaires et mémoriaux. La première partie met l’accent sur la rôle des régimes de migrations dans la mouvance politique et historique de leur époque. Dans la deuxième partie, les auteurs investissent les dimensions économiques et professionnelles de l’action de « migrer ». Dans cette perspective, le troisième volet de l’ouvrage fait observer les différentes circulations migratoires ou les nouvelles manières de migrer. La quatrième partie porte sur les liens et ressources identitaires qui perdurent, d’une part entre les migrants qui sont partis et ceux qui sont restés dans leur pays d’origine, d’autre part entre les migrants qui reviennent dans leur pays et les migrants qui s’établissent dans le pays de destination. Finalement, la cinquième partie met en exergue la force de la mémoire collective, qui agit comme une soupape de sécurité pour le migrant confronté à la solitude et à la perte de repères spatio-temporels.

  • 2 Norbert Elias, La Société des individus, Paris, Fayard, 1991, p. 205-301.
  • 3 Benedict Anderson, L’imaginaire national, Paris, La Découverte, 1991.
  • 4 Nom d’emprunt donné à une île d’une région frontalière de Croatie, située sur la péninsule de l’Adr (...)
  • 5 Le régime yougoslave était tenu par Tito à cette époque.

3La première partie propose plusieurs articles qui s’appuient sur des sources d’archives variées et des récits biographiques. Pour Roger Waldinger, les mouvements migratoires doivent se comprendre dans leurs aspects sociohistoriques. Néanmoins, ce qui attire l’attention reste sa pensée quant aux politiques d’émigration et la réaction des acteurs. Par exemple, il compare la politique d’émigration mexicaine d’aujourd’hui à celle de l’Italie du début du xxe siècle pour montrer en fin de compte une évolution due aux engagements diasporiques. En clair, certains émigrants arrivent à infléchir les décisions politiques par des actions coordonnées. Tel fut le cas des nationalistes irlandais aux États-Unis en 1922, des pendjabis au début xxe siècle ou même de l’internationalisme prolétarien dans le milieu du xixe siècle. Dès lors, l’idée d’engagement politique concorde avec la volonté de créer une communauté imaginée telle que le prescrit Benedict Anderson. Cet « habitus national »2 favorise donc la création des liens communautaires à l’extérieur de la Nation sur des « facteurs historiques et des expériences de communions »3. Toute chose qui concourt donc à pérenniser l’action politique « longue-distance » des émigrants et à assurer leur mobilisation continue. Dans cette même perspective, Stéphanie Rolland-Traina dresse un portrait sociohistorique de Maslinik4. Elle met en avant l’histoire des migrations sur cette île ainsi que les changements qui se sont opérés entre les xixe et xxe siècles. En mobilisant récits de vies et archives d’Ellis Island, elle fait remarquer que les habitudes migratoires des insulaires vers New York dans les années 1890 à 1920 ont connu des bouleversements à la suite des deux guerres et des occupations successives par les Italiens puis des Yougoslaves. Les îliens qui fuient ce climat de terreur5 optent pour des migrations illégales, sans l’accord des autorités. En somme, ces exodes qui, à l’origine, étaient censés être provisoires se sont mués en migrations définitives. Le côté positif de cette histoire réside dans la manière dont ces communautés ont réussi à cultiver leurs appartenances nationales en maintenant, loin de leurs pays, des relations de solidarité, des dialectes et des pratiques culturelles au sens large.

  • 6 Actuel Annaba, ville portuaire du nord-est de l’Algérie.
  • 7 Martuccelli Danilo, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Col (...)

4La deuxième partie évoque les migrations liées au travail dans le secteur des ressources halieutiques et agraires. Les trois contributions s’accordent à montrer une inadéquation entre mode de régulation politico-administratif du travail et conditions de travail. Plus précisément, le cadre administratif et politique ne s’appuie pas sur la réalité sociale du travail immigré. Hugo Vermeren détaille le passage du mode de vie nomade à la sédentarité chez les pêcheurs de corail italiens à Bône6 au xixe siècle, sous l’effet des dispositifs juridiques, politiques et économiques algériens. Ces pêcheurs italiens vivaient au rythme des saisons et des cycles de la pêche, d’où leur vie de nomades. Toutefois, après l’échec des tentatives de nationalisation de la pêche en 1861, puis sa francisation en 1876, ce n’est qu’en 1888 qu’un décret parvient définitivement à interdire l’activité aux étrangers. Face à cette situation, les pêcheurs italiens demandent leur naturalisation et se fixent en Algérie. La naturalisation peut être envisagée comme une tactique utilisée par ces pêcheurs dans le but de soustraire leurs descendances à ces « épreuves », c’est-à-dire à des « défis historiques, socialement produits, inégalement distribués, que les individus sont contraints d’affronter »7.

5Dans la troisième partie, Laura Oso aborde la question des immigrées latino-américaines installées en Espagne. Cet exode féminin s’est opéré en trois phases. Une première, située entre les années 1980 et 1990, est marquée par une féminisation active et massive du marché du travail espagnol. La plupart de ces femmes étaient employées comme domestiques ou dans le care, secteur qui avait une grosse capacité d’absorption à cette époque. En revanche, durant la deuxième phase, entre 1993 et 1997, on observe une inversion des flux, avec l’entrée des hommes sur le marché du travail. Ce phénomène dû aux regroupements familiaux s’explique aussi par la croissance économique espagnole de 1998. Finalement, dans la troisième période, la crise économique espagnole de 2008 permet aux femmes de redevenir les piliers de la famille et d’assurer les rôles qui en découlent. En réalité, ces rôles n’ont pas changé durant ces trois périodes, car ces immigrées se sont toujours occupées de leur famille élargie, indépendamment de leur statut matrimonial. La contribution de Laura Odasso expose quant à elle un modèle comparatif entre des couples mixtes moyen-orientaux jordano-italien et franco-libanais. Elle évoque, au moyen d’analyses biographiques, la manière dont le conjoint italien vit le statut d’étranger de son conjoint jordanien. Parallèlement, on décèle à travers le cheminement différentes médiations qui se font au sein de ces familles transnationales afin de sauvegarder le patrimoine identitaire et culturel qui est le leur. Il en est de même pour la famille franco-libanaise, qui permet d’entrevoir ces liens identitaires comme un passage de témoin d’une génération à une autre.

  • 8 Habitant du Piémont, une région d’Italie bordée par France et la Suisse, et située au pied des Alpe (...)

6L’avant-dernière partie de l’ouvrage s’intéresse au choix du retour, et aux raisons sociales qui le motive. Par exemple, Francesca Sirna compare les anciens émigrants siciliens et piémontais8 installés en Provence dès 1946 et montre des trajectoires assez diffuses. Les jeux d’acteurs s’opèrent différemment pour les Sicilien les Piémontais, entre logiques familiales, économiques, professionnelles et obligation morale. Ainsi, le projet de « revenir » dans son pays natal serait souvent prémédité de longue date, et ce projet conditionne la manière dont s’est construit le cycle migratoire à l’aune du réseau familial et professionnel. De même, dans la continuité des analyses qui se focalisent sur le retour, la contribution de Marie Caquel et Hicham Jamid nous introduit dans l’espace associatif d’anciens mineurs marocains en France. Son étude mêle à la fois récit historique et analyse sociologique pour offrir une lecture nuancée des mécanismes de retours. Ces anciens mineurs décident d’effectuer un voyage-projet au Maroc avec pour objectif de réinvestir leur histoire méconnue. Ce retour réflexif permet à ces émigrés de réaliser la précarité actuelle dans laquelle vivent ceux de leurs compatriotes qui sont rentrés au Maroc lors des plans sociaux de 1985, à la fin des charbonnages en France. Ce retour aux sources produit de la nostalgie, mais aussi un sentiment de fierté dû à la « réussite occidentale ». En clair, ce voyage-projet s’avère moins une quête identitaire qu’un « pèlerinage » qui permet de diffuser dans la mémoire des différentes générations restées au Maroc les raisons qui les poussent, eux, à rester en France.

7Les contributions de la dernière partie sont centrées sur la mémoire sociale et le patrimoine dans la dynamique migratoire de diverses sociétés. Elles révèlent comment la migration permet de construire une mémoire collective afin de se distinguer des groupes autochtones. Cette partie met en avant l’idée selon laquelle des savoirs mythiques peuvent très bien concurrencer des savoirs historiques pour donner force et crédit à un mouvement migratoire ou à la détention d’un patrimoine. C’est de là que se construit et se développe l’imaginaire chez les groupes sociaux en général et chez les groupes migratoires en particulier. D’après Delphine Pagès-El Karoui, l’imaginaire égyptien suit cette logique. En effet, l’impact du changement social participe à forger des discours mémoriaux sur la migration. En d’autres termes, les corpus cinématographiques et littéraires traduisent la fascination-rejet dans laquelle est plongé chaque émigré relativement aux questions d’identité, d’altérité et du corps. L’imaginaire égyptien apparaît bien particulier, vu qu’il ne se nourrit guère des discours scientifiques et entretient plutôt l’idée selon laquelle on ne serait mieux que chez soi.

  • 9 Pierre Chaunu, L’Historien dans tous ses états, Perrin, 1984, p. 13.

8Le pari des auteurs est tenu puisque cet ouvrage réussit à aborder les migrations sous l’angle original des temporalités. Il offre une lecture assez nuancée des concepts de migration et de temporalité tels qu’on pourrait les appréhender en sociologie, en anthropologie et en histoire. De cette manière, cet ouvrage favorise à juste titre une approche éclectique. Finalement, on en retient que parler de migrations à l’aune du temps ouvre aussi un « sens [caché] à découvrir et à chercher en dehors de la totalité perceptible de l’espace-temps »9.

Haut de page

Notes

1 Ces deux termes renvoient à la distinction opérée par Hall Edward T. (Le Langage silencieux, Seuil, Paris, 1984 [1959]) sur « les modèles d’organisation du temps ». La monochromie traduit une conception linéaire ou séquentielle du temps, car elle est tangible et unique. En revanche, la polychromie évoque une situation dans laquelle les individus sont engagés dans plusieurs flux temporels et relationnels.

2 Norbert Elias, La Société des individus, Paris, Fayard, 1991, p. 205-301.

3 Benedict Anderson, L’imaginaire national, Paris, La Découverte, 1991.

4 Nom d’emprunt donné à une île d’une région frontalière de Croatie, située sur la péninsule de l’Adriatique qui comprend elle-même la péninsule italienne et balkanique.

5 Le régime yougoslave était tenu par Tito à cette époque.

6 Actuel Annaba, ville portuaire du nord-est de l’Algérie.

7 Martuccelli Danilo, Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin, 2006, p. 10.

8 Habitant du Piémont, une région d’Italie bordée par France et la Suisse, et située au pied des Alpes.

9 Pierre Chaunu, L’Historien dans tous ses états, Perrin, 1984, p. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hyppolyte Kouao, « Virginie Baby-Collin, Sylvie Mazzella, Stéphane Mourlane, Céline Regnard, Pierre Sintès (dir.), Migrations et temporalités en Méditerranée. Les migrations à l’épreuve du temps », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 12 septembre 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26523

Haut de page

Lieu

France

Égypte

Croatie

Éthiopie

Maroc

Italie

Espagne

Grèce

Haut de page

Rédacteur

Hyppolyte Kouao

Doctorant en sociologie au Centre Émile Durkheim (CNRS UMR-5116 – Université de Bordeaux – Sciences Po Bordeaux).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page