Navigation – Plan du site

Arnaud Alessandrin, Johanna Dagorn (dir.), « Droits culturels et lutte contre les discriminations », Les cahiers de la LCD, Hors-série n° 1, 2018

Hélène Marie-Montagnac
Droits culturels et lutte contre les discriminations
Arnaud Alessandrin, Johanna Dagorn (dir.), « Droits culturels et lutte contre les discriminations », Les cahiers de la LCD, Hors-série n° 1, 2018, 207 p., Paris, L'Harmattan, ISBN : 978-2-343-13991-3.
Haut de page

Texte intégral

1En choisissant d’aborder la question des droits culturels (DC) dans leur premier hors-série, Les cahiers de la LCD attestent de leur volonté d’offrir une vision renouvelée des enjeux liés aux discriminations de tous ordres et dans tous les secteurs, tels qu’ils sont déclinés dans les six numéros parus depuis 2016. En effet, que ce soit dans la première partie de la revue qui s’attache à définir les DC, ou dans la seconde qui offre la parole aux acteurs et actrices de leur mise en œuvre, le lecteur prend rapidement conscience de l’évolution de paradigme à laquelle conduit cette approche, en regard des traditionnelles conceptions de la culture, qu’elle soit abordée sous l’angle de la démocratie ou de la démocratisation culturelle.

  • 1 Commissariat général à l’égalité des territoires qui appuie le gouvernement dans la lutte contre le (...)
  • 2 Amendement du Sénat à l’article 103 (anciennement article 28A) de la loi portant nouvelle organisat (...)

2Le dossier s’ouvre sur une introduction proposée par Corinne Bord, cheffe du bureau de lutte contre les discriminations au Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET)1, qui inscrit la réflexion dans une dynamique politique. L’autrice, après avoir rappelé que les DC sont une responsabilité partagée de l’État et des collectivités territoriales depuis leur inscription dans la loi NOTRe2, souligne d’emblée le potentiel paradoxe inhérent aux questions de diversité et de droits culturels : « C’est à la fois questionner l’universalité de notre société et éprouver sa capacité à assumer et à faire vivre l’altérité en son sein » (p. 14). Insistant sur le rôle de la politique de la ville comme précurseur de la co-construction de l’action publique territorialisée, Corinne Bord met en avant la promotion de la culture « de chacun, pour tous, partout et par tous » (p. 15) comme outil d’émancipation mais aussi comme l’une des conditions d’une société inclusive.

  • 3 À lire dans la Déclaration universelle sur la diversité culturelle, disponible en ligne : http://un (...)
  • 4 Voir l’article Wikipédia sur les Droits culturels, en ligne https://fr.wikipedia.org/wiki/Droits_cu (...)
  • 5 Président de l’Observatoire de la diversité et des droits culturels à l’Université de Fribourg.
  • 6 Professeur au Département des sciences juridiques de l’Université du Québec à Montréal.

3Les deux premiers articles de la première partie, qui vise à mieux circonscrire théoriquement les DC, présentent des concordances intéressantes. Celle d’une définition de la culture au sens large, telle que proposée par l’Unesco en 20013, reprise et développée par la Déclaration de Fribourg sur les droits culturels en 20074, ou encore d’une identité culturelle non figée mais librement choisie et toujours mouvante, susceptible d’évolutions. De même, le philosophe Patrice Meyer-Bisch5 et le juriste Pierre Bosset6 soulignent tous deux combien les DC apparaissent en filigrane, disséminés et segmentés au sein des différents textes de loi relatifs aux droits de l’homme, mais toujours à l’intersection de ces droits, faisant office de clé de voûte d’une conception holistique et cohérente de l’univers des droits fondamentaux. Pour autant, ils divergent dans leur appréhension des enjeux propres cette intersection : si Pierre Bosset se situe sur le plan essentiellement législatif, Patrice Meyer-Bisch s’inscrit davantage dans un plan social et éthique. En effet, le premier propose de promouvoir les droits culturels par le recours aux lois (et notamment au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels) susceptibles de favoriser trois exigences propres à l’exercice des DC :la liberté de recherche scientifique et de création artistique, la participation culturelle ou encore le droit aux identités culturelles. Le second émet quant à lui l’hypothèse que, par une réaction en chaîne, l’intersectionnalité des violations et des discriminations conduirait les individus concernés dans une forme de « trou noir », qui « prive le sujet d’une partie de ses capacités à ses propres yeux comme à ceux d’autrui […] et, lorsqu’elles demeurent sans traitement adéquats, elles installent des dynamiques d’appauvrissement et de violences durables » (p. 25-26). Afin de lutter contre cette spirale négative, le philosophe propose, sur le principe de la résilience, de « déconstruire les motifs de discrimination et de les retourner en motifs de valorisation » (p. 31), afin de lutter contre les discriminations, non en interdisant les critiques, non en niant les différences et vulnérabilités mais en les valorisant comme autant de sources de richesse, de possibilités de socialisation, contribuant au développement des écosystèmes culturels.

  • 7 Loi n°2016-925 relative à la liberté de Création, à l’Architecture et au Patrimoine, du 7 juillet 2 (...)
  • 8 Sociologue à l’Université Bordeaux Montaigne.

4Recontextualisant l’inscription des DC au sein de la loi NOTRe comme de la loi relative à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine7, Françoise Liot8 s’attache tout d’abord à leur incidence sur l’appréhension des politiques publiques de la culture en France : les DC instaurent un changement de référentiel en lien d’une part avec la crise de légitimité que connait l’intervention publique depuis le début des années 2000 et avec les réorganisations territoriales concernant les questions culturelles (comme sociales, de santé et d’aménagement territorial). L’autrice s’attache ici à souligner les risques et impasses dans leur mise en œuvre, tant au niveau du rôle de l’artiste que de celui des établissements culturels (qui doivent réviser leurs offres et modalités d’accès ou de fonctionnement) ou encore d’un potentiel populisme porté par des logiques participatives susceptibles d’initier des attentes (résoudre des problèmes d’insertion, de santé ou d’échec scolaire) qui seraient déçues. Ainsi, pour elle « le défi apparaît surtout aujourd’hui d’être capable de ne pas renoncer à l’idéal universaliste pour que le dialogue puisse vraiment avoir lieu et pour entretenir et renouveler les valeurs communes » (p. 58).

  • 9 Haute Fonctionnaire en charge de la diversité au ministère de la culture.
  • 10 Maitresse de conférences en esthétiques et sciences de l’art à l’Université Bordeaux-Montaigne et c (...)

5Mettant en avant la question de la diversité dans le secteur culturel, Karine Gloanec-Maurin9 et Cécile Croce10 ferment ce volet théorique : la première recontextualise historiquement les interrogations à l’origine de la création du Collège de la diversité et précise les missions qui lui sont dévolues. La seconde propose une recension critique du Livre blanc produite par celui-ci, soulignant d’une part qu’une (ou des) définition(s) de la (des) diversité(s) comme de la culture en lien avec l’art y fait défaut, et d’autre part que les trois axes de réflexion qui y sont développés croisent insuffisamment les questions de la diversité des personnes, des territoires et des pratiques.

6Le second volet du dossier s’attache à rendre compte des DC à l’épreuve de la pratique, via deux entretiens et quatre articles de retours sur expériences. Ainsi, dans un premier entretien, David Bobée, du collectif « Décoloniser les arts » qui lutte contre la faible présence dans les milieux culturels des représentants populations minorées et s’attache à faire bouger les rapports de domination et rendre visible les différences, préfère évoquer des devoirs plutôt que des droits culturels. Gerty Dambury, romancière et poète, pointe quant à elle l’importance du langage et du vocabulaire dans la détermination de nos identités, afin de lutter contre le sentiment de « majorité naturelle », de sortir de l’entre-soi et de « mieux se dire soi-même, ce soi-même étant composé de nous tous, quels que soient nos genres, nos couleurs, nos entièretés ou nos parcelles ».

  • 11 Maitresse de conférences en psychologie sociale à l’Université de Lyon 2, chercheuse au GREPS.
  • 12 Psychologue sociale et ingénieure d’études.
  • 13 Metteuse en scène et responsable artistique de la Compagnie théâtre du Grabuge.

7Pour illustrer ces réflexions et propos, un premier retour sur expérience est présenté par Elise Vinet11, Hélène Chiron12 et Géraldine Bénichou13 autour du LaboThéâtre. Mêlant démarches scientifique, artistique et citoyenne, cette expérimentation de recherche-action visait à comprendre et à agir sur les ressorts des inégalités sexistes, racistes et classistes qui structurent la société, ainsi qu’à évaluer scientifiquement les effets des ateliers et de la participation citoyenne. L’article rend ainsi compte du contexte, de la problématique et de la démarche d’une création participative intégrant les conflits comme constitutifs d’une démarche authentiquement partagée.

  • 14 Médiateur à l’artothèque Les arts aux murs.

8Le second article, proposé par Alexandre Castera14, évoque le travail mené par l’artothèque « Les arts aux murs » avec le centre pénitentiaire de Gradignan depuis 2011. Ce dispositif qui s’adresse à l’un des publics les plus éloignés de l’offre culturelle vise à faciliter la réinsertion, en travaillant avec les détenu.e.s mais également en sensibilisant les surveillant.e.s aux notions d’alterité, d’intimité, d’espace, d’estime de soi ou encore de lien familial, au travers d’expositions artistiques résultant des créations produites par les détenu.e.s.

  • 15 Responsable du centre communautaire LGBT à Montréal.

9En écho à l’article 5 de la déclaration de Fribourg, Christian Tanguay15 souligne dans son article le rôle de l’information, de la documentation et de l’archivage relatifs aux droits culturels, comme moyens d’accès à l’information mais aussi comme rempart contre l’oubli. Il pointe la nécessité d’un lieu matériel, en l’occurrence une bibliothèque spécialisée, pour accueillir l’ensemble des supports documentaires en lien avec les thématiques LGBTQ+ trop souvent sous- représentées, sinon inexistantes dans les bibliothèques traditionnelles.

10Enfin, Ema Drouin et Jean-Luc Guyomarch rendent compte des actions culturelles menées à Malakoff depuis vingt ans par leur structure de spectacle vivant, dans un espace public conçu comme lieu du possible renouvellement de la relation à l’autre. Ainsi, les propositions du « Deuxième groupe d’intervention » sont articulées autour de la transformation urbaine, de ce qu’elle change dans la vie des habitants et de la place de l’art dans leur quotidien. Finalement, pour eux, « les droits ouvrent un espace de débat et de remise en question des pratiques, un espace de réflexion et d’action nécessaire pour construire l’avenir, ensemble, dans la vraie vie » (p. 162).

  • 16 Consultant en politique culturelle, Jean-Michel Lucas met à profit son expérience dans l’administra (...)
  • 17 Que l’on peut retrouver dans Lucas Jean-Michel, Culture et développement durable : il est temps d’o (...)

11Au travers de ces différentes productions écrites, ce numéro spécial des Cahiers de la LCD atteint pleinement l’un des objectifs propres aux DC tels qu’initialement défini dans la déclaration de Fribourg, à savoir penser la cohésion dans la diversité au travers de multiples focales d’universitaires et d’acteurs politiques et culturels. Pour autant, on peut regretter l’absence de l’une des voix fortes dans la promotion des DC, celle de Doc Kasimir Bisou alias Jean-Michel Lucas16, dont le positionnement original17 aurait sans nul doute contribué à enrichir les réflexions ici proposées.

Haut de page

Notes

1 Commissariat général à l’égalité des territoires qui appuie le gouvernement dans la lutte contre les inégalités territoriales et le soutien aux dynamiques territoriales ; voir en ligne http://www.cget.gouv.fr (consulté le 10/06/18).

2 Amendement du Sénat à l’article 103 (anciennement article 28A) de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République.

3 À lire dans la Déclaration universelle sur la diversité culturelle, disponible en ligne : http://unesdoc.unesco.org/images/0012/001271/127160m.pdf (consulté le 10/06/2018).

4 Voir l’article Wikipédia sur les Droits culturels, en ligne https://fr.wikipedia.org/wiki/Droits_culturels (consulté le 10/06/2018).

5 Président de l’Observatoire de la diversité et des droits culturels à l’Université de Fribourg.

6 Professeur au Département des sciences juridiques de l’Université du Québec à Montréal.

7 Loi n°2016-925 relative à la liberté de Création, à l’Architecture et au Patrimoine, du 7 juillet 2016, https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2016/7/7/MCCB1511777L/jo/texte.

8 Sociologue à l’Université Bordeaux Montaigne.

9 Haute Fonctionnaire en charge de la diversité au ministère de la culture.

10 Maitresse de conférences en esthétiques et sciences de l’art à l’Université Bordeaux-Montaigne et chercheuse au MICA.

11 Maitresse de conférences en psychologie sociale à l’Université de Lyon 2, chercheuse au GREPS.

12 Psychologue sociale et ingénieure d’études.

13 Metteuse en scène et responsable artistique de la Compagnie théâtre du Grabuge.

14 Médiateur à l’artothèque Les arts aux murs.

15 Responsable du centre communautaire LGBT à Montréal.

16 Consultant en politique culturelle, Jean-Michel Lucas met à profit son expérience dans l’administration culturelle, notamment comme directeur régional des affaires culturelles, et dans la recherche universitaire, comme maître de conférences, pour préconiser un renouveau des politiques culturelles fondé sur le référentiel des droits culturels des personnes.

17 Que l’on peut retrouver dans Lucas Jean-Michel, Culture et développement durable : il est temps d’organiser la palabre, Paris, Éditions Irma, 2012, ou dans sa participation au rapport :Région Nouvelle-Aquitaine, Réflexion collective pour la mise en œuvre des droits culturels des personnes, Dossier de présentation de la première étape, septembre 2017 – mai 2018, [en ligne] : http://www.la-nouvelleaquitaine.fr/general-toutes-les-actualites-les-droits-culturels-des-personnes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Marie-Montagnac, « Arnaud Alessandrin, Johanna Dagorn (dir.), « Droits culturels et lutte contre les discriminations », Les cahiers de la LCD, Hors-série n° 1, 2018 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 06 septembre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26537

Haut de page

Rédacteur

Hélène Marie-Montagnac

Maitresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université Bordeaux Montaigne, chercheuse au MICA (EA4426).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page