Navigation – Plan du site

Sonia Lehman-Frisch, Sociologie de San Francisco

Caroline Clair
Sociologie de San Francisco
Sonia Lehman-Frisch, Sociologie de San Francisco, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2018, 128 p., ISBN : 9782707173430.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notamment : Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de Paris, Paris, La Découverte, coll. (...)

1Sonia Lehman-Frisch propose une riche analyse géographique, historique et sociologique de la métropole de San Francisco. Cette Sociologie de San Francisco s’ajoute à la liste déjà bien fournie des ouvrages de synthèse consacrés à quelques grandes villes françaises et européennes dans la collection « Repères » des Éditions de la Découverte1. Les six chapitres qui structurent l’ouvrage font apparaître San Francisco comme une ville innovante, progressiste, cosmopolite, ouverte mais également traversée par des logiques de ségrégation qui illustrent de fortes inégalités socio-économiques. Le premier chapitre, intitulé « City of neighborhoods », présente les logiques d’organisation de la ville en quartiers. Les diverses collines, qui constituent une réelle marque de l’identité de la ville et un attrait touristique, n’ont pas représenté un frein à l’organisation en quadrillage, typique des autres cités états-uniennes. Le principe de ségrégation de l’usage des sols, appelé « zonage », délimite des zones résidentielles, commerciales et industrielles et constitue une autre caractéristique de la ville. L’auteure présente ensuite le centre-ville historique situé au Nord-Est. C’est là que se situe le downtown qui concentre le quartier des affaires (business district), le quartier des grands magasins et des théâtres et enfin le quartier des institutions publiques. Le pueblo de Yerba Buena, où vivaient les premiers habitants, a donné son nom à ce quart nord-est symbolique tant que la Californie était sous l’autorité du Mexique. Après le passage de la Californie sous l’autorité des États-Unis, le quartier a été rebaptisé San Francisco. Très vite après l’annonce de la découverte d’or en 1848, la population du petit village a bondi et, au tournant du XXe siècle, la ville est devenue la métropole incontestée de la côte pacifique, avec 450 000 habitants. À partir des années 1960, période de changements dans l’économie urbaine, le principe de délimitation de zones spécifiques a été mis à mal, pour finalement atteindre ses limites dans les années 1990, marquées par une forte croissance démographique. Plus précisément, la désindustrialisation a entrainé un changement de l’occupation des sols des quartiers industriels de l’est, de South of Market (SoMa) jusqu’à Hunters Point. Convoités désormais par le secteur des hautes technologies, ces quartiers ont vu leurs populations changer. Les modes de déplacements des habitants (la mobilité à pieds, à vélo et en transports en commun est particulièrement encouragée) et la délimitation de quartiers ethniques historiques tels que le Barrio (quartier hispanique), le Chinatown (quartier asiatique) et le Ghetto (quartier afro-américain) sont les deux dernières caractéristiques de la ville, mentionnées par l’auteur en fin de chapitre.

2Le deuxième chapitre analyse la situation de San Francisco au cœur de la métropole appelée la Bay Area. San Francisco reste la ville mère de cette métropole, mais les villes d’Oakland, de San Ramon ou encore de San José, qui ont connu de profonds changements économiques et urbains au cours du XXe siècle, l’ont rapidement concurrencée. Au tournant du XXe siècle, Oakland a connu une explosion démographique et s’est spécialisée dans les activités industrielles des secteurs de l’agroalimentaire, de la sidérurgie, des chantiers navals et de l’automobile. Le développement des réseaux ferroviaires et maritimes en fait alors une place industrielle puissante et indépendante. Au sud de la Baie, la vallée de Santa Clara a également connu un essor industriel d’ampleur, après la Seconde Guerre mondiale. C’est avec l’invention de semi-conducteurs en silicone, à la fin des années 1950, que la vallée est devenue emblématique de l’industrie électronique ; depuis les années 1970, on la désigne sous le nom de Silicon Valley. Ce développement économique et urbain a dessiné des divisions socio-spatiales dans la Baie entre Oakland, San Francisco et la Silicon Valley : les ouvriers se sont installés à proximité des espaces industriels, tandis que les élites hautement qualifiées, cherchant à les distancer, se sont déplacées dans des espaces attractifs sur les hauteurs des collines environnantes.

  • 2 Richard Florida, The Rise of the Creative Class, New York, Basic Books, 2002.

3San Francisco est le plus souvent considérée comme une « ville d’innovation ». Le troisième chapitre explore les raisons de son attractivité et les étapes de son développement économique. Selon le géographe Richard Florida, San Francisco fait figure de « ville créative », en raison des activités innovantes qui s’y déploient, dans les domaines des nouvelles technologies et des sciences, aussi bien que des arts, de la culture, de l’architecture ou encore du design2. La ville apparaît à la fois comme un important centre d’affaires et de finance, comme la capitale mondiale des hautes technologies et comme un centre universitaire majeur, en raison notamment de la présence d’universités renommées telles que Berkeley et Stanford. Les hautes technologies ont entrainé la croissance économique de la ville depuis 2010, faisant chuter le taux de chômage en dessous de 4%, même si les bassins d’emplois dans ce secteur restent principalement localisés dans la Silicon Valley. Cependant, les trois secteurs clés du dynamisme économique de la ville : finance et commerce, hautes technologies, tourisme et loisirs, se distinguent par d’importantes inégalités de revenus. En effet, si les deux premiers secteurs fournissent des salaires relativement élevés, le secteur du tourisme et des loisirs attire plutôt des travailleurs immigrés et les niveaux de salaires y sont particulièrement hétérogènes.

  • 3 Le terme de « gentrification » a été inventé dans les années 1960 par le sociologue britannique Rut (...)

4Dans le quatrième chapitre, intitulé « Diverse City », Sonia Lehman-Frisch fait état de la diversité ethnique et des inégalités sociales présentes dans la ville. Dans les années 1960, les grandes vagues migratoires en provenance d’Amérique latine et d’Asie ont transformé la composition de la population faisant des villes de la Baie des cités melting-pot. Ce sont les Asiatiques qui ont connu la croissance la plus soutenue au cours des quatre dernières décennies à San Francisco et « [les] Chinois prédominent nettement et forment la deuxième plus grande communauté de Chinois-Américains des grandes villes états-uniennes » (p. 68). Le quartier Chinatown s’est rapidement étendu au-delà de ses limites géographiques initiales. Quant aux Hispaniques, ils représentent 24% de la population totale de la Baie et 15% de la population totale de San Francisco. Les Afro-américains ne représentent quant à eux que 6% de la population, si bien que, des grandes villes des États-Unis, San Francisco est l’une de celles où cette population est la moins représentée proportionnellement. La deuxième partie du chapitre analyse les recompositions sociales (baisse de la part des ouvriers et augmentation du nombre de cadres fortement diplômés en raison de la désindustrialisation et de la forte tertiarisation de l’économie) et l’évolution des inégalités sociales. Les transformations économiques ont entrainé une forte polarisation des revenus, au point que les riches sont plus riches à San Francisco que dans les autres grandes villes américaines. Les divisons socio-spatiales de la ville traduisent en partie ces inégalités puisque les quartiers sont plus ou moins homogènes du point de vue social et ethnique. Le phénomène de gentrification3, débuté au milieu des années 1980 par l’arrivée des Yuppies dans certains quartiers et relancé depuis le début des années 2010, s’est souvent illustré par l’arrivée de jeunes Blancs diplômés travaillant dans le secteur des hautes technologies. Les changements qui ont eu lieu dans le quartier de la Mission, par exemple illustre particulièrement cette troisième phase du mouvement de gentrification, qui a entraîné une plus grande mixité sociale et ethnique. L’auteure souligne que la gentrification explique en grande partie l’augmentation de la part de la population blanche à San Francisco, à rebours de ce qui se passe dans la Bay Area. Cependant, la diversité ethnique de la ville ne doit pas occulter la croissance des inégalités économiques et sociales.

5Le cinquième chapitre apporte un éclairage politique à l’analyse. San Francisco est considérée comme la capitale du progressisme et on l’appelle la « ville de gauche de la côte » (« Left Coast City »). Le terme de « progressisme » traduit, dans cette perspective, le mouvement réformiste, qui s’est développé entre les années 1890 et les années 1920 en vue de promouvoir avant tout la justice sociale. La ville a plusieurs fois été le théâtre de mobilisations organisées contre diverses formes de discriminations et d’inégalités : mobilisations contre la crise du logement, contre le mouvement de gentrification et les expulsions, contre la croissance des inégalités et la polarisation des revenus, pour la défense des droits des homosexuels, etc. Si San Francisco reste un modèle de mobilisation et de progressisme en termes de politiques publiques, notamment hérité des mouvements civiques des années 1960-1970, mais ses marges de manœuvre tendent à se réduire face à la mondialisation et à la croissance du secteur des hautes technologies.

6Le sixième et dernier chapitre rend compte des transformations urbaines intervenues depuis les années 1990. La construction d’établissements culturels, de structures de transport, de tours de bureaux et de nouveaux logements a modifié la physionomie de la ville, entrainant parfois de fortes contestations. Les modes de vie urbains ont également changé : les jeunes Techies hautement qualifiés qui travaillent dans les nouvelles technologies ont importé des modes de consommation et des modes de vie différents. Le nombre de restaurants branchés, de cafés, de bars, de marchés alimentaires bio et de spas a considérablement augmenté, venant remplacer les vieux cafés-restaurants, les garages et les épiceries. Malgré tous les atouts de la ville, l’auteure pointe la difficulté future de concilier dynamisme économique, attractivité touristique et justice sociale.

  • 4 Erik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, coll. Repères, 2015 ; Lilian M (...)

7L’ouvrage de Sonia Lehman-Frisch est riche en informations et permet de nuancer un tableau idyllique de la ville souvent véhiculé par les médias et les agences de voyage. On regrette cependant l’absence de quelques références théoriques4plus ciblées en sociologie des mouvements sociaux dans le cinquième chapitre, consacré à la tradition de mobilisations, ainsi que la juxtaposition d’informations de natures très diverses dans le sixième chapitre, lequel n’a donc pas la même force d’argumentation que les précédents. Ces quelques limites ne doivent cependant pas occulter la densité et la précision de l’analyse, compte tenu du format synthétique de la collection. On salue donc la qualité de l’exercice.

Haut de page

Notes

1 Notamment : Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de Paris, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2014, compte rendu de Marion Blatgé pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/678 ; . Emile Victoire, Sociologie de Bordeaux, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2014, compte rendu de Claire Morin pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/14511 ; Collectif Degeyter, Sociologie de Lille, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2017, compte rendu de Thomas Douniès pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/23253 ; Denis Bocquet, Pascale Laborier, Sociologie de Berlin, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2016, compte rendu de Julie Vaslin pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/21523.

2 Richard Florida, The Rise of the Creative Class, New York, Basic Books, 2002.

3 Le terme de « gentrification » a été inventé dans les années 1960 par le sociologue britannique Ruth Glass pour décrire le processus de transformation sociospatiale d’un quartier populaire du centre de Londres, marqué par l’arrivée de populations issues de couches moyennes. La gentrification désigne ainsi les transformations de quartiers populaires dues à l’arrivée de catégories sociales plus favorisées, qui réhabilitent certains logements et importent des modes de vie et de consommation différents.

4 Erik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, coll. Repères, 2015 ; Lilian Mathieu, La démocratie protestataire, Paris, Presses de Sciences Po, 2011 ; Isabelle Sommier, Les nouveaux mouvements contestataires, Paris, Flammarion, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Clair, « Sonia Lehman-Frisch, Sociologie de San Francisco », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 13 septembre 2018, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26556

Haut de page

Rédacteur

Caroline Clair

PRAG de sciences économiques et sociales à Sciences Po Lille.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page