Navigation – Plan du site

Laurent Thévenot, Kathy Rousselet, Françoise Daucé (dir.), « Critiquer et agir en Russie », dossier thématique de la Revue d’Études Comparatives Est-Ouest, vol. 48, n° 3-4, 2017.

Gaétan du Roy
Critiquer et agir en Russie
Laurent Thévenot, Kathy Rousselet, Françoise Daucé (dir.), « Critiquer et agir en Russie », Receo, Revue d'études comparatives Est-Ouest, vol. 48, n° 3-4, sept.-déc. 2017, 365 p., Paris, CERCEC, ISBN : 978-2-35876-183-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La grammaire des grandeurs a été formulée dans Luc Boltanski, Laurent Thévenot, De la justification (...)

1Ce dossier développe de très intéressantes perspectives autour de l’étude comparée des « grammaires du commun au pluriel », à savoir la manière de créer du lien communautaire dans les démocraties occidentales et en Russie. Les articles sont le résultat d’un programme franco-russe dont la problématique s’articulait principalement autour des développements théoriques proposés par le sociologue Laurent Thévenot, présentés par ce dernier dans la première contribution. Il y précise l’intérêt que représente l’étude de la Russie afin de mieux comprendre en retour les régimes libéraux. En effet, les liens communautaires se nouent en Russie principalement autour de « lieux-communs », concept central de la démarche proposée par Laurent Thévenot. Le terme se réfère aux topos de la rhétorique et peuvent s’incarner dans des chansons, des poèmes, des films, des lieux concrets, des aliments etc., pour lesquels des personnes manifestent un « attachement intime et ému » (p. 24) en deçà du public, c’est-à-dire ne nécessitant pas de justification ou d’explicitation publique. Cet attachement partagé peut, dans certaines circonstances, être « grandi » et générer une forme de mobilisation. Cette « grammaire » (dans le langage de la sociologie pragmatique), n’est pas la seule et cohabite notamment avec celle des grandeurs, impliquant de s’appuyer sur un principe de justice partageable par des tiers et de la libérale, nécessitant pour l’individu de traduire ses options personnelles en opinions et en intérêts négociables dans une discussion publique1. La grammaire des « lieux-communs » n’est pas propre à la Russie mais elle y est particulièrement saillante et permet de formuler en retour des questions concernant la place qu’occupent les liens affectifs dans la vie politique et sociale des démocraties. Le détour russe possède des vertus de dénaturalisation des catégories de l’analyse socio-politique traditionnelle souvent basées sur les grammaires libérale ou civique (cette dernière faisant partie de la grammaire des grandeurs). L’équipe du projet a choisi de prendre cette grammaire des « lieux-communs » au sérieux et d’analyser l’influence qu’elle peut exercer sur l’action sociale.

  • 2 Laurent Thévenot, L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, Éditions La Déco (...)

2Laurent Thévenot, Janna Tsinman et Ariane Zambiras montrent bien les potentialités de cette construction conceptuelle dans un article abordant la façon dont de jeunes hommes et femmes investissent l’espace des foyers étudiants en Russie, en France et aux États-Unis et créent du lien « depuis les attachements et préoccupations les plus personnelles dans les lieux où ils vivent jusqu’à leurs implications dans la mise en commun que requièrent accords et désaccords » (p. 47). Cette analyse permet de tester le modèle théorique dans de petits mondes où des personnes, aux origines et opinions différentes, se retrouvent obligées de tisser des liens communautaires. Ces étudiants recourent à différentes grammaires pour cohabiter, l’intérêt étant précisément de voir comment ils allient ces différentes manières d’articuler le commun. Dans le même esprit, Nina Kareva propose une belle réflexion sur « l’hospitalité à l’expérience de l’étranger ». S’appuyant sur la notion de régimes d’engagements2, elle enquête sur des expériences d’hospitalité entre France et Russie en se penchant surtout sur les « moments de non-conformité dans la perception et la compréhension des situations de la part des étrangers et des nationaux impliqués » (p. 217). Les situations évoquées impliquent toutes un séjour plus ou moins long dans le lieu de vie d’un étranger. Le régime d’hospitalité qui s’installe entre les hôtes doit être entretenu de part et d’autre afin de persister. Le maître de maison et l’invité se retrouvent dans un rapport hiérarchique dont l’équilibre peut se révéler précaire car, dans ce régime d’hospitalité, « on prête plus d’attention au maintien d’une forme publique d’accord qu’aux désaccords intérieurs » (p. 221). L’étranger doit ainsi respecter le rôle de guide endossé par l’hébergeur qui introduit le nouveau venu à sa culture, même lorsque cette tutelle hospitalière est vécue comme étant pesante. L’étranger doit souvent incarner sa culture d’origine notamment dans des conversations avec des gens peu connus, s’aidant des références à sa propre culture afin de soutenir une conversation, peinant autrement à trouver des points d’accroche. Cette constante nécessité de devoir parler de son pays d’origine peut s’avérer lassante et amener une réaction de rejet. Nina Kareva propose également une typologie des différents compromis entre le régime d’hospitalité et d’autres types de relations, comme les figures de l’invité payant, de l’invité proche ou de l’invité de la famille – chacune étant associée à des conflits spécifiques.

3La place des liens de proximité en politique fait l’objet de trois articles. Ana Colin Lebedef propose une comparaison des grammaires de l’action collective en Russie et en Ukraine. Elle invite à prendre au sérieux la grammaire des « lieux-communs », émergeant au cours d’interactions qui génèrent des émotions partagées, au cœur-même de la protestation. Les liens intimes tissés lors de ces manifestations sont, dans cette optique, ce qui importe le plus, davantage même que les buts de ces protestations. Ces « formes de coordination accueillantes pour la pluralité idéologique » se révèlent par contre « fragiles dès lors qu’il s’agit d’expliciter les différences » (p. 115). Karine Clément étudie, de son côté, la mobilisation des habitants de la ville russe d’Astrakhan, sur les bords de la Caspienne. L’enquête porte sur des comités d’habitants s’occupant directement de la gestion de leurs immeubles comme les y autorise la loi. L’auteure cherche ainsi à approcher une « politisation terre à terre » impliquant des « gens ordinaires engagés dans une expérience collective de résolution de problèmes communs relevant de leur vie quotidienne » (p. 131). La mobilisation intervient lorsqu’une personne se sentant directement menacée est « amenée à déporter le problème hors de son espace à soi, dans les cages d‘escalier, les cours d’immeubles ou les arrêts de bus, partageant son inquiétude avec des voisins ou d’autres connaissances, s’interrogeant avec eux sur la nécessité de faire quelque chose » (p. 135). Karine Clément insiste de manière judicieuse sur l’importance de ces micro-mobilisations car elles « sont justement celles où peut perdurer un minimum d’énergie émotionnelle » (p. 153), indispensable à l’établissement de liens de solidarité. Françoise Daucé nous emmène, quant à elle, dans la salle de rédaction du quotidien Fontanka à Saint-Pétersbourg, un journal né sur Internet qui gagna progressivement une importante audience et une visibilité à l’échelle du pays On y voit les journalistes mettre collectivement au point les angles de traitement des différents sujets du jour, en s’appuyant sur des « lieux-communs » qui ne « nécessitent pas nécessairement une montée en généralité vers la politique ». (p. 170) Les exemples développés montrent une délibération à demi-mots durant la conférence des journalistes, jouant souvent « d’un humour légèrement décalé pour mettre en lumière les contradictions du monde russe comme il va, sans s’engager dans un affrontement politique considéré comme impossible » (p. 178). L’auteure voit dans ces délibérations maniant les références socio-culturelles, une forme d’ « apprivoisement partagé du politique », davantage qu’un apolitisme qu’aurait généré la répression, réelle, des autorités de censure (p. 178).

4La contribution d’Anna Zaytseva, moins axée sur la question des « lieux-communs », propose une plongée dans le monde des directeurs de clubs musicaux pétersbourgeois entre 1990 et 2010. Elle utilise la grammaire des grandeurs mise au point par Luc Boltanski et Laurent Thévenot pour montrer les tensions émaillant le discours justificatif des patrons de clubs. Elle relève particulièrement l’opposition entre la grandeur inspirée – à travers le sentiment d’œuvrer à la diffusion d’une culture underground – et la grandeur marchande, incarnée par la figure de l’investisseur, indispensable au lancement d’un club. Progressivement, un compromis entre ces deux grandeurs s’établit, en s’appuyant sur le concept « d’industries créatives » développé dans l’Union européenne et surtout en définissant un nouveau public cible « à la fois solvable et culturellement ‘valable’ » (p. 208).

  • 3 Virginie Despentes, Vernon Subutex, Paris, Grasset, t.1, 2015, t.2, 2015 et t.3, 2017.

5L’invitation au comparatisme ne peut manquer de résonner à l’oreille d’un spécialiste de l’Égypte contemporaine, ayant écrit à propos de la révolution égyptienne, comme l’auteur de ces lignes. Il apparait d’ores et déjà que « la grammaire d’affinité aux lieux-communs pluriels » constituera une ouverture précieuse pour les chercheurs s’intéressant aux architectures du commun au Moyen-Orient. La force mobilisatrice des « lieux-communs » donne de nombreuses pistes pour analyser les occupations de places et les mouvements de protestation dans le Monde arabe après 2011. On notera également les parallèles qui peuvent être tracés avec la trilogie romanesque, Vernon Subutex3. Virginie Despentes y raconte la destruction par les logiques néo-libérales et les mutations technologiques de la culture rock et des « lieux-communs » qu’elle articulait. Démunis par la disparition de leur magasin de disques, les anciens clients se jettent alors dans l’aventure utopique consistant à faire de leur ancien disquaire, Vernon, un « lieux-commun » de substitution susceptible de compenser leur perte.

Haut de page

Notes

1 La grammaire des grandeurs a été formulée dans Luc Boltanski, Laurent Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991. On trouve un utile résumé des trois grammaires à la p. 101 du numéro.

2 Laurent Thévenot, L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, Éditions La Découverte, 2006.

3 Virginie Despentes, Vernon Subutex, Paris, Grasset, t.1, 2015, t.2, 2015 et t.3, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaétan du Roy, « Laurent Thévenot, Kathy Rousselet, Françoise Daucé (dir.), « Critiquer et agir en Russie », dossier thématique de la Revue d’Études Comparatives Est-Ouest, vol. 48, n° 3-4, 2017.  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 13 septembre 2018, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26561

Haut de page

Rédacteur

Gaétan du Roy

Chercheur au Berlin Graduate School – Muslim Cultures and Societies/Laboratoire de recherches historiques (Université catholique de Louvain).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page