Navigation – Plan du site

Sebastian Conrad, What is Global History?

Benjamin Mai
What is global history?
Sebastian Conrad, What is global history?, Oxford, Princeton University Press, 2017, 300 p., ISBN : 9780691178196.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette thèse a été publiée en 2010 en anglais : Conrad Sebastian, The Quest for the Lost Nation, wri (...)
  • 2 Globalisierung und Nation in Deutschen Kaisereich. L’ouvrage a été traduit en anglais et publié en  (...)
  • 3 Conrad Sebastian, « Rethinking German Colonialism in a Global age », The Journal of Imperial and Co (...)

1C’est au bord des rives du Neckar, dans sa ville natale de Heidelberg, que Sebastian Conrad découvre la culture japonaise, au cours d’un service civique qui l’amène à travailler avec des familles nippones installées en Allemagne. Après avoir étudié l’histoire et les cultures asiatiques à l’université de Bonn, il réalise à l’université libre de Berlin une thèse sur les mémoires de la Seconde Guerre mondiale dans l’Allemagne et le Japon des années 1990, qu’il analyse comme la conséquence des transformations politiques, économiques et sociales mondiales de la fin du siècle1. En 2006, il publie en allemand son habilitation à diriger des recherches2, où il réexplique l’évolution du nationalisme allemand au XIXe siècle en montrant la façon dont les processus de mondialisation l’ont travaillé à cette époque. Ces deux travaux sont suivis de nombreuses publications touchant à l’histoire de l’Allemagne et du sud-est asiatique, dont l’originalité est d’expliquer des phénomènes historiques jusqu’à présent surtout pensés dans un cadre national à l’aune de changements opérant à l’échelle mondiale : c’est par exemple le cas de son article « Rethinking German Colonialism in a Global age »3, dont le titre évoque parfaitement la perspective dite globale selon laquelle Conrad aborde ses objets d’études, depuis ses premiers travaux.

  • 4 Voir le compte rendu historiographique dans Maurel Chloé, « Introduction : Pourquoi l’histoire glob (...)
  • 5 Ibid.

2À partir des années 1980, l’histoire globale a connu un essor croissant avec la création de chaires universitaires et la publication de revues et de divers ouvrages4. Mais l’adjectif global qualifie moins un courant historique particulier qu’une nouvelle approche de l’histoire, qui cherche à éviter l’européocentrisme et interroge particulièrement les origines et la nature de la modernité. De ce fait, l’histoire globale peut désigner l’ensemble des courants historiques qui cherchent à s’inscrire dans ce nouveau paradigme, parmi lesquels on peut citer l’histoire connectée ou les études postcoloniales. Ainsi, comme le note l’historienne Chloé Maurel, l’histoire globale consiste en « un ensemble large de méthodes, de concepts, incluant plusieurs sous-courants comme l’histoire comparée, l’histoire des transferts culturels, l’histoire connectée, l’histoire croisée, l’histoire mondiale »5.

3Prenant le contre-pied de cette affirmation, Sebastian Conrad postule que l’histoire globale ne doit pas être confondue avec toutes les approches qui se rapportent à l’histoire des connexions et des échanges. . Partant du principe qu’il a jusqu’à présent été « difficile de définir rigoureusement ce qui rend l’histoire globale spécifique et unique » (p. 6), What is global history? vise à en éclairer les particularités. L’ouvrage fait aussi office de vaste synthèse historiographique sur les courants cités plus haut. Les premiers chapitres du livre (1 à 6) sont principalement consacrés aux spécificités des objets et des méthodes de l’histoire globale tandis que les suivants (7 à 9) soulignent sa pertinence au XXIe siècle. L’ouvrage théorique de Sebastian Conrad doit donc être compris comme un livre à la fois méthodologique, historiographique et apologétique.

4Dans les deux chapitres qui suivent l’introduction, l’historien s’emploie à situer l’histoire globale dans le temps (chapitre 2 : « a short history of thinking globally »), puis propose un bilan historiographique des approches qui entretiennent des liens avec elle comme l’histoire comparée ou l’histoire transnationale (chapitre 3 : « competing approaches »). Le chapitre 4, « global history as a distinct approach », vise plus spécifiquement à situer l’histoire globale au sein des théories de la modernité, à l’instar, par exemple, de « l’interprétation diffusionniste » (p. 73) selon laquelle la modernité s’est développée en Europe avant de s’étendre au reste du monde, ou de la théorie des « modernités multiples » (p.74) qui défend l’idée que chaque bloc culturel se modernise à sa manière. Pour l’auteur, le défaut de ces approches est qu’elles sont marquées par un dualisme externe/interne que l’histoire globale vise justement à dépasser en se concentrant sur « les processus d’intégration qui ont façonné et reconfiguré les sociétés à l’échelle globale » (p. 75). Le chapitre 5 présente alors une manière nouvelle de penser les mécanismes d’intégration à l’échelle globale. Cette approche consiste à dépasser les anciennes interprétations fondées par exemple sur la diffusion de l’écriture (l’interprétation « technologique », p. 103) ou sur la croissance des échanges économiques (l’interprétation « économique », p. 104), pour penser les facteurs d’intégration de façon plurielle en se concentrant sur « les relations entre les différentes causalités opérant à large échelle » (p. 108). Dans le chapitre 6, Conrad discute la place de l’espace dans l’histoire globale et montre qu’il n’y a pas d’unité spatiale « par définition plus adaptée à l’histoire globale que d’autres » (p. 133). L’histoire globale peut se faire à l’échelle globale, régionale et locale, à condition que les processus historiques soient pensés en termes de connexion et d’intégration, et que ces différentes échelles soient articulées. Conrad réfléchit au chapitre suivant à la place du temps dans l’histoire globale et désigne alors la synchronie comme une approche à privilégier. Celle-ci permet en effet de « connecter des évènements par-delà les frontières et de dévoiler leur enchevêtrement dans l’espace » (p. 155).

5Les trois chapitres suivants semblent inaugurer la seconde partie de l’ouvrage, dans laquelle l’historien interroge les problèmes métahistoriques posés par l’histoire globale tout en soulignant la pertinence de cette dernière aujourd’hui. Au fil de ce développement, l’historien s’arrête notamment sur le dualisme entre l’eurocentrisme et le nativisme, estimant qu’il a marqué aussi bien la position des historiens (occidentaux ou non occidentaux) que les concepts forgés par eux dans leurs travaux. Pour Conrad, ces concepts pêchent soit par « eurocentrisme » (p. 164), soit par « afrocentrisme » (p. 176) ou « sinocentrisme » (p. 177). La solution à ce dualisme réside alors dans la prise de conscience d’un monde unifié par une histoire impossible à défaire car elle a déjà façonné la quasi-totalité des sociétés du monde. Il préconise ainsi de ne pas tenter de faire renaître des « essences culturelles » (p. 181) mais plutôt de chercher à comprendre comment « des constellations économiques, politiques, institutionnelles et culturelles » (p. 182) à l’échelle mondiale ont affecté les manières de penser et d’agir. De ce fait, il souligne que l’histoire globale opère un changement paradigmatique en ce qu’elle permet d’échapper à l’histoire nationale en « refaçonn[ant] les structures de savoir et [en] rajeuni[ssant] les institutions qui produisent du savoir » (p. 234). Elle devient ainsi « indispensable » (p. 234).

6La grande qualité du livre de Conrad est qu’il propose une démarche pédagogique, fondée sur la présentation de nombreux courants et d’exemples précis qui viennent régulièrement illustrer des développement rigoureusement argumentés. La contrepartie de cette démarche est l’insistance didactique du propos, qui confine parfois à la leçon et impose des redites. Toutefois, l’avantage en demeure une progression pas à pas qui guide le lecteur profane jusqu’à la conclusion.

Haut de page

Notes

1 Cette thèse a été publiée en 2010 en anglais : Conrad Sebastian, The Quest for the Lost Nation, writing history in Germany and Japan in the American Century [trad. Alan Nothnagle], University of California Press, coll. « California World History Library », 2010.

2 Globalisierung und Nation in Deutschen Kaisereich. L’ouvrage a été traduit en anglais et publié en 2010 : Conrad Sebastian, Globalisation and the Nation in Imperial Germany [trad. Sorcha O’Hagan], Cambridge University Press, 2010.

3 Conrad Sebastian, « Rethinking German Colonialism in a Global age », The Journal of Imperial and Commonwealth History, vol. 41, n° 4, 2013, p. 543-546.

4 Voir le compte rendu historiographique dans Maurel Chloé, « Introduction : Pourquoi l’histoire globale ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 121, 2013, p. 13-19.

5 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Mai, « Sebastian Conrad, What is Global History?  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 18 septembre 2018, consulté le 23 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26573

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page