Navigation – Plan du site

Guy Lambert, Stéphane Lembré (dir.), « Les lieux de l’enseignement technique (XIXe-XXe siècles) », Histoire de l’Éducation, n° 147, 2017

Audrey Colonel
Les lieux de l'enseignement technique (XIXe-XXe siècles)
Guy Lambert, Stéphane Lembré (dir.), « Les lieux de l'enseignement technique (XIXe-XXe siècles) », Histoire de l'éducation, n° 147, 2017, 224 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9791036200120.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de la revue Histoire de l’Éducation analyse l’enseignement technique aux XIXe et XXe siècles à travers ses lieux et espaces. Stéphane Lembré, dont les recherches portent sur l’histoire de l’enseignement technique et sur l’histoire économique et sociale, et Guy Lambert, spécialiste de l’histoire de l’architecture, coordonnent ce dossier dont les sept articles mêlent histoire de l’architecture et histoire de l’éducation. L’alliance de ces deux disciplines permet de mieux comprendre les spécificités de l’enseignement technique. Gérard Bodé, spécialiste de l’enseignement technique et industriel en France, Dave Lüthi, qui s’intéresse à l’histoire du patrimoine en Suisse et à l’architecture, ainsi que François Robert et Cédric Perrin, spécialistes de l’histoire économique, apportent leur contribution.

  • 1 Henri-Marcel Magne, « L’architecture des écoles techniques », Bulletin de la Société d’encouragemen (...)

2L’article introductif de Guy Lambert et Stéphane Lembré définit l’enseignement technique comme « l’ensemble des formations possédant une visée professionnelle […] et des contenus disciplinaires spécifiques caractérisés par un équilibre variable entre “théorie” et “pratique”, effectuées ou non dans un cadre scolaire » (p. 10). Produits dès le XIXe siècle, les premiers écrits relatifs aux écoles techniques sont souvent le fait d’architectes qui présentent leurs réalisations, parfois illustrées de photographies et de plans, dans des revues d’architecture. L’architecte H.-M. Magne (1877-1944) est le premier à proposer une « approche synthétique » en 19401, élaborant une typologie des établissements de l’enseignement technique. C’est dans la seconde moitié du XXe siècle que la configuration des établissements techniques devient une préoccupation du ministère de l’Éducation nationale.

  • 2 Ibid., cité par Gérard Bodé p. 44.

3Gérard Bodé place l’atelier au centre de son analyse. Il le définit « comme un espace fermé, organisé en fonction de l’apprentissage pratique et installé dans l’espace de l’établissement » (p. 47). Si l’atelier symbolise l’enseignement technique français, l’auteur montre cependant qu’il n’est pas l’apanage des écoles techniques : certaines n’en ont pas, alors qu’il peut être présent dans d’autres types d’écoles. En 1940, H.-M. Magne2 distingue trois phases de construction d’écoles techniques. Durant la première phase, les établissements ont été installées dans des édifices préexistants, dans lesquels un atelier a été ajouté. La seconde phase est marquée par la construction de bâtiments spécifiques adaptés à l’enseignement à transmettre, mais leurs plans sont calqués sur les anciens. À partir de 1933, la construction des nouveaux édifices est planifiée selon un programme préalable. Si la configuration et l’architecture des écoles techniques peut faire l’objet d’une typologie, celles des ateliers semblent trop hétérogènes pour permettre une classification : « À chaque école son atelier » (p. 62). Celui-ci varie selon les contraintes du métier à transmettre, du lieu, du financement ou encore du contexte local. L’organisation de l’atelier peut être étudiée suivant sa localisation au sein de l’école, sa superficie, son agencement et ses équipements. Souvent, l’atelier est établi dans un bâtiment spécifique, éloigné des salles de cours pour des raisons sonores et hygiéniques. Sa superficie est variable notamment en fonction de l’activité qui s’y pratique ; elle peut cependant évoluer dans le temps.

  • 3 Loi relative à l’organisation de l’enseignement technique industriel et commercial qui a permis de (...)

4François Robert traite de la problématique des locaux à travers l’exemple de la Société d’enseignement professionnel du Rhône (SEPR). Fruit d’une initiative patronale en 1864, la SEPR tend à développer des lieux de formation pour répondre à une demande croissante. Constamment en recherche de locaux, la SEPR a recours à des lieux d’enseignement multiples et variés, dont l’utilisation est parfois ponctuelle. C’est seulement 27 ans après sa création que la SEPR a pu se doter de bâtiments bien à elle, « preuve qu’une institution d’enseignement sans locaux propres peut exister si elle s’appuie sur un maillage de lieux de formation disséminés dans l’espace urbain au gré des disponibilités » (p. 68). La SEPR a entrepris des constructions successives au cours du XXe siècle pour lesquelles l’État et la municipalité de Lyon ont apporté une participation financière. Le besoin de lieux de formation s’est encore fait ressentir en 1919, suite à la loi Astier3. L’enjeu est de trouver de nouveaux espaces pour accueillir ses cours mais aussi de financer des constructions ou la réhabilitation de friches industrielles. Malgré les difficultés rencontrées dans son processus d’agrandissement, la présence de personnalités importantes au sein du conseil d’administration de la SEPR constitue un atout pour le bon déroulement des projets.

5Dans l’Algérie coloniale, l’enseignement professionnel désigne « des formations élémentaires pour les ouvriers et des employés alors que l’enseignement technique concerne plutôt les formations intermédiaires et supérieures » (p. 93). Partant de cette définition, Stéphane Lembré propose une analyse multiscalaire de l’enseignement technique et professionnel dans l’Algérie coloniale entre 1866 et 1958. Essentiel au développement économique du territoire, ce type d’enseignement a des finalités spécifiques – économique, politique et sociale – tournées d’abord vers l’agriculture puis vers l’industrie, au cours du XXe siècle. À la fin du XIXe siècle, les responsables politiques du territoire s’intéressent à cet enseignement, au moment même où cette réflexion émerge en métropole. Mais Stéphane Lembré constate un développement lent et hétérogène de l’enseignement technique et professionnel dans l’Algérie coloniale. Celui-ci diffère selon le public visé, Européens ou « Indigènes », et selon le sexe. L’espace urbain concentre principalement l’enseignement technique et professionnel destiné aux Européens tandis que l’enseignement professionnel adressé majoritairement aux « Indigènes » est plutôt rural. Une première génération d’établissements est implantée en des lieux choisis par le gouvernement général d’Algérie. À partir de la seconde guerre mondiale, une nouvelle logique apparait : les écoles professionnelles s’implantent à proximité des industries. L’étude de l’inventaire de l’enseignement technique et professionnel dans l’Algérie coloniale entre la fin du XIXe siècle et 1940 met en avant le petit nombre d’établissements possédant des locaux en propre, qui contraste avec la multitude des cours hébergés dans des locaux non dédiés, lesquels « représentent la forme la plus commune de l’enseignement professionnel au moins jusqu’à la deuxième guerre mondiale » (p. 107).

6Dave Lüthi met en lumière l’évolution de l’architecture des écoles professionnelles suisses entre la fin du XIXe siècle et au XXe siècle. Pour la plupart fondées par des syndicats patronaux – à l’exception de celle de Genève –, les écoles d’horlogerie sont représentatives de la première génération d’écoles professionnelles suisses, qui s’apparentent souvent à des « écoles-usines » (p. 123), traduisant un lien entre architecture industrielle et architecture scolaire. À partir de 1900, le modèle industriel s’efface au profit du régionalisme : le « Heimatstil » (p. 131) est très utilisé de la fin du XIXe au début du XXe siècle. Les « technicums » (p. 125), écoles techniques conçues sur le modèle germanique, apparaissent vers 1870 et se développent entre 1893 et 1902 dans les villes industrielles. Durant la décennie 1930, les constructions d’écoles professionnelles sont florissantes grâce à des aides financières de l’État fédéral : le style « Neues Bauen » (p. 135) domine, supplanté par le « Landistil » entre 1940 et 1950. Vers 1960, un style architectural nouveau hérité de Ludwig Mies Van der Rohe se développe : l’auteur parle d’une « américanisation » de l’architecture. La fin du XXe siècle semble correspondre à une « période de recherche architecturale » (p. 145).

7Guy Lambert propose une étude des Écoles nationales professionnelles (ENP) dans l’entre-deux-guerres. Durant cette période, la construction d’établissements techniques et professionnels semble florissante, favorisée par la loi Astier (1919), et elle tend à s’unifier dans un cadre administratif qui se restructure.

8Cédric Perrin clôt le dossier en illustrant l’intégration de l’enseignement technique dans le système éducatif à travers l’étude du cas de la création du lycée Grandmont entre 1954 et 1963. Au début des années 1950, Tours est un territoire en croissance spatiale et démographique, qui compte quatre établissements scolaires, dont deux « lieux de l’enseignement technique » (p. 179). Face à la saturation de l’offre d’enseignement existante, la création d’un nouveau lycée semble une nécessité. Mais le projet initial de 1954 ne prévoit pas d’intégrer l’enseignement technique. Les contraintes financières qui s’imposent en 1957, après que l’architecte Jacques Carlu ait rendu ses plans, amènent à une reconfiguration du projet et aboutissent à la création d’un « lycée classique, moderne et technique » : « L’Éducation nationale préfère construire de nouveaux locaux de l’enseignement technique à Grandmont plutôt que de financer la rénovation des ateliers anciens du collège Paul-Louis Courier » (p. 189). L’enseignement technique se trouve spatialement isolé, « séparé du reste de la cité scolaire par une nouvelle avenue » (p. 191). Inauguré officiellement en 1963, le nouveau lycée est qualifié d’usine à l’échelle locale, du fait de sa taille imposante et de la présence de l’enseignement technique en ses lieux. Cette perception du nouvel établissement est étroitement liée à l’industrialisation de l’agglomération et à la ressemblance prononcée de sa partie technique « aux grandes usines que la décentralisation industrielle conduit à installer également dans la périphérie de l’agglomération tourangelle » (p. 196).

Haut de page

Notes

1 Henri-Marcel Magne, « L’architecture des écoles techniques », Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, janvier-février 1940, p. 17-42.

2 Ibid., cité par Gérard Bodé p. 44.

3 Loi relative à l’organisation de l’enseignement technique industriel et commercial qui a permis de financer aussi bien l’investissement que le fonctionnement des établissements techniques privés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Colonel, « Guy Lambert, Stéphane Lembré (dir.), « Les lieux de l’enseignement technique (XIXe-XXe siècles) », Histoire de l’Éducation, n° 147, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 18 septembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/26579

Haut de page

Rédacteur

Audrey Colonel

Doctorante en histoire contemporaine à l’Université Grenoble Alpes, rattachée au LARHRA.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page