Navigation – Plan du site

Gérard Mauger, Rencontres avec Pierre Bourdieu

Christine Détrez
Rencontres avec Pierre Bourdieu
Gérard Mauger, Rencontres avec Pierre Bourdieu, Editions du Croquant, 2005, 684 p., EAN : 9782914968133.
Haut de page

Notes de la rédaction

Pour commander l'ouvrage, rendez-vous sur le site des Editions du Croquant.

Un site à visiter : Editions du Croquant

Texte intégral

1Ces « rencontres » avec Pierre Bourdieu rassemblent les témoignages d'une soixantaine de personnes ayant fréquenté l'homme ou l'œuvre. Comme le souligne Gérard Mauger, initiateur de cette entreprise, en introduction, « à travers cette enquête improvisée sur la réception de l'œuvre et sur les représentations de l'auteur, il s'agissait de reconstituer une sorte de biographie intellectuelle de Pierre Bourdieu en tentant de “baliser” le sillage laissé par sa trajectoire dans les différents espaces traversés ». L'originalité de cet ouvrage est ainsi de retracer, en creux, les diverses étapes de la vie professionnelle de Pierre Bourdieu, du professeur de philosophie du lycée de Moulins au Collège de France, mais également les diverses facettes de son œuvre et de sa personnalité : se côtoient ainsi les textes d'anciens élèves de terminale, d'étudiants de Lille, d'étudiants à ses séminaires de l'EPHE, de collaborateurs au sein du centre de sociologie de l'éducation et de la culture, de lecteurs passionnés et reconnaissants, d'artistes, d'écrivains, de sociologues étrangers, etc. L'ouvrage est organisé en quatre sections : les témoignages, les apprentissages, les réceptions internationales de l'œuvre et les points de vue.

2Si les risques de cet inventaire étaient d'une part l'hagiographie, quasi inévitable dans ce genre d'« hommage », avec la répétition lassante des mêmes éloges, et d'autre part l'hétérogénéité et l'hétéroclisme, l'ouvrage réussit à éviter les deux écueils : en effet, la juxtaposition de contributions de provenances si diverses permet de mêler des textes relevant davantage de l'anecdote, avec toute leur charge d'émotion, à de réelles leçons de sociologie. Ainsi, les textes de Michel Gollac et de Monique de Saint-Martin, entre autres, abordent la place des statistiques et du terrain dans la pratique de Pierre Bourdieu, mais permettent au-delà d'interroger leur rôle de façon générale. De la même façon, de nombreuses contributions insistent sur « l'in-discipline » de Pierre Bourdieu, pour reprendre l'expression employée dans leur texte par Isabelle Charpentier et Vincent Dubois, c'est-à-dire, loin d'une interdisciplinarité « molle », « l'irrespect revendiqué des frontières disciplinaires » : comme le soulignent les auteurs, « on doit cependant moins y voir une volonté hégémonique que l'une des expressions d'un projet intellectuel d'ensemble : la subversion des frontières disciplinaires n'est en effet, qu'un aspect de la remise en cause généralisée des catégories de pensée constitutives de “l'inconscient académique” (les clivages nationaux entre traditions et modes de pensée, l'opposition entre théorie et empirie ou encore la hiérarchie sociale et universitaire des objets de recherche). » Bernard Lahire, quant à lui, aborde la question du prolongement de cette œuvre fondamentale, et développe ainsi la dialectique entre tradition scientifique et innovation.

3La diversité des points de vue fait alors la richesse et l'intérêt de ce livre : en effet, nombreux sont les auteurs se livrant, à l'occasion de ce témoignage sur une rencontre, une lecture, un cours, à une réelle socioanalyse de leur propre parcours et de leurs travaux, et leurs contributions, à la fois portrait et autoportrait, en disent alors autant sur eux, l'apprentissage de leur métier de sociologue et leurs terrains que sur Pierre Bourdieu : c'est le cas des textes de Gérard Mauger, de Bertrand Geay, ou de Louis Pinto, pour n'en citer que quelques-uns. De même, ce livre peut se lire comme un exemple de sociologie de la réception, tant chacun met en exergue des aspects différents et complémentaires d'une même œuvre, d'un même individu : compréhension et mise en mots de sa propre trajectoire, comme en témoigne notamment Annie Ernaux, enrichissement de la pratique militante, comme pour Philippe Corcuff, caution intellectuelle à « l'in-discipline » (Isabelle Charpentier et Vincent Dubois), rapprochement de deux oeuvres « cathédrales », celle de Bourdieu et celle de Proust par Jacques Dubois. Il est également intéressant de voir comment cette œuvre foisonnante est poursuivie par les uns et les autres, quelles pistes parfois juste amorcées se trouvent prolongées et nuancées : l'amour pour Michel Bozon, le corps pour Dominique Memmi, etc. Au final, l'objectif du livre est amplement atteint : c'est en effet la figure d'un sociologue exigeant et timide, passionné et entier, ayant suscité nombre de vocations, avec ses engagements intellectuels et politiques, qui se dégage, au final, de ce prisme. Dans une époque où il est parfois de bon ton de renier tout héritage, la lecture de ce livre se révèle ainsi un excellent exercice de mémoire et de sociologie, une « contribution à une histoire sociale de sciences sociales » autant qu'un vibrent hommage aux qualités humaines et intellectuelles de Pierre Bourdieu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Détrez, « Gérard Mauger, Rencontres avec Pierre Bourdieu », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2006, mis en ligne le 13 février 2006, consulté le 20 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/265

Haut de page

Rédacteur

Christine Détrez

Maître de conférences en sociologie à l'ENS Lettres & Sciences Humaines, et membre du GRS (Groupe de recherche sur la socialisation).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page